AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

William Olivier Desmond (Traducteur)
EAN : 9782757802779
320 pages
Éditeur : Points (02/03/2007)

Note moyenne : 3.49/5 (sur 119 notes)
Résumé :
Le jeune Ernesto Moro est retrouvé pendu, au petit matin, dans les douches de la très sélecte Académie militaire de Venise. Officiellement, il s'est suicidé. Mais le commissaire Guido Brunetti a du mal à y croire : le jeune aristocrate est le fils du célèbre dottor Moro, un député qui enquête sur le financement des hôpitaux publics italiens et le système d'approvisionnement de l'armée... La coïncidence semble décidément trop étrange.

Biographie de l'a... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (21) Voir plus Ajouter une critique
Cormorobin
  22 janvier 2019
Un petit moment que je n'avais pas lu un Brunetti. Celui-ci, trouvé d'occasion. J'en ai un autre aussi sur le feu, c'est de saison, plus récent. Voilà donc Guido pris dans une enquête potentielle sur un suicide qui n'en est sans doute pas un. Un élève de l'Académie (militaire) retrouvé pendu.
Brunetti, et ses proches, vont tenter de savoir ce qui s'est réellement passé.
C'est du classique de chez classique et chez Donna Leon. Quelques repas au restau, Paola aux fourneaux, Patta qui s'énerve, donc vraiment, les ingrédients sont là.
Le dénouement est classique également.
N'empêche, la lecture d'un Donna Leon me donne à chaque fois la furieuse envie de retourner faire une virée touristique dans la Cité des Doges !
Commenter  J’apprécie          170
Herve-Lionel
  01 mars 2014
N°659– Juillet 2013.
LE MEILLEUR DE NOS FILS – Donna Leon - Calman-Lévy.
Traduit de l'anglais par William Olivier Desmond
A l'académie militaire San Martino à Venise, un jeune cadet, Ernesto Moro, vient de se suicider. Dès le début de l'enquête, le commissaire Brunetti ne croit pas à cette version. Le jeune homme était en bonne santé, ne présentait aucun signe dépressif, autant de bonnes raisons pour que notre policier remette en doute ce qui, de plus en plus, passe pour la thèse officielle. Il ne tarde pas à s’apercevoir que cette école est en fait réservée aux enfants de la grande bourgeoisie et de l’aristocratie du pays, d'ailleurs, la victime était le fils du Dottor Fernando Moro, un éminent oncologue qui s'était fait élire parlementaire. Il avait marqué son passage dans la vie politique italienne par ses enquêtes sur les hôpitaux publics et surtout par une grande probité, ce qui est plutôt rare dans ce domaine. Il avait ensuite démissionné de son poste de député d'une manière un peu brutale et inattendue pour reprendre une clientèle privée. Les investigations de Brunetti révèlent que les époux Moro vivaient séparément depuis de nombreuses années et qu'il y avait des périodes inexpliquées dans la vie de la mère qui d'ailleurs reste introuvable.
Il ne faut pas longtemps au commissaire pour convaincre le vice-questeur Patta, son supérieur hiérarchique, de creuser un peu son idée sur le suicide douteux d'Ernesto Moro. En effet, conclure un peu vite son enquête sur cette cause officielle de décès risquerait d'amener l'ex-député à attaquer le possible classement sans suite de cette affaire, ce qui, aux yeux de Patta, toujours aussi timoré, serait inadmissible puisque cela ternirait l'image de la police vénitienne qu'il dirige. Pourtant, il n'est pas non plus question de trop chercher les causes de ce suicide puisque cela va immanquablement amener la police à enquêter sur la vie privée du Dottor Moro qui est aussi un notable dont Patta souhaite la protection. Telle est donc l'enjeu de ce récit.
La vie de ce couple est une énigme. Les époux Moro travaillent séparément et leur séparation est intervenue bizarrement à la suite d'un accident de chasse dont a été victime la mère, Frederica à Sienne, deux ans plus tôt. On lui a tiré dessus mais la chose est pratiquement passée inaperçue à l'époque. Ils le sont pas officiellement divorcés, ni l'un ni l'autre ne paraît avoir de liaison, mais ils ne communiquent entre eux que par avocats interposés. Brunetti rencontre l'un et l'autre, séparément bien sûr. Avec Madame, le commissaire veut revenir sur son accident qui effectivement pose encore des interrogations restées sans suite pour la victime. En ce qui concerne le suicide de son fils, elle est formelle, cela ne peut être vrai. Brunetti à la chance d'avoir sa secrétaire, Elletra, qui est une mine de renseignement obtenus d'ailleurs un peu trop facilement, mais également son épouse Paola qui connaît bien des potins de Venise. Elle lui révèle que l'école de San Martino n'a rien de militaire, mais est au contraire un repère de jeunes snobs de la bonne société qu'on entretient dans la certitude de leur supériorité.
Les investigations de Brunetti le conduisent à mettre en évidence pas mal de zones d'ombre dans ce dossier, aussi bien des informations contradictoires sur les faits qui se sont déroulés dans l'école avant le suicide, la rétention d'informations de la part des cadres, la menace sur les cadets, le viol d'une jeune fille dans l'enceinte de l'académie militaire quelques temps auparavant mais dont l'information a très tôt été supprimée des journaux, la vie pas si séparée que cela des Moro, la certitude que l'accident de chasse dont avait été victime Frederica Moro n'était pas un accident et que sa vie était peut-être encore menacée, qu'ils avaient une fille, Valentina, bizarrement absente, que la mère du Dottor a été victime d'un accident de la circulation. Il parvient à expliquer que, durant ses fonctions de parlementaire, Fernando Moro s'était notamment intéressé d'un peu trop près aux contrats d'approvisionnement de l'armée, mettant en évidence prévarications et favoritisme, le tout aux dépends du Trésor Public, c'est à dire du contribuable. Bien entendu, le vice-questeur Patta, toujours désireux de donner de la police, mais surtout de lui-même, une image favorable aux notables locaux, souhaite que la thèse du suicide d' Ernesto soit favorisée et bien entendu l'affaire classée. Pourtant, elle évolue vers la mise en cause de plusieurs cadets et à cette occasion des noms de famille de notables pourraient être révélés et peut-être salis.
Cette affaire, faite de menaces, de couardise, de renoncements, d'erreurs, de faux-témoignages, de mensonges, de révélations embarrassantes, de mises en cause, de mises en scène se termine. Brunetti qui est policer mais aussi père d'un garçon de l'âge de la victime n'a cessé de penser à ce jeune cadet mort trop tôt en songeant que cela pourrait bien lui arriver à lui aussi.
Brunetti est un bon enquêteur mais il est, dans cette affaire secondée efficacement par Elletra, la secrétaire, qui lui obtient des renseignements avec plus de facilité qu'un fin limier.

© Hervé GAUTIER - Juillet 2013 - http://hervegautier.e-monsite.com

Lien : http://hervegautier.e-monsit..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
umezzu
  09 octobre 2014
De loin un des meilleurs Donna Leon.
Cette histoire va amener le commissaire Brunetti à enquêter à Académie militaire de Venise. Malgré l'obstruction de la hiérarchie de l'école, Brunetti va enquêter le très suspect suicide d'un jeune élève officier retrouvé pendu dans les douches. Suicide sans nul doute lié aux fonctions exercées par le père du cadet, député en charge d'une enquête sur le système d'approvisionnement de l'armée.
Avec l'aide De Paola son épouse, de la précieuse signorina Elettra, experte en informatique, Brunetti va être confronté aux relents militaro fasciste d'une caste qui se croit encore au dessus de la loi. A cela s'ajoute les inévitables pots de vins et corruption qui entourent la société italienne.
L'adaptation télé (allemande) est assez réussie.
Commenter  J’apprécie          90
rulhe
  19 mai 2017
dona Léon en capitalisant sur les points
fort du premier livre ( ton décontracté,
humour joyeusement décalé, clins d'oeil)
mais aussi a la personnalité attachante
du commissaire brunetti confirme tout le
bien que je pensais tu premier.
Commenter  J’apprécie          120
cedratier
  20 août 2016
« le meilleur de nos fils » Donna Leon (Calmann-Lévy, 270 pages).
Dans la série des Commissaire Brunetti. Un jeune cadet d'une école militaire privée est retrouvé pendu dans la salle de douche de son établissement-caserne de Venise. A priori suicide, mais Brunetti découvre l'arrogance de corps aristocratique de cette institution. Représailles contre le père, ancien médecin et député qui dénonça les magouilles de la mafia dans les financements des hôpitaux publics, mais aussi les contrats d'approvisionnement de l'armée ? Et d'ailleurs pourquoi celui-ci vit-il officiellement séparé de sa femme, alors que leur lien amoureux et familial semble discrètement se maintenir ? L'enquête plonge dans les eaux troubles et déliquescentes de la société italienne gangrenée par les pots de vins et souvent les crimes sordides qui les accompagnent. Les personnages sont un peu stéréotypés, à commencer par le Commissaire Brunetti lui-même, homme marié et père de famille si parfaitement heureux et sans tache, et sa secrétaire, plus débrouillarde que toutes les secrétaires de police de toutes les mauvaises séries télé américaines pour entrer dans les systèmes informatiques ; seule la fin du roman détonne un peu. C'est vite lu, sans déplaisir mais vraiment sans enthousiasme, et sans doute vite écrit (à coup de recettes ? ) par une américaine qui vit à Venise depuis vingt ans ; et l'on sent qu'elle continue à percevoir ce pays, à le décrire comme une étrangère, même si elle le connait bien, s'étonnant d'anecdotes qui ne font sans doute plus sourciller beaucoup de locaux. C'est du niveau de la série télé, ou du roman de gare ou de plage lorsqu'on n'a pas trop envie de s'encombrer les méninges.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20

Citations et extraits (10) Voir plus Ajouter une citation
CormorobinCormorobin   21 janvier 2019
- Eh bien, si la température continue de monter, les calottes glacières fondront, le niveau des mers s'élèvera, et c'en sera fini de Venise." Cette perspective paraissait la laisser de marbre.
"Le Bangladesh aussi, pourrait-on ajouter.
- Bien entendu. Je me demande si le président américain a pensé aux conséquences.
- Je doute qu'il ait les capacités intellectuelles pour penser à des conséquences."
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          72
GrouchoGroucho   08 avril 2015
Brunetti avait toujours admiré la façon dont la "police," telle un volant de badminton, allait et venait entre Patta et tous ceux qui pouvaient en être tenus pour responsables. Si elle avait brillamment résolu une affaire, ou s'était comportée courageusement, c'était la police de Patta. En revanche, dans tous les cas de mauvais comportement, de négligence, ou d'incompétence, elle devenait la police de quelqu'un d'autre - en l'occurrence, de Brunetti.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
GrouchoGroucho   08 avril 2015
.../...
Depuis le temps qu'il la connaissait, Brunetti savait quand la signorina Elettra ne faisait que des gammes verbales et quand elle se préparait pour une aria ; il crut déceler les signes avant-coureur d'un grand air.
Commenter  J’apprécie          40
meknes56meknes56   28 août 2019
– Non, ce n’est pas ça, Alvise. Mais si jamais cette personne rappelle, je préfère que ce soit toi qui sois là pour assurer la continuité, puisque tu l’as déjà eue en ligne. On en apprendra davantage de cette façon.
En dépit de l’absurdité manifeste de cette explication, Alvise parut la trouver plausible ; Brunetti se fit la réflexion – et ce n’était pas la première fois – que c’était la totale absence d’intelligence de son subordonnée qui la lui faisait accepter si facilement.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
meknes56meknes56   28 août 2019
- J’ai dit qu’en écoutant la musique trop fort, tu risquais d’endommager ton ouïe. C’est ce que je ne cesse de dire à mes enfants, mais ils s’en fichent.
La perplexité du garçon ne fit qu’augmenter, comme si cela faisait une éternité qu’un adulte ne lui avait pas adressé la parole pour lui dire quelque chose de normal et de compréhensible.
- Oui, réagit-il au bout de quelques instants, c’est aussi ce que ma tante me dit.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10

Videos de Donna Leon (12) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Donna Leon
Donna Leon se dévoile en répondant, avec humour et sincérité, au questionnaire de Proust.
autres livres classés : veniseVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

La Venise de Donna Leon

Le premier roman paru en France (1992) "Mort à la Fenice" est un roman à clef. Qui se cache derrière le chef d'orchestre très médiatique assassiné ?

Wilhelm Furtwängler
Antonio Toscanini
Herbert von Karajan
Agostino Steffani

13 questions
59 lecteurs ont répondu
Thème : Donna LeonCréer un quiz sur ce livre

.. ..