AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 9791093552330
Éditeur : Remanence (26/01/2016)

Note moyenne : 3.5/5 (sur 14 notes)
Résumé :
Après avoir bourlingué des années avec Lucas, Lili, journaliste, a envie de stabilité : elle s’ancre à Paris, il poursuit ses voyages, ils s’aiment… Mais une rencontre va faire vaciller toutes ses certitudes. Rubene est écrivaine, californienne, fragile, solitaire et mal dans sa peau. Pas douée pour aimer, elle s’accroche pourtant à l’idée que Lili peut la sauver.
Entre la Seine et le Delaware, six mois suffisent à tisser une histoire. Déraisonnée pour l’une,... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacRakutenLeslibraires.frMomox
Critiques, Analyses et Avis (12) Voir plus Ajouter une critique
saturnisbae
  16 février 2016
Note 2.5 / 5
Tout d'abord, je tiens à remercier Babelio et les éditions de la Rémanence de m'avoir permis de découvrir ce livre, que j'ai reçu via une opération masse critique.
Les 248 pages de ce livre, où s'alternent les points de vue de Lili et Rubene, se lisent très rapidement mais je n'ai pas réussi à être captivée par ma lecture.
Je n'ai pas adhéré à l'histoire d'amour en elle-même, qui à mon goût est trop précipitée. Je ne crois pas spécialement aux coups de foudre dans la vraie vie, mais dans les livres ça ne me déplait pas. Cependant ici, j'ai trouvé que c'était maladroit, certainement à cause du manque de crédibilité et de la vitesse d'enchaînement des événements.
Ensuite je n'ai pas aimé les personnages plus que ça. J'ai souvent trouvé que leurs réactions étaient surjouées, ce qui donne un caractère superficiel à l'histoire. Lili m'a beaucoup énervée et comme on suit surtout son point de vue, ça n'a pas arrangé les choses. J'ai trouvé que le personnage de Lucas était inutile, il est rarement mentionné, et ses seules apparitions sont synonymes de problèmes. Et quant à Rubene, aux premiers abords elle m'a beaucoup déplu. C'est elle qui a provoqué cette histoire d'amour qui, au début, frise le ridicule. Par la suite, je l'ai trouvée touchante, mais je tiens à le préciser, pas à cause de son passé.
Son passé d'ailleurs aurait pu rendre l'histoire plus intéressante et moins plate, mais je l'ai trouvé bien trop prévisible. Je n'en dirais pas plus, pour éviter de vous spoiler.
Concernant le style d'écriture, il y a beaucoup de phrases courtes qui s'enchaînent, je dis ‘phrases', mais le terme fragment de phrase est plus approprié. Car souvent il n'y a pas de verbe, ou du moins pas de verbe conjugué. Au début ça ne me gênait pas plus que ça, je trouvais même que c'était plutôt original. Mais au fur et à mesure ça a commencé à me poser problème. Ça donne un aspect trop oralisé au texte et je n'y ai pas adhéré. Et ça s'est ajouté au caractère maladroit de l'histoire, ce qui m'a donné l'impression d'un texte écrit par une personne de douze ans grand max. J'ai donc à plusieurs reprises eu le sentiment de lire une mauvaise fanfiction…
Les seules choses que j'ai apprécié sont la fin et le fait que l'histoire se passe en partie à San Francisco. J'ai trouvé la fin assez troublante. En lisant la dernière phrase j'ai été prise de panique et je me suis empressée de retourner 1 ou 2 pages en arrière pour m'assurer que l'auteur n'avait tout de même pas osé faire une chose pareille! Une fois encore, je ne vous en dirais pas plus pour ne pas vous spoiler.
J'ai aimé découvrir San Francisco à travers cette histoire d'amour, cependant j'aurais apprécié que les références soient un peu plus détaillées pour ceux qui, comme moi, ne sont jamais allé à San Francisco. Car j'ai eu tendance à me perdre au milieu de tous ces noms de quartiers et de rues.
Je pense honnêtement que l'auteur aurait pu mieux exploiter ses idées qui hors contexte sont bonnes, mais la façon dont elle les a amenées à l'histoire ne va pas. Ce qui du coup est bien dommage. Je suis donc plutôt déçue par cette lecture.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          72
LeslecturesdeKevin
  07 juillet 2016
Avant de commencer à rédiger mon avis que vous attendez probablement, j'aimerais remercier les Éditions de la Rémanence pour leur proposition de lecture et leur confiance quant à la critique de ce livre. Je dois vous avouer qu'il m'est difficile de chroniquer ce roman, non parce que je l'ai aimé ou non mais car il n'est pas facile de décrire ce que je ressens vis-à-vis de ce roman derrière des mots. Je vais quand même faire de mon mieux.
Tout d'abord, je vais vous parler du scénario de l'histoire, indépendamment des personnages qui le jouent ou du style de l'auteur qui l'embellit d'une certaine manière. le scénario est à la fois simple et complexe, rythmé et lent. Il est facile à résumer, à schématiser mais dès qu'on penche notre nez dans les pages, qu'on découvre le plan que nous venons de voir, de dresser, nous remarquons tous les petits détails qui ont leur importance et que nous remarquons que notre résumé qui nous paraissait simple n'est pas assez descriptif, ne reflète pas assez la réalité. Cette complexité n'entache en rien la compréhension de l'histoire par le lecteur. le récit est facile à comprendre mais complexe à résumer et je trouve que cela reflète un certain lyrisme littéraire. Peut-être pas de quoi remporter un prix ni apparaître dans de grands journaux, non, juste faire réfléchir le lecteur et ça, c'est plus beau qu'un prix ou une mention dans un journal. Cette romance est très « à l'eau de rose ». Habituellement, je ne lis pas ce genre d'histoires romantiques car elles sont lentes, dépourvues de péripéties croustillantes et m'ennuient donc au plus haut point. Que voulez-vous ? La plupart des hommes n'aiment pas les beaux sentiments. Malgré le fait que ce livre soit un roman à l'eau de rose, je la trouvais rythmée, animée et ce n'était pas dû à son écriture mais aux différentes situations du roman qui faisaient en sorte que la relation ne tombe jamais à plat, qu'elle rebondisse continuellement et je dois avouer que cela m'a particulièrement surpris.
Ensuite, les personnages de ce roman, plus particulièrement Rubène et Lili sont assez intéressantes. Lorsque j'ai lu le résumé, j'ai eu peur de tomber sur un livre que je trouvais absurde car je n'étais pas attiré par les noms. J'ai pourtant pris le risque de demander à le lire car je savais que ces personnages m'avaient intrigué et que leurs noms assez insolites étaient l'hameçon. J'ai été pris au piège, attiré et j'ai vécu une expérience nouvelle en faisant leur connaissance. Je ne peux pas dire que je me sentais particulièrement proche d'elles, ni que je les appréciais mais je ne les détestais pas, j'avais quand même de la sympathie pour elles, surtout pour Lili. Elles sont merveilleusement bien décrites et on les découvre durant toute la durée du livre, petit à petit, détail par détail. Elles sont toutes les deux très féminines mais décalées par rapport à leur féminité. Elles fument, boivent des bières, pètent des câbles et pourtant, il est impossible de penser que ce sont des garçons manqués car en elles, on y lit leur féminité et c'est de nouveau un phénomène assez déconcertant qui méritait d'être abordé. Maintenant, je suis un homme et c'est sûrement pour cela que je n'ai pas été très proche des personnages mais cela n'est pas un défaut car elles m'ont fait réfléchir, intrigué. J'étais quelque peu perdu en elles, dans leurs âmes et même après avoir refermé le livre, m'être plongé dans une histoire d'aventure et de morts, quand je repense à ces deux héroïnes, je suis encore frappé par leur douceur.
Pour terminer cette chronique, j'aimerais aborder le style de l'auteur, qui, comme vous devez vous en douter, m'a particulièrement perturbé. D'habitude, je n'aime pas lire un ouvrage rédigé dans un style lyrique. Pourtant, j'ai apprécié ce roman. Je ne lisais pas des métaphores ou autres procédés littéraires que nous étudions pendant nos cours de français. Je lisais juste le pouvoir des mots et ce pouvoir n'a pas besoin d'être caché derrière de belles techniques ampoulées si on le comprend, si on le maîtrise. J'ai vraiment voyagé parmi les mots, parmi les phrases et leur pouvoir et pour tout lecteur, même si cette expérience est assez étrange et qu'il est dur de mettre des mots dessus, c'est un moment à partager au moins une fois de temps en temps et ce livre le permet. Alors, j'avoue, c'est possible que certains lecteurs qui lisent un genre bien défini n'aiment pas ce livre car il n'appartient pas à leurs lectures habituelles. À ceux-là, je ne recommande pas le livre. Si vous êtes ouverts et que vous aimez de temps en temps une romance non érotique, que vous aimez être hypnotisé par les mots, je vous le conseille.

En conclusion, ce livre est assez inhabituel, original. J'ai eu assez dur à le chroniquer, à mettre des mots sur ce que j'ai vécu et le recommande à une niche de lecteurs, à un nombre restreint de lecteurs qui se lisent dans mes arguments, qui se reconnaissent dans mes propos car ce roman n'est pas écrit pour tout le monde.
Lien : http://leslecturesdekevin.bl..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
casscrouton
  27 juin 2016
Six mois entre deux rives est un roman qui m'a tout simplement séduite.
Nous rencontrons Lili, journaliste dans une rédaction, alors qu'elle doit interviewer Rubene McKye, écrivaine à succès auréolée de mystère. L'alchimie est immédiate entre elles, le coup de foudre. Seulement Lili est en couple avec Lucas, un voyageur invétéré qui se trouve à l'autre bout du monde et Rubene habite quant à elle aux Etats-Unis. Leur histoire semble dès le départ vouée à l'échec. Pourrons-t-elle se donner une chance ?
J'ai immédiatement accroché à l'histoire notamment pour l'écriture. Je l'ai trouvée belle, fluide, sans fioriture, auréolée de pureté. Les sentiments sont là, extrêmement puissants, soudains et pourtant une agréable retenue se dégage du texte sans l'affadir. J'ai ressenti la même chose à propos des personnages.
Lili est la narratrice principale et pourtant, son caractère est difficilement saisissable en premier lieu, ce qui n'est en aucun cas dérangeant. Même si l'on est à l'intérieur de ses pensées, il y a un comme un filtre qui fait barrage à l'inutile pour conserver la substance la plus essentielle de sa personnalité, de ses réflexions. On ne se rend pas instantanément compte que l'on subit la puissance de ses émotions, leur intensité. On pense être à l'abri quelque part, par ce fameux filtre qui offre une distance parfois nécessaire à la violence du ressenti du personnage. Cela change au fil du temps, c'est l'apothéose à la fin.
Rubene se voit parfois offrir le rôle de narratrice à son tour. C'est un personnage tortueux, torturé qu'il est difficile d'appréhender jusqu'à ce qu'elle ouvre son coeur par amour. On la sent en proie à des cauchemars du passé, à des problèmes psychologiques qui semblent insurmontables. Son amour pour Lili est immense, parfois inconcevable par sa grandeur et sa rapidité à s'intensifier. Toutefois, j'ai adhéré à cette sensation qui peut paraître exagérée. Une personne fragile psychologiquement peut effectivement s'accrocher corps et âme à un de ses semblables comme s'il était la clé, une entité salvatrice dans un objectif de réparation de l'esprit.
Leur histoire d'amour est complexe et compliquée. Tout semble être fait pour les réunir et les détruire paradoxalement. On ne sait jamais sur quel pied danser. On pense prévoir le comportement de l'une et l'on se retrouve chamboulé par sa réaction inconvenante. Lorsque la joie débarque enfin dans leur vie, on la savoure parce que l'on sait que de nouveaux obstacles vont faire leur apparition. Puis sonnent l'arrivée des dernières pages, salutaires, celle qui nous font soupirer de soulagement. Finalement, le dernier paragraphe se déroule sous nos yeux et c'est l'incompréhension qui prime. Je ne saurais vous expliquer le figement ressenti. L'incrédulité s'est emparée de moi pour finalement être remplacée par un malaise, insidieux. La fin est tout simplement inconcevable et éclatante de génie, l'ascenseur émotionnel en quelques lignes.
Six mois entre deux rives est un roman auquel j'ai accroché dans son intégralité, de la première à la dernière ligne. C'est une fabuleuse découverte !
Lien : http://www.casscrouton.fr/si..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Ritonussius
  03 mars 2016
J'ai lu ce roman avec intérêt et plaisir. le style est clair, concis, les phrases très souvent brèves vont à l'essentiel. le scénario est « bien ficelé ».
L'intrigue monte toujours en puissance. Lili et Rubene, complexes l'une et l'autre, me font penser dans un premier temps à des animaux craintifs qui peu à peu s'apprivoisent, puis ensuite qui s'abandonnent à leur passion.
Elles sont complexes mais pas semblables. Lili est dans la retenue, dans le questionnement, le doute, plus introvertie que Rubene qui est entière, souvent proche de l'incohérence, de la disjonction (et pour cause). Chacune est un baume pour l'autre. Lili aidera Rubene à se libérer par l'écriture, Rubene poussera Lili à sortir de sa coquille, à vivre plus pleinement, plus authentiquement.
Les personnages secondaires sont… essentiels. Ils charpentent le récit et sont autant d'appuis pour nos amoureuses, les aident sans arrière-pensée à vivre leur amour ; ils leur évitent de sombrer dans l'abîme qui les sépare quelquefois, comme l'océan.
Et puis cette chute ! Digne d'une nouvelle ! Mais qui signifie à mes yeux que le destin prend parfois les traits du Diable.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
kerrylegres
  27 juillet 2016
Une intrigue intense
Dans ce roman, le lecteur fait connaissance de Lili, jeune journaliste qui aime voyager. Elle va rencontrer Rubene McKye, la célèbre auteure des Flamants, ce sera le coup de foudre plus difficile à accepter pour l'une que pour l'autre. Lili étant en couple avec un homme, Lucas, et recherchant la stabilité, mais Rubene est sûre d'elle et de son amour et va tout faire pour la convaincre de ses sentiments sincères même si cela va trop vite pour Lili.
J'ai adoré le personnage de Rubene, non pas pour les éléments que nous allons découvrir sur son passé, mais plus pour son caractère imprévisible et son style vestimentaire qui m'a tapé dans l'oeil.
Ce livre est donc une jolie romance entre deux femmes, première fois que j'en lis une, mais ce n'est pas un livre érotique, et ce n'est pas non plus une simple histoire d'amour. C'est un roman profond sur l'introspection qui dévoile l'importance de notre passé dans nos relations avec les autres et surtout dans le domaine sentimental.
C'est un récit procurant beaucoup d'émotions, nous poussant à la réflexion et à la compréhension. Mais c'est aussi une invitation au voyage, le lecteur va apprendre à connaître San Francisco dans ce roman, il ne sera pas déçu du voyage.
Finalement, ce qui m'a le moins touché dans ce roman, c'est la plume de l'auteure, je ne dis pas que son style est mauvais ou désagréable à lire au contraire, mais l'auteure a choisi d'accorder son écriture au personnage de Rubene, consciemment ou pas d'ailleurs. le récit va vite et se déroule très rapidement, comme si l'auteur avait autant peur de perdre le fil de son histoire que Rubene a peur de perdre Lili. L'écriture est vive autant que Rubene vit dans l'urgence, la plume est aussi tranchante que Rubene est angoissée. J'ai trouvé le parallèle intéressant en tout cas surtout que c'est le point de vue de Lili qui est mis en valeur dans ce roman, celui de Rubene étant plus discret.
Prévisible, mais pas moins intéressant
Les rebondissements de l'histoire (je parle notamment des deux principaux) sont plus ou moins prévisibles, comme dans toute romance j'ai envie de dire, mais c'est complètement pardonné grâce à la profondeur des personnages que j'ai trouvé vraiment très recherchés et intéressants. L'auteur n'a pas voulu nous raconter une simple romance entre deux femmes, comme je l'ai dit, elle a voulu nous faire réfléchir sur notre rapport aux autres, sur notre capacité à pardonner ou non. Autre point pour l'auteure : elle ne fait pas du tout dans le cliché, tout semble naturel et réel. Rien d'invraisemblable, pas de jolie fille qui s'ignore, pas de question d'argent, pas de péripéties tout droit sorties d'un mauvais film.
Par contre, dès le début, j'ai su comment allait se terminer l'histoire. J'ai aussitôt remarqué le petit détail que l'auteure a disséminé quelques fois, mais ça a rendu ma lecture encore plus prenante, car j'avais cette peur qui me tenaillait de plus en plus au fur et à mesure que les pages défilaient devant mes yeux... Les dernières pages ont été les plus dures à tourner, sentant le moment fatidique arriver, l'angoisse montait, mais l'auteure m'a épargnée. Merci à elle pour cette dernière phrase qui clôt son livre de la meilleure manière qui soit.
En résumé,
Un excellent roman que je vous recommande à tous et toutes.

Lien : http://www.lesperlesdekerry...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Citations et extraits (2) Ajouter une citation
johnkingjohnking   19 février 2016
Une histoire d'amour qui se termine bien. Chose rare dans la chose écrite. Mais qui pourtant ne va pas de soi, l'auteure le montre avec talent. Un conte de fées moderne qui se finit par " elles vécurent longtemps, heureuses en élevant leur enfant. " Bravo
Commenter  J’apprécie          92
sld09sld09   01 octobre 2017
C'est le plaisir de lire, l'habitude de lire, qui nous donne ce sentiment d'isolement, cette facilité à voyager au travers des mots.
Commenter  J’apprécie          00
Video de Nicole Ligney (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Nicole Ligney
Six mois entre deux rives de Nicole Ligney
autres livres classés : roman d'amourVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacRakutenLeslibraires.frMomox

Autres livres de Nicole Ligney (2) Voir plus




Quiz Voir plus

Les Amants de la Littérature

Grâce à Shakespeare, ils sont certainement les plus célèbres, les plus appréciés et les plus ancrés dans les mémoires depuis des siècles...

Hercule Poirot & Miss Marple
Pyrame & Thisbé
Roméo & Juliette
Sherlock Holmes & John Watson

10 questions
3025 lecteurs ont répondu
Thèmes : amants , amour , littératureCréer un quiz sur ce livre