AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
3,98

sur 871 notes

Critiques filtrées sur 5.0 étoiles  
Ptitgateau
  30 janvier 2021
Où l'on suit la progression et l'ascension d'un « nouveau parisien », en la personne de Gabriel Joly, enfant du siècle des lumières, épris de vérité, de justice, de modernité. Il a pour compagnons, d'illustres individus qui, leur heure venue, joueront un rôle certain dans cette terrible mais nécessaire révolution française : Danton, Desmoulin, Lafayette et le tristement célèbre Robespierre.

Loevenbruck nous offre un exposé extrêmement fin et complet des perturbations que connut le royaume de France entre 1774 et 1789, la révolution ne surgissant pas soudainement, mais étant le résultat de maintes et maintes réflexions, discours, débats, « ras-le-bol », revendications en tous genres d'un peuple galvanisé des penseurs.

Loevenbruck nous offre une description en finesse de la société française de l'époque, des idées nouvelles : droits de l'homme, idées féministes, qui font leur chemin et circulent dans divers milieux suffisamment influents pour aboutir à une constitution (dont les règles restent à définir, souvent douloureusement hélas !)

Il nous offre d'assister en spectateurs à cet événement grandiose que constitue la prise de la Bastille que nous fêtons chaque année sans pour autant réaliser le bain de sang, les pertes humaines qu'elle provoqua.

Il nous offre l'exposé passionnant que nous ne devons aucunement oublier parce que cette période de l'histoire, nous lui devons la démocratie que nous connaissons aujourd'hui. Non content d'exposé, il nous offre à travers les propos de personnages cultivés, expérimentés, tel Récif le pirate et quelques francs-maçons de la loge des neuf soeurs, une analyse des événements qui sonne juste. Un roman donc, bien documenté, grâce à d'éminents spécialistes sur lesquels il s'est appuyé, un récit digne de confiance.

Il est vrai que certains personnages, je pense à Mademoiselle Théroigne de Méricourt connut en réalité un parcours différent, l'auteur le précise il est autorisé quelque fantaisie autour de cette femme pour les besoins de son roman.

Par ailleurs, en dehors du contexte révolutionnaire, ce récit policier laisse planer un certain suspens pas désagréable, une histoire d'individu justicier encapuchonné et accompégné d'un loup, qui délivre les femmes en tuant les agresseurs et qui nous fait découvrir le Paris de l'époque, beaucoup moins étendu et dans lequel, en tant que lecteur, on se plaît à déambuler, (ce qui donnera envie d'aller flâner du côté du Procope, toujours actif et où tant de personnalités passèrent du temps).

Et notre ami Gabriel va et vient dans ce Paris révolutionnaire, véritable fil conducteur du récit, personnage attachant et plein d'humanité que chacun aura envie de suivre dans ses aventures.

Un grand vague à l'âme s'est emparé de ma personne à l'issue de ce premier tome : curieuse de revoir la suite des événements, promenée dans ce Paris historique ou je me suis tant attardée avec l'envie d'en apprendre encore et toujours, je me plongerai dès que possible dans le tome suivant (dès que ma PAL m'y autorisera !)
Lien : https://1001ptitgateau.blogs..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          752
tutesvuquandtaslu
  05 février 2021
La France. Paris. La révolution.

Quelques jours avant quelques jours pendant.
Comme balade voyage historique, on peut difficilement faire mieux.

L'idée de découvrir Paris à travers les yeux de Gabriel est la meilleure de toutes.
Son émerveillement quasi enfantin est contagieux et on se prend à rêver, s'imaginer être à sa place.

Découvrir Paris, puante mais colorée, nauséabonde mais vivante, déambuler dans ces rues de métiers, ces rues à thèmes.

Rencontrez ceux qui ont compté, ceux qui ont influé sur l'Histoire de notre pays et sur sa gouvernance, sa culture.
Danton, Robespierre, Mercier..
Des personnages aux nomx célèbres défilent sous nos yeux. Je me suis délectée de tous les rencontrer.
Même les "méchants", ceux qui considéraient cette possible évolution sociale comme un pas en arrière et une trahison des valeurs du royaume.

Gabriel est journaliste, et imprimeur, écrivain, correcteur, enquêteur.
Cet homme a tellement de casquettes qu'il lui faudrait plusieurs têtes.
Gabriel se prend de passion pour le coupable de plusieurs attaques violentes ayant causé la mort de plusieurs hommes.
Son instinct, son sens inné de l'observation vont lui permettre de découvrir ce qu'il recherche et plus encore.
Gabriel est le personnage principal de ce livre mais Paris y tient le premier rôle.
Une grande réussite pour moi.
Je n'ai qu'une hâte : lire la suite.

L'avez-vous lu ? Qu'en avez-vous pensé ? Et avez-vous lu la suite ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          571
audelagandre
  26 octobre 2019
1789, la révolte gronde à Paris. le peuple a faim, écrasé par les impôts. Louis XVI alors au pouvoir, ne prend pas la mesure de cette révolte et continue à profiter des fastes de la cour. Gabriel Joli, provincial arrive à Paris contre l'avis de son père. Son ambition ? Devenir journaliste. Esprit éclairé, il est aussi avide de transmettre la vérité sur les évènements qui se déroulent sous ses yeux et cherche à démasquer le loup des cordeliers. En effet, ce justicier qui défend les femmes agressées dans les rues de Paris en égorgeant leurs agresseurs, accompagné d'un loup en laisse, suscite bien des interrogations… Qui est-il ? Quelles sont ses motivations ? Gabriel mène l'enquête en rencontrant les grands esprits de son temps : Danton, Desmoulins, Mirabeau et Robespierre. Les évènements le conduiront jusqu'à la prise de la Bastille et les clameurs d'un peuple qui demande plus de justice.

Incroyable fresque historique que ce roman remarquable où Henri Loevenbruck nous plonge en 1789, période clé de notre histoire, que nous lecteurs avons certainement un peu oubliée…. Dès les premières pages, grâce aux descriptions de la ville et notamment du quartier des cordeliers, des odeurs, de l'atmosphère régnante, le lecteur se retrouve propulsé des années en arrière, au temps où, les parisiens, révoltés ont mené la plus grande révolution de notre histoire. Passionnant ? le mot est faible ! Autour de personnages historiques emblématiques, le lecteur s'attache immédiatement à Gabriel, avide de vérité, ambitieux, conscient que ce qui va se dérouler sous ses yeux est un tournant majeur pour le peuple de France.

Ainsi, son arrivée dans un journal « Le journal de Paris » plutôt politiquement correct où les sujets polémiques n'ont guère leur place, Gabriel va évoluer, d'abord grâce à son oncle, puis en rencontrant Desmoulins, dans une sphère où les grands esprits analysent, décident et sont acteurs de leur propre destin. Vous serez surpris de constater que certaines pensées et réflexions peuvent s'appliquer à notre temps. Au fond, les choses ne sont pas si différentes d'aujourd'hui et le parallèle est souvent troublant « Quand le peuple est dans la misère, il ne se révolte pas : il n'en a pas les moyens. Aujourd'hui, si la France se soulève, contrairement à ce que tout le monde dit, ce n'est pas parce que le peuple est miséreux, c'est parce que le peuple a été éclairé sur sa condition par les Lumières, et que l'État, lui, est plus pauvre que jamais. » Par bien des aspects, ce roman parvient à décrire très justement ce qui se passe en France en 2019, un rassemblement citoyen d'êtres révoltés par les difficultés du quotidien, qui sous un projet commun tente de faire entendre, d'une seule voix, les problèmes auxquels ils sont confrontés, face à un gouvernement qui reste sourd, totalement déconnecté des difficultés auxquelles ils doivent faire face. Ainsi, revivre le serment du jeu de paume, la création de la cocarde, signe de ralliement de ce peuple qui avance comme un seul homme m'a donnée des frissons. Cette unité, se battre pour une cause juste et commune, en provoquant des évènements qui changeront à jamais le cours de l'Histoire a éminemment contribué à cet immense plaisir de lecture, agrémenté par ce mystérieux personnage du loup des cordeliers et l'enquête qui en découle. Mais, ce roman contribue également à éveiller un peu nos consciences… Lisez plutôt « Si tout cela permet de bousculer un peu ce vieux régime, où l'Église et les seigneurs se sont taillé depuis cinquante générations la plus belle part, alors ce n'est que justice et je m'en réjouis. Simplement, ne me dis pas que c'est la misère qui aura conduit à la révolte. C'est l'envie ! L'envie bourgeoise. » Intéressant non ? Transposez, méditez !

Ce roman est aussi résolument féministe, mouvement quasi inexistant à cette époque. Pourtant, certaines « actrices » du récit le suggèrent et sont prêtes à sacrifier leur propre vie pour cette quête d'égalité. Ainsi, en la personne de Anne-Josèphe Terwagne, dont le chemin a certes été romancé, Henri Loevenbruck donne à ce roman une bataille connexe à celle plus générale qui se livre par exemple à la Bastille. « Songez que l'article qui nous est consacré dans l'Encyclopédie nous décrit comme dénuées de raison, tout justes bonnes à être belles et sentimentales. Rousseau lui-même, que M. Mercier, ici présent, vénère tant, a toujours affiché un dédaigneux mépris pour la cause féminine. Or, à ce jour, je n'ai point vu l'Assemblée nationale se soucier du sort des femmes, qui constituent pourtant plus de la moitié de la nation ! »

Vous trouverez également de très belles réflexions sur la presse et le sens profond du métier de journaliste incarné par Gabriel. Un besoin criant de vérité totalement déconnecté du politiquement correct qui était alors d'usage. Cette évolution intéressante, pertinente et opposée au régime en place dévoile le besoin intime de dire la vérité au peuple. Oui, en 1789, le concept de « fake news » existait déjà !

Si la partie historique est très présente, n'ayez pas peur pour autant, car elle est réellement passionnante. Si comme moi, vous avez tout oublié ou presque de vos cours d'histoire, voilà une excellente manière de vous y replonger et de découvrir aussi un langage propre à cette époque. Car oui, l'auteur nous délecte avec des expressions d'alors et livre un champ lexical impressionnant. Pour que le plaisir de lecture soit complet, plongez-y lorsque vous avez du temps devant vous afin de ne pas perdre le fil historique, pour vous souvenir facilement des évènements. Les noms illustres qui y sont mentionnés, que nous connaissons tous, contribuent à raviver notre mémoire.

Force est de constater que Henri Loevenbruck sait tout écrire et chacun de ses livres, même s'ils nous propulsent dans un univers différent, nous happe, sans qu'on puisse le lâcher. Bohem, Andreas, Marc et maintenant Gabriel deviennent des personnages emblématiques, charismatiques impossibles à oublier. On reproche parfois à certains auteurs d'utiliser toujours la même mécanique qui fait leur succès, à chaque nouveau roman. En voilà un qui prend des risques et qui, à chaque fois, se met en danger. Rien que pour cette raison-là, je vous recommande vraiment de découvrir son univers. Je vous l'ai dit : il sait tout écrire !!
Lien : https://aude-bouquine.com/20..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          400
Rebus
  28 février 2021
Un très très bon polar historique.

Gabriel Joly, aspirant journaliste, arrive en ce mois de mai 1789 à Paris, plein d'espoir et d'ambition. Il s'installe dans le quartier des Cordeliers, là où son oncle lui propose un lieu où habiter et un endroit où travailler.
Très vite, Gabriel rencontre les grandes figures du quartier, Desmoulins, Danton, Mercier, à l'aube de la Révolution. Et surtout, il décide de mener personnellement l'enquête : un justicier mystérieux assassine malfrats et bandits qui s'en prennent aux femmes à la tombée de la nuit. Un justicier accompagné d'un loup...Pendant ce temps-là, dans un autre coin de capitale, un homme se fait volontairement enfermer à la Bastille...

Henri Loevenbruck nous immerge dans une formidable épopée historique de ce Paris de 1789, où l'on prend grand plaisir à suivre les aventures de Gabriel, où l'on découvre et redécouvre les prémices de la fameuse Révolution française. On vit même la prise la Bastille !
C'est rythmé, documenté, l'auteur fait la part belle au contexte historique, sans oublier les ressorts romanesques qui tiennent le lecteur en haleine. Il prend également soin de ses personnages réels ou imaginaires : j'ai particulièrement aimé les personnages féminins, Lorette et la fameuse Théroigne de Méricourt.
Pas de frustration, car vous saurez à la fin du roman qui se cache sous la cape du justicier. Mais l'auteur laisse beaucoup de portes ouvertes. Une seule solution : lire la suite des aventures de notre héros. ce que je ferai avec beaucoup d'enthousiasme.


+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          337


Tatooa
  12 avril 2022
Déjà beaucoup d'avis sur ce bouquin, et je partage l'avis de la majorité, c'est très bon, tant au niveau "historique" qu'au niveau "policier".
Hormis un anachronisme : le traitement par chocs électriques des aliénés n'est apparu qu'à la toute fin des années 1890, et non 1790, mais on lui pardonne tant tout le reste est bien décrit... (la première "pile" date de 1800, inventée par Volta, Edison ayant pour sa part inventé "l'ampoule", vers 1870 je crois).

On suit avec plaisir Gabriel, "innocent" et épris de vérité, au milieu de tous ces personnages historiques et que l'auteur a rendu fort charismatiques et intéressants. Attention toutefois de ne pas tout prendre pour argent comptant, car comme le dit l'auteur lui-même, il a pris quelque "liberté" pour certains d'entre eux...

Les descriptions sont vivantes, les intrigues qui s'entrecroisent habilement happent le lecteur dans ce monde tourmenté, versatile et incohérent, avec quelques sentences bien tournées sur la vénalité, la perversité ou le goût du pouvoir des uns et des autres...

Nous avons le tome 2, que je vais lire incessamment ! :)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          260
Annicklecture
  18 novembre 2019
🧡 COUP DE COeUR 🧡
Je m'attendais à du bon, et c'est l'excellence que j'ai trouvé. Ce roman est comme « L'apothicaire » du même auteur, on ne peut le classer, il est juste magnifique. D'une belle écriture pleine de descriptions historiques, mystiques, légendaires, je me suis baladée dans les rues de Paris en mai 1789.

Une intrique : Gabriel jeune journaliste, sera obnubilé par le loup des Cordeliers et consacrera ces activités à cette recherche de vérité sur ce justicier, lequel sera le fil conducteur de ce récit. Mais, en cette année, le peuple de France acculé dans la misère va se révolter et il y a donc bien plus dans cette histoire. On y est, on voit, on sent, on se bat pour survivre. « Danton, Desmoulins, Mirabeau, Robespierre… » on redécouvre ici tout un pan de l'histoire : les inégalités allant grandissantes, l'injustice, la société sous Louis XVI. Et je n'ai pu n'empêcher de faire des concordances avec notre époque…

⁕ Les femmes : Anne-Josèphe Terwagne joue un rôle primordial à cette épopée :
- Sans doute est-il naturel aux femmes d'éprouver quelque compassion pour ceux qui, comme elles, sont les victimes de la force et des préjugés, et parfois même du commerce des hommes. Nous sommes au siècle des encyclopédistes, et l'on continue sans jugement de faire partout la traite des femmes et des Noirs…

J'ai retrouvé aussi La Salpêtrière : « ancien arsenal, comme son nom l'indiquait, avait été transformé en 1656 en hôpital général… Et alors la Salpêtrière, tenue par des prêtres et des religieuses, était devenue une maison de privation de liberté pour ces femmes que l'on décrétait hâtivement folles, débauchées, voleuses ou sorcières… » : Lisez « Le bal des folles » de Victoria Mas, que j'ai fini juste avant celui-ci. L'histoire de France que l'on nous enseigne à l'école (par des professeurs blasés quelque fois, je parle pour moi) ne m'est jamais restée en mémoire, alors que là, je n'oublierais jamais ce que j'en ai lu.

Si vous saviez le nombre de petits post-it colorés que j'ai placé entre les pages de ce roman, il y aurait tellement à dire, mais ce serait trop en dévoiler. « Et dans la Seine coule le sang » est le chapitre qui m'a peut-être le plus chamboulée, même si ce sont des sujets que l'on connait, de les lire sous cette plume m'a terriblement émue.

⁕ Cet autre extrait lu hier dimanche a résonné en moi, il y aurait juste quelques mots à changer pour se retrouver aujourd'hui en 2019 :

- La raison quitte les hommes, se désola La Fayette. Tout le monde manigance, pour tromper tout le monde! de toutes parts, c'est le mensonge qui l'emporte sur la dignité. le roi promet au peuple de le protéger, mais il rassemble ses armées pour écraser la révolte populaire.
Je termine sur cet extrait. J'ai été transportée dans ce livre riche et généreux, et j'ai pris le temps de me poser, d'y penser, de revenir en arrière pour m'en imprégner. Je ne saurais que le recommander à tout public.

Dans ces styles différents, l'auteur m'a conquise depuis le premier roman lu, que ce soit dans le fantastique avec la série « La Moïra » (Le cycle des loups), un roman plus contemporain avec « Nous rêvions juste de liberté » et ses romans historiques comme « L'apothicaire » qui resteront mes préférés avec « Le loup des Cordeliers ». Il me reste encore à découvrir la série « Ari Mackenzie ». Je n'en ai pas fini avec cet auteur et ça me met en joie.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          250
Labibliothequedemarjorie
  26 novembre 2020
Paris, mai 1789.
Gabriel Joly quitte sa province pour la capitale dans le but de devenir journaliste. Il est embauché dans le journal de son oncle, un quotidien dans lequel il est chargé de la rubrique des spectacles. Mais à Paris, la révolte du peuple est proche. Il y aurait tant de sujets plus intéressants à aborder.
Dans le même temps, un étrange justicier sévit en pleine nuit dans le quartier des cordeliers, vêtu d'une longue cape et accompagné d'un loup. On le surnomme "le loup des cordeliers". Il est l'auteur de crimes sanglants, vraisemblablement pour protéger les femmes en danger la nuit.
Gabriel y voit l'occasion de mener l'enquête et de le démasquer.
***
Cette lecture a été un véritable coup de coeur ! J'y ai trouvé tout ce que j'aime : une intrigue parfaitement bien menée, un contexte historique très travaillé, des personnages connus de la Révolution, des femmes désirant s'affranchir des conventions, le tout écrit avec un plume superbe.
On entre au coeur des Etats Généraux, on participe aux assemblées avec Sieyès, Mirabeau et Desmoulins. Puis on rencontre une femme, Théroigne de Méricourt, seule, indépendante, qui s'habille comme une amazone, porte les armes et ne craint rien ni personne.

Durant cette période, le loup des cordeliers sème le trouble la nuit dans les rues de Paris. Gabriel, journaliste dans l'âme, parcourt les rues, étudie les cartes et nous fait visiter le quartier des Cordeliers jusque dans ses souterrains de la ville pour tenter de confondre le criminel. Cette intrigue passe en second plan, tant la place des révolutionnaires est présente à toutes les pages. Mais j'ai adoré, une lecture passionnante que je conseille à tout personne férue de littérature historique. L'histoire se lit très bien. Les chapitres sont courts et s'enchaînent très vite.

Passionnant ! La suite est commandée au Père Noël et il me tarde de l'attaquer.
Lien : http://labibliothequedemarjo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          222
gruz
  11 novembre 2019
J'ai beau y réfléchir, je ne vois qu'Henri Loevenbruck pour être aussi à l'aise dans tant de styles littéraires différents.

Le loup de Cordeliers est un vrai roman historique, se déroulant principalement les jours qui ont précédé le 14 juillet 1793. Mais c'est aussi un formidable divertissement doublé d'un suspense prenant. Tous les ingrédients qui définissent le bon et intelligent roman populaire, dont on ressort à la fois enthousiaste et enrichi.

Que vous soyez férus d'Histoire ou non, et même si elle vous rebute habituellement, je prends le pari que vous ne pourrez qu'être emballés par cette lecture.

Tout d'abord, parce que c'est un récit vécu aux côtés d'un personnage formidable. Un jeune provincial, Gabriel Joly, monté à la capitale pour réaliser son rêve : devenir journaliste d'investigation, un genre nouveau pour raconter les faits avec rigueur et objectivité.

Ensuite, parce que cette période de l'Histoire est passionnante, et que nombre d'événements de ces mois de 1793 ont forgé ce qu'est notre pays aujourd'hui.

Et pour terminer, parce que le talent de conteur de l'écrivain est si épatant, que c'est une véritable aventure humaine que vit le lecteur, pleine de rebondissements, emplie de rencontres incroyables, bourrée d'émotions.

Mélanger ainsi réalité et fiction n'est pas un procédé neuf, mais Loevenbruck le maîtrise à la perfection. Son travail de documentation est sérieux, mais jamais il ne perd de vue son objectif de raconter une histoire. Sa faculté à intégrer les faits à son intrigue est admirable.

J'ai accompagné de nombreux personnages illustres durant ces plus de 500 pages. J'ai compris comment l'Assemblée Nationale a été créée, et surtout les valeurs qu'elle voulait défendre. J'ai pu faire un parallèle entre ces idéaux et cette soif de liberté et ceux de notre société actuelle. Sacrément instructif…

Le tout sans jamais tomber dans une démonstration professorale ni donneuse de leçons. Cela en fait un livre qui devrait être proposé dans les écoles, pour donner goût à la lecture et prouver que l'Histoire est un matériau vivant.

L'auteur n'oublie jamais de divertir, son enquête autour de ce tueur singulier est originale, teintée de mystère, et parfaitement intégrée dans les grands faits historiques qui se déroulent durant cette période.

Il sait manier sa plume pour qu'elle ressemble à la forme des écrits de l'époque, toujours avec la volonté de s'adresser au plus grand nombre sans dénaturer la réelle ambition de ce projet.

Et quel talent pour recréer l'atmosphère de l'époque ! Odeurs, sons, couleurs, tout y est, on s'y croirait. Avec l'envie d'y retourner. Ça tombe bien, l'aventure semble ne pas être terminée.

Jetez-vous sur le loup des Cordeliers, c'est une sacrée prise, autour de la Bastille. Henri Loevenbruck prouve, une fois de plus, qu'il est un formidable raconteur d'histoires, et qu'il sait s'y fondre avec un même (et immense) talent.
Lien : https://gruznamur.com/2019/1..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          222
Cricri08
  29 janvier 2021
En Mai 1789, Gabriel Joly débarque à Paris afin de devenir journaliste. Il ne s'attendait à ce qu'il allait découvrir : un monde en proie à des tensions, au bord de la révolution.
Il se mêle aux discussions enflammées des personnages célèbres de l'époque : Danton, Desmoulins ou encore Mirabeau.
Un mystère s'ajoute à la tourmente politique : un homme accompagné d'un loup en laisse attaque et venge les victimes de l'oppression, quelle qu'elle soit (brigands ou policiers). Qui est ce justicier caché sous sa capuche ?
Un roman que j'ai dévoré : j'ai beaucoup apprécié la description du contexte historique, les personnages réels prennent vie et l'enquête est passionnante. Même si l'aspect historique prend le dessus, cela n'est pas pour me déplaire car c'est bien fait.
J'attends le deuxième tome avec impatience !
Commenter  J’apprécie          192
Cronos
  16 mai 2021
Ce premier tome des aventures de Gabriel Joly au tout début de la révolution française fût une belle découverte. Comme d'habitude avec Loevenbruck c'est très documenté, le bon mixe entre le réel et le fictif pour donner à son livre une dimension véridique avec un soupçon de romanesque mais toujours d'une grande inventivité. Bien que certains personnages soient fictifs ou enjolivés, les protagonistes qui ont existés sont merveilleusement bien décrit. On reste dans le thriller, notamment avec ce mystérieux épéiste et son loup qui donne le titre au roman.
J'ai bien aimé le côté complot avec en parallèle le début de la révolution, tout semble suspect, des hommes et femmes meurent de faim tandis que d'autres se battent quand le roi Louis XVI semble louper se passage de l'Histoire. Cela crée une ambiance lourde qui n'augure rien de bon, sauf pour le lecteur.

J'ai une nouvelle fois été happé par cet auteur qui m'a rappelé le bossu de Paul Féval, j'adore son style qui pose l'ambiance rapidement, son intrigue aussi avant de ne rien laisser passer et ainsi plonger le lecteur dans un thriller époustouflant. Les chapitres très court invite le lecteur que je suis à en lire « un petit de plus » et se retrouver à une heure du matin avec la moitié du roman lu.
En bref, les personnages, fictifs ou non, sous tous bien travaillés, c'est un bon thriller dans la même veine que ce qu'il a déjà écrit mais toujours avec originalité. le fond de la Révolution est une bonne idée même si ce n'est pas exclusif, Henri Loevenbruck sait y mettre sa patte pour la rendre intéressante. Pour conclure je n'ai qu'un mot : la suite !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          170


Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

l'apothicaire

Comment s'appelle le héros du livre?

Andras Saint-Loup
André Saint-Loup
Andréas Saint-Loup

10 questions
116 lecteurs ont répondu
Thème : L'apothicaire de Henri LoevenbruckCréer un quiz sur ce livre