AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782368323502
342 pages
Éditeur : Nombre7 Editions (03/01/2018)

Note moyenne : /5 (sur 0 notes)
Résumé :
Le Mystère des Marnières Meurtrières

« Eco-Can », une entreprise canadienne, spécialisée dans le stockage de l’eau en milieu naturel, développe un gigantesque chantier près d’Epagny, en Normandie. Tout proche, une grande marnière semble renfermer des bidons de produits toxiques.

Est-ce à cause de cela que quatre adolescents y sont retrouvés inanimés ?

Ce roman, à l’écriture tantôt libertine, tantôt complexe, se développe... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Citations et extraits (1) Ajouter une citation
LUGRINLUGRIN   30 janvier 2018
Les kilomètres défilaient, interminables et monotones. La neige, survenue au cœur de la nuit, conférait à l’aurore une lumière froide, terne, accentuée par une fine brise. À cette heure régnait une étrange atmosphère, à peine troublée par les prémices de l’activité humaine, instants propices à la rêverie. Un duvet immaculé recouvrait la région et toutes les aspérités en étaient gommées. Les plaines du Nord resplendissaient de blancheur, les arbres s’ourlaient de guirlandes givrées. Au volant depuis deux heures, Thomas Hédouin avait évité les autoroutes pour n’emprunter que les voies secondaires. Il avait contourné Amiens, traversé Doullens, avait délaissé la direction d’Arras au profit de Lilliers.

Vieux, mais confortable le "Daily" ! Sièges bien suspendus, direction assistée ; l’autoradio diffusait de la musique en permanence.

Vers neuf heures, plus une once de vent, le rideau floconneux devint plus dense. Sur le tableau de bord, le thermomètre indiquait une température extérieure de –4 °C. Thomas s’interrogea sur l’état de la chaussée après Cassel, vers le Mont des Cats. Si le verglas apparaissait, il deviendrait un obstacle difficile à franchir, car la camionnette n’était pas munie d’équipements spéciaux. Il serait toujours temps d’improviser, de modifier l’itinéraire habituel.

Avant de partir, il avait vérifié le scanner à quatre cents canaux, vingt bandes de 25 à 1300 MHz, trafiqué, débridé pour capter les fréquences des 400 MHz de la police, de la gendarmerie et des douanes. Mais il était envisageable qu’à présent, les communications fussent cryptées et donc impossibles à détecter. À vérifier.

Faut dire qu’il n’était pas passé par là depuis deux ans. Deux ans déjà ! Il s’était fait choper à Rouen par la brigade des stups et venait de séjourner douze mois à "Bonne-Nouvelle".

A sa sortie, il s’était juré de faire une croix sur cette période de sa vie et d’éviter "l’Apache", petit truand d’Épagny-sur-Risle. C’est pour son compte qu’il avait transporté à plusieurs reprises de l’héroïne d’Amsterdam jusqu’à Rouen. Cette bonne volonté avait été mise à rude épreuve depuis sa remise en liberté, voici deux mois. Il n’avait pas été à même de gérer les difficultés qui s’étaient abattues sur lui. « La vie est un véritable puzzle qui se met en place par petites touches sans que l’on sache vraiment qui positionne les divers fragments» se dit-il, convaincu de n’avoir pas été totalement maître de sa destinée.

Un coup d’œil dans le rétroviseur lui permit de constater que la puissante berline BMW le suivait à bonne distance. "L’Apache" lui avait présenté quatre individus, anciens gardes du corps, au physique de déménageur et au visage aussi fermé qu’une huître. Leur présence devait pallier tout problème susceptible de surgir soit avec les forces de l’ordre, soit avec des concurrents motivés par des magouilles à même de rapporter beaucoup d’argent. Ils étaient lourdement armés de grenades et de fusils à pompe. Thomas, quant à lui, avait énergiquement refusé la présence d’un flingue dans son véhicule. Il n’était que convoyeur et ne souhaitait pas voir aggraver son cas si par malheur un accrochage se produisait avec les flics.

Instinctivement il tâta son arcade sourcilière endolorie et légèrement enflée. Son nez tuméfié était encore sensible.

Hier, le sang avait giclé à la suite des coups portés par Richard. « Tu devras me le payer » avait-il craché par bravade, fixant d’un œil noir l’auteur de cette agression, avant de démarrer le "Daily".

Puis, refusant de s’éterniser sur cette idée, il revécut les instants qui suivirent sa libération.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00

autres livres classés : voyagesVoir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura

Autres livres de Jean-Pierre Lugrin (1) Voir plus




Quiz Voir plus

Voyage en Italie

Stendhal a écrit "La Chartreuse de ..." ?

Pavie
Padoue
Parme
Piacenza

14 questions
517 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , voyages , voyage en italieCréer un quiz sur ce livre