AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : B0000DSIWM
Éditeur : Le Livre de Poche (30/11/-1)

Note moyenne : 3.86/5 (sur 14 notes)
Résumé :
Ironiser sur les belles-mères est un passe-temps que Bob aurait eu mauvaise grâce à pratiquer. La mère de sa jeune femme Betty n'a-t-elle pas inculqué à cette dernière que le premier devoir d'une épouse est d'avoir soin que son mari trouve le bonheur dans son travail ? Or Bob, à peine le mariage célébré, troque son métier de représentant d'une compagnie d'assurances pour celui de ses rêves : l'élevage des poulets.
Ce qui implique d'aller se nicher au flanc de... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses & Avis (1) Ajouter une critique
ferritine44
  01 juin 2015
Beaucoup d'humour dans ce livre et l'histoire de ce couple qui s'installe dans la nature pour produire des oeufs est absolument hilarante. Certaines remarques sur les indiens ne sont pas du tout dans le ton de notre époque, et même si je comprends que c'était la manière de penser de ces années, je n'ai mis que 4 étoiles de ce fait.
Commenter  J’apprécie          20
Citations & extraits (2) Ajouter une citation
SleepingSunSleepingSun   27 février 2013
Les fermiers sont des gens qui ont envie de voir la vie en noir et, qui veulent que tous ceux qui leur rendent visite, aient le même genre de conception du monde. Si les poules du voisin pendent toutes un double jaune, chaque jour que fait le Seigneur ; si toutes ses vaches viennent de vêler en chœur ‒ et de vêler des vêles ; s’il a remboursé toutes ses hypothèques ; si chaque épi lui a donné un boisseau de blé et qu’il vient de découvrir un gisement de pétrole sur ses terres, gardez-vous de parler devant lui d’un seul de ces heureux évènements. Au lieu de quoi, en regardant les poules, vous dites : “ Trop de ponte affaiblit la poule et la rend susceptible d’attraper n’importe quoi. ” Et le voisin, donnant du pied d’un air morose dans la mangeoire, vous répond : “ Fait aussi baisser l’ prix des œufs. ”
En entrant dans l’étable, vous considérez un moment les vêles, et vous dites : “ Masses de tuberculose dans la vallée, c’t’année. Connais des cas, cinquante pour cent du troupeau. ” Et le voisin de dire : “ Paraît qu’y a aussi l’avortement contagieux dans l’ coin. ” Vous penchant lugubrement sur la barrière et regardant les épis qui geignent sous le poids : “ Un coup de grêle f’rait d’ drôles de dégâts par ici. ”, dites-vous. Et le voisin : “ Pour peu qu’i’ grêle au temps d’la moisson, c’est la ruine. ”
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
oursours   24 juin 2012
J'me suis jamais marié, ma p'tite dame, parce que j'n'aime pas les femmes. Les femmes ça me rend malade. Ca n'a pas d'organisation, ça passe son temps à bricoler et ça n'finit jamais rien de rien. Délivrez-moi d'en avoir une tout l'temps sur le dos.
Commenter  J’apprécie          70
autres livres classés : fermeVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Compléter les titres

Orgueil et ..., de Jane Austen ?

Modestie
Vantardise
Innocence
Préjugé

10 questions
12981 lecteurs ont répondu
Thèmes : humourCréer un quiz sur ce livre