AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Jacques Sch½llkopf (Traducteur)
EAN : 9782710325635
424 pages
Éditeur : La Table ronde (15/02/2003)

Note moyenne : 3.35/5 (sur 26 notes)
Résumé :

Un parc de fleurs, d'arbres et de statues baignant dans une atmosphère de fumées, de suie, dans le bruit infernal des hauts fourneaux.

Planté au milieu des glycines, des pivoines et de la lavande, le château de Shane, une grande maison carrée, mi-géorgienne, mi-gothique, avec sa façade de pierres blanches et ses pignons.

Voilà, quelque part entre Cleveland, Chicago et Detroit, la Colline aux Cyprès, au début du XIXe siècle... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
Taraxacum
  05 mai 2014
La Colline aux Cyprès est le premier roman que je lis de Louis Bromfield , et d'ailleurs son premier roman. Il s'agit d'une oeuvre que j'ai beaucoup appréciée et dévorée avec enthousiasme et c'est un auteur dont j'ai désormais hâte de découvrir le reste de l'oeuvre.
La Colline aux Cyprès, c'est le domaine des Shane. le patriarche disparu, John, au passé mystérieux inconnu même de sa veuve, celle-ci, Julia, une maîtresse femme qui hait ce que la Ville de pionniers de sa jeunesse est en train de devenir, à savoir une métropole industrielle ravie d'elle-même et dédiée au profit, et leurs deux filles, aussi différentes l'une que l'autre, mais chacune dotée d'un orgueil jusqu'au-boutiste qu'elles déguisent l'une en indolence et l'autre en piété.
C'est un roman riche en thèmes, en personnages, en bouleversements historiques aussi puisque l'auteur évoque des événements rappelant la grève de Homestead, puis la première guerre mondiale. le lecteur se laisse prendre, tout autant lorsque Bromfield évoque la fin d'un monde avec le destin que connaît finalement le domaine, que lorsqu'il peint les ravages de la misère avec les ouvriers,la lâcheté des hommes, la barrière qui continue d'exister même entre les êtres les plus proches... Il n'est pas vraiment tendre avec l'espèce humaine mais cela forme un roman que j'ai lu complètement par hasard, il faisait partie d'un lot acheté dans une brocante, et que je suis vraiment ravie d'avoir eu l'occasion de découvrir!

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          162
twinckel
  11 août 2020
Le premier roman de Louis Bromfield est aussi le premier d'une trilogie, car dans le suivant Emprise c'est l'histoire d'Ellen qui est contée et dans Précoce Automne nous retrouvons Sabine (présente dans Emprise) et le fils de Lily (présent dans les 3 romans). Les romans peuvent se lire indépendamment les uns des autres.
L'histoire que nous raconte Bromfield commence dans la Ville. Nous ne saurons pas son nom quelle importance. Construite par les pionniers ; elle est devenue une cité industrielle où les aciéries empuantissent l'air et recouvrent tout de cendres noires.
Julia Shane trône au sommet de sa colline dans Shane's Castle. Elle fait partie de ceux qui ont bâti la Ville et son déclin commence. L'industrie rachète tout, la Ville écrase tout, un nouveau monde arrive, elle fait partie de l'ancien monde qui va disparaître comme son jardin recouvert de suie noire qui meurt à petit feu.
Pour l'instant, la Ville bruisse de rumeurs. Lily, la fille aînée de Julia Shane quitte la ville. Belle, sensuelle, célibataire ; cette fuite précipitée est bien mystérieuse et les commères de la Ville s'en donnent à coeur joie ; déjà que Julia Shane sa mère n'a pas mené une vie conventionnelle, tout cela fait bien jaser.
Irène, la seconde fille de Julia Shane, est confite dans la religion et veut entrer dans les ordres, ce que lui refuse sa mère qui considère que la vie mérite d'être vécue pleinement, surtout quand on a de l'argent, et s'oppose à ce qu'elle considère comme des sottises. Irène se consacrera aux ouvriers des aciéries (éducation, instruction, aides alimentaires) jusqu'à annihiler sa propre personnalité.
Nous suivons Lily qui mène désormais sa vie peu conventionnelle à Paris. Lily est libre, de cette liberté qu'offre l'argent et qui permet de mener sa vie comme on peut l'entendre, loin des convenances et du conformisme. Il n'y a pas de malice dans le personnage, elle se laisse porter par les événements, fait de sa vie un cocon soyeux où règnent le bonheur et le calme et sa plus grande satisfaction est que les gens autour d'elle soient heureux et vivent pleinement leur vie.
En toile de fond nous avons la cousine Ellen, pianiste virtuose qui ne souhaite qu'une chose, s'émanciper et quitter cette Ville sale, étriquée et repoussante pour exprimer son génie de par le monde (nous la retrouverons dans Emprise, le roman lui étant entièrement consacré). Sa mère Hattie, qui se consacre à ses enfants et à Julia Shane, sacrifiant son existence aux besoins des autres et à son terne mari, désespérée et dépassée par l'ambition dévorante de sa fille.
Les moments qui vont rythmer le roman sont les retours de Lily à la Ville, qui à chaque visite créera des nouveaux bouleversements par sa simple présence.
On peut regretter que l'auteur n'ait pas approfondi la question sociale des ouvriers des aciéries que nous ne voyons qu'à travers les yeux d'Irène et de Lily. Ouvriers des pays de l'Est, traités sans considération par les propriétaires des aciéries et vivants dans la plus grande misère.
Les femmes ont la part belle dans ce roman, elles dominent, impriment leurs marques et décident de leur vie. Les hommes sont falots, dépassés par ces femmes brillantes qui n'ont pas besoin d'eux pour mener leur existence.



+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Hanta
  20 août 2015
En ce moment je n'ai pas la main heureuse au niveau de mes lectures. Après une note catastrophique sur Edgar Allan Poe, je me suis jetée dans ce roman assez méconnu. le résumé me semblait attirant : le XIXème siècle aux Etats-Unis, l'effondrement progressif d'une grande famille, l'Europe etc…
Mais malgré tous ses éléments, ce livre n'a pas su me conquérir. On suit la vie de trois principaux protagonistes : Mme Julia Shane, une veuve froide, hautaine et déterminée vivant ses derniers jours dans une maison qui a perdu sa splendeur ; Irène, sa fille cadette très religieuse et puritaine, engagée dans l'instruction des ouvriers et haïssant les relations hommes/femmes et Lily, la soeur aînée.
Au sujet de cette dernière, l'auteur a essayé de lui créer une personnalité unique pour susciter la sympathie du lecteur : elle est décrite comme une femme charmante, belle, douce et généreuse envers ses semblables. Mais elle n'a pas su m'émouvoir : ce n'est pas une Scarlett O'Hara, loin de là ! Elle m'a paru trop fade, superficielle et indolente. Elle se contentait de vivre au jour le jour dans une vie dorée sans chercher rien d'autre. D'autres personnages gravitent autour d'eux sans prendre réellement de l'ampleur.
Bien en avance, j'ai deviné les tenants et aboutissants de l'histoire. Certains évènements étaient survolés rapidement: les conditions de vie des ouvriers dans l'industrie métallurgique naissante, la première guerre mondiale résumée très brièvement par l'auteur, les changements sociaux dus à la modernité etc. Je suis déçue car l'auteur s'est contenté de décrire sans donner plus de profondeur à ses idées.
C'est un livre qui ne m'a pas laissé un souvenir impérissable. Pourtant Louis Bromfield était très connu à son époque et il a même reçu le prix Pulitzer pour un autre roman intitulé « Précoce automne ». Néanmoins, je vous conseille de ne pas vous attarder sur ce livre.
Lien : http://leslecturesdehanta.co..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50

Citations et extraits (2) Ajouter une citation
TaraxacumTaraxacum   05 mai 2014
D'ailleurs, la vie est dure pour nos enfants, Hattie. Elle n'est pas aussi simple qu'elle l'a été pour nous. Leurs grands-parents étaient des pionniers et le même sang coule dans leurs veines, mais ils n'ont plus rien à défricher.
Commenter  J’apprécie          80
TaraxacumTaraxacum   05 mai 2014
Il n'est pas deux êtres qui se ressemblent. Et personne ne connaît vraiment personne d'autre. Un domaine reste toujours caché et secret, au plus profond de notre âme. Aucun mari ne connaît sa femme, Hattie, et aucune femme ne connaît vraiment son mari. Quelque chose reste, toujours à l'écart, intact et mystérieux, impossible à découvrir, car nous même ne savons pas exactement ce que c'est. Parfois c'est scandaleux. Parfois c'est trop beau, trop précieux pour être jamais révélé. Cela dépasse la révélation, même si nous décidons de révéler...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10

autres livres classés : romanVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Dead or Alive ?

Harlan Coben

Alive (vivant)
Dead (mort)

20 questions
1394 lecteurs ont répondu
Thèmes : auteur américain , littérature américaine , états-unisCréer un quiz sur ce livre