AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
Critiques sur Sable mouvant : Fragments de ma vie (31)
Classer par :   Date   Les plus appréciées  



Ajouter une critique
marina53
  15 décembre 2015
Le 16 décembre 2013, par une journée froide, Henning Mankell, au volant de sa voiture de location, se rend à Vallåkra, dans le sud du pays. Il a rendez-vous avec la directrice du théâtre de Maputo. Peut-être à cause d'une tache d'huile, la voiture file vers la glissière centrale, l'airbag se déclenche. Il s'en sort indemne. Il annule son rendez-vous et décide de rentrer chez lui.
Le 24 décembre, il se réveille avec des douleurs à la nuque et une raideur généralisée. La douleur a augmenté, irradiant son bras et sa main droits. Peut-être des restes de l'accident? Un torticolis dû à une éventuelle hernie? le 8 janvier, il se rend avec sa femme, Eva, à l'hôpital pour subir des examens radiographiques. le torticolis s'est transformé en cancer du poumon métastasé à un stade avancé. Il y a des traitements évidemment aujourd'hui. Mais Henning Mankell doute. le sol se dérobe. La vie a brutalement rétréci. Après une période au cours de laquelle il lui semble qu'un gouffre infernal l'aspire, il reprend pied et commence à écrire des fragments de sa vie...

Henning Mankell se livre avec une incroyable sincérité sur ce qu'est la vie, sa vie, ce qu'il en a fait, ce qu'il est devenu, sur la civilisation et ce qu'il en restera dans des millions d'années. Par fragments, il revient sur les événements qui l'ont marqués. Son séjour à Paris, la rencontre de deux enfants SDF dans les rues de Maputo, les retrouvailles inespérées de réfugiés, les statues maoïs des îles de Pâques, le nucléaire... Tout ce qui lui tient à coeur. Comme pour laisser une trace. Pour lui. Pour nous. Sans apitoiement ni nostalgie et avec tout le talent de conteur qu'on lui connaît. Ce témoignage émouvant, tel un journal intime, prend évidemment un tout autre sens maintenant que Henning Mankell est décédé.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          806
tamara29
  26 mars 2016
On n'entre pas dans cette autobiographie comme on commence les autres.
Même si j'ai, bien entendu, souvent, lu des autobiographies, alors que l'auteur n'était plus parmi nous, c'est la première fois que j'en lis une alors que la disparition de l'auteur est si récente (Henning Mankell est décédé en Octobre 2015). Et c'est bien cela qui est troublant, émouvant. Sans le vouloir, la mort apporte une force supplémentaire à ce texte.
De par la lecture de ses romans policiers ou encore à travers son roman « Les chaussures italiennes », je considérais Mankell comme un écrivain sensible, curieux, ouvert au monde. C'était un auteur que j'aimais retrouver parce qu'il décrivait le monde et ses travers avec une certaine justesse, et les caractères de ses personnages n'étaient jamais « simplistes » mais au contraire profonds, parfois noirs ou meurtris.
Si je savais qu'il avait beaucoup voyagé, notamment en Afrique, ce texte m'a confirmé à quel point il était un amoureux de la nature, soucieux de l'écologie et de l'état de la Terre que nous allions laisser à nos enfants (et cette inquiétude est sûrement d'autant plus forte lorsqu'on connaît le risque de ne plus pouvoir profiter de tout cela). J'ai aussi découvert qu'en plus de son métier de romancier, il avait été directeur de théâtre, que c'était un homme cultivé, parfois solitaire, mais aussi d'un caractère tenace et assez courageux.
Ce journal débute à sa découverte de son cancer en Janvier 2014 et sur ce sentiment de sable mouvant… Dans ce journal, Mankell nous parle de sa maladie mais surtout il navigue d'un souvenir à un autre, d'une anecdote à une autre. Il s'arrête sur des moments forts de son enfance en Suède qui vont le marquer, le façonner. Il se remémore ses lectures, ses voyages (à Paris sans un sou, après avoir décidé d'arrêté ses études), ses pièces de théâtre qu'il a mis en scène (au Mozambique notamment) mais aussi ses rencontres, ses amours, sa femme.
Tout au long de ce texte, nous sommes marqués par ses mots, ses espoirs, sa volonté de vivre, de profiter de chaque moment, d'y croire encore, malgré la fin plus proche. Nous sommes marqués par son message d'autant plus que nous connaissons l'issue.
Lorsqu'il a écrit ces lignes, noircis ces pages, lui-même avait, certes, conscience de la possibilité de cette issue proche. Et certains jours, bien entendu, on y lit son moral plus sombre, selon les résultats de ses séances de chimio, sa fatigue... Et pourtant, même si c'est la maladie qui l'a finalement emporté, c'est cet espoir que l'on retient ; c'est l'espoir qui est là, qui prime, encore, malgré tout.
C'est bien cette espérance, cette envie de vivre, cet amour de la vie, ces luttes qu'il faut mener pour en profiter qui subsistent. Qu'il nous laisse comme un témoignage, comme en héritage.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          454
bilodoh
  13 novembre 2016
Un texte d'émotions, le dernier livre d'un auteur aimé : le célèbre romancier suédois Henning Mankell décédé en octobre 2015.

J'ai dévoré avec plaisir ses romans et je suis contente d'en avoir appris un peu plus sur l'homme qu'il a été grâce à ces textes. J'y ai retrouvé la Suède, les îles de « Profondeurs » et les dunes de Skagen dans lesquelles Wallander ira un jour se reposer. J'ai rencontré un grand humaniste et j'ai revu l'Afrique de « Comedia infantil ».

Dans ces « Fragments de vie », Mankell raconte des souvenirs de jeunesse, mais aussi comment il vit malgré le diagnostic brutal, comment il a refusé de se laisser emporter par les sables mouvants de la maladie. Il parle de ses préoccupations pour l'avenir : les déchets nucléaires, la pollution, sur cet héritage que nous laisserons en tant que civilisation.
Ce n'est pas un récit larmoyant de douleurs et d'apitoiement. Il avoue avoir peur, la peur de la mort et de la souffrance, mais c'est malgré tout un texte d'espoirs, de foi en l'humanité.

Il nous livre ses réflexions, sur le sens de la vie qui se résume à la survie pour une bonne part de la population mondiale, sur le passage du temps, sur la prochaine glaciation et sur les êtres humains qui ont autrefois décoré les cavernes. Ce n'est pas tant une grande oeuvre littéraire qu'un témoignage qui appelle nos propres questionnements et nous oblige à regarder en face l'issue de notre propre existence.

En reprenant une citation du livre : « Tant que je me souviens d'eux, ils vivent », saluons Henning Mankell, encore vivant dans nos mémoires.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          313
Carosand
  08 janvier 2016
On peut tomber amoureuse d'un homme sans l'avoir vu, sans le connaître, juste en lisant à travers son âme. C'est ce qui m'est arrivé avec Henning Mankell et ses chaussures italiennes, un seul livre qui révèle toute sa poésie par sa sincérité, son courage par sa vérité et sa raison par son coeur.
Ce Sable mouvant est son livre testament qui confirme ce que j'avais appris de lui. Il termine par ses mots : "Le rêve s'arrête là. Je me réveille presque toujours avec une sensation de légèreté. Tous ces gens qui m'entourent dans mon rêve et dans la vie n'ont rien d'effrayant. Ils suscitent ma curiosité. Qui sont-ils ? Il y en a tant et j'aurais tellement voulu les connaître tous".
Je ne peux que rajouter que si j'avais eu à choisir un seul de tous ces gens, je vous aurai choisi vous Henning Mankell. Vous nous manquez déjà mais vos livres réveilleront l'être bienveillant que vous étiez pour tous.
Commenter  J’apprécie          312
ninamarijo
  19 mars 2018
Quand Henning Mankell décide de se promener dans sa propre histoire » il vient d'apprendre qu'il a un cancer. Un gouffre s'ouvre alors sous ses pieds… Il se sent « happé par la bouche de sable au mouvement de succion mortel, et il s'agrippe au bord pour ne pas sombrer »

Récits autobiographiques, ces petits fragments de vie nous livrent un récit émouvant, où les réflexions sur la mort, les grands problèmes du XX siècle, écologie, immigrations, terrorisme, folie des hommes et finalement devenir de l'humanité… prennent une allure de testament. Mankell est aussi, fasciné par l'art pariétal, ces traces laissées sur les parois des grottes et s'interroge sur ce que nous allons laisser en témoignage aux générations futures ? Nos déchets radioactifs !
Il se dégage de ces courts récits des accents de vérité humaniste et optimiste, et sans nul doute Henning Mankell, devant la maladie, ressent un besoin urgent de vivre…et de dompter « La peur … de savoir qu'il ne sera plus là pour voir ce qui se passera demain et dans les prochains jours. »

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          270
ericbo
  28 janvier 2018
Il y a déjà beaucoup de critiques élogieuses sur ce livre. J'y ajoute la mienne juste pour dire combien, moi aussi, j'ai été impressionné par les propos de Mankell. Se sachant atteint d'un cancer, l'auteur revient sur les éléments de sa vie qu'il juge déterminants et nous donne à réfléchir sur nos actions collectives. Nous, les Sapiens, que laisserons à ceux qui peuplerons la terre dans plusieurs milliers d'années, si nous continuons à vivre en saccageant cette planète par notre mode de vie ?
Il insiste également sur les inégalités et les injustices qui semblent malheureusement inhérentes à notre espèce. C'est donc dans une perspective humaniste qu'il nous livre ce livre testament.
A lire absolument.
Commenter  J’apprécie          252
Nourris_aux_mots
  07 février 2016
C'est le livre d'un auteur qui emprunte la dernière ligne droite, croyant qu'au bout il y a le vide absolu sans espoir de retour. Et parce qu'il se sent au crépuscule, il entrevoit la lumière d'un avenir à travers les mots du passé. Mankell prouve dans ce roman son immense mansuétude face au destin qu'on a voulu lui servir dès sa naissance, un destin d'une exceptionnelle simplicité malgré sa propension à vouloir être supérieur. Ce livre est donc la quête d'un homme dans son fort intérieur noyé dans sa propre clarté. Un livre comme une leçon de vie.
Commenter  J’apprécie          220
Bazart
  17 juillet 2017

Cela faisait longtemps que l'on sait qu' Henning Mankell , décédé le 5 octobre 2015. est un immenseécrivain, on le sait après avoir lu notamment la série des dix Wallander
Ce romancier incroyable nous a livré deux livres testament formidable, "Les bottes suédoises" et "Les Sables Mouvants" disponibles tous deux en poche chez Points.

"Les sables mouvants", merveilleux témoignage de l'écrivain sur sa vie alors qu'il se bat contre un cancer qui vient de lui être diagnostiqué.

Dans ce livre humain profond et une véritable leçon de littérature . Il raconte les moments les plus marquants de sa vie ponctuée par des voyages et des expériences des cinquante dernières années.

On y apprend à quel point le théâtre ou les voyages a pu servir d'échappatoire à cet homme parfois assailli de pensées sombres mais qui conservait un amour de la vie incroyable.

Lien : http://www.baz-art.org/archi..
Commenter  J’apprécie          182
Peteplume
  15 août 2019
Je savais qu'Henning Mankell était décédé récemment mais j'étais loin de me douter que le livre que j'achetai d'occasion dans une « ressourcerie » était son dernier. J'ignorais a fortiori qu'il ne s'agissait pas d'un roman mais plutôt d'une sorte de journal (J'aurais pu m'en douter en lisant le titre en entier puisque le contenu y est précisé dans le sous-titre: Fragments de ma vie). C'est un écrit ancré dans le passé puisque il relate nombre des souvenirs de l'auteur; mais Mankell partage aussi les émotions du présent que le diagnostic de cancer lui fait vivre et son questionnement quant au futur, le sien propre et celui de notre civilisation. L'ouvrage a de ce fait la dimension d'un essai fait de réflexions sur des sujets plus ou moins philosophiques, tels que la place de chacun dans la chaîne des générations et l'héritage que nous laissons en regard de la pollution et tout particulièrement des déchets nucléaires. C'est particulièrement touchant parce qu'on sent Henning extrêmement sincère dans la description qu'il fait de ses inquiétudes.
J'ai aimé l'oeuvre de Mankell de façon inégale mais j'ai eu pour Sable mouvant un véritable coup de coeur. C'est une lecture tout ce qu'il y a de plus recommandable!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          160
JeanPierreV
  06 octobre 2017
Fin 2013, à la suite d'un banal accident de la route, Henning Mankel subit les examens médicaux de routine...Pas de blessure grave mais des contusions douloureuses...il a frôlé la mort. Quelques jours après les douleurs s'étendent et irradient la nuque, le bras, la main. Les médecins soupçonnent une hernie discale.
Examens complémentaires, radios, et début janvier 2014, la phrase couperet, annoncée par le médecin...."Vous avez un cancer !"...une phrase que chacun de nous redoute. Parfois, c'est le malade qui, interprétant les propos alambiqués et embarrassés du médecin lui dit : "Docteur, vous êtes en train de me dire que j'ai un cancer! C'est ça ?"
Une phrase qui assomme, qui laisse sans voix, et qui après un moment d'abattement, après des larmes partagées avec les siens en entraîne une autre : "Je vais me battre, on va s'en sortir !"
Rassurez-vous "Sable mouvant : Fragments de ma vie" n'est pas un énième livre sur le cancer, sur les souffrances, le parcours de soins. Certes, Mankell en parle mais rarement toutefois. La bataille, les hauts et les bas, les interrogations, les peurs ne constituent qu'une infime partie de l'ouvrage...Aucun côté larmoyant.
Sable mouvant...deux mots qui résument bien la situation vécue par ceux qui ont eu à se battre, j'en parle en connaissance de cause..une impression de s'enfoncer de se débattre et d'être aspiré. Mais cette annonce donne surtout (en tout cas c'est ce qui m'est arrivé) une grande sensibilité face au monde, une sensibilité qui fait remonter des indignations, des coups de coeur alternant avec des phases de déprime, de moral en berne, d'espoir et de souffrance, d'envies subites et incontrôlées de pleurer ou de rire. Une annonce qui fait revenir des souvenirs de lieux où l'on a vécu, de personnes qui ont a croisé notre vie, de bons et mauvais moments...C'est la trame du livre
"Sable mouvant : Fragments de ma vie" est une suite de coups de coeur ou de coups de gueule, de rencontres, d'expériences, de lieux qui remontent à la surface, sans ordre chronologique, une idée en amène une autre, à une indignation succède un sourire, puis une peur pour l'avenir, ou un émerveillement.On passe parfois du coq à l'âne...Mais le plaisir est toujours là.
La mort est peut-être à la porte, il le sait mais il continue à s'intéresser au futur, ce futur que nous réservons aux prochaines générations, non pas le futur proche, mais le futur très-très lointain : comment allons nous conserver nos déchets atomiques, en toute sécurité pour les générations futures ? Un futur qui l'angoisse.
Une angoisse qui tourne à l'obsession parfois dans la première partie du livre...Toutes les générations qui nous ont précédé et les générations actuelles, n'ont disposé que de monuments, d'oeuvres artistiques laissées par les générations plus anciennes. Les nôtres seront les premières à laisser aux générations futures certes des monuments mais aussi et surtout des millions de tonnes de déchets nucléaires ou plastiques enfouies sous terre, ou flottant sur et dans les océans...et impossibles à détruire.
Il nous parlera aussi d'amour, de relation aux autres, d'art, de Dieu, du temps qui passe, de la jalousie, de la littérature, des relations humaines, etc., et fera découvrir, pour ceux qui en douterait encore, son érudition, sa connaissance du monde et de l'Homme, en nous parlant d'églises anciennes, de peintures rupestres, de découvertes archéologiques..
Chaque chapitre peut être lu indépendamment des autres, c'est un livre qu'on prend, qu'on laisse, sur lequel on peut revenir.
Les regards portés par Mankell expriment à la fois sa grande sensibilité et son amour pour cette terre qui nous héberge. Il a les regards que porte un malade du cancer à une grande amie également atteinte d'un cancer. Une amie dont il souhaite et espère la guérison, il la voit plus malade que lui : aux yeux de Mankell, cette terre a encore de beaux restes, un très riche passé. Mais cette terre est déjà rongée par des métastases qui peuvent la détruire demain ou plus tard.
Triste ? Jamais.
Alarmiste parfois "Sable mouvant : Fragments de ma vie", reflète toutefois la joie de vivre de l'auteur, son amour de la vie, de l'art, des belles choses. Il nous interroge, nous fait découvrir des pans d'histoire, des anecdotes de la vie de l'auteur, nous bouscule souvent et nous porte à nous interroger, à nous battre pour notre terre, notre avenir. "L'image du rétroviseur : pour avancer correctement, il faut aussi regarder vers l'arrière." (P.92)
Alors avançons vers cet avenir !

Lien : https://mesbelleslectures.co..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110


Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Henning Mankell et Kurt Wallander

Deux hommes sont retrouvés morts sur un canot, exécutés d'une balle dans le cœur. Les corps sont identifiés : des criminels lettons d'origine russe liés à la mafia.

Meurtriers sans visage (1994)
Les Chiens de Riga (2003)
La Lionne blanche (2004)
L'Homme qui souriait (2005)
Le Guerrier solitaire (1999)
La Cinquième Femme (2000)
Les Morts de la Saint-Jean (2001)
La Muraille invisible (2002)
Avant le gel (2005)
L'Homme inquiet (2010)

10 questions
198 lecteurs ont répondu
Thème : Henning MankellCréer un quiz sur ce livre