AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Agneta Segol (Traducteur)Pascale Brick-Aïda (Traducteur)
EAN : 9782020799072
288 pages
Seuil (08/04/2005)
3.96/5   134 notes
Résumé :
Quelque part en Afrique, la nuit, un homme assis sur le toit d'un théâtre contemple la ville. A ses pieds, un enfant blessé est en train de mourir. Nelio, âgé de dix ans, a vécu la guerre civile et l'errance. Il lui raconte son histoire, en opposant à la barbarie des hommes la poésie et la générosité d'un imaginaire enfantin. Une parole poignante qui résonne comme une fable universelle.

J'ai compris que c'était à moi qu'il incombait de raconter l'hist... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (23) Voir plus Ajouter une critique
3,96

sur 134 notes
5
10 avis
4
9 avis
3
1 avis
2
1 avis
1
0 avis

Crossroads
  16 février 2012
Henning Mankell partage sa vie entre la Suede et l'Afrique . de son pays d'origine , il en a tiré l'excellente série policiere des Wallander , flic à l'ancienne , désabusé , exerçant ses talents de fin limier dans une Scanie inhospitaliere au possible . de son pays d'adoption , Mankell livrera des romans beaucoup plus intimes tout en conservant cette plume magistrale toujours prompte à disséquer , analyser et spéculer sur la nature humaine .
José Antonio Maria Vaz est boulanger . Il travaille pour Dona Esméralda , une femme sans age au caractere plus qu'affirmé. Son rituel , se rendre sur le toit d'un théatre , son boulot achevé , afin de communier avec cette ville sans nom , aussi étouffante et sombre que ces nuits d'été récidivantes qui l'engloutissent inlassablement . de toutes ces nuits sans heures , il en est neuf qui resteront indélébiles . Neuf nuits passées au chevet de Nélio , jeune orphelin de dix ans retrouvé le corps criblé de balles . Neuf nuits rémanentes durant lesquelles le gamin mourant confessa une vie aussi breve qu'éprouvante , se livrant et se délivrant coeur et ame à José , dorénavant dépositaire d'un testament spirituel d'une apreté et d'une tristesse ténébreuses .
Mankell excelle donc dans divers domaines . Ses polars m'avaient plus que convaincu . Je découvre une nouvelle facette de ce Suédois prolifique et le moins que l'on puisse dire , c'est que j'en ressors enthousiaste en diable ! L'orphelin Africain , sujet porteur mais casse gueule . Sans tomber dans le misérabilisme , Mankell dresse le portrait d'un Nélio que la brutalité d'un pays gangréné par la drogue , couplé à une fatalité aussi fidele qu'un huissier de justice envers son débiteur , auront fait grandir et périr bien avant l'heure . Nélio a dix ans mais s'exprime déja comme un vieux sage . Son coeur d'enfant n'a que trop souffert le martyre , ses yeux d'enfant n'ont que trop pleuré la perte violente et définitive de proches , d'amis , de parents . C'est un parcours chaotique , brutal , excessif et pourtant , sans nul doute , terriblement commun dans un tel contexte , sur un continent ou la violence et la loi du plus fort regnent en maitres incontestés . Sa famille est attaquée . Décimée . Il en réchappe miraculeusement pour échouer dans cette grande ville dont il ne connait rien ni personne . Vif d'esprit , il s'acclimate rapidement et se lie d'amitié avec l'un des nombreux groupes d'orphelins pullulant dans la cité . Leur quotidien : la mendicité . le partage est de mise au sein de cette petite troupe de laissé-pour-compte . D'un naturel honnete , droit et genereux , Nélio passera rapidement du statut de petit nouveau à celui de chef incontesté . La suite , à vous de la découvrir . Une seule certitude , à la fin de ce bouquin , sa disparition vous laissera comme un grand vide . Nélio , au-delà de l'individu , cristallise l'ensemble de ces gamins livrés à eux-memes et fait réfléchir quand à la condition et la survie d'une telle population vouée , somme toute , à etre dans l'instant plus que dans la vie pour finalement disparaitre dans l'indifférence et l'anonymat le plus complet à un age ou les projets d'avenir devraient etre de mise...La famine taraude le corps et l'ame mais bien moins que ce perpétuel besoin d'amour , que ce sempiternel questionnement identitaire . Tour à tour poete , lyrique et exalté , Mankell n'occulte en rien le tragique destin de ces jeunes sursitaires mais assene son histoire avec une franchise et une pudeur admirables . Comment ne pas éprouver d'empathie pour ce digne gavroche Africain au verbe haut , qui se sait partir et l'accepte comme étant le terminal inéluctable et logique d'une éphémere vie de misere et de souffrances . Mankell a visé juste et fort ! Nélio va me manquer...
Comedia Infantil , véritable testament d'une jeunesse Africaine sacrifiée .
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          320
bilodoh
  06 août 2014
Magnifique! Un conte africain plein de drames et de sérénité.

Un enfant se meurt. Avant de partir, il raconte sa courte vie, son village détruit par les bandits, sa fuite et ses étranges compagnons de voyage, la survie vie dans les rues de la ville, ses amitiés et ses moments tragiques.
C'est un enfant extraordinaire, un sage vieillard dans un corps d'enfant. Certains le croient magique tant il détonne par son esprit et son courage. C'est aussi un enfant plein de coeur pour ses amis et plein de ruses pour jouer des tours aux méchants.

C'est un peu aussi l'histoire de l'Afrique, du colonialisme, des guerres de libération et des guérillas civiles sans fin, de la pauvreté et de la misère qui en résultent.
Mais avec le rêve, le théâtre et les petites joies qui donnent l'espoir d'un monde meilleur.
Un livre qui donne un autre regard sur le monde, un coup de coeur que j'ai grand plaisir à partager !
Commenter  J’apprécie          414
marina53
  07 novembre 2012
En plus d'être un excellent auteur de polars, Mankell est un fabuleux conteur.
José est boulanger et travaille pour Dona Esméralda. Dans la chaleur de la nuit africaine, on le retrouve sur le toit d'un théâtre, tout près d'un petit garçon, Nelio. Allongé sur un vieux matelas, mourant, Nelio lui raconte son histoire, comment il en est arrivé là, comment il a survécu jusqu'ici dans la rue et pourquoi on lui a tiré dessus.
Et, José, interminablement, parce que l'histoire de Nelio l'a touchée au plus profond de son être, raconte à tout le monde ces neuf nuits qu'il a passées au chevet de ce petit garçon.
Et, ce n'est pas l'envie qui me manque de vous raconter aussi cette belle histoire...
Mankell dépeint dans ce roman une Afrique triste, perdue dans ses conflits ethniques et dans les guerres de pouvoir. L'enfant des rues y est roi, et malheureusement la misère aussi.
C'est un terrible et superbe roman, tout en finesse et poésie.
C'est un roman indispensable pour prendre conscience de certaines situations tragiques.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          390
PiertyM
  26 avril 2018
Une livre humaniste très touchant qui nous relate la face la plus terrifiante d'une Afrique de la fin du XXe Siècle et début XXIe Siècle, avec une montée en puissance des rebellions à gauche et à droite. L'amer constat est que ce sont des enfants qui en périssent. Brutalisés, violentés, ils sont témoins des atrocités qui dépassent leurs âges. Ils en deviennent parce qu'il faut grandir vite. Traqués, traumatisés, ils se trouvent enrôlés comme enfants soldats, ou engagés à servir une autre forme de violence, et quand ils trouvent le moyen de s'en échapper, ils deviennent livrés à la nature, plus rien ne peut les contenir, ils sont devenus maitres d'eux-même. Leur enfance a été violée, leur jeunesse a été sacrifiée. Ils deviennent des bourreaux de leur génération qu'on est tenté de dire où va l'Afrique. Voici donc l'univers malsain dans lequel nous glisse Henning Mankell dans Comedia Infantil, toutes les misères de l'enfance centrées sur l'histoire de Nelio, un gamin de dix ans, ayant échappé au massacre de son village, ayant pris la fuite lors d'un test d'enrôlement comme enfant soldat par lequel on lui demande de tuer son propre cousin, ayant connu tous les tracas d'enfant de la rue, acquiert une sagesse surprenante qu'il résistera à la mort pendant neuf jours tant qu'il n'aurait pas fini de raconter son histoire à Antonio Maria Vaz...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          280
joedi
  31 janvier 2013
Un livre de plus qui révèle l'immense talent de conteur de Henning Mankell. Dans ce roman consacré à l'Afrique pour laquelle l'auteur éprouve un attachement particulier, il raconte la vie d'un petit garçon de dix ans condamné à l'errance dans un pays en proie à la guerre civile.
Henning Mankell, par les voix de Nelio, enfant de dix ans, et José Antonio Maria Vaz, boulanger, raconte la vie des enfants des rues, la fuite de Nelio après que son village a été incendié.
Une histoire crue telle qu'elle est dans sa réalité. A lire.
Commenter  J’apprécie          310

Citations et extraits (68) Voir plus Ajouter une citation
joedijoedi   30 janvier 2013
On plantait un arbre chaque fois qu'un enfant naissait et il pouvait ensuite indiquer son âge. Ceux dont les grands troncs épais offraient la meilleure ombre appartenaient aux gens qui étaient partis rejoindre le monde des esprits. Mais ils poussaient dans le même bois que ceux qui appartenaient aux vivants. Ils se nourrissaient de la même terre et de la même pluie. Ils attendaient les enfants qui n'étaient pas encore nés et les arbres qui n'étaient pas encore plantés. Un arbre ne donnait aucun indice sur la mort de quelqu'un, seulement sur sa naissance.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          200
marina53marina53   07 novembre 2012
Nelio abandonna ses cartes pour observer les gens affairés qui passaient devant lui sans le voir. Étaient ils encore vivants ou étaient ils déjà morts ? De temps en temps, il faisait un tour au bout de la jetée dans l'espoir de voir les requins qui apparaissaient parfois à l'entrée de l'embouchure. En regardant les rouleaux mourir sur la plage, il se demandait s'il y avait seulement un endroit où la vie était censée exister, à cette époque féroce. Où trouver suffisamment de force et de joie pour résister au désespoir ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          200
totototo   23 mars 2010
-Si tu demandais à Tristeza, à Alfredo ou un des autres ce qu'ils désirent plus que tout dans la vie, quelle serait leur réponse, à ton avis?
Au bout d'un moment, Nelio répondit
- Il y en aurait plusieurs.
- Je n'en suis pas aussi sûr que toi, dit Cosmos. Y a -t-il quelque chose qui l'emporterait sur tout le reste? Une maman, un ventre plein, des vêtements, des voitures, de l'argent?
Nelio continua à réfléchir en silence.
- Une carte d'identité, finit il par dire. Un papier avec une photographie qui prouve que tu es celui que tu es et personne d'autre.
-Je savais que tu trouverais, dit Cosmos. Voila ce dont on rêve. une carte d'identité. Mais pas pour savoir qui nous sommes. Nous le savons très bien. Mais pour avoir un papier qui nous donne le droit d'être ce que nous sommes.


Finalement, l'unique chose que la vie nous offre gratuitement, à nous les pauvres, aux gens comme Nelio et moi, c'est la mort.
Nous sommes forcés de consommer la vie à l'état brut. Et après...il n'y a plus que la mort qui nous attend.
Il ne nous est jamais donné d'envisager le lendemain sans crainte. Nous n'avons jamais le temps de préparer la joie ou d'astiquer nos souvenirs pour les faire briller.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
joedijoedi   27 janvier 2013
Les Blancs n'ont jamais compris l'importance des esprits dans la vie d'un être humain. Ils n'ont jamais compris la nécessité de maintenir de bonnes relations avec les âmes de nos ancêtres. Ils n'ont jamais compris que la vie d'un homme est une lutte incessante pour parvenir à garder les esprits de bonne humeur.
Commenter  J’apprécie          200
marina53marina53   26 avril 2015
Existe-t-il une solitude plus grande que celle d'un être humain qui doit affronter la mort tout seul, sans personne pour l'accompagner ?
Commenter  J’apprécie          460

Videos de Henning Mankell (23) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Henning Mankell
Rafale de propositions de lectures estivales. Des séries déjà classiques et d'autres très récentes. En particulier celle du norvégien Jørn Lier Horst, nouvelle gâchette du polar scandinave, héritier d'Henning Mankell. le dernier épisode des enquêtes de son héros, William Wisting, inspecteur au commissariat de Larvik, au sud d'Oslo, a le charme entêtant des suspenses à infusion lente. "Le disparu de Larvik" de Jørn Lier Horst, traduit du norvégien par Céline Romand-Monnier, "Série noire", Gallimard.
Une émission animée par Michel Abescat et Christine Ferniot. Réalisation : Pierrick Allain
Dans la catégorie : Littérature suédoiseVoir plus
>Littérature des langues germaniques. Allemand>Autres littératures germaniques>Littérature suédoise (182)
autres livres classés : afriqueVoir plus
Notre sélection Littérature étrangère Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Henning Mankell et Kurt Wallander

Deux hommes sont retrouvés morts sur un canot, exécutés d'une balle dans le cœur. Les corps sont identifiés : des criminels lettons d'origine russe liés à la mafia.

Meurtriers sans visage (1994)
Les Chiens de Riga (2003)
La Lionne blanche (2004)
L'Homme qui souriait (2005)
Le Guerrier solitaire (1999)
La Cinquième Femme (2000)
Les Morts de la Saint-Jean (2001)
La Muraille invisible (2002)
Avant le gel (2005)
L'Homme inquiet (2010)

10 questions
217 lecteurs ont répondu
Thème : Henning MankellCréer un quiz sur ce livre