AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782714452283
504 pages
Éditeur : Belfond (05/09/2013)

Note moyenne : 2.21/5 (sur 14 notes)
Résumé :
Londres, de nos jours.

Pour Tamara Sim, le moment est venu de saisir sa chance : après des années passées à végéter de stages en piges pour des magazines people, la jeune journaliste va enfin pouvoir déployer toute l'étendu de son talent et, qui sait, décrocher un poste à la revue S*nday. La mission est simple : réaliser une interview de la papesse du métier, Honor Tait.

À 80 ans, Honor Tait, l'ancienne correspondante de guerre, est anx... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (8) Voir plus Ajouter une critique
Bazart
  07 juillet 2014

Jusqu'où une journaliste de la press people peut aller pour obtenir un article qui fasse vendre ? Voilà la question principale à laquelle va essayer de répondre ce roman passionnant tout en nous ouvrant la porte du monde de la presse, avec ses différents secteurs, où toutes les manigances et les coups bas sont permis pour obtenir le scoop.
Une jeune journaliste ambitieuse essaie d'entrer dans l'intimité d'une dame agée, elle même correspondante de guerre en son temps et qui n'entend pas le lui permettre, afin de trouver de quoi écrire sur elle un article percutant, et cette recherche de l'article à tout prix ira jusqu'au abus, jusqu'à l'achat d'informations qui déclancheront du coup un scandale injustifié.
Après ce livre, qui dresse le portrait vitriolé d'une certaine presse, dans lesquels les sujets de fond ont laissé la place aux scandales et aux ragots, il est impossible de lire un journal à sensations de la même façon.
Lien : http://www.baz-art.org/archi..
Commenter  J’apprécie          210
Laury-Anne
  15 octobre 2014
Un pitch qui s'annonçait prometteur mais un résultat décevant.
Honor Tait est une vieille femme de 80 ans. Celle qui fut l'une des pionnières dans le journalisme, en étant présente lors de la libération des camps de concentration, en couvrant les différents conflits du XXe siècle dont celui du Vietnam, en partageant ses soirées avec Sinatra, Kennedy, Monroe et les autres, n'est plus qu'une dame âgée et endettée, qui ne sera tranquille que lorsqu'elle aura envoyé à son éditeur la nouvelle préface de la réédition de ses mémoires, un best-seller salué par la critique.
De l'autre côté, Tamara Sim, une jeune journaliste aux dents qui rayent le plancher. Sa spécialité ? La presse people et faire des tops : les 10 pires coiffures, etc. Elle ne rêve que d'une chose : gravir les échelons dans le milieu du journalisme.
Qu'ont en commun ces deux femmes ? Rien, hormis le fait que la seconde se voit l'honneur d'interviewer la première. Enfin, un honneur, ce n'est pas vraiment ainsi que l'interprète Tamara. Elle n'en a rien à faire de cette vieille chose qui ressasse sans cesse ses histoires de guerre et ne lui donne aucun potin croustillant. Alors si Honor ne lui donne pas ce qu'elle veut, elle le trouvera de manière plus ou moins catholique. Quitte à faire quelques dégâts sur son passage…
Il y a de beaux moments dans ce texte, notamment dans l'accouchement de la préface d'Honor. Si je dis « accouchement », c'est bien parce que c'est le terme qui me semble le plus approprié. On voit la construction du texte : elle décide de raconter un événement qui s'est passé lors de la libération de Buchenwald, et au fur et à mesure des réécritures de ce passage, on sent qu'on va arriver à un dénouement tragique.
Mais le gros reproche que je fais à ce texte, c'est qu'il ne s'y passe pas suffisamment de choses pour moi. Attention, je ne dis pas que ça devrait être un roman d'aventures ou quoi, nous ne sommes pas du tout dans ce type d'ouvrage, et ce n'est pas ce qu'on lui demande. Néanmoins, je trouve que les relations entre Honor et Tamara auraient du être encore plus cruelles, encore plus incisives. Et la chute m'a semblé bâclée, avec une révélation qui tombe un peu à plat. Tous les éléments étaient là pour en faire un livre à l'atmosphère très travaillée, un livre de tensions, mais là la réalisation n'a pas été du tout à la hauteur de mes espérances.
Lien : http://therewillbebooks.word..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
luocine
  04 avril 2014
Un livre très intéressant sur un sujet qui ne m'intéresse absolument pas: la presse à scandale anglaise. Mais après certaines révélations de la presse française est-on si loin des tabloïds britanniques.
C'est un roman à deux voix , une jeune pigiste intéressée seulement par les scandales que l'on peut lire à longueur de journées dans la presse. Elle vit dans une galère absolue et court après tous les articles pour finir ses fins de mois .
Elle a la surprise de se voir confier par une rédactrice d'un journal plus prestigieux,un article sur une journaliste très très âgée qui méprise complètement la presse d'aujourd'hui.
Le roman permet de décrire tous les rouages de la presse et raconte très bien les difficultés des jeunes à s'imposer dans ce monde sans pitié.
Et à l'opposé la voix de la vieille femme qui a parcouru tous le siècle avec les horreurs qu'on connaît mais avec une culture qui est si loin des préoccupations de la jeune Tamara venue l'interviewer .
le choc de ces deux mondes donne lieu à des moments d'humour assez drôle.
L'intrigue est assez bien menée .
Je pense que c'est important de lire un tel livre, mais je crois que les gens qui croient à la presse à scandale ne liront pas ce genre de roman , dommage!.
Quant aux autres, les gens comme moi, on sait qu'on peut inventer n'importe quoi dans ces journaux et qu'à part le sexe et l'argent rien d'intéressant n'y est vraiment traité .
Intéressant mais très triste sur l'état de notre société!
Lien : http://luocine.over-blog.com..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Nikoz
  16 février 2014
Étonnamment bon livre, qui gagne en profondeur sur la fin. Une belle interrogation sur la mémoire et la vérité.
Commenter  J’apprécie          30
zakfm
  18 décembre 2016
Trop long, trop de remplissage ennuyeux, trop pédant. J'ai réussi à tenir jusqu'à la page 193, et là j'ai basculé à la 400ème pour connaître la fin, aussi décevante que le reste.
Commenter  J’apprécie          10

Citations et extraits (22) Voir plus Ajouter une citation
rkhettaouirkhettaoui   29 septembre 2013
On obtenait ce qu’on voulait en échange d’une poignée de billets. Il n’y avait pas de honte à ça ; c’était l’avantage d’être indépendante financièrement, car, en cette seconde moitié du siècle, les femmes avaient les moyens de profiter d’un service auquel les hommes ne se privaient pas d’avoir recours depuis des millénaires. Mais la discrétion était de mise. Les préjugés étaient encore puissants.
Commenter  J’apprécie          20
rkhettaouirkhettaoui   29 septembre 2013
Passé soixante-dix ans, rien ne paraissait plus ridicule que de vouloir se remettre en forme. Non seulement on n’était pas censé s’émouvoir devant le sac à viande en putréfaction que devenait son corps mais encore il aurait été idiot, sous prétexte que l’on pratiquait quelques contorsions par jour, d’espérer interrompre le processus et éviter la disparition imminente.
Commenter  J’apprécie          10
rkhettaouirkhettaoui   29 septembre 2013
Il y avait eu beaucoup de gens dans sa vie. Dans ses moments les plus noirs, elle les comptait, cherchait des braises dans les cendres du volcan éteint. Il lui semblait parfois que ses amours, ses amitiés de longue date avaient généré à peine assez de chaleur pour se réchauffer les mains.
Commenter  J’apprécie          10
rkhettaouirkhettaoui   29 septembre 2013
Elle souleva le cadre de son clou et le tint entre ses mains, admirant – oui, pourquoi ne pas l’admettre ? – la façon dont la lumière modelait ses épaules et éclairait le gardénia à sa boutonnière. Une fleur aux pétales aussi soyeux et doux que le visage ingénu où s’épanouissait une volupté précoïtale. Comme les photos mentaient bien, parfois à notre avantage. Selon les critères de l’époque, elle n’était plus vraiment jeune ; elle avait atteint la trentaine et traînait derrière elle une guerre, un mariage raté et plusieurs liaisons malencontreuses.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaouirkhettaoui   29 septembre 2013
L’argent n’était plus ce qui l’intéressait ; la vraie récompense était l’euphorie qu’elle ressentait à avoir réussi un tel coup. El País, Le Monde, Frankfurter Allgemeine Zeitung, Izvestia, Kathimerini, O Globo, La Prensa, The Times of India : ils l’avaient tous acheté. Quant aux journaux qui n’en avaient pas les moyens ou qui ne s’encombraient pas de scrupules, ils se l’étaient tout simplement approprié, gratis, et s’étaient dépêchés de le publier avant leurs rivaux, ce qui avait provoqué une pandémie de spoilers aux quatre coins de la planète.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00

Video de Annalena McAfee (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Annalena McAfee
Découvrir le livre : https://bit.ly/2ZAaTgF
Eve erre dans Londres en se remémorant sa vie passée, sa jeunesse folle dans le New York de Warhol, son mariage, sa carrière de peintre, et ce moment où tout a basculé. Annalena McAfee nous livre un roman aussi subtil qu'haletant sur le monde de l'art, son sexisme et ses excès. le portrait saisissant d'une femme au bord du gouffre…
autres livres classés : presse à scandaleVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Londres et la littérature

Dans quelle rue de Londres vit Sherlock Holmes, le célèbre détective ?

Oxford Street
Baker Street
Margaret Street
Glasshouse Street

10 questions
797 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , littérature anglaise , londresCréer un quiz sur ce livre