AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres
EAN : 9782253905028
Préludes (09/01/2019)
  Existe en édition audio
3.69/5   569 notes
Résumé :
Kate vient de se voir confier l’affaire de sa vie, celle qui va accuser l’un des hommes les plus proches du pouvoir d’un terrible crime. Kate doit faire condamner James Whitehouse.
Sophie adore son mari, James. Elle est prête à tout pour l’aider et préserver sa famille. Sophie doit trouver la force de continuer comme avant.
Comme avant, vraiment ?
Quels sombres secrets dissimule le scandale, et à quel jeu se livrent réellement ces deux femmes et... >Voir plus
Critiques, Analyses et Avis (166) Voir plus Ajouter une critique
3,69

sur 569 notes

iris29
  01 avril 2019
Un véritable page-turner que j'ai littéralement dévoré !
Mais avant de vous parler du contenu , je parlerai du titre…
Peut- être connaissez- vous la série télévisée Grey's anatomy , qui raconte l'arrivée et le quotidien d'une jeune interne en médecine ( Meredith Grey ) , à l'hôpital de Seattle ? Mais savez- vous que le titre était inspiré par un ouvrage de médecine paru en 1858 , Gray's anatomy (Anatomy, descriptive and surgical) , écrit par le docteur Henri Gray, un bouquin de médecine traitant de l'anatomie humaine, encore étudié aujourd'hui ?
A ce jour , en Grande Bretagne et en Amérique, des références, et clins d'oeil à ce livre , sont présents dans ( au moins ), sept oeuvres artistiques, qui vont de la série télévisée aux tableaux de Basquiat….
Et donc , huit oeuvres avec ce roman , Anatomie d'un scandale , qui raconte le procès d'un notable accusé de viol par son ex- maitresse, un homme qui est le meilleur ami du premier ministre anglais…
Un procès que l'on suivra sur plusieurs angles : deux époques ( 1992 et 2016) et cinq personnages , (mais ne vous inquiétez pas pour la compréhension , tout est parfaitement clair et limpide ! ).
Le roman s'ouvre en 2016, avec Kate , l'avocate de la plaignante, une femme qui s'est consacrée à sa carrière, persuadée que James est coupable, et totalement résolue à lui faire payer son acte.
Puis nous suivons Sophie, la femme parfaite de l'accusé qui a mis sa carrière entre parenthèses pour mieux accompagner son mari dans la politique . Elle doit faire face à l'adultère de son mari, elle qui "l'aime comme au premier jour" , (pour reprendre une célèbre réplique du couple Sinclair/DSK… ).
Trahison, Chagrin, honte, et tous ces gens qui chuchotent sur son passage ou ces connaissances, ces "amis" qui lui tournent le dos…
Mais il faut soutenir son mari, ne rien lâcher aux médias, penser aux enfants...Rester digne, rester debout, toute la journée …
Si le procès raconte le viol et la relation qu'entretenait le mari avec son assistante, décortiquant points par points, gestes par gestes , anatomiquement , la liaison , 'on assiste également à la "dissection" de ce mariage.
On assiste aussi à la construction de cette jeunesse , issue de la bourgeoisie anglaise , née avec une cuillère en argent dans la bouche , fréquentant les meilleures universités , qui se croit tout permis et qui méprise les classes populaires .
Des gens comme Holly, petite étudiante provinciale , qui s'excuserait presque d'être à Oxford , alors qu'elle a obtenu une bourse, grâce à son travail et à son intelligence et qui sera un temps, la binôme de Sophie .
Ou Allison, l'amie fidèle de Holly , sur qui elle pourra compter toute sa vie.
Faisant écho à l'actualité , cette histoire pourrait être adaptée au cinéma ou en série télévisée, , elle est riche de tellement de thèmes : consentement, viol, adultère, mariage, place de la femme, , classes sociales, impunité des puissants, politique, hypocrisie , mensonges, ascension sociale, famille, études, construction de soi ….
Un roman que j'ai trouvé fascinant et ultra agréable à lire…
PS : Une série avec Sienna Miller est disponible sur Netflix....
Challenge Mauvais Genres
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          927
Annette55
  13 février 2021
Tout a été dit déjà mais quel ouvrage !
Lu je dirais même dévoré tellement son contenu s'avère d'une actualité brûlante ....458 pages .
Voici deux extraits significatifs «  le viol est un crime particulièrement écoeurant ; ——surtout s'il n'a pas été commis par un inconnu qui nous menace à l'arme blanche dans une ruelle où nous plaque au sol ——p 336, »

«  L'ennui avec les femmes, c'est qu'elles n'ont pas le courage de leurs convictions , c'est qu'elles ne savent pas ce qu'elles veulent «  disait - il au sujet de ses collaboratrices »p 428.
Un thriller psychologique bien construit , l'intrigue fluide nous happe entre les années 1993 au sein de l'université d'Oxford où les représentants de la jeunesse dorée menaient leurs études tambour battant , souvent filles ou fils de vicomtes et barons , entre description pointue du climat studieux de la bibliothèque et ses lambris où quelques rares filles du peuple travaillaient et soirées d'excès , drogue , alcool, balades , esbroufes , lignes de coke , jusqu'au viol manifeste——sentiment de supériorité , d'invincibilité ——-dans l'esprit de ces GENS BIEN NÉS et mai 2017 où Kate - alias Holly , mène un procès pour viol éclaboussant la classe politique anglaise , James Whitehouse, sous - secrétaire d'état très séduisant, au charme irrésistible , marié à Sophie manipulée par son mari .
Il aurait violé sa jeune assistante parlementaire dans un ascenseur , Olivia, avec qui il avait eu une liaison durant quelques mois .
Cet ouvrage décortique avec brio les étapes du procès .
Il dresse un portrait brûlant de notre société , Kate Woofcroft quarante ans , aime son métier d'avocate , les crimes sexuels sont le domaine qui la touchent , elle désire gagner .....
L'auteure dresse des portraits acérés et sans concession , souvent au vitriol des protagonistes , Jim Stephens , journaliste médiocre du Chronicle, celui de Tom , premier ministre , ami intime de James , Sophie , les étapes douloureuses et tardives de sa prise de conscience, la souffrance qui en résulte.
En fait tout tourne autour des contours flous de la notion de «  consentement » .
Kate veut détruire James , Sophie désire le sauver .
Elle adore son mari , prête à tout pour l'aider et préserver sa famille .
JUSQU'OÙ ?
Mais la vérité est une chose dangereuse .
De sombres secrets machiavéliques dissimulés reviennent en boom - rang , cet ouvrage contemporain questionne sur les relations de couple, les relations hommes / femmes , le sentiment de supériorité , la bassesse , l'hypocrisie , les non dits , le scandale , grâce à des retours dans le passé donnant un éclat particulier au procès d'un terrible crime sexuel....
.....
Un très bon roman sulfureux , ténébreux , puissant ,riche entre passé et présent.. aux portraits psychologiques précis , fouillés, remarquables ,à l'intrigue décortiquant les arcanes sulfureuses du monde politique , une radiographie au petit point du mariage , dans un certain milieu .
Lisez - le !


J'avais lu «  La ferme du bout du monde » .....de cette auteure avec grand plaisir .
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          533
sylviedoc
  06 janvier 2021
Un roman terminé depuis déjà quelques jours (l'an dernier !), et dont j'ai un peu de mal à faire la critique, parce que je balance entre des sentiments ambivalents par rapport à cette lecture.
Je m'explique, enfin j'essaie : l'intrigue tourne autour de la notion de consentement, en l'occurrence celui d'Olivia Lytton, assistante parlementaire du très séduisant James Whitehouse, sous-secrétaire d'Etat mais surtout ami de très longue date du Premier Ministre britannique. James et Olivia ont été amants durant quelques mois, rien que de très classique, hélas, jusqu'à que Monsieur se lasse et préfère revenir à sa dévouée épouse Sophie, avec laquelle il a deux enfants. Mais voilà que James a un petit coup de revenez-y, et s'offre un dernier "bon moment" avec Olivia dans un ascenseur juste avant une réunion de travail. Sauf que...
Olivia ne voyait pas les choses comme ça. Toujours amoureuse et pensant que leur liaison allait reprendre, elle prend très mal une remarque post-coïtum en sortant de l'ascenseur : "Merci pour ce moment. C'est exactement ce dont j'avais besoin" p.54. Et à partir de là, tout va s'enchaîner.
C'est Kate, avocate pénaliste spécialisée dans les crimes à caractère sexuel qui va défendre Olivia devant le tribunal londonien. Kate qui est déterminée à démontrer qu'Olivia a bien été victime d'un viol, qu'elle ne consentait pas à ce dernier rapport, et que James doit payer. Mais payer pour quoi exactement ? C'est tout le propos de ce roman, qui va analyser au mot près à quel moment il aurait fallu s'arrêter et comprendre que finalement non, la partenaire ne voulait pas aller jusque-là, en tout cas pas dans ces circonstances-là.
L'histoire se déroule sur deux périodes : en 2016-2017 au moment du procès, et en 1992-1993, quand James est étudiant à Oxford, en même temps que Sophie (ils auront d'ailleurs une première liaison à cette période-là, avant de rompre brusquement, pour se retrouver une dizaine d'années plus tard et finalement se marier), et que Tom, le fidèle ami devenu Premier Ministre. On fait aussi la connaissance de Holly Berry, qui a été admise dans cette prestigieuse université grâce à ses mérites et ses capacités, et non pas de ses origines ou de la fortune familiale. Holly a d'ailleurs du mal à s'intégrer, elle ne comprend pas les coutumes étranges de ces jeunes gens pour qui beuveries et orgies suivies de saccage des lieux sont monnaie courante ("vous serez dédommagés, bien sûr", lance un membre du club des Libertins au malheureux restaurateur qui voit son établissement détruit après une de ces soirées arrosées...d'ailleurs il devrait considérer que c'est un "honneur" d'avoir été choisi pour les accueillir).
Holly ne restera d'ailleurs pas très longtemps à Oxford, ce n'est pas son monde, et l'amitié d'Alison ne suffira pas à la retenir, ni son "binôme" Sophie.
On comprend assez vite que l'origine des faits de 2016 remonte à l'époque des études, ainsi que les rapports entre les différents protagonistes.
Il m'est difficile d'expliquer sans en dévoiler davantage pourquoi ma note n'est pas plus généreuse, mais je vais tenter quand même. La narration est agréable, l'intrigue fluide et bien conçue, les personnages vont éveiller chez le lecteur des émotions contraires mais en tout cas ne le laisseront pas indifférent (par exemple je n'ai pas du tout réussi à apprécier Kate, et j'ai eu du mal à comprendre Sophie, alors que j'étais totalement en empathie avec la jeune Holly ). Les "arrangements" entre politiciens, l'importance des appuis, tout ce pan est fort bien décrit et je pense très proche de la réalité. La fin est habile aussi. Mais qu'est-ce qui ne colle pas alors ? Et bien pour moi c'est le fond du propos. J'ai du mal à admettre l'idée qu'une avocate soit à ce point obnubilée par l'idée qu'il faut faire condamner à tout prix un homme, quitte à manipuler les faits et les mots pour les tourner dans le sens qui l'arrange. Je ne vous dirai pas si la stratégie a fonctionné ou pas, mais le procédé ne me plaît pas. Bien sûr, elle a ses raisons pour agir de la sorte, et James est l'archétype du mec qui pense que toutes les femmes ne rêvent que d'être séduites par lui, mais quand même...couper les cheveux en quatre sur le plus petit détail, j'en avais un peu marre au bout d'un moment.
Je comprends parfaitement les billets bien plus enthousiastes que le mien, mais c'est peut-être aussi une question de génération. Pour moi qui ai connu une jeunesse très libérée et fêtarde (mais pas destructrice comme dans le roman, je vous rassure !) bien loin de l'esprit #metoo, il y a dans cette histoire quelque chose qui me dérange, voire me choque. C'est un vaste débat que la notion de consentement, et des circonstances qui font qu'un rapport sexuel pourra plus tard être qualifié de viol, et ce n'est pas moi qui vais résoudre la question !
Cependant "Anatomie d'un scandale" reste une lecture très recommandable.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          4518
isabelleisapure
  01 mars 2019
Je découvre avec ce roman la plume de Sarah Vaughan dont j'ai lu de nombreuses critiques élogieuses au sujet de ses précédents écrits.
Et je dois dire que je ressors assez conquise de cette lecture.
Sarah Vaughan nous propose un thriller parfaitement maîtrisé qui nous entraine dans les hautes sphères de la politique avec James Whitehouse, sous-secrétaire d'état, bras droit du premier ministre, mari modèle et père attentif.
Alors que fait-il dans le box des accusés devant répondre à la justice d'un viol sur la personne de son attachée parlementaire qui est également sa maîtresse ?
Le principal atout de ce roman qui malgré une intrigue assez mince reste un excellent page-turner réside dans la complexité des personnages.
Outre James Whitehouse, nous découvrons Sophie diplômée d'Oxford, épouse admirative, amoureuse qui a une confiance inébranlable en son époux volage et se sent prête à le soutenir envers et contre tout.
Et que dire de Suzanne, l'avocate acharnée, qui s'est juré de faire tomber l'accusé et en fait une affaire personnelle ?
Quant à la victime, elle peine à étaler devant les jurés les circonstances de l'agression qu'elle a subie.
L'auteure corse son histoire en nous ramenant vingt-cinq ans en arrière pour nous faire découvrir la vie de quelques privilégiés qui vivent leurs études comme une fête permanente, persuadés du bon droit que leur donne l'aisance financière de leurs parents, face à ceux plus modestes obligés de travailler dur pour se faire une place.
Les deux histoires vont bien sûr se croiser pour une intrigue toujours plus addictives, même si, comme je l'ai déjà dit, il n'y a pas d'énormes rebondissements.
Plus que par son suspens « Anatomie d'un scandale » séduit par l'atmosphère lourde qui s'en dégage.
Pour moi, ce fût une intéressante découverte et je compte bien lire d'autres livres de Sarah Vaughan.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          470
Brooklyn_by_the_sea
  30 mars 2021
Un roman anglais au goût poivré.
James Whitehouse a tout pour lui : jeune, beau, sexy, intelligent, athlétique, riche, issu des meilleures écoles anglaises, époux aimé et père adoré, député conservateur (ça, c'est moins glamour) et grand pote du Premier Ministre britannique. Oui, mais... le voici plongé au coeur d'un procès retentissant, au cours duquel il doit affronter Kate Woodcroft, avocate implacable, qui fera tout pour faire reconnaître sa culpabilité dans une affaire sordide qui fait les délices des tabloïds.
J'ai bien aimé ce roman, qui nous plonge dans les arcanes du système judiciaire anglais sans jamais être rébarbatif. Il alterne les époques et les points de vue des principaux personnages, offrant une analyse pertinente et nuancée du député sûr de lui, de son épouse bourgeoise, et de l'avocate pugnace -bien sûr, tous jouent un rôle, et Sarah Vaughan excelle à décortiquer les rouages psychologiques de chacun d'entre eux. A travers ce roman, on plonge également dans le monde universitaire d'Oxford (ambiance "Morse" garantie), avec ses bâtiments gothiques, ses bibliothèques silencieuses, ses courses d'aviron, et ses étudiants richissimes, brillants et arrogants.
L'auteur parvient à entretenir un suspense croissant, en distillant ses révélations ici et là, jusqu'au verdict du procès. Ensuite, la tension se relâche -ou alors, c'est simplement mon attention qui s'est relâchée. Mais j'ai néanmoins pris grand plaisir à cette lecture addictive, bien documentée et à l'atmosphère so British.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          387


critiques presse (1)
Actualitte   27 février 2019
Tout à la fois thriller psychologie et drame, dans ce huis-clos de la salle d’audience, le livre éclaire notre société – totalement aveuglée. Ne manque qu'à peine le scalpel, pour passer de l'anatomie à l'autopsie, d'un scandale.
Lire la critique sur le site : Actualitte
Citations et extraits (43) Voir plus Ajouter une citation
iris29iris29   09 avril 2019
Sophie Greenaway : oui, c'est elle. L'une de ces beautés qui ont traversées les années d'université avec aisance, qui n'ont presque jamais perdu de temps avec ceux qui n'étaient pas du même milieu, qui savaient les identifier, sans qu'on ait besoin de le leur expliquer, presque comme si elles le sentaient. Des filles qui étudiaient l'histoire de l'art, les lettres modernes ou classiques. Rien de trop spécifique ou utile, encore moins une matière scientifique, car trouver un poste tout juste après l'université n'était pas une priorité - elles n'avaient pas de prêt à rembourser , elles.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          220
iris29iris29   30 mars 2019
Et alors, oui, une jeune femme qui a été tripoté par son patron ou embrassée par un soi- disant ami cherchera peut- être à minimiser cet accident. Elle se refusera à voir le mal partout : ça ne lui ressemble pourtant pas, mieux vaut oublier et passer à autre chose. .. Même si elle a le cœur qui tambourine, et si une vague de peur la traverse, lui suggérant une toute autre réalité.
Mais elle s'aveugle, et ce n'est pas étonnant.
Les hommes peuvent toutes nous rendre aveugle.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          200
Annette55Annette55   12 février 2021
«  Ce premier trimestre à Oxford fut formateur .
Il lui enseigna la vie, ou plus exactement la possibilité d’une autre vie que la sienne.
Elle découvrait ainsi que ses anciennes certitudes —— sa façon de manger, de parler, de penser——- pouvaient être décomposées puis assemblées différemment .
La vie pouvait devenir plus éclatante , plus difficile, acquérir une texture et une complexité qu’elle n’avait jamais eues auparavant » ...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          150
krzysvancokrzysvanco   01 juillet 2022
Elle sait que James a déjà menti, devant la police, en 1993. Et il lui a caché, à elle, son histoire avec Olivia ; elle a des preuves continuelles et irréfutables de ses mensonges depuis que le scandale a éclaté. De surcroît, sa profession lui a enseigné l’art de la pirouette. Cela fait partie du jeu politique, au même titre que la manipulation des statistiques et des chiffres, l’omission délibérée d’un fait de peur qu’il vienne affaiblir un argument, ou la propension à arrondir les angles.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
iris29iris29   29 mars 2019
Elle imagine ce que sa mère ferait à sa place : elle se servirait un double whisky, sortirait avec les chiens pour une promenade vivifiante le long des falaises fouettées par le vent. Elle n'a pas de chiens sous la main. Pas non plus de sentier côtier isolé sur lequel aller se vider la tête...
Commenter  J’apprécie          220

Videos de Sarah Vaughan (21) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Sarah Vaughan
ANATOMIE D'UN SCANDALE Bande Annonce VF (2022)
autres livres classés : violVoir plus
Notre sélection Polar et thriller Voir plus





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
2453 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre