AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : B003V07UGS
Éditeur : Robert Laffont (30/11/-1)

Note moyenne : 4.5/5 (sur 2 notes)
Résumé :
Quittant la mer, Jean Merrien entreprend de parcourir nos côtes par les plages et les grèves. Il pose sur chaque station balnéaire, chaque port, chaque île un regard libre ; il dit son sentiment avec enthousiasme ou colère ; il révèle tout ce qui découvre à marée basse...Choisissez avec lui votre lieu de vacances ou de promenade.
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
gill
  26 janvier 2014
"Le livre des côtes de France" de Jean Merrien, je ne m'en lasse pas alors quand, il y a quelques jours, trainant dans une braderie de livres, à Kervignac près d'Hennebont, je suis tombé sur une édition différente de celle qui trône, en première place, dans ma bibliothèque.
Je n'ai à aucun moment hésité à l'acheter.
Imprimé par "le Club des Amis du livre", avec l'aimable autorisation des éditions "Robert Laffont", ce volume reprend le premier et la moitié du deuxième tome de l'édition d'origine qui était déclinée en trois tomes.
Il entame sa balade sur la côte des dunes, de la Belgique à la Somme, pour lâcher l'ancre devant l'espalier breton, en pays de la côte sud de Bretagne, de Lesconil à Piriac.
Dans cette belle édition, Jean Merrien nous décrit donc, faisant preuve d'une ahurissante connaissance, les côtes Nord et Ouest bordant la mer du Nord, la Manche et l'Atlantique.
Mais le marin, qu'il est, s'est effacé et a fait place au promeneur, à l'homme du bord de mer, au flâneur pour nous parler de dunes, de sable, de falaises, de rochers, de pêche à pied et de vacances à envisager.
Rien ne lui échappe.
Bien sûr, certains lieux, très touristiques sont incontournables. Mais ce livre nous parle, aussi parfois et surtout, d'endroits improbables et moins connus dont on s'étonne que son auteur puisse en soupçonner même l'existence.
Le détail du propos témoigne d'une réelle connaissance de l'endroit.
Lorsque Jean Merrien, parle de Barfleur et de Saint-Vaast la Hougue, les deux petits ports du Val-de-Saire dont je viens. Il me semble, à moi qui suis du terroir, qu'il est "barfleurais" ou "sainvatais" ou qu'il l'a été.
Cette édition, datée de 1962, présente de nombreuses photos et quelques cartes crayonnées en noir et blanc. le texte est le même que dans l'édition d'origine. Il est simplement redécoupé.
Le propos est passionnant, vivant et très littéraire.
Jean Merrien nous offre un ouvrage indémodable qui est, en même temps qu'une belle promenade, une véritable référence dont la littérature peut être fière.

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          220
gill
  02 décembre 2012
Jean Merrien entame, avec cet ouvrage en trois tomes, un tour des côtes et du littoral français.
Il aurait pu l'intituler "le roman des côtes de France" car c'est un ouvrage à mi-chemin entre la géographie et la littérature.
Ce n'est, en tout cas, assurément pas un guide touristique.
Ce livre, véritable littérature maritime, s'adresse à ceux qui n'ont pas de navire, les touristes, les estivants, les baigneurs, à tous ceux dont le lien avec la mer est la côte.
Paru en 1959, il est devenu, aujourd'hui, grâce à ses textes descriptifs évocateurs, une série de cartes postales originales qui nous restitue un monde maintenant disparu.
Jadis, il rêvait d'en faire le circuit entier par les chemins douaniers, à pied ! Cela eût prit trop de temps. Pourtant, tout au long de sa vie marin, il a longé cette côte qu'il connaît si bien, il l'a explorée d'un bout à l'autre, sans omettre une seule station, une seule anse sauvage.
Je viens de dénicher ce livre dans vide-grenier en pays de Morbihan. Jeté dans un cageot de pommes, il attendait, confiant, que quelqu'un vienne le sortir d'une injuste indifférence.
Jean Merrien décrit, à la fin des années 50, la plage de la Sambière à Barfleur comme "nulle et non avenue". Elle était, définitivement, abandonnée des touristes, à la fin des années 70, au profit de la plage de sable fin derrière l'église et de celle du Cracko. Et pour se baigner les enfants du pays préfèrent sauter dans le port ou enjamber, à marée très haute, la barrière interdite du bateau de sauvetage pour plonger de sa rampe de mise de mise à l'eau.
Cet ouvrage, consacré aux côtes de la mer du Nord et de la Manche, est une vraie réussite et un ouvrage passionnant que vous pourrez ouvrir l'été prochain, étendus sur la plage, avec beaucoup de plaisir.
Et si vous hésitez sur votre destination, je me permets de vous conseiller un petit tour de "Hougue et Hague".
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
Citations et extraits (3) Ajouter une citation
gillgill   02 décembre 2012
Barfleur
(Les gens du pays, les vrais, prononcent "Barfieu" ; comme toujours ce sont eux qui ont raison : l'étymologie est le saxon "fleod", flot ; l'r, comme à Honfleur, à Harfleur et à Vittefleur, est une assimilation ultérieure aux consonnances du français, le nom s'est éctit "Barfleu").
La plage de Barfleur est (Seigneur, je vais me faire étrangler par les gens que j'aime !), est, hum, (je déguste ma dernière salive), est ...nulle et non avenue. Touchante, d'ailleurs : un pré, une petite descente, un cailloutis, un peu de sable, des roches (avec quelles crevettes roses ! - qui rachètent tout), trois ou six cabines de bain qui, de temps en temps, se cassent figure parce que la mer mine leur socle, et un petit bistrot de planches.
Mal ? Mais non ! c'est justement ce "rien" qui est délicieux pour nous.
L'attrait de Barfleur est autre. Et il est puissant.
Barfleur, comment vous dire ? C'est le "petit port" à l'état pur. Une sacrée entrée, roches et roches, et re-roches en travers de courant. Une passe étroite, une flaque, d'eau à marée haute, de vase jolie à marée basse ; des quais déserts, avec de vieux nonhommes, que personne n'a gâchés en les photographiant. Quelques bateaux, appuyés sur ces quais, ou vautrés sur la douce vase.
Un bourg, dont les maisons de granit sont une leçon à tous les architectes de la terre. Je rêve de leur congrès international à Barfleur ; on leur montrerait : "cela est si simple, vous ne serez jamais fichus de le refaire : c'est la pureté."
Et puis, la pointe...
(extrait du chapitre consacré à "Barfleur", petit port du Val-de-Saire dans le Nord-Cotentin)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
gillgill   26 janvier 2014
La côte de Hougue
Découvrez-la. Elle est secrète.
Vous ne la verrez pas aisément. Votre voiture ne vous y porterait que de point en point, comme pour des sondages.
Elle passera le long de l'anse de Crabec : saurez-vous comprendre ce fouillis de roches basses ?
Elle vous ménera au pied de l'immense baguette qu'est le phare de Gatteville.
Ayez le courage de monter ses 71 mètres : le plus prodigieux horizon marin vous attend en haut.
Voyez les courants du raz rebrousser les lames, gicler au travers de la herse infinie des roches.
Longez - là, il vous faudra marcher - longez le cordon de galets entre la mer et l'étang de Gattemare. Oh ! pardon, j'oubliais : puisque vous êtes à pied, vous avez "tourné" le petit havre de Roubaril.
Vous vous y êtes baigné, comme on se baigne dans une crique de Port-Cros, qui serait de sable astiqué de frais.....
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
gillgill   02 décembre 2012
Quittant la mer, Jean Merrien entreprend de parcourir nos côtes par les plages et les grèves. Il pose sur chaque station balnéaire, chaque port, chaque île un regard libre ; il dit son sentiment avec enthousiasme ou colère ; il révèle tout ce qui découvre à marée basse...Choisissez avec lui votre lieu de vacances ou de promenade.
(quatrième de couverture de l'édition parue chez "Roibert Laffont" en 1959)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Video de Jean Merrien (1) Voir plusAjouter une vidéo

Jean Merrien : Dictionnaire de la mer
Depuis COLLIOURE, dans les Pyrénées-Orientales, Olivier BARROT présente le livre "Dictionnaire de la mer, le langage des marins, la pratique de la voile", de Jean MERRIEN, réédité par Omnibus. Dessins en banc-titre.
autres livres classés : RégionalismesVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Marseille, son soleil, sa mer, ses écrivains connus

Né à Corfou, cet écrivain évoque son enfance marseillaise dans Le Livre de ma mère. Son nom ?

Elie Cohen
Albert Cohen
Leonard Cohen

10 questions
268 lecteurs ont répondu
Thèmes : provence , littérature régionale , marseilleCréer un quiz sur ce livre