AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2812316810
Éditeur : Editions du Chêne (27/09/2017)

Note moyenne : 4.67/5 (sur 3 notes)
Résumé :
Dégâts sur l'environnement, utilisation massive d'engrais et de pesticides, surproduction, endettement, effondrement des revenus, mal-être paysan, maltraitance animale...
Le monde agricole français est aujourd'hui en plein désarroi. Face à cette situation de crises agricole, écologique, humaine et animale, après l'hérésie de la ferme des 1000 vaches, cette ferme-usine devenue symbolique des dérives de l'agriculture industrielle et productiviste, n'est-il pas... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
ManouB
  14 mars 2018
Est-il encore possible de sauver l'agriculture et donc nos terroirs ?
Faut-il arrêter de consommer de la viande, à la fois pour préserver le bien-être animal et notre planète ?
Quelles sont les alternatives actuelles ?
Comment échapper aux dérives des industries agro-alimentaires ?
Comment aller vers une agriculture durable et responsable ?
Comment nous nourrir convenablement aujourd'hui et nourrir notre famille tout en préservant à la fois notre santé et notre planète ?
Voilà une lecture enrichissante qui propose au lecteur des pistes de réflexion indispensables pour mieux comprendre et mieux appréhender les conséquences des réformes actuelles.
Dans ce livre documentaire, l'auteur donne la parole à de nombreux agriculteurs qui nous expliquent leurs difficultés, la façon dont ils se sont laissés prendre au piège d'un système de production qui ne leur permet plus de vivre décemment de leurs activités, et les endette pour des années, ce qui explique qu'ils n'arrivent plus à en sortir.
En plusieurs chapitres, l'auteur aborde : les crises actuelles, l'importance des terroirs qui apportent chacun leurs caractéristiques propres, le problème de l'appauvrissement des sols, notre pouvoir de consommateur (consommer c'est voter !), l'évolution de l'élevage aujourd'hui avec l'impératif de tenir compte du bien-être animal...
Il fait le bilan de la PAC "verte" et de ses conséquences pour notre avenir...et montre les problèmes liés à la dérégulation totale de l'agriculture mondiale avec les accords de libre-échange (CETA...)
De nombreux encadrés pointent des initiatives particulières : la coopérative Biolait, les "gueules cassées", les labels, les principes du bien-être animal...et autres sujets.
Chaque chapitre s'ouvre avec un témoignage...qui nous fait entrer de plein fouet dans la vie quotidienne de ces familles qui travaillent beaucoup pour un salaire de misère.
Le livre n'occulte pas les problèmes, les maladies qui touchent les agriculteurs, suite à l'emploi des pesticides, les suicides trop nombreux (600 par an environ) qui détruisent à jamais des familles entières.
L'auteur donne aussi la parole à ceux qui ont choisi une autre voie comme les agriculteurs bio ou ceux qui mettent en pratique la permaculture...
Le titre de l'ouvrage est d'ailleurs un pied de nez à la fameuse "ferme des 1000 vaches" dont personne ne voulait quand on voit les dégâts occasionnés par de telles structures sur l'environnement, et donc les populations locales.
Il nous parle des associations locales, les AMAP, les Ruches, et autres lieux fréquentées par de plus en plus de consommateurs.
Si cet ouvrage répond bien aux préoccupations actuelles en matière de consommation ou de meilleures conditions d'élevage par exemple, s'il présente les différents acteurs décisionnels d'aujourd'hui, il n'oublie pas pour autant de signaler que, sans des décisions fermes et sans appel de nos politiques, notre alimentation ne pourra que continuer à se dégrader.
Il pointe du doigt les contradictions actuelles (exemple avec le problème du glyphosate...véritable problème de santé publique plus qu'urgent à régler définitivement).
La commission européenne qui soutient la mondialisation à outrance ne joue-t-elle pas un jeu pervers dans l'histoire, ôtant toute liberté individuelle aux pays membres de gérer intelligemment ce problème majeur de notre société d'aujourd'hui ?
A méditer...et à suivre !
Ce livre est finalement bâti contre le système agricole actuel...
Retrouver des chemins vers d'autres modèles dans lesquels les consommateurs ont leur mot à dire, c'est ce qui est important !
A la lecture de ce documentaire, illustré de nombreux chiffres concrets, vous aurez des clés pour comprendre et des arguments pour vous forger votre propre opinion et c'est important de le faire.
Ma chronique complète est sur mon blog...
Lien : http://www.bulledemanou.com/..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
viedefun
  23 mars 2018
Ce livre devrait être lu par toutes les personnes qui ont conscience que le système dans lequel nous vivons ne peut plus durer, qu'il est criminel de faire de la culture intensive pleine de pesticides qui appauvrissent le sol et finissent par le rendre infertile et qui provoquent des maladies graves aux agriculteurs ou tout simplement aux consommateurs. le titre « la ferme aux 1000 terroirs » est évidemment un clin d'oeil à la « ferme aux 1000 vaches », ce concept odieux et totalement inhumain pour produire toujours plus…de la merde. Car l'auteur n'oublie pas non plus d'évoquer la souffrance animale et son exploitation à l'extrême. Quand on voit le nombre de barbaque qui finit à la poubelle dans les hypermarchés, on se demande pourquoi autant d'animaux ont été sacrifiés si ce n'est même pas pour nourrir des gens…Quel gâchis ! J'ai appris dans ce livre que je faisais partie de la catégorie des « flexitariens » [définition de l'auteur : « Une tendance nouvelle et en plein essor. Ce sont des personnes qui continuent à manger de la viande, mais beaucoup moins, et qui alternent avec des menus végétariens. C'est le choix personnel et pas toujours évident à mettre en pratique de l'auteur de ce livre »]. L'auteur Olivier Nouaillas évoque évidemment le sujet des vegans et autres « extrémistes » de la cause animal qui sont certes, des lanceurs d'alerte par rapport aux nombreux abus faits sur les animaux (et ça, c'est très bien !) mais qui ont aussi tendance à diaboliser les agriculteurs dans leur ensemble. « Pour que la mort d'un animal ait un sens, il faut que sa vie en ait un aussi ». Personnellement, je suis la chaîne sur Youtube d'une vegan revendiquée qui fait beaucoup de sport et ne bouffe pratiquement que du riz et des fruits (et des pilules de vitamine B12…). Et bien parfois, son discours me fait un peu peur. Quand elle est contre la fabrication du miel, parce que c'est pas gentil d'exploiter ces pauvres abeilles et de leur voler leur miel, quand elle est contre l'équitation parce que c'est pas gentil de faire travailler les chevaux et leur monter sur le dos….Bon….Ok…..Par contre, elle n'est pas contre l'utilisation à excès des pesticides pour les cultures pour faire pousser ses bananes qu'elle mange en quantité astronomique….Pour revenir à ce livre, il est très agréable à lire grâce à sa mise en page aérée, avec des phrases clés mises en écart et en gras. le constat économique est assez affligeant avec des agriculteurs qui produisent à perte (quand on voit le prix de revenu du lait, par exemple). On nous ouvre les yeux, si ce n'était pas déjà fait, sur les gros lobbys qui sont là pour faire du fric au détriment de la santé des consommateurs. Mais ce livre n'est pas tout noir aussi puisqu'il nous propose des solutions, des bonnes idées en recréant une agriculture à échelle humaine et non plus « industrielle et consommation de masse ». Vous préférez manger de la viande de bonne qualité et un peu chère une seule fois par semaine, ou manger de la viande bourrée aux hormones et autres saloperies, à bas prix tous les jours ? Les produits laitiers sont nos amis ?...Oui, mais peut-être que pas tant que cela, finalement ?....Vous trouvez cela logique de vous nourrir à excès avec un lait maternel d'une autre espèce que la vôtre et cela même à l'âge adulte ? Qui d'autre fait cela dans la nature ? Bref, en tant que normande, je ne vais pas cracher sur les produits laitiers surtout le fromage, mais il y a sans doute des excès qui pourraient être arrêtés (comme la ferme aux mille vaches). L'auteur évoque aussi le sujet de la permaculture, un sujet qui me tient à coeur et qui devient concret pour mon mari et moi-même. Alors est-ce que je vous recommande la lecture de « La ferme aux 1000 terroirs », oui, bien évidemment ! C'est un livre qui a le mérite d'éveiller les consciences et j'espère que notre société va changer en ce sens….L'avenir nous le dira….Je remercie les éditions du Chêne, Olivier Nouaillas et Babelio pour l'envoi de ce livre à l'occasion des masses critiques.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
LaPlumeHeureuse
  02 avril 2018
Quel magnifique livre ! Vraiment ! Voici un documentaire qui, je l'espère, va être lu par un grand nombre de français. J'y ai appris plein de choses ! Par exemple, je ne connaissais pas cette « technique » des fermes à 1000 vaches où les vaches ne voient pas la lumière du jour (un peu comme l'élevage en batterie des poules). Pour moi, toutes les vaches pouvaient brouter de l'herbe ou respirer le grand air…. eh bien non ! C'est déjà scandaleux pour la volaille et ça l'est d'autant pour les bovins ! de même, savoir qu'un agriculteur sur trois gagne moins de 350€/mois ! Incroyable (la première page du premier chapitre commence même par le témoignage d'une dame dont son frère s'est suicidé…..). Et d'un autre côté, savoir que « la famille princière de Monaco qui possède 773 hectares dans l'Aisne essentiellement des cultures de céréales – et qui continue de recevoir, chaque année, un bonus tournant autour de 250 000 euros financés par le contribuable européen » (page 18-19) est injuste !
Grâce à ce merveilleux livre, j'ai appris l'importance des terres de jachères et l'utilité des vers de terre. de plus, une page est expliquée sur la différence des labels (AB, AOC, AOP, IGP, Label Rouge, etc.), ce qui est très intéressant.
Le livre va plus loin puisqu'il évoque les circuits courts (et donc sans passer par la grande distribution) et les nouvelles pratiques alimentaires comme le vegan, le végétarien ou bien le flexitarien. Je ne connaissais pas ce dernier terme. En fait, avec le flexitarien, « les personnes continuent de manger de la viande, mais beaucoup moins, et alternent avec des menus végétariens » (page 137).
Bref, c'est un livre, comme je l'ai dis plus haut, qui doit être lu par un maximum de personnes sachant que le style d'écriture d'Olivier Nouaillas est accessible. Un livre qui permet de réaliser les choses horribles que peuvent subir les paysans et les animaux et qui permet de réfléchir sur l'utilité ou non de consommer autant de viandes chaque année (chiffre de 2014 : 86 kg de viande par an et par personne).
Lien : https://laplumeheureuse.word..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Citations et extraits (5) Ajouter une citation
ManouBManouB   14 mars 2018
Ce passionné de nature, qui aime passer ses week-ends dans la baie de Somme avec sa compagne, est particulièrement fier de ses doubles racines, à la fois paysanne et picardes. "Ce qu'on essaye de faire ici, en famille, c'est exactement le contraire de la ferme aux mille vaches. Où c'est du béton, certes propre et aux normes, mais sans âme. Avec des vaches qui n'ont jamais accès aux pâturages, le lien avec le sol, le terroir, y est totalement nié. Ce n'est plus une ferme, c'est une industrie."
Témoignage de Guillaume Roussel, 26 ans p 34-36
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
ManouBManouB   14 mars 2018
Avant l'industrialisation de l'agriculture, la France ne comptait pas moins de 179 races locales-des bovins aux ovins en passant par les caprins- dont 80 % sont aujourd'hui "menacées d'abandon pour l'agriculture", selon un comptage très précis effectué par l'INRA (Institut National de Recherche Agronomique) en 2014. En matière de variétés bovines, avec trois races sur 29 recensées, 21 sont menacées dans leur existence. Pourtant leur nom respire autant la poésie que le terroir...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
LaPlumeHeureuseLaPlumeHeureuse   02 avril 2018
La famille princière de Monaco qui possède 773 hectares dans l’Aisne essentiellement des cultures de céréales – et qui continue de recevoir, chaque année, un bonus tournant autour de 250 000 euros financés par le contribuable européen (page 18-19).
Commenter  J’apprécie          00
ManouBManouB   14 mars 2018
Nous sommes en train de créer une contre-société qui tourne le dos à l'agriculture industrialisée...
Commenter  J’apprécie          00
ManouBManouB   14 mars 2018
Pour que la mort de l'animal ait un sens, il faut que sa vie en ait un aussi...
Commenter  J’apprécie          00
Videos de Olivier Nouaillas (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Olivier Nouaillas
Olivier Nouaillas : La ferme aux 1000 terroirs
autres livres classés : protection de l'environnementVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr

Autres livres de Olivier Nouaillas (1) Voir plus




Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (5 - essais )

Roland Barthes : "Fragments d'un discours **** "

amoureux
positiviste
philosophique

20 questions
367 lecteurs ont répondu
Thèmes : essai , essai de société , essai philosophique , essai documentCréer un quiz sur ce livre