AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Guillaume Fournier (Traducteur)
ISBN : 2842282949
Éditeur : Le Pré aux Clercs (10/09/2007)

Note moyenne : 3.88/5 (sur 85 notes)
Résumé :
L'empereur de Chine vient de découvrir que le dragon impérial, Téméraire, qu'il avait envoyé à Napoléon en guise de cadeau est tombé aux mains des Anglais. Une délégation chinoise en colère réclame l'animal. Le capitaine Will Laurence refuse de coopérer.

Mais devant le risque d'être condamné à mort pour désobéissance, il est bien obligé d'accompagner Téméraire en Asie.

Commence alors un long voyage semé d'embûches, de dangers et d'intri... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacRakutenLeslibraires.frMomox
Critiques, Analyses et Avis (11) Voir plus Ajouter une critique
Apophis
  04 mai 2016
Moins de batailles aériennes, mais tout aussi passionnant
Le trône de jade est le second volume du cycle de Téméraire, après Les dragons de sa majesté. le moins qu'on puisse dire est que la phase de mise en place de l'univers et des personnages est bel et bien terminée, puisque ce tome 2 démarre sur les chapeaux de roue. Inutile de dire que si vous n'avez pas lu le tome 1, il est totalement vain de vous lancer là-dedans en espérant y comprendre quelque chose, ce ne sera pas le cas.
Alors que le tome 1 se déroulait en Angleterre (et un peu en mer), celui-ci déplace l'action vers des contrées beaucoup plus exotiques, à savoir la Chine mystérieuse de l'époque Napoléonienne. Mais le récit ne concerne pas que la destination, car il laisse en fait une part prépondérante (330 pages sur 500) au voyage et à ses péripéties.
Le capitaine Laurence est dans la tourmente dès la première page du roman (et non, ce n'est pas un flash-forward, c'est juste qu'il n'y a pas de « round d'observation »). le frère de l'Empereur de Chine a débarqué et réclame que Téméraire leur soit « rendu » (ce qui est tout de même cocasse, puisqu'il a été donné aux français, puis capturé légalement par les anglais lors de la prise du navire… français sur lequel son oeuf se trouvait). Et comme par hasard, les politiciens et diplomates anglais ne font rien pour tempérer la demande des chinois, bien au contraire (des intérêts commerciaux énormes sont en jeu, nécessaires au financement des alliés européens sur le continent). Quand Laurence et son dragon résistent, seule la bienveillance de ses supérieurs sauve le premier de la Cour Martiale. Mais bon, après quelques péripéties, il faut bien se rendre à l'évidence : Téméraire doit embarquer sur un Transport de dragons anglais en partance pour l'Asie. Et comme le seul moyen de le calmer est que Laurence l'accompagne, du coup c'est l'équipage tout entier du dragon qui se retrouve embarqué dans l'aventure.
Dès le début, le côté « politiques et diplomates veules face à la noblesse et au volontarisme des militaires » fait (une fois encore) très fortement penser aux épisodes les plus précoces de la saga Honor Harrington.
Du coup, hop, on retrouve l'ambiance navale / Horatio Hornblower / Richard Bolitho / Jack Aubrey du début du premier tome. On fait connaissance avec les transports de dragons, qui, bien loin de la bétaillère, tiennent plus du porte-avions de l'ère Napoléonienne, avec la bagatelle de cent pièces d'artillerie histoire de se « défendre ».
Au cours du (long) récit du (long) voyage (sept mois), l'H.M.S. Allegiance et ses passagers vont subir tout un tas de désagréments : attaque française, tempête, rivalités entre marins et aviateurs, entre anglais et chinois, tentatives de meurtre, attaque d'un dragon des mers sauvage, et j'en passe. Ce sera aussi l'occasion de voir Téméraire tenter de voler la vedette à la légendaire Martine, avec toute une série de thématiques : Téméraire a bobo à sa papatte, Téméraire a un rhume, Téméraire à la plage, Téméraire au restaurant chinois, Téméraire apprend le Mandarin, et là aussi, je ne vous dis pas tout. Bon, j'ai l'air de me moquer, mais en fait on ne s'ennuie pas une seconde dans cette partie du livre, Naomi Novik a bien assez de talent pour rendre ces péripéties intéressantes, même pour celui comme moi qui est plutôt là pour voir du combat Napoléonien ou de l'uchronie. Et au passage, il y a quand-même 2-3 trucs sérieux qui sont abordés, comme l'esclavage par exemple.
Même si la partie du livre concernant le voyage était prenante et intéressante, elle fait pâle figure face à la description de cette Chine uchronique. Naomi Novik a très intelligemment tiré les conséquences des particularités de la civilisation chinoise afin de les projeter dans son oeuvre, tout spécialement dans la place accordée aux dragons dans cette société. Les chinois traitent leurs dragons avec bien plus d'humanité, de respect ou d'équité que ne le font les anglais ou plus généralement les européens, en les intégrant complètement dans leur société au lieu de les utiliser comme de simples machines de guerre vivantes. J'ai également beaucoup apprécié la logique conduisant à faire des femmes les seuls membres de l'Aerial Corps local, les écoles où garçonnets et dragonnets se mêlent, ainsi que le règlement par chèque draconique !
Je sais que les tomes suivants abordent d'autres grandes civilisations (les Incas par exemple), et franchement, si c'est à chaque fois fait avec la même habileté et la même intelligence, je sens que je vais prendre un plaisir rare à lire ces ouvrages.
Que ce soit au cours du voyage (dragon marin, dragon canadien entraperçu) ou, surtout, une fois arrivé en Chine, on fait aussi la connaissance de toutes nouvelles espèces de dragons, un vrai bonheur pour l'amateur de ces nobles créatures tel que votre (humble) serviteur.
Globalement, il y a beaucoup moins de batailles aériennes que dans le premier tome, ce qui ne signifie en rien qu'il n'y a pas de combats, même si l'aspect martial est moins mis en avant que dans Les dragons de Sa Majesté (au profit de l'aspect diplomatique et politique). Malgré tout, dans la plus pure tradition de la Flintlock Fantasy, nous avons droit à un petit engagement type Rorke's Drift / Camerone à la fin du roman. Autant dire que l'amateur de Fantasy militaire en a quand-même pour son argent.
- En conclusion
J'ai pris autant de plaisir à lire ce tome 2 que le tome 1, même s'il est moins orienté combats. L'intrigue est plaisante, l'écriture de Naomi Novik toujours aussi redoutablement fluide, prenante et efficace, et il y a cet exotisme et ce dépaysement qui sont pour moi si importants en Fantasy.
Lien : https://lecultedapophis.word..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
Tatooa
  01 octobre 2016
Je m'étais laissée dire que la suite de Téméraire, c'était moins des récits de guerre qu'un voyage découverte.
Je vous dis pas ma surprise en constatant que le dit voyage commence par des prises de bec incessantes entre Laurence (le "dragonnier" de Téméraire) et la délégation chinoise chargée de récupérer Téméraire, un combat naval sitôt parti d'Angleterre, des duels et des rebondissements incessants.
Assaisonnés de dragon de toutes les tailles, couleurs, natures possibles et imaginables. Saupoudrés de personnages attachants, dragons et chinois compris. le tout servi par un style très agréable à lire.
Pour le style et les dragons, ayant lu le tome 1, je savais que je ne serais pas déçue, et que je pouvais m'engager sans peine, en ce jour pluvieux, à le lire entier dans la journée. Par contre, je ne m'attendais pas à autant d'action, de batailles, de rebondissements, de feux d'artifice et de visites de la Chine dragonnesque intéressantes, du coup, ma lecture n'en a été que plus agréable. Une série bien fun à lire, et qui va me permettre de combler de nombreux items du challenge sous-cité.
Et voilà donc pour l'item "éclair de feu" du challenge "coupe des 4 maisons de facebook", soit "lire un livre de plus de 400 pages en une journée".
Challenge ABC également.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          170
boudicca
  15 mai 2012
Après un très bon premier tome nous plongeant dans le quotidien des Aerial Corps anglais en pleine guerre contre Napoléon Bonaparte, la série poursuit sur sa lancée avec « Le trône de jade » qui se lit avec autant de plaisir que le précédent volume. Alors que Laurence semble s'être résigné à son nouveau statut au sein de l'armée et que son amitié avec son compagnon dragon paraît désormais acquise, l'ambassade de Chine finit par apprendre que le cadeau qu'elle destinait à Napoléon en la personne de Téméraire est désormais aux mains des Anglais et exige son retour immédiat. Malgré leur réticence, voilà donc Téméraire et Laurence sommés de prendre la route pour l'Asie afin d'apaiser la colère de l'empereur chinois et tenter de trouver un arrangement au profit de l'Angleterre. Un périple qui se révélera n'être que le premier d'une longue suite de voyages puisque nos deux héros seront amenés dans les tomes suivants à voir bien du pays, de l'Inde à l'Afrique en passant par l'Australie, l'Amérique latine ou encore la Russie.
Le dépaysement est ici total et c'est avec plaisir qu'on découvre certains aspects de la culture chinoise : ses traditions, ses spécialités culinaires et surtout sa façon de traiter les dragons. On réalise ainsi que, loin de suivre l'exemple de l'Angleterre et des autres nations européennes, la Chine éprouve une véritable vénération pour Téméraire et ses congénères dont elle reconnaît la supériorité tant physique qu'intellectuelle. Naomi Novik met ainsi l'accent dans ce second tome sur la manière très différentes en fonction des nations de considérer les dragons : simples instruments dont l'intellect n'est guère plus élevé que celui des animaux ou créatures vénérables qu'il est un privilège de côtoyer et qui doivent par conséquent être honorées. Certaines réflexions à ce sujet font d'ailleurs très clairement référence au débat qui anima l'Europe à l'époque au sujet de la façon dont devait être considérées les populations noires et ajoutent une profondeur supplémentaire au récit.
Un second tome à la hauteur du premier et dans lequel on voit les liens unissant les deux protagonistes se renforcer. le changement de décor est quant à lui bienvenu et permet au lecteur de s'immerger complètement dans une culture bien éloignée de celle de l'Angleterre du XIXe à laquelle était consacré le précédent volume. Direction l'Empire ottoman pour le troisième opus !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
Lutin82
  25 septembre 2016
Nous avions fait la connaissance de Téméraire, un dragon fort sympathique dans le premier tome du cycle qui lui est consacré, Les dragons de sa Majesté. Cette créature fantastique est magnifique et intelligente, de plus elle ne rechigne pas devant un bon combat. Notre reptile est au service de la Couronne britannique, alors en plein conflit avec Napoléon Bonaparte. Il sert dans une unité très particulière : l'Aerial Corps. Son capitaine et plus cher ami se trouve être Laurence, un transfuge de la Royal Navy qui découvre avec des yeux ébahis des moeurs militaires peu conformes à sa formation.
Le Trône de jade commence peu de temps après les événements du premier tome. Notre dragon est d'origine chinoise et était initialement destiné à l'Empereur français. Les princes de Chine ont pris ombrage de cette situation, d'autant que leur fabuleux cadeau doit affronter les dangers de la guerre au quotidien. Ils menacent donc sérieusement les intérêts économiques et stratégiques de l'Angleterre, et souhaitent récupérer l'animal séance tenante. Mais Téméraire et Laurence ne l'entendent pas de cette oreille…
S'engage alors un voyage de plusieurs mois qui va conduire nos héros et la suite impériale asiatique de l'Europe à la Chine en passant par le redoutable cap Bonne Espérance.

Ce deuxième tome reprend les ingrédients que nous avions découverts dans le premier, une fantasy YA de belle qualité. L'association ingénieuse d'un dragon et d'un équipage au complet fait toujours merveille. Cet attelage est à mi-chemin entre un hélicoptère de combat lourd et une corvette légère. Il offre de multiples possibilités et une grande polyvalence en fonction de la taille de la bête. Cet aspect est moins mis en valeur dans le présent tome, Naomi Novik ayant choisi de nous inviter à un faire un voyage dépaysant et captivant.
L'auteur a également conservé l'ambiance napoléonienne ainsi que cette fanasy dans la veine Flintlock. Ainsi, avons-nous des uniformes chamarrés, des armes à poudre, un équipage spécialisé et hétéroclite et une Royal Navy conforme aux traditions d'alors. L'Aerial Corps qu'elle a imaginé se trouve être avant-gardiste pour le début du XIX°. Pour autant, elle ne tombe jamais dans un anachronisme ou une modernité d'expression, d'accoutrement ou de langage qui seraient trop décalés. C'est une véritable force quand tant de romans YA manquent de sérieux dans ces domaines.
Dans le Trône de Jade, le lecteur voit son horizon s'élargir grandement puisqu'il est amené à suivre les péripéties de Téméraire et son équipage à bord de l'ancêtre du porte-avions, le bâtiment britannique Allegiance qui vogue vers les rives de la Chine éternelle. le trajet maritime est long de plusieurs mois et nécessite plusieurs escales, propices à la découverte d'autres contrées à l'époque XIX° telles que l'Afrique discrète et secrète, la brutale Afrique du Sud, l'impitoyable Cap Bonne Espérance et la secrète et merveilleuse Chine.
La trame en elle-même pourrait décevoir les amateurs de poudre à canon et de batailles rangées. Il y en a fort peu dans les 540 pages du roman. J'avais des attentes de cet ordre lorsque j'ai entamé sa lecture, et 400 pages plus loin, Téméraire et Laurence parvenaient à peine en vue des côtes extrême-orientales… Il aura fallu attendre les 50 dernières pages pour sentir l'odeur du salpêtre et entendre des détonations caractéristiques (peut-être était-ce une forme d'hommage à la Chine)!
Malgré tout, je ne suis point déçue. le voyage proposé peut paraître long et ennuyeux pour le lecteur qui ne serait pas séduit par cette belle restitution d'univers, s'il ne capte pas les embruns des mers et océans ou s'il ne parvient pas à humer les encens puissants et raffinés de l'Asie.
La suite sur mon blog!
Lien : https://albdoblog.wordpress...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          92
Patience82
  11 novembre 2015
J'ai lu le premier tome il y a pas mal de temps, il m'a donc fallut plusieurs chapitres pour que je me replonge dans cet univers. Cette série se passe pendant les guerres napoléoniennes, du côté anglais.
Dans ce monde, les dragons sont élevés et sont utilisés dans des buts précis en fonction du pays et de sa culture, mais d'une manière générale, ils sont utilisés pour comme arme de guerre. Téméraire est un dragon de race céleste, très rare. Il a été offert à Napoléon par les Chinois alors qu'il n'était encore qu'un oeuf. Dans le premier tome, le bateau français transportant l'oeuf s'est fait capturé par les Anglais et l'oeuf fait parti du butin. Sur le trajet du retour, l'oeuf éclôt et le dragon choisit son compagnon parmi l'équipage, Will Laurence. C'est le début d'une jolie amitié et de pas mal d'aventures.
Dans ce deuxième volume, Téméraire doit retourner en Chine, accompagné de Laurence. Mais le voyage est loin d'être un croisière.
Pour être honnête, ce n'est pas la meilleure série de Fantasy que j'ai pu lire, mais le sujet et l'époque sont originaux, c'est ce qui m'a attiré au début. Il y a beaucoup de personnages et aussi pas mal de dragons, j'ai eu un peu de mal à m'y retrouver au début. Il y a aussi une chose que j'ai du mal à visualiser : comment un dragon, suffisamment énorme pour s'envoler avec tout un équipage sur son dos, peut également se retrouver dans une pièce à discuter tranquillement avec quelqu'un.
Mais j'aime bien les personnages de Laurence et Téméraire, et je suis curieuse délire la suite et de savoir comment l'auteur va se dépatouiller avec L Histoire.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Citations et extraits (6) Voir plus Ajouter une citation
AlfaricAlfaric   20 mai 2014
La plupart des prix étaient incroyablement bas ; cela ne pouvait s’expliquer uniquement par le coût du prix du transport. Le phénomène en soi n’était pas surprenant car Laurence avait entendu les commissaires de la compagnie à Macao se plaindre de la rapacité des mandarins locaux et des pots-de-vin qu’ils exigeaient, en plus des taxes d'Etat. Mais la différence était si importante que Laurence dut réviser significativement son estimation du degré d’extorsion.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
TatooaTatooa   01 octobre 2016
- Je ne suis pas un diplomate, déclara Laurence, mais je vous affirme, monsieur, que si vous croyez obtenir une once de bonne volonté de la part de ce prince à force de ravaler votre fierté devant lui, vous êtes un foutu imbécile ; et je vous serais reconnaissant de cesser de croire que l'on peut m'acheter avec des châteaux en Espagne.
(à Hammond)
Commenter  J’apprécie          90
TobagoTobago   28 septembre 2013
Téméraire a décidé d aller se baigner malgré sa blessure non guérite :
" Laurence [...] tient un rapide conciliabule avec Riley.
- Nous pourrions peut-être utiliser l'ancre de veille tribord comme contrepoids, suggéra-t-il. Avec notre maîtresse ancre,cela devrait suffire à garantir la stabilité du vaisseau ; il est déjà lourdement chargé en poupe.
-Laurence, je ne veux même pas songer à la réaction de l'Amirauté si l'on apprend que j'ai réussi à couler un transport en pleine rade par une belle journée ensoleillée, dit Riley, que la perspective n'en chantait guère. On me pendrait, sans doute, et je ne l'aurais pas volé.
[...]- Je ne vais pas faire couler le vaisseau, s'indignait Téméraire en passant la tête par-dessus la main courante pour s'inviter dans la conversation à la stupéfaction de Riley. Je ferai très attention. "
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
TatooaTatooa   24 septembre 2016
Barham lui jeta un regard furibond et dit à Laurence :
- Peut-être me fais-je mal comprendre, capitaine ; il ne s'agit pas d'une requête. Vous avez reçu vos ordres, vous les exécuterez.
- Je préfère encore être pendu, répondit sèchement Laurence.
Commenter  J’apprécie          90
lasourisgalaklasourisgalak   29 juillet 2015
La plupart des dragons présents semblaient appartenir à la même race, bien qu'on remarquât chez eux une grande diversité de tailles, de couleurs et de cornes; parmi ces dernières certaines étaient parfaitement lisses, d'autres crantées. Bientôt un dragon très différent des autres sortit du grand pavillon au sud; plus grand, plus cramoisi, avec des griffes dorées et une crête jaune vif courant de sa tête abondamment cornue jusqu'à sa queue. Il but dans le bassin, puis poussa un énorme bâillement, dévoilant une double rangée de dents, petites mais redoutables autour de quatre longs crocs incurvés.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Videos de Naomi Novik (6) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Naomi Novik
Beaucoup de nouveautés de fantasy dans ce point lecture, mais aussi un livre contemporain !
Pour plus de vidéos lectures : https://www.youtube.com/user/Lanylabooks
Les livres cités : - Déracinée de Naomi Novik publié chez Pygmalion - Arkane, tome 1 : la Désolation de Pierre Bordage publié chez Bragelonne - Sénéchal, tome 1 de Gregory Da Rosa publié chez Mnémos - La forêt des renards pendus d'Arto Paasilinna publié chez Folio
Contact mail : lanylabooks[at]gmail.com
Suivez-moi : http://twitter.com/Lanylabooks http://instagram.com/lanylabooks http://www.facebook.com/lanylabooks
Wish list Amazon : http://amzn.eu/9qPvqDv
+ Lire la suite
autres livres classés : uchronieVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacRakutenLeslibraires.frMomox





Quiz Voir plus

La fantasy pour les nuls

Tolkien, le seigneur des ....

anneaux
agneaux
mouches

9 questions
1131 lecteurs ont répondu
Thèmes : fantasy , sfff , heroic fantasyCréer un quiz sur ce livre