AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 229015489X
Éditeur : J'ai Lu (26/09/2018)

Note moyenne : 4.09/5 (sur 213 notes)
Résumé :
Pour les protéger des forces maléfiques du Bois, les habitants d'un village peuvent compter sur le Dragon, un puissant mage. Mais en échange, ils doivent lui fournir une jeune fille qui le servira pendant dix ans. L'heure du prochain choix approche et Agnieszka est persuadée que le Dragon optera pour Kasia, belle, gracieuse et courageuse, tout ce qu'elle n'est pas. Mais Agnieszka se trompe...
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (94) Voir plus Ajouter une critique
florencem
  07 mai 2017
J'ai vraiment beaucoup aimé et je comprends aisément pourquoi Robin Hobb a trouvé ce tome enchanteur. Je n'avais pourtant pas l'idée, en commençant le roman que Déracinée me plairait autant. le résumé m'avait intrigué, certes, mais pour moi il faisait plus partie de ces histoires que l'on lit et avec lesquels on passe un bon moment, sans plus. Autant vous dire que je suis contente de m'être trompée.
Déracinée ressemble d'ailleurs assez à l'univers de l'Assassin royale. Ce n'est pas une copie mais on retrouve ce côté fantasy médiéval avec des intrigues autant politiques que magiques, et surtout un héros, enfin plutôt une héroïne, à laquelle on s'attache rapidement. Franchement, je n'aurais pas été surprise de voir Fitz débarquer pour faire une brève apparition. Adorant la série de Robin Hobb, le pari était déjà bien gagné avec Naomi Novik pour moi.
Agnieszka, notre jeune héroïne, se retrouve donc à devoir passer dix années en compagnie du Dragon, le magicien qui veille sur sa contrée. La jeune femme ne pensait pas être choisie et c'est autant le choc pour elle que pour tous ses proches. Pourtant, elle n'a pas le choix. Elle ne sait pas ce qui l'attend, la Dragon est un total mystère et bien évidemment, elle pense au pire. Mais c'est un devoir. Un "faible" tribu pour éviter que le Bois, une entité maléfique, ne s'en prenne à la vallée où la jeune femme a grandi. Nous rentrons très rapidement dans l'histoire et l'auteur parvient dès le départ à nous situer toute la structure de son univers de façon claire et précise. Je ne me suis pas sentie perdue ou manquant d'indices pour comprendre quoi que ce soit. Et c'est assez rare, surtout en fantaisie.
De là, je dirais que nous avons trois grandes parties. La première où nous découvrons Agnieszka et son monde ainsi que sa nouvelle vie dans la tour du Dragon. Vient ensuite son apprentissage et pour finir la partie la plus épique. Il y a quelques longueurs certes, mais il m'a été difficile de lâcher le roman. le côté relationnel notamment entre Sarkan et Agnieszka mais aussi Kasia m'a énormément plu. Ce n'est pas une histoire épique où l'on se consacre à la partie "bataille" du bien contre le mal. La psychologie est bien présente et je dirais même qu'elle est en fait de compte la partie centrale de l'univers. L'auteur cherche à nous faire comprendre pourquoi les personnages de son roman agissent de telle ou telle sorte. Tout à un point de départ, même le méchant a une raison d'agir de la sorte, et cerise sur le gâteau, on le comprend. C'est peut-être idiot mais je fais partie des personnes qui aiment savoir pourquoi l'ennemi du héros est devenu ce qu'il est. C'est primordial pour moi.
Le Bois est le fils conducteur de tout. Cette entité envahit inexorablement le monde provoquant la folie et la destruction. On dit plusieurs fois dans le roman qu'il amène une pourriture. Je ne sais pas si c'est ce que cherchait l'auteur ou pas, mais j'ai trouvé que c'était une métaphore très intelligente par rapport à notre monde. Une graine plantée en chacun de nous et qui peut tout faire basculer. Une lutte de tous les jours pour ne pas sombrer et continuer à se battre pour vivre face aux horreurs. A côté de cela, on découvre aussi une société où les petites gens sont proches de nous, et où le haut pouvoir est corrompu et se laisse aller à des jeux mesquins et vils. Nous avons beau être dans un monde de fantaisie et à une époque très lointaine, il n'en reste pas moins que je ne me suis pas sentie dépaysée. Il est tellement facile de se glisser dans cet univers. Et encore une fois, j'ai trouvé que le tout était traité de façon intelligente et humaine.
Côté personnages. Agnieszka bien entendu est un personnage que j'ai beaucoup apprécié et cela dès le départ. Elle n'a rien de l'héroïne parfaite, bien au contraire. Elle n'arrive jamais a resté immaculé, préférant gambader et suivre son coeur. Elle apprend beaucoup sur elle-même notamment. Douce et sensible, je n'ai pas été gênée par son entêtement et par son désir de sauver les autres. Dans certaines histoires, ces traits de caractère peuvent m'irriter mais pas ici. le Dragon est un personnage que j'ai aussi adoré. Son côté bourru et imbuvable était juste parfait. Un opposé total à Agnieszka. Leur relation est d'ailleurs d'autant plus plaisante à suivre, même si je regrette que ce soit le magicien qui en apprenne beaucoup plus. Kasia, la meilleure amie d'Agnieszka, a été une très agréable surprise. Je ne pensais pas qu'elle irait dans cette direction et j'en ai été ravie. Je n'en dis pas trop pour ne pas spoiler mais une excellente idée de la part de l'auteur. Il y a bien d'autres personnages mais ce sont vraiment les trois qui m'ont le plus marqués, les autres servant plus à l'intrigue en fin de compte.
La fin est aussi une réussite pour moi. Elle apporte une conclusion que j'ai beaucoup apprécié et qui nous apporte énormément de réponse. Les décisions d'Agnieszka, tout comme ses choix vis à vis du Bois étaient juste parfaits. J'ai d'autant plus approuvé que Naomi Novik prend le temps de nous narrer l'après bataille. J'ai eu un peu peur à la toute fin, car une histoire n'avait pas trouvé de conclusion satisfaisante, mais au final, l'auteur ne m'a pas laissé tomber !
Un roman qui mérite ses prix, avec une héroïne forte qui a des convictions pour lesquelles elle n'a pas peur de se battre. de la magie, une dose de romance, de la psychologie et de l'aventure. Un one-shot réussi.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          664
kateginger63
  18 décembre 2018
De la fantasy sylvestre aux airs slaves
*
Ah quel bon moment j'ai passé avec ce bon gros pavé de fantasy médiévale.
J'ai peu l'occasion de lire ce genre littéraire car souvent, les sagas sont interminables. C'est pourquoi je me suis attaquée à celui-ci qui est un one-shot. Un début , une fin. Et puis cette couverture illustrée si attractive, aux belles couleurs bleu pastel, d'art naif.
*
Se plonger dans un univers si riche, basé sur un conte slave, polonais plus précisément (oui l'auteure en est originaire). Quelle douce euphorie. Je me suis immergée complètement dans ce monde, sans plus penser au réel. L'écriture est si fluide, si agréable.
La magie est ici utilisée d'une manière assez originale, les créatures non-humaines sont peu terrifiantes. C'est pourquoi je conseillerais cette histoire à de jeunes adultes également.
Mais alors la cerise sur le gateau, c'est le thème abordé. L'écologie avec sa plus belle star : l'arbre. Je ne dévoilerais pas plus car j'aimerais vraiment que vous le découvriez par vous-mêmes.
Un schéma narratif standard avec une fin des plus singulières. le folklore venu d'Europe de l'Est est inconnu pour moi (hormis la Baba Yaga), j'ai trouvé que l'auteure a parfaitement sû mélanger les codes de la fantasy traditionnelle avec le détournement d'un conte de fées. Cela donne un souffle romanesque des plus passionnants et une imagination débordante (pour ma part :))
*
A lire en ce moment , Noel s'y prête beaucoup, un thé bien chaud, un plaid bien doudou, une lumière tamisée et ce livre au creux de vos bras.
*
Lu dans le cadre du Cold Winter Challenge 2018
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          422
kuroineko
  23 avril 2018
Déracinée ancre son univers fantasy dans un monde médiéval fantasmé de type slave. Naomi Novik précise dans sa postface s'être inspirée en partie d'un conte du folklore polonais. Les noms propres en ont d'ailleurs la consonance puisque l'histoire se passe dans une partie du royaume de Polnya, voisin (et régulièrement ennemi) de celui de Rosya.
Tout commence dans le petit village de Dvernik où vit l'héroïne du récit - qui ne s'en doute pas encore quoique étant la narratrice - Agnieszka. Par son entremise, on découvre le quotidien de la contrée placée sous la suzeraineté du seigneur Dragon. Celui-ci n'est en rien un saurien fantastique mais un sorcier très réputé vivant dans sa tour de marbre et protégeant l'ensemble de son territoire. On apprend aussi que chaque décennie, il emporte avec lui une jeune fille de 17 ans qu'il garde pendant dix ans. Comme ça tombe bien, c'est justement à quelques jours du choix que s'ouvre le roman!
Agnieszka nous raconte aussi l'implacable et perpétuelle menace qui plane sur ce monde autrement idyllique - ou presque. En Polnya comme en Rosya, la comptine "Promenons nous dans les bois" est très mal vue... Car le Bois n'est en rien cet espace ombragé fort agréable où l'on aime à se balader. Ici il est une entité dangereuse emplie de créatures monstrueuses et mortelles, aux arbres corrompus, et qui tend à gagner du terrain sur l'humanité. Il s'empare de toute personne ayant l'imprudence de trop s'en approcher. le rôle du Dragon est de contenir le Bois pour éviter l'envahissement, au moyen de sa magie.
Agnieszka et tout le monde autour d'elle sait d'instinct que ce sera son amie, la belle et talentueuse Kasia qui sera l'élue cette année. Comme quoi la valeur sûre de l'instinct se révèle parfois surfaite...
J'ai suivi avec grand plaisir le récit haut en couleurs de la fantasque et maladroite Agnieszka. Voici une héroïne rafraîchissante loin des stéréotypes du genre. de son petit village où ses seuls problèmes étaient sa constance à se salir ou déchirer ses habits et trouver des baies, champignons, etc pour agrémenter la table familiale, la jeune fille se retrouve emportée dans un quotidien fort différent. La fille de bûcheron qu'elle est se découvre elle-même (non sans quelques péripéties...), découvre un monde au-delà des frontières de ce qu'elle a connu.
Naomi Novik construit avec Deracinée une intrigue merveilleusement cohérente et passionnante. Les pages défilent pour savoir ce qu'il va advenir, tant aux personnages principaux qu'à l'ensemble du royaume aux prises avec une terrible crise. Les chapitres apportent leur lot de questions: qu'y a-t-il dans ce fameux Bois? Pourquoi cette menace? A quoi tient la magie? Agnieszka passera-t-elle au chapitre suivant sans se couvrir de taches? Que des questions essentielles!
Je remercie ma fantastique bibliothécaire qui m'a fourré le roman dans mon sac. Sans elle, je ne m'y serais peut-être jamais arrêté et, a posteriori, je serais passée à côté d'une lecture enchanteresse, jubilatoire et immersive.
Souvent les auteurs de fantasy ont la manie de multiplier le nombre de tomes de leur saga, au risque de la rendre indigeste. Naomi Novik plie son histoire en un seul volume et c'est presque un regret de ne pas en avoir plus à se mettre sous les yeux.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          293
Tatooa
  04 février 2019
Naomi Novik est allée puiser dans ses racines familiales pour écrire ce livre, et cela se ressent. La grande tendresse qu'elle éprouve pour ses personnages et son histoire, on les ressent également à la lecture de ce très violent conte, qui n'est pas pour les enfants, ou alors pour les grands enfants devenus adultes.
C'est bien écrit, bien traduit, même s'il y a quelques répétitions, rien de bien grave. Je ne suis pas familière de tous les contes et de la mythologie slaves, même si j'en connais un peu. N. Novik cite "un conte de fée polonais" de son enfance comme référence à ce livre. Comme ça ne me disait rien du tout, j'ai fait quelques recherches. Il s'avère qu'aucun conte de fée traditionnel polonais n'est à l'origine de ce livre. Celui cité par N. Novik semble être un conte "original" inventée par son auteure, qui lui a été lu de nombreuses fois par sa mère, mais pas vraiment un mythe traditionnel polonais. Bref, ne cherchez pas les références, il n'y en a pas vraiment, à part le prénom Agniezska qui est celui de l'héroïne du conte d'enfance de Novik.
C'est donc bien, par contre, pour l'auteure, un souvenir d'enfance tendrement chéri, ce qui transpire par tous les pores des pages de ce livre.
Il est vrai que les personnages sont très attachants, l'intrigue très intéressante, la magie et son apprentissage par l'héroïne bien décrits, et le Mal sournois du Bois passionnant à découvrir au fur et à mesure qu'on tourne les pages.
Les points négatifs pour moi c'est que l'histoire se traîne un peu en longueur, notamment quand Nieshka (c'est plus facile à écrire) est à la capitale pour prouver "la blancheur" de ceux sauvés du Bois. Ses réactions sont également trop répétitives quand survient un événement violent (stupeur, paralysie, puis réveil et action). J'aime pas les personnages qui n'apprennent pas de leurs erreurs ou qui n'évoluent pas, et ici, la réaction est la même à chaque fois sur les plus de 500 pages du bouquin, alors bon, ça m'a agacée sur la durée. Pareil pour les péripéties "batailles" répétitives...
Le dernier petit truc négatif, c'est "LA" scène de sexe. Absolument inutile, pas du tout dans le ton du reste du livre, juste le truc bankable qui gâche l'ensemble...
Après cela m'est très personnel et je comprends les nombreuses notes supérieures à 4 sur ce livre, il est vraiment bien, à part ça. Mais en ce qui me concerne, ça ne sera pas un coup de coeur...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          304
basileusa
  30 avril 2018
J'ai eu un petit coup de coeur pour ce roman de fantasy qui ressemble à un conte. Je n'avais aucune idée de quoi ça parlait et c'est une excellente surprise !
Dans un univers médiéval, un seigneur protecteur surnommé Dragon, choisit tous les dix ans une jeune fille de 17 ans pour l'emmener avec lui et ne la libère que dix ans plus tard. Beaucoup de mystères donc ,que l'on va percer au fur et à mesure en suivant Agnieszka, la nouvelle élue...qui va découvrir les secrets du Dragon et du Bois .Car il s'agit surtout de combattre le Bois,une forêt maléfique qui s'étend et capture les villageois.
J'ai trouvé cet univers vraiment original et totalement prenant ! Ce Bois qui est comme une entité maléfique, qui a des stratégies et se révèle un ennemi coriace, Dragon le sorcier qui protège les villageois mais qui est complètement antipathique et l'héroïne ,qui découvre ses pouvoirs et tente de cohabiter avec ce sorcier pas commode ! Les rebondissements sont légions,le suspens est là ,tout comme la trahison, et il y a même une petite place pour une histoire d'amour. Je me suis donc régalée avec ce roman qui mérite pour moi ses prix !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          330

critiques presse (3)
LeJournaldeQuebec   02 juillet 2017
On se laisse délicieusement entraîner dans cette suave histoire de magie aux accents slaves.
Lire la critique sur le site : LeJournaldeQuebec
Elbakin.net   11 janvier 2017
Si le cadre choisi pour ce nouveau projet demeure intrigant en rappelant les contes des frères Grimm dans ce qu’ils ont de plus sombre, ce n’est pas le cas des personnages qui le peuplent, souvent irritants, voire déconcertants.
Lire la critique sur le site : Elbakin.net
Elbakin.net   17 août 2015
Malheureusement… Le résultat final avec ce Uprooted n’est pas très probant. Si le cadre choisi pour ce nouveau projet demeure intrigant en rappelant les contes des frères Grimm dans ce qu’ils ont de plus sombre, ce n’est pas le cas des personnages qui le peuplent, souvent irritants, voire déconcertants
Lire la critique sur le site : Elbakin.net
Citations et extraits (20) Voir plus Ajouter une citation
florencemflorencem   09 mai 2017
Après avoir réussi à maîtriser le feu retors et déterminé, il me gronda furieusement pendant dix bonnes minutes, me traitant d'andouille décérébrée, rejeton d'éleveurs de cochons - "Mon père est bûcheron !" m'exclamai-je.
- De feignasse de manieurs de hache ! se corrigea-t-il alors.
Commenter  J’apprécie          220
CceliaCcelia   09 février 2019
Incipit :

Notre dragon ne mange pas les filles qu'il emporte, malgré les histoires que l'on raconte à son sujet en dehors de notre vallée. On le entend parfois, quand des voyageurs passent par chez nous. Ils en parlent comme si nous sacrifions des êtres humains à un véritable dragon. Naturellement, rien de cela n'est vrai : il a beau être magicien et immortel, il n'en reste pas moins homme, et nos pères se ligueraient pour l'éliminer s'il venait dévorer l'une d'entre nous tous les dix ans. Il nous protège contre le bois, et nous lui en sommes reconnaissants, mais pas à ce point.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
CaprideghCapridegh   24 novembre 2018
J'avais évidemment toujours détesté cet endroit, mais de loin. Autrefois, je l'envisageais comme une averse de grêle avant la récolte, une invasion de sauterelles dans le champ ; ce genre d’événements, ou d'autres plus cauchemardesques, mais toujours des choses conformes à sa nature. A présent, je le percevais d'une toute autre façon : telle une créature vivante déployant volontairement toute sa malice pour me faire du mal, pour s'en prendre à tous ceux que j'aimais, menaçant mon village tout entier, prêt à l'engloutir comme il avait englouti Porosna. Je ne me rêvais pas en grande héroïne, contrairement aux accusations du Dragon, cependant j'avais envie de chevaucher dans ce bois armée d'une hache et d'une torche. Je voulais arracher la reine à son emprise, lever des armées des deux côtés et le raser une bonne fois pour toutes.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
XSXS   22 juillet 2017
Les mots ne me paraissaient plus si impénétrables. Je n'arrivais toujours pas à suivre l'histoire, et j'oubliais les phrases aussitôt prononcées, mais je commençais à avoir le sentiment que ça n'avait pas d'importance. Et si je m'en étais souvenue, certains mots au moins auraient sonné faux, comme lorsque l'on réentend son conte d'enfance préféré et qu'on le trouve décevant, ou au moins différent.
Commenter  J’apprécie          60
l-ourse-bibliophilel-ourse-bibliophile   07 mai 2017
Si j’avais jusqu’alors été une élève médiocre, j’étais désormais devenue redoutable d’une tout autre manière. Je prenais toujours de l’avance dans les livres que nous étudiions, et j’en empruntais d’autres dans sa bibliothèque lorsqu’il avait le dos tourné. Je mettais le nez dans tout ce que je pouvais trouver. Je lançais des sorts à moitié, puis les abandonnais et passais à autre chose ; je me jetais dans des invocations sans être certaine d’en avoir la force. Je courais comme une folle dans la forêt de la magie, repoussant les ronces sans me soucier des griffures ou de la terre, sans même regarder où j’allais.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Videos de Naomi Novik (6) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Naomi Novik
Beaucoup de nouveautés de fantasy dans ce point lecture, mais aussi un livre contemporain !
Pour plus de vidéos lectures : https://www.youtube.com/user/Lanylabooks
Les livres cités : - Déracinée de Naomi Novik publié chez Pygmalion - Arkane, tome 1 : la Désolation de Pierre Bordage publié chez Bragelonne - Sénéchal, tome 1 de Gregory Da Rosa publié chez Mnémos - La forêt des renards pendus d'Arto Paasilinna publié chez Folio
Contact mail : lanylabooks[at]gmail.com
Suivez-moi : http://twitter.com/Lanylabooks http://instagram.com/lanylabooks http://www.facebook.com/lanylabooks
Wish list Amazon : http://amzn.eu/9qPvqDv
+ Lire la suite
autres livres classés : fantasyVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

La fantasy pour les nuls

Tolkien, le seigneur des ....

anneaux
agneaux
mouches

9 questions
1271 lecteurs ont répondu
Thèmes : fantasy , sfff , heroic fantasyCréer un quiz sur ce livre
.. ..