AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 229015489X
Éditeur : J'ai Lu (26/09/2018)

Note moyenne : 4.1/5 (sur 168 notes)
Résumé :
Pour les protéger des forces maléfiques du Bois, les habitants d'un village peuvent compter sur le Dragon, un puissant mage. Mais en échange, ils doivent lui fournir une jeune fille qui le servira pendant dix ans. L'heure du prochain choix approche et Agnieszka est persuadée que le Dragon optera pour Kasia, belle, gracieuse et courageuse, tout ce qu'elle n'est pas. Mais Agnieszka se trompe...
Acheter ce livre sur

AmazonFnacCulturaLeslibraires.frMomox
Critiques, Analyses et Avis (73) Voir plus Ajouter une critique
florencem
  07 mai 2017
J'ai vraiment beaucoup aimé et je comprends aisément pourquoi Robin Hobb a trouvé ce tome enchanteur. Je n'avais pourtant pas l'idée, en commençant le roman que Déracinée me plairait autant. le résumé m'avait intrigué, certes, mais pour moi il faisait plus partie de ces histoires que l'on lit et avec lesquels on passe un bon moment, sans plus. Autant vous dire que je suis contente de m'être trompée.
Déracinée ressemble d'ailleurs assez à l'univers de l'Assassin royale. Ce n'est pas une copie mais on retrouve ce côté fantasy médiéval avec des intrigues autant politiques que magiques, et surtout un héros, enfin plutôt une héroïne, à laquelle on s'attache rapidement. Franchement, je n'aurais pas été surprise de voir Fitz débarquer pour faire une brève apparition. Adorant la série de Robin Hobb, le pari était déjà bien gagné avec Naomi Novik pour moi.
Agnieszka, notre jeune héroïne, se retrouve donc à devoir passer dix années en compagnie du Dragon, le magicien qui veille sur sa contrée. La jeune femme ne pensait pas être choisie et c'est autant le choc pour elle que pour tous ses proches. Pourtant, elle n'a pas le choix. Elle ne sait pas ce qui l'attend, la Dragon est un total mystère et bien évidemment, elle pense au pire. Mais c'est un devoir. Un "faible" tribu pour éviter que le Bois, une entité maléfique, ne s'en prenne à la vallée où la jeune femme a grandi. Nous rentrons très rapidement dans l'histoire et l'auteur parvient dès le départ à nous situer toute la structure de son univers de façon claire et précise. Je ne me suis pas sentie perdue ou manquant d'indices pour comprendre quoi que ce soit. Et c'est assez rare, surtout en fantaisie.
De là, je dirais que nous avons trois grandes parties. La première où nous découvrons Agnieszka et son monde ainsi que sa nouvelle vie dans la tour du Dragon. Vient ensuite son apprentissage et pour finir la partie la plus épique. Il y a quelques longueurs certes, mais il m'a été difficile de lâcher le roman. le côté relationnel notamment entre Sarkan et Agnieszka mais aussi Kasia m'a énormément plu. Ce n'est pas une histoire épique où l'on se consacre à la partie "bataille" du bien contre le mal. La psychologie est bien présente et je dirais même qu'elle est en fait de compte la partie centrale de l'univers. L'auteur cherche à nous faire comprendre pourquoi les personnages de son roman agissent de telle ou telle sorte. Tout à un point de départ, même le méchant a une raison d'agir de la sorte, et cerise sur le gâteau, on le comprend. C'est peut-être idiot mais je fais partie des personnes qui aiment savoir pourquoi l'ennemi du héros est devenu ce qu'il est. C'est primordial pour moi.
Le Bois est le fils conducteur de tout. Cette entité envahit inexorablement le monde provoquant la folie et la destruction. On dit plusieurs fois dans le roman qu'il amène une pourriture. Je ne sais pas si c'est ce que cherchait l'auteur ou pas, mais j'ai trouvé que c'était une métaphore très intelligente par rapport à notre monde. Une graine plantée en chacun de nous et qui peut tout faire basculer. Une lutte de tous les jours pour ne pas sombrer et continuer à se battre pour vivre face aux horreurs. A côté de cela, on découvre aussi une société où les petites gens sont proches de nous, et où le haut pouvoir est corrompu et se laisse aller à des jeux mesquins et vils. Nous avons beau être dans un monde de fantaisie et à une époque très lointaine, il n'en reste pas moins que je ne me suis pas sentie dépaysée. Il est tellement facile de se glisser dans cet univers. Et encore une fois, j'ai trouvé que le tout était traité de façon intelligente et humaine.
Côté personnages. Agnieszka bien entendu est un personnage que j'ai beaucoup apprécié et cela dès le départ. Elle n'a rien de l'héroïne parfaite, bien au contraire. Elle n'arrive jamais a resté immaculé, préférant gambader et suivre son coeur. Elle apprend beaucoup sur elle-même notamment. Douce et sensible, je n'ai pas été gênée par son entêtement et par son désir de sauver les autres. Dans certaines histoires, ces traits de caractère peuvent m'irriter mais pas ici. le Dragon est un personnage que j'ai aussi adoré. Son côté bourru et imbuvable était juste parfait. Un opposé total à Agnieszka. Leur relation est d'ailleurs d'autant plus plaisante à suivre, même si je regrette que ce soit le magicien qui en apprenne beaucoup plus. Kasia, la meilleure amie d'Agnieszka, a été une très agréable surprise. Je ne pensais pas qu'elle irait dans cette direction et j'en ai été ravie. Je n'en dis pas trop pour ne pas spoiler mais une excellente idée de la part de l'auteur. Il y a bien d'autres personnages mais ce sont vraiment les trois qui m'ont le plus marqués, les autres servant plus à l'intrigue en fin de compte.
La fin est aussi une réussite pour moi. Elle apporte une conclusion que j'ai beaucoup apprécié et qui nous apporte énormément de réponse. Les décisions d'Agnieszka, tout comme ses choix vis à vis du Bois étaient juste parfaits. J'ai d'autant plus approuvé que Naomi Novik prend le temps de nous narrer l'après bataille. J'ai eu un peu peur à la toute fin, car une histoire n'avait pas trouvé de conclusion satisfaisante, mais au final, l'auteur ne m'a pas laissé tomber !
Un roman qui mérite ses prix, avec une héroïne forte qui a des convictions pour lesquelles elle n'a pas peur de se battre. de la magie, une dose de romance, de la psychologie et de l'aventure. Un one-shot réussi.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          612
kuroineko
  23 avril 2018
Déracinée ancre son univers fantasy dans un monde médiéval fantasmé de type slave. Naomi Novik précise dans sa postface s'être inspirée en partie d'un conte du folklore polonais. Les noms propres en ont d'ailleurs la consonance puisque l'histoire se passe dans une partie du royaume de Polnya, voisin (et régulièrement ennemi) de celui de Rosya.
Tout commence dans le petit village de Dvernik où vit l'héroïne du récit - qui ne s'en doute pas encore quoique étant la narratrice - Agnieszka. Par son entremise, on découvre le quotidien de la contrée placée sous la suzeraineté du seigneur Dragon. Celui-ci n'est en rien un saurien fantastique mais un sorcier très réputé vivant dans sa tour de marbre et protégeant l'ensemble de son territoire. On apprend aussi que chaque décennie, il emporte avec lui une jeune fille de 17 ans qu'il garde pendant dix ans. Comme ça tombe bien, c'est justement à quelques jours du choix que s'ouvre le roman!
Agnieszka nous raconte aussi l'implacable et perpétuelle menace qui plane sur ce monde autrement idyllique - ou presque. En Polnya comme en Rosya, la comptine "Promenons nous dans les bois" est très mal vue... Car le Bois n'est en rien cet espace ombragé fort agréable où l'on aime à se balader. Ici il est une entité dangereuse emplie de créatures monstrueuses et mortelles, aux arbres corrompus, et qui tend à gagner du terrain sur l'humanité. Il s'empare de toute personne ayant l'imprudence de trop s'en approcher. le rôle du Dragon est de contenir le Bois pour éviter l'envahissement, au moyen de sa magie.
Agnieszka et tout le monde autour d'elle sait d'instinct que ce sera son amie, la belle et talentueuse Kasia qui sera l'élue cette année. Comme quoi la valeur sûre de l'instinct se révèle parfois surfaite...
J'ai suivi avec grand plaisir le récit haut en couleurs de la fantasque et maladroite Agnieszka. Voici une héroïne rafraîchissante loin des stéréotypes du genre. de son petit village où ses seuls problèmes étaient sa constance à se salir ou déchirer ses habits et trouver des baies, champignons, etc pour agrémenter la table familiale, la jeune fille se retrouve emportée dans un quotidien fort différent. La fille de bûcheron qu'elle est se découvre elle-même (non sans quelques péripéties...), découvre un monde au-delà des frontières de ce qu'elle a connu.
Naomi Novik construit avec Deracinée une intrigue merveilleusement cohérente et passionnante. Les pages défilent pour savoir ce qu'il va advenir, tant aux personnages principaux qu'à l'ensemble du royaume aux prises avec une terrible crise. Les chapitres apportent leur lot de questions: qu'y a-t-il dans ce fameux Bois? Pourquoi cette menace? A quoi tient la magie? Agnieszka passera-t-elle au chapitre suivant sans se couvrir de taches? Que des questions essentielles!
Je remercie ma fantastique bibliothécaire qui m'a fourré le roman dans mon sac. Sans elle, je ne m'y serais peut-être jamais arrêté et, a posteriori, je serais passée à côté d'une lecture enchanteresse, jubilatoire et immersive.
Souvent les auteurs de fantasy ont la manie de multiplier le nombre de tomes de leur saga, au risque de la rendre indigeste. Naomi Novik plie son histoire en un seul volume et c'est presque un regret de ne pas en avoir plus à se mettre sous les yeux.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          283
Lipette
  25 octobre 2018
Merci, merci, merci à Babelio de m'avoir sélectionnée pour recevoir ce livre ! Ça fait depuis un petit moment maintenant qu'il me faisait de l'oeil et je suis ravie d'enfin pouvoir me plonger dedans !

La première chose à m'avoir réellement attirée est bien évidemment le résumé... il n'est pas si novateur en soit puisque bon nombre de livres reprennent ce côté vieux magicien mystérieux kidnappe jeune fille pour l'emmener loin des siens, mais je ne vais pas m'en plaindre du tout car j'adore ce genre-là !!
Et que dire de l'illustration sur la couverture ! Sans prise de tête, elle décrit tout à fait ce que le résumé nous apprend. Même sans celui-ci il n'aurait pas été difficile d'en comprendre le sens...

Mais assez parlé sur le contenant, parlons maintenant du contenu...

Dès les premières pages, nous apprenons que, tous les dix ans, le Dragon, magicien et seigneur protégeant le peuple du fléau nommé le Bois, vient choisir une jeune fille de 17 ans pour l'emmener avec lui dans sa tour. Il est dit qu'une fois ces dix ans passés, lorsque la jeune fille revient, elle n'est plus du tout la même mais elle n'a subi aucune maltraitance et le magicien n'a apparemment jamais essayé de la toucher. Cette fois-là, tout le monde est persuadé que Kasia, la plus belle fille du village, sera celle choisie par le Dragon. Pourtant, et contre toute attente, c'est Agnieszka, la plus maladroite de toute qui est désignée pour le suivre. Alors que les premiers jours passés à la tour du Dragon l'épuisent autant physiquement que psychologiquement, elle se rend compte que finalement le Dragon n'est peut-être pas le personnage si horrible dont elle a tant entendu parler, et qu'apparemment elle est la seule à subir le traitement infligé par celui-ci. Il lui apprend la magie, lui permettant de changer ses guenilles en de somptueuses robes malheureusement impossibles à porter puisque trop serrées à cause du corset, l'empêchant donc de respirer. Il ne lui apprend évidemment pas que ça et Agnieszka se révèle être une sorcière plutôt douée dans des sorts que même le Dragon n'arrive pas à utiliser (comme lorsque Agnieszka lui sauve la vie). Cette facilité qu'elle montre à utiliser les sorts de la sorcière Jaga rend le Dragon quelque peu jaloux même si, le connaissant, il ne le dira jamais. Il est drôle de voir que même si une relation de maître à élève est instaurée entre les deux, l'un comme l'autre ne manque pas de répartie lorsqu'il s'agit de se défier. Leur relation est, je dois dire, assez amusante à lire et j'espère qu'elle évoluera en bien avec le temps et qu'ils arriveront à mieux se comprendre.
Au fil du récit, Agnieszka devient de plus en plus obnubilée par le fait d'apprendre toujours plus de nouveaux sorts afin de sauver sa meilleure amie de l'emprise du Bois... même si le Dragon lui a déjà affirmé qu'il n'y avait plus rien à faire. Mais celle-ci est bien décidée à trouver quelque chose puisque, après avoir ramené Kasia, prisonnière d'un arbre-coeur du Bois, le Dragon a réussi à faire sortir les ombres du Bois de son corps... même si Agnieszka n'était que très peu contaminée par rapport à Kasia. Arrivera-t-elle à sauver son amie ou devra-t-elle la regarder brûler en lui disant adieu ?
En vivant à la tour, elle fait la connaissance du prince Marek, venu ordonner au Dragon d'aller sauver sa mère, la reine, prisonnière du Bois depuis vingt ans. Mais le Dragon n'est pas si stupide et ne cesse de lui répéter la même chose : il est impossible de ramener la reine vivante, quand bien même elle le serait, la contamination par le Bois serait tellement profonde que la reine ne serait plus jamais la même ! Leur première rencontre ne se fait pas sans heurts puisque, le prince, essayant de posséder Agnieszka, se fait méchamment battre par cette dernière pour se protéger, le laissant quasi mort ! Après des soins réalisés par le Dragon et un sort de mémoire pour occulter l'agression, le voilà reparti chez lui... mais pas pour longtemps car il revient, cette fois accompagné par le Faucon, deuxième plus grand magicien après le Dragon bien sûr ! Il veut et va s'aventurer dans le Bois avec Agnieszka, dont il se souvient très bien, pour ramener (encore et toujours ce refrain !) sa mère et ralentir le plus possible l'avancée du Bois. Il ne laisse d'ailleurs pas le choix à Agnieszka et va même jusqu'à la menacer pour la faire venir... le Dragon n'a donc plus le choix et doit les suivre dans cette aventure des plus risquées ! On voit donc que le prince Marek obtient toujours ce qu'il désire et pour cela il n'a aucun remord à mettre du monde en danger : il emmène avec lui une trentaine de soldats, tous plus aguerris, mais cela suffira-t-il dans le Bois alors que le Faucon commençait lui-même à douter du bien fondé de cette impossible entreprise ? Parviendront-ils à tous en sortir vivants et sains ? Les personnes, et elles se comptent sur les doigts d'une main, qui parviennent à survivre à la contamination du Bois ne seront plus jamais les mêmes : leur corps et leur esprit sont marqués à jamais par ce qu'elles ont vécu dans la pourriture du Bois !
Après la mission du prince Marek, Agnieszka se voit obligée d'aller voir le roi avec lui pour demander des moyens de vaincre le Bois car le prince Marek n'a pas tenu sa promesse (comme c'est étonnant 😟) et que le Dragon ne peut s'éloigner de la tour parce qu'il doit empêcher l'avancement du Bois... c'est donc après des conseils plutôt sarcastiques comme il sait si bien les faire, qu'il regarde Agnieszka partir.
Son séjour au palais du roi ne sera pas de tout repos parce que Marek, comme son père et le Faucon, vont n'en faire qu'à leur tête et bien sûr, ne pas répondre positivement aux demandes de la jeune femme ! de plus, pensant avoir porté un grand coup au Bois après cette mission, elle se rendra compte qu'il se pourrait bien qu'elle ait fait une énorme erreur et que la contamination du Bois soit bien ancrée au palais, causant morts et destruction sur son passage... Plus le choix, Agnieszka va devoir protéger les héritiers de Kralia, ainsi qu'elle-même ; et son meilleur moyen est de retourner à la tour, et vers le Dragon... mais cette "paix" sera de courte durée car voilà que Marek déclare la guerre à la tour !
Agnieszka et le Dragon arriveront-ils à repousser l'attaque ? Pourront-ils malgré tout vaincre le Bois définitivement ?
Je ne vous en dis pas plus et vous laisse le loisir de venir le découvrir par vous-même !

Agnieszka nous apparaît comme une jeune fille de 17 ans des plus normales, qui ne se soucie pas de son apparence puisqu'elle est constamment tâchée ! Elle sait très bien ce qu'il se passe tous les dix ans et ne se fait pas vraiment de souci pour ça car elle, comme tout le village, est persuadée que ce sera Kasia, sa meilleure amie qui sera emmenée par le Dragon. Elle ne peut donc qu'exprimer sa surprise (en vomissant et se tâchant encore plus) et son désarroi lorsque c'est finalement elle qui est sélectionnée. Par la suite, elle se montrera très têtue avec son "maître " en magie mais aussi très douée. Elle se révélera capable de jeter des sorts impossibles à jeter par le Dragon lui-même et prendra plus d'assurance avec le temps, l'impressionnant de plus en plus.
Le Dragon, ou Sarkan, est présenté comme un magicien mystérieux qui vient enlever des filles tous les dix ans pour les garder dans sa tour ; qui sait ce qu'il leur fait subir... Mais en fait, ce n'est finalement qu'un magicien solitaire qui "puise" dans chaque fille de la magie pour créer un canal permettant de bloquer l'avancée du Bois. Il peut apparaître comme quelqu'un de bourru, grognon, ou même désagréable mais ce n'est que de l'extérieur... En effet, il prend tout de même le temps d'enseigner la magie à Agnieszka, et plus le temps passe, plus on comprend qu'il s'attache à la jeune femme. Après tout, il la suit dans toutes ses "mauvaises" idées comme il les appelle, et lui vient toujours en aide !
Marek est un personnage pour qui je n'ai jamais eu beaucoup d'affection, et cela s'est confirmé au fil de ma lecture ! C'est un parfait crétin qui ne pense qu'à monter sur le trône, même si cela implique la mort de son père et de son frère aîné. Il en est tellement obnubilé qu'il fonce tête baissée dans chaque faille qui se trouve devant lui, que ce soit pour aller sauver sa mère, pour forcer Agnieszka à faire des choses qu'elle ne désire pas, et même pour déclarer la guerre au pays voisin alors qu'il aurait dû suivre sa promesse et aider le Dragon à détruire le Bois. Mais, comme chaque personne qui s'entête, sa bêtise le perdra, malheureusement !
Le Faucon est lui aussi un magicien de renom, même si selon moi, cet homme n'est qu'orgueil et illusion ! Il voudra souvent partager sa magie avec Agnieszka, sous couvert de l'aider, mais en fait il voudrait plus la contrôler !
Il ne faut pas oublier le Bois qui se présente finalement comme un personnage important du roman. Au début, même s'il apparaît comme une forêt sombre et dangereuse, on se rend compte qu'il a une volonté propre, et qu'il peut causer de nombreux problèmes aux humains comme aux animaux. Il a ses propres créatures, les unes plus horribles que les autres. Et la révélation qui nous est faite vers les derniers chapitres est une réelle surprise pour moi, je ne m'attendais pas du tout à ce que le Bois ait été créé de cette façon et descende de "cette" personne...
Enfin, le personnage mystère, je vous laisse le plaisir de lire le livre si sa description vous intéresse ! Cette personne, après avoir survécu à la contamination, ne sera plus du tout la même, pas seulement de corps, mais également d'esprit. Elle sera plus forte, quasi invincible, presque surnaturelle... et pourtant, elle sera d'un grand soutien pour Agnieszka et lui rappellera de bons moments passés avec les siens ! Qui suis-je ?

En conclusion, je peux dire que j'ai beaucoup aimé l'écriture de Naomi Novik, et surtout cette lecture où l'on se promène... dans le Bois ;) Je suis toutefois un peu déçue que nous n'ayons pas eu plus de bataille avec ce dernier, et que la seule vraie grande bataille qui soit présente et ait coûté de nombreuses vies soit celle contre la tour. En revanche, la violence et la dureté des combats étaient si réelles que, lorsque je me représentais ces scènes dans ma tête en même temps que je les lisais, je ne pouvais que me rendre compte de toute la cruauté que cela impliquait. Les descriptions des horreurs des batailles, tant contre le Bois que lors du siège de la tour, sont si réelles qu'on s'y serait vraiment cru ! Aucun détail ne manquait et c'est ce qui a rendu la compréhension de ce qu'impliquait chaque guerre, justifiée ou non, ancrée dans ce que nous avons pu voir ou entendre des guerres passées (ou encore en cours quelque part) dans notre monde. Peut-être même l'imaginaire a-t-il largement dépassé le réel car il est difficilement imaginable que tant de violence, douleur, cruauté et injustice aient pu un jour avoir été possible chez nous...
La fin du livre et leur dernier espoir ne m'a pas tant impressionnée que ça ; je pense que plus d'action au Bois aurait été bienvenu. de même, je suis vraiment restée sur ma faim, mais cela ne m'a pas le moins du monde enlevé mon plaisir de lire ce livre !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
basileusa
  30 avril 2018
J'ai eu un petit coup de coeur pour ce roman de fantasy qui ressemble à un conte. Je n'avais aucune idée de quoi ça parlait et c'est une excellente surprise !
Dans un univers médiéval, un seigneur protecteur surnommé Dragon, choisit tous les dix ans une jeune fille de 17 ans pour l'emmener avec lui et ne la libère que dix ans plus tard. Beaucoup de mystères donc ,que l'on va percer au fur et à mesure en suivant Agnieszka, la nouvelle élue...qui va découvrir les secrets du Dragon et du Bois .Car il s'agit surtout de combattre le Bois,une forêt maléfique qui s'étend et capture les villageois.
J'ai trouvé cet univers vraiment original et totalement prenant ! Ce Bois qui est comme une entité maléfique, qui a des stratégies et se révèle un ennemi coriace, Dragon le sorcier qui protège les villageois mais qui est complètement antipathique et l'héroïne ,qui découvre ses pouvoirs et tente de cohabiter avec ce sorcier pas commode ! Les rebondissements sont légions,le suspens est là ,tout comme la trahison, et il y a même une petite place pour une histoire d'amour. Je me suis donc régalée avec ce roman qui mérite pour moi ses prix !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          280
boudicca
  27 novembre 2018
Adieu Téméraire ! Naomi Novik laisse ici de côté les dragons et les guerres napoléoniennes pour nous plonger dans un conte qui fleure bon les mythes et légendes slaves. Récompensé par les prestigieux Prix Locus et Nebula, ce one shot a dans en premier temps été édité par Pygmalion, avant de ressortir en cette fin d'année en poche (chez J'ai lu). le roman met en scène une jeune fille, Agnieszka, qui a toujours vécu à Dvernik, un petit village situé à proximité du Bois, une forêt contaminée depuis des siècles par une étrange force qui cherche sans cesse à grignoter sur les territoires colonisés par l'Homme. Seul un homme parvient à lutter contre la puissance du Bois et à ralentir sa progression, celui que l'on nomme le Dragon, un puissant sorcier vivant isolé dans une tour à proximité du village. Seulement pour que le Dragon continue à assurer leur protection, les habitants doivent se résoudre tous les dix ans à lui offrir une de leurs filles. Nul sacrifice sanglant à l'horizon, toutefois : les jeunes filles choisies ont le droit de repartir dans leur famille une fois leur service accompli, et celui-ci se limite à assumer le rôle de domestique. Alors que l'heure du choix approche, Agnieska, elle, n'est pas particulièrement nerveuse : tout le monde sait depuis des années que c'est Kasia, la plus belle et la plus vivre des filles du village, qui va être désignée par le Dragon. Mais à la surprise générale, c'est elle que le sorcier emmène dans sa tour, et il ne semble pas vouloir la cantonner au même rôle que les autres… Présenter ainsi, le roman pourrait sembler bien trop cliché pour des habitués du genre. Pourtant, quand bien même on y retrouve effectivement certains stéréotypes propres à une fantasy plutôt « classique », le récit mérite incontestablement le détour et se révèle finalement bien plus original que ce qu'on pouvait penser à la lecture du résumé.
Le début du roman reprend très clairement le schéma narratif traditionnel propre à tout bon conte de fée : une jeune fille différente des autres, un homme à la réputation terrifiante mais imméritée, une force maléfique qui vient menacer un royaume… La rencontre entre le Dragon et l'héroïne de même que l'évolution de leur relation font évidemment penser à « La Belle et la Bête », tandis que l'hostilité manifestée par la flore du Bois n'est pas sans rappeler certains passages de « La Belle au bois dormant ». Certes, ressortir de vieux contes pour les réarranger aux goûts du jour est devenu assez courant ces dernières années (en littérature comme au cinéma, d'ailleurs), mais il faut avouer que Naomi Novik s'en sort sur ce point avec les honneurs. On finit pourtant par se lasser assez vite du caractère répétitif de certaines scènes, et plus encore de leur côté un peu désuet (je pense notamment à la succession de robes de princesse qui risque de ne pas vraiment faire vibrer les lectrices et lecteurs d'aujourd'hui…). Fort heureusement, l'auteur ne tarde pas à redresser la barre et à exploiter des aspects plus originaux de son univers. Celui-ci emprunte en effet énormément aux folklores russe et polonais, ce qui est loin d'être courant en fantasy : il y a par exemple de nombreuses références à Baba Yaga, sans doute la figure féminine la plus célèbre des contes et légendes russes, sans compter que la plupart des noms utilisés sont à consonances slaves. Une fois les premières jalons posés, le récit gagne en rythme tandis que l'intrigue se complexifie (sans pour autant s'écarter tout à fait des sentiers battus) et que l'ambiance s'assombrit. Ce qui pouvait passer pour une banale historiette un peu fleur bleue évolue ainsi au fil des chapitres en un conte beaucoup plus brutal, abordant des thématiques intéressantes sous un angle peu courant (la dimension écologique du texte est notamment amenée de manière bien plus habile que dans bien d'autres romans sur le sujet).
Le principal atout du roman réside surtout dans l'un de ses acteurs principaux, à savoir le Bois. Naomi Novik parvient à créer un décor remarquablement immersif et joue astucieusement sur le sentiment de familiarité que fait naître cette forêt magique pourtant semblable à nulle autre. On a tous en effet en tête des images de contes ou de récits de chevalerie se déroulant en milieu sylvestre, et l'auteur s'amuse ici à faire le lien entre sa trame narrative et les échos que ces histoires intemporelles éveillent en nous. Les scènes se déroulant dans le Bois sont ainsi sans surprise les plus intenses et les plus émouvantes du roman, à commencer par les épiques combats opposant les guerriers ou sorciers du royaume à la faune et la flore corrompues de la forêt. La magie occupe ainsi une place centrale dans le récit, même si l'auteur ne donne pas d'explications particulières sur son fonctionnement ou son origine. On sait seulement qu'elle repose sur l'oral : ceux qui possèdent le don peuvent réaliser des sorts à l'aide de suites de mots. Rien de bien originale, mais ce qui est déjà plus intéressant c'est qu'en fonction de sa diction, le sorcier peut ajuster le sort pour lui donner plus ou moins de force. Les personnages sont pour leur part assez attachants, à commencer par l'héroïne même si son profil reste là encore assez traditionnel : une jeune fille à part, maladroite, qui se fiche des conventions et possède un sacré caractère. Difficile d'ailleurs de ne pas penser à l'héroïne de « La Passe-miroir », d'autant plus que la relation qu'Agnieszka entretient avec le Dragon est sensiblement la même que celle d'Ophélie et Thorn (la froideur et la dureté de monsieur servant en fait à cacher la profondeur de ses sentiments pour madame). Les personnages secondaires sont quant à eux davantage en retrait mais possèdent tous une petite particularité qui les rend attachants aux yeux du lecteur.
Pari réussi pour Naomi Novik qui parvient à reprendre les codes des vieux contes de fée pour les réarranger à sa sauce en les mêlant à des éléments de folklore d'Europe de l'Est. Les personnages sont convaincants, l'intrigue bien rythmée et le décor prompt à enflammer l'imagination. Une lecture sympathique, à ne pas louper !
Lien : https://lebibliocosme.fr/201..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          150

critiques presse (3)
LeJournaldeQuebec   02 juillet 2017
On se laisse délicieusement entraîner dans cette suave histoire de magie aux accents slaves.
Lire la critique sur le site : LeJournaldeQuebec
Elbakin.net   11 janvier 2017
Si le cadre choisi pour ce nouveau projet demeure intrigant en rappelant les contes des frères Grimm dans ce qu’ils ont de plus sombre, ce n’est pas le cas des personnages qui le peuplent, souvent irritants, voire déconcertants.
Lire la critique sur le site : Elbakin.net
Elbakin.net   17 août 2015
Malheureusement… Le résultat final avec ce Uprooted n’est pas très probant. Si le cadre choisi pour ce nouveau projet demeure intrigant en rappelant les contes des frères Grimm dans ce qu’ils ont de plus sombre, ce n’est pas le cas des personnages qui le peuplent, souvent irritants, voire déconcertants
Lire la critique sur le site : Elbakin.net
Citations et extraits (14) Voir plus Ajouter une citation
florencemflorencem   09 mai 2017
Après avoir réussi à maîtriser le feu retors et déterminé, il me gronda furieusement pendant dix bonnes minutes, me traitant d'andouille décérébrée, rejeton d'éleveurs de cochons - "Mon père est bûcheron !" m'exclamai-je.
- De feignasse de manieurs de hache ! se corrigea-t-il alors.
Commenter  J’apprécie          220
CaprideghCapridegh   24 novembre 2018
J'avais évidemment toujours détesté cet endroit, mais de loin. Autrefois, je l'envisageais comme une averse de grêle avant la récolte, une invasion de sauterelles dans le champ ; ce genre d’événements, ou d'autres plus cauchemardesques, mais toujours des choses conformes à sa nature. A présent, je le percevais d'une toute autre façon : telle une créature vivante déployant volontairement toute sa malice pour me faire du mal, pour s'en prendre à tous ceux que j'aimais, menaçant mon village tout entier, prêt à l'engloutir comme il avait englouti Porosna. Je ne me rêvais pas en grande héroïne, contrairement aux accusations du Dragon, cependant j'avais envie de chevaucher dans ce bois armée d'une hache et d'une torche. Je voulais arracher la reine à son emprise, lever des armées des deux côtés et le raser une bonne fois pour toutes.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
XSXS   22 juillet 2017
Les mots ne me paraissaient plus si impénétrables. Je n'arrivais toujours pas à suivre l'histoire, et j'oubliais les phrases aussitôt prononcées, mais je commençais à avoir le sentiment que ça n'avait pas d'importance. Et si je m'en étais souvenue, certains mots au moins auraient sonné faux, comme lorsque l'on réentend son conte d'enfance préféré et qu'on le trouve décevant, ou au moins différent.
Commenter  J’apprécie          50
l-ourse-bibliophilel-ourse-bibliophile   07 mai 2017
Si j’avais jusqu’alors été une élève médiocre, j’étais désormais devenue redoutable d’une tout autre manière. Je prenais toujours de l’avance dans les livres que nous étudiions, et j’en empruntais d’autres dans sa bibliothèque lorsqu’il avait le dos tourné. Je mettais le nez dans tout ce que je pouvais trouver. Je lançais des sorts à moitié, puis les abandonnais et passais à autre chose ; je me jetais dans des invocations sans être certaine d’en avoir la force. Je courais comme une folle dans la forêt de la magie, repoussant les ronces sans me soucier des griffures ou de la terre, sans même regarder où j’allais.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
LipetteLipette   25 octobre 2018
- Il n'est pas... Il n'est pas...
- Si tu ne veux pas la mort d'un homme, évite de lui matraquer le crâne à répétition, m'interrompit sèchement le Dragon. Descends au laboratoire et rapporte-moi l'élixir jaune dans la fiole transparente sur l'étagère du fond. Pas le rouge, ni le violet - et, si possible, évite de le briser en remontant l'escalier, sauf si tu tiens à devoir convaincre le roi que ta vertu valait plus que la vie de son fils.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Videos de Naomi Novik (6) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Naomi Novik
Beaucoup de nouveautés de fantasy dans ce point lecture, mais aussi un livre contemporain !
Pour plus de vidéos lectures : https://www.youtube.com/user/Lanylabooks
Les livres cités : - Déracinée de Naomi Novik publié chez Pygmalion - Arkane, tome 1 : la Désolation de Pierre Bordage publié chez Bragelonne - Sénéchal, tome 1 de Gregory Da Rosa publié chez Mnémos - La forêt des renards pendus d'Arto Paasilinna publié chez Folio
Contact mail : lanylabooks[at]gmail.com
Suivez-moi : http://twitter.com/Lanylabooks http://instagram.com/lanylabooks http://www.facebook.com/lanylabooks
Wish list Amazon : http://amzn.eu/9qPvqDv
+ Lire la suite
autres livres classés : fantasyVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacCulturaLeslibraires.frMomox





Quiz Voir plus

La fantasy pour les nuls

Tolkien, le seigneur des ....

anneaux
agneaux
mouches

9 questions
1203 lecteurs ont répondu
Thèmes : fantasy , sfff , heroic fantasyCréer un quiz sur ce livre
.. ..