AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

Danièle Bondil (Traducteur)Pierre Bondil (Traducteur)
EAN : 9782226079312
384 pages
Albin Michel (28/09/1995)
3.82/5   19 notes
Résumé :
"Quand Harley voyait son père, Calvin Wind Soldier, et son frère Duane dans ses rêves, ils portaient des couronnes de verre. Des filets de sang coulaient sur leur front, se transformaient en perles sur leurs cils noirs et glissaient jusqu'aux commissures des lèvres. Quatre semaines avant sa naissance, son père et son frère aîné avaient été victimes d'un accident de la route."
Ainsi s'ouvre ce remarquable premier roman d'une jeune Sioux originaire de la réserv... >Voir plus
Que lire après Danseur d'herbeVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (7) Voir plus Ajouter une critique
Un de mes derniers coups de coeur en matière de littérature amérindienne.
Premier roman de cette Sioux, originaire de la réserve de Standing Rock, dans le Dakota du Nord, ce "Danseur d'herbe" n'a pas été sans me rappeler l'univers de Jim Harrison.
Cette vaste fresque qui se déroule donc dans la réserve citée plus haut, nous fait pénétrer dans l'intimité de plusieurs familles sur plusieurs générations, et dont les vies s'entremêlent.
Durant un grand pow-wow, nous faisons connaissance avec les protagonistes de cette histoire : Les Wind Soldier, Lydia et son fils Harley - dont on suit l'histoire et qui passe sa jeunesse à faire le deuil d'un père et d'un frère qu'il n'a pas eu le temps de connaître - un excellent danseur qui s'apprête à subir son initiation, les Thunder, la jeune Charlène et sa redoutable grand-mère, Mercury, une sorcière en quelque sorte, toujours entourée d'hommes et dont les mauvais sorts sont responsables de certains malheurs sur la réserve, et puis il y a aussi Franck Pipe et son grand-père, Herod Small War et la seule femme blanche de cette histoire, Jeannette McVay, mais dont le rôle sera déterminant.
Quelques aller-retours dans le passé nous permettent également de suivre Red Dress, l'ancêtre de la famille Wind Soldier, qui vécut au XIXe siècle, gardienne de la tradition orale, et qui va influer sur la vie de sa famille. le magique et le merveilleux sont omniprésents dans ce beau roman, tout comme ils le sont dans la vie quotidienne des Amérindiens.
Il est question d'apprentissage, de spiritualité, de l'opposition au christianisme, des liens familiaux complexes, des amours morts-nés... Les femmes y ont une place d'honneur et le ton général du roman, bien que n'occultant pas les problèmes actuels que connaissent les Amérindiens, est plutôt optimiste. J'ajouterai à cela une belle écriture et un excellent style, alors à quand le prochain livre traduit en français ?
Commenter  J’apprécie          50
Comme à la bataille navale, Susan Power m'a touché et... coulé un peu quand même.

Touché car son évocation de la condition des "Native Americans", sur une grosse centaine d'années et à travers une série de portraits poignants, évite l'écueil du misérabilisme et ne manque pas d'autodérision.

Coulé car j'ai peu à peu sombré dans l'imbroglio généalogique, noyé par la multiplication des patronymes folkloriques du type Castor constipé ou Ours adipeux. J'en rajoute légèrement mais on frise là le roman russe.
Et puis il y a ces envolées mystiques dont je ne suis guère client et le coup du rêve que nous ressert souvent Craig Johnson dans ses polars.

Lecture néanmoins intéressante.







Commenter  J’apprécie          102
Le roman commence sur un pow-wow et ça tombait bien je savais ce que c'était depuis que j'avais lu Ici n'est plus ici de Tommy Orange. Harley Wind Soldier est un jeune Sioux, il se prépare pour danser la danse de l'Herbe, suivi de près par son chien Chuck Norris (un personnage canin extraordinaire qui m'a bien fait rire) et sous les yeux de Charlene, la petite-fille de Mercury. le décor est posé. On peut ajouter au tableau Pumpkin, la seule jeune fille à danser mieux que les hommes et à pouvoir prendre tendrement Chuck dans ses bras (celui-là même qui pisse sur le sac de Charlene).

C'est un livre construit à rebours, on démarre en 1981, et peu à peu on remonte dans le temps jusqu'en 1864 pour revenir enfin en 1981 et 1982. de personnage en personnage, de génération en génération, on comprend les secrets des uns et des autres, on navigue entre merveilleux, surnaturel et réalité. Les esprits des ancêtres hantent les personnages, les lieux, et empêchent tout un chacun de se laisser embrigader par la religion chrétienne.

J'avoue que j'ai été obligée de revenir en arrière plusieurs fois parce que les liens entre tous les personnages m'avaient parfois échappé. Lecture inattentive ? Vieillissement prématuré et perte de mémoire ? Que sais-je ? Parfois je me disais bien que j'avais déjà croisé tel ou tel nom mais je devais m'en assurer, et j'ai ainsi pu comprendre des choses qui, sans cette gymnastique digitale (tourner les pages et relire des passages entiers) seraient complètement passées à la trappe.

Pour conclure, j'ai beaucoup aimé ce texte, qui se mérite, à travers la galerie de portraits tous plus originaux les uns que les autres. La figure féminine est parfaitement représentée, à travers toutes les générations, certaines sont particulièrement émouvantes comme celle de Lydia Wind Soldier qui ne parle plus depuis la mort de son mari et de son neveu mais qui s'exprime en chantant « l'amour et l'abandon, chaque note était un cri qui tourbillonnait dans les airs ». D'autres sont plus effrayantes comme celle de Mercury qui jette des sorts aux jeunes hommes afin de les attirer dans son lit, malgré son âge et sa mobilité réduite. Et la fameuse Red Dress qui se faisait passer pour la chrétienne et qui cent ans après est « indissolublement liée aux vivants, toujours touchée par leurs angoisses. » Elle est la mémoire d'un peuple, d'un peuple que les Blancs ont essayé de spolier, de dépouiller de ses pratiques ancestrales, au profit de quoi ? D'un Dieu pas moins irrationnel…

Susan Power est une jeune Sioux originaire d'une réserve du Dakota du Nord, elle n'a publié à ce jour que ce roman, pour lequel elle a puisé dans l'histoire de ses ancêtres. C'est une belle réussite.

Chronique complète sur mon blog.
Lien : https://krolfranca.wordpress..
Commenter  J’apprécie          60
En évoquant sur plusieurs décennies les destinées de quelques membres d'une tribu sioux du Dakota, "Danseur d'herbe" nous livre une fresque intergénérationnelle qui met en évidence le poids des héritages mais aussi la capacité des individus à les dépasser. Une chronologie éclatée, faite d'une anarchique succession tantôt de saut de puces tantôt de bonds en avant ou en arrière, nous fait ainsi voyager de 1864 à 1981, aux côtés de deux familles au destin lié depuis l'amour pourtant non consommé de leurs aïeux respectifs Red Dress et Ghost Horse.

A travers les événements, heureux ou tragiques, banals ou extraordinaires, qui ponctuent les vies des lignées des Thunder et des Wind Soldier, Susan Power évoque les traumatismes et dévoilent les secrets qui d'une génération à l'autre laissent leur empreinte, influant sur le cours des existences. La structure narrative de son récit révèle tout son sens et son habileté en n'apportant qu'a posteriori un éclairage sur les drames ou les épisodes du passé à l'origine des motivations qui poussent à la vengeance ou entretiennent la culpabilité…

L'évolution des temps et les remous de l'Histoire s'invitent naturellement dans l'intrigue, entremêlant aux histoires individuelles leurs répercussions sur le quotidien ou le destin de la réserve, et témoignant notamment des injustices faites à ce peuple dépossédé de son territoire, discriminé, délaissé : les enfants morts faute de médecin à proximité acceptant de soigner les indiens, ceux envoyés de force par l'Etat de Pennsylvanie dans des internats, les jeunes gens sioux décimés pendant la guerre de Corée car envoyés en première ligne au prétexte de leurs mythiques qualités d'éclaireurs… Mais au-delà du constat des spoliations et de ce qui s'est perdu dans le processus de conquête et de colonisation, "Danseur d'herbe" se veut surtout un hommage à ceux qui ont su faire preuve de résilience pour non seulement survivre, mais surtout pour le faire dans la dignité, en s'adaptant sans pour autant se renier.

Et c'est qui fait la force et l'originalité de ce roman, qui démontre par l'osmose constante entre tradition et modernité que la perpétuation d'une culture n'est possible qu'à condition d'ouverture vers les autres et de l'acceptation des apports dont l'enrichissent chaque génération et chaque métissage. Si la Wastunkala, la traditionnelle soupe de maïs sioux, est passée de nourriture de base à un mets de choix parce que sa longue préparation est inadaptée au mode de vie moderne, les pow-wow attirent de plus en plus de jeunes -y compris parmi ceux qui ont quitté la réserve-, et certains continuent d'apercevoir, au détour d'une maison abandonnée, le fantôme qui hante depuis des décennies la Réserve de sa légende… et en même temps, les héros de Star Wars s'invitent dans l'iconographie des plus jeunes pendant qu'un de leurs aînés s'essaie à conduire une majestueuse Harley-Davidson gagnée au bingo, la chasteté conjointement prônée par la culture Dakota et la morale catholique est mise à mal par le désir d'émancipation féministe qui s'immisce dans la réserve…

La dimension même du récit est empreinte de cette fusion entre mythes ou coutumes ancestraux et contemporanéité, mêlant au réel un surnaturel symbolique porteur d'une culture où les rêves et les cauchemars peuvent déterminer des choix de vie, où l'on se protège d'une femme trop entreprenante par une ceinture magique, où un enfant aperçoit dans le téléviseur diffusant les premiers pas de l'Homme sur la lune la silhouette de sa grand-mère à peine décédée…

"Danseur d'herbe" est un texte à la fois enchanteur et palpable, romanesque et profond, peuplé de personnages singuliers et marquants.

Lien : https://bookin-ingannmic.blo..
Commenter  J’apprécie          10
Danseur d'herbe est un roman qui m'a passionné de la première page à la dernière. Ce livre nous plonge dans l'univers des indiens sioux du Dakota à travers plusieurs générations issues de Red Dress et Ghost Horse dont la postérité à travers les siècles est due à leur fait d'armes et à leur défense de l'identité sioux. L'auteur nous emmène à la rencontre de Harley Wind Soldier et de son chien Chuck Norris, de sa mère Lydia et sa soeur jumelle Evelyn ou encore d'Herold Small War et de sa femme Alberta.... Leur vie est parsemée d'épreuves où les esprits des ancêtres sont présents pour soutenir les vivants qui en ressortent fortifiés et sublimés. Les femmes au caractère fort tiennent tout au long du roman le rôle principal à la fois protecteur mais aussi destructeur et vengeur comme le montre le personnage de Mercury Thunder, la sorcière qui terrorise la réserve par sa pratique égoïste de la magie. Les hommes sont des personnages plus tourmentés et blessés par la vie qui ne les a pas épargnés cependant qu'ils soient dans la fleur de l'âge ou vieux, ils trouvent la force auprès des traditions et des esprits de la tribu. de nombreux secrets se dévoilent peu à peu au fil des pages et permettent au lecteur de mettre en forme ce patchwork sioux où la magie n'est jamais très loin.
Commenter  J’apprécie          30

Citations et extraits (2) Ajouter une citation
Amie, regarde cette morne herbe brune, démoralisée parce qu'arrive enfin l'hiver qui va la mettre à mal. Voilà, pour moi, ce qu'est l'anglais. De petits cailloux sur ma langue, du gravier, le genre de chose que l'on mâche, mais que l'on ne parvient pas à avaler. La langue dakota est la riche herbe printanière qui ondoie comme l'eau et a une douce saveur.
Commenter  J’apprécie          40
Le tonnerre explosa, claquant avec soudaineté d'un coup de feu et les nuages nous courent à travers le ciel. Tout d'abord les gouttes furent grosses et chaudes, comme des baies mûres; elles se changèrent rapidement en grenaille froide et mordante.
Commenter  J’apprécie          20

autres livres classés : Sioux (Indiens)Voir plus
Les plus populaires : Littérature étrangère Voir plus

Lecteurs (66) Voir plus



Quiz Voir plus

Les personnages de Lucky Luke

Je suis le personnage secondaire "réel" le plus présent dans la série et je fais ma première apparition dans l'album "Hors-la-loi". Dès ma deuxième apparition, dans "Lucky Luke contre Joss Jamon", je prends les traits d'un jeune bandit coléreux, petit, nez retroussé, taches de rousseurs et incisives en avant, je suis la parfaite caricature des jeunes adolescents.

Lucky Luke
Jolly Jumper
Rantanplan
Joe Dalton
Billy the Kid
Calamity Jane
Roy Bean
Buffalo Bill
Jesse James
Sarah Bernhardt
Wyatt Earp
Abraham Lincoln
Edwin Drake
Mark Twain
Allan Pinkerton

15 questions
152 lecteurs ont répondu
Thèmes : bd jeunesse , bande dessinée , bande dessinée humour , western , western humoristique , bd franco-belge , personnages , Personnages fictifsCréer un quiz sur ce livre

{* *}