AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782226402905
352 pages
Éditeur : Albin Michel (21/08/2019)

Note moyenne : 3.77/5 (sur 240 notes)
Résumé :
À Oakland, dans la baie de San Francisco, les Indiens ne vivent pas sur une réserve mais dans un univers façonné par la rue et par la pauvreté, où chacun porte les traces d’une histoire douloureuse. Pourtant, tous les membres de cette communauté disparate tiennent à célébrer la beauté d’une culture que l’Amérique a bien failli engloutir. À l’occasion d’un grand pow-wow, douze personnages, hommes et femmes, jeunes et moins jeunes, vont voir leurs destins se lier. Ens... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (102) Voir plus Ajouter une critique
Kirzy
  23 août 2019
°°° Rentrée littéraire 2019 #5 °°° 
D'abord, un prologue, militant et stimulant, pour préparer le lecteur à recevoir comme il se doit ce magnifique et douloureux roman. Pédagogique avant tout, égrenant des temps forts de l'histoire amérindienne comme le massacre de Sand Creek en 1864. Nécessaire pour introduire les douze personnages que l'on va suivre : des Indiens urbains, nés en ville, loin des clichés, «  plus habitués à la silhouette des gratte-ciel d'Oakland qu'à n'importe quelle chaîne de montagnes sacrées, au hurlement des trains dans le lointain qu'à celui des loups, nous sommes plus habitués à l'odeur d'essence, de béton coulé de frais et de caoutchouc brûlé qu'à celle du cèdre, de la sauge, voire du frybread – ce pain frit qui n'a rien de traditionnel, comme les réserves n'ont rien de traditionnel. »
Les choses sont claires. le roman peut commencer. Un roman choral qui donne la parole de façon très intime à des personnages, tous urbains d'Oakland tous mal dans leur vie, qui se posent tous, de façon plus ou moins aiguë, ( Californie ) la même question : que signifie être indien ?
Ils sont homme, femme, jeune, moins jeune, métis, adopté par des Blancs, inscrits sur le registre d'une tribu ou pas, avec un nom indien ou pas ... chacun est en quête de ses origines indiennes, se sentant inauthentique tel quel. Tous vont converger vers le Grand Pow-Wow d'Oakland ( un rassemblement festif autant qu'une occasion pour les Amérindiens de faire vivre leur héritage culturel ) . Tous vont être liés par un événement, certains le sont déjà par des liens du sang qu'ils ne connaissent pas encore et ne découvriront peut-être jamais.
«  Si dans le premier acte vous dites qu'il y a un fusil accroché au mur, alors il faut absolument qu'un coup de feu soit tiré avec au second ou au troisième acte. » Anton Tchekhov
La terrible règle du fusil de Tchekhov ... Au premier chapitre apparaît un revolver imprimé en 3D. Cette présence crée d'emblée une tension, une menace qui ne cessera de planer tout au long du roman. Quel que soit le personnage qui se raconte, on y pense à ce revolver qui va forcément servir, sans qu'on sache sur qui le feu s'abattra.
Au-delà de cette tension, le choeur des personnages emporte rapidement le lecteur dans un tourbillon romanesque bouillonnant de bruit et de vie, mais aussi dans une ambitieuse méditation sur l'identité et ses alternatives brisées. Les personnages des soeurs Opale Viola Victoria Bear Shield et Jacquie Red Feather sont absolument sublimes de complexité.
La construction de ce roman est d'une classe folle, chaque voix touche, interpelle, bouleverse, fait craindre, répond à la suivante dans une chaîne qui explose dans les cinquante pages, incroyablement percutantes. On les attendait, et lorsqu'elles arrivent, elles déflagrent puissance mille et vrillent notre coeur. Je les ai lues comme en transe, les récits se télescopant pour raconter la même scène. C'est un grand moment de littérature et presque de cinéma tellement j'ai eu l'impression de voir, entre ralenti, léger différé, « split screen ». C'est brillant !
Ce premier roman intelligent, puissant, singulier, plein de rage et de poésie, porté par une écriture lumineuse, résonne comme une alarme sur la désolation qui survient lorsqu'un peuple cherche à dominer un autre et à l'assimiler de force. Mais plus largement, ce roman n'est pas que celui de la contre-histoire de la tragédie amérindienne. Il est bien plus universel que cela, c'est toute l'Amérique des grandes métropoles qui est contée : alcoolisme, violences familiales, misère, quête d'identité de ceux qui sont en marge.
Incontournable pour les amoureux de la littérature nord-américaine et pour ceux qui s'intéressent à la culture amérindienne.
Lu dans le cadre du Picabo River Book Club
https://www.facebook.com/groups/806652162778979/
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          1168
Cannetille
  22 septembre 2019
A Oakland, en Californie, doit avoir lieu un grand pow-vow, festival culturel communautaire qui rassemblera quantité d'Amérindiens venus de tous les Etats-Unis, pour, notamment, une compétition de danses traditionnelles. Parmi les organisateurs et participants, une douzaine de personnages ignorent que leurs destins seront bientôt liés : comme autant de mèches ou de traînées de poudre dispersées mais convergeant à leur insu vers une commune explosion finale, leurs histoires individuelles ouvrent le récit, semblant d'abord de petites nouvelles dont le fil rouge serait le mal-être identitaire qui condamne leurs protagonistes d'origine indienne à la marginalisation, à l'alcoolisme, à la toxicomanie ou à la délinquance, mais où on s'apercevra bientôt que ces derniers ont bien plus de points communs qu'ils ne pourraient l'imaginer eux-mêmes, sans parler de la tragédie qui les attend.

Après une percutante et bouleversante introduction sur l'ethnocide des Indiens d'Amérique et la gageure que représente le fait d'être Amérindien aujourd'hui, la première moitié du livre ressemble à une juxtaposition d'exemples, d'extraits de vie criants d'authenticité, qui, s'ils peuvent risquer de perdre un tantinet le lecteur qui devra faire preuve de patience pour comprendre où on l'emmène, font toucher du doigt un marasme accablant et sans espoir.

Puis, les fils de toutes ces histoires commencent à s'entremêler pour dessiner un motif encore plus effroyable, comme si la gangrène avait fini par se développer sur tant de blessures négligées, amorçant une véritable bombe à retardement dont le lecteur, atterré, ne pourra plus qu'attendre l'explosion.

J'ai trouvé dans cette lecture une très forte proximité avec l'auteur camerounaise Alexandra Miano, qui, dans Les aubes écarlates, explique l'emprise de la violence en Afrique subsaharienne par le pourrissement inconscient d'un sentiment confus de honte et de perte d'identité, entretenu par l'absence de reconnaissance explicite par la communauté internationale des torts causés par la traite négrière et la colonisation.

Curieusement, les guerres indiennes et les massacres des populations d'Amérique ne figurent pas à ce jour parmi les génocides officiellement recensés par l'Organisation des Nations Unies.

La non-reconnaissance de la violence est une autre violence aux effets d'autant plus terribles que, parce qu'ils sont plus souterrains, on ne s'aperçoit pas qu'ils empêchent toute reconstruction : « La plaie ouverte par les Blancs quand ils sont arrivés et ont pris ce qu'ils ont pris ne s'est jamais refermée. Une plaie non soignée s'infecte. Devient une plaie d'un type nouveau, de même que l'histoire de ce qui s'est réellement passé est devenue une histoire d'un nouveau type. Toutes ces histoires que nous n'avons pas racontées pendant si longtemps, que nous n'avons pas écoutées, font simplement partie de ce qu'il faut soigner. »

D'origine cheyenne, l'auteur sait de quoi il parle. Son discours dépasse toutefois largement la seule cause amérindienne : ce livre est un cri, un appel au droit d'exister, une incitation à oser enfin regarder la réalité en face de part et d'autre, à raconter le passé et les souffrances qui résultent encore aujourd'hui de toutes les colonisations, et qui font le lit actuel et futur d'explosions de violence incontrôlées et incontrôlables. Une lecture sombre et pas toujours facile, mais éloquente et admirablement menée, qui mérite qu'on s'y accroche et qui nous concerne tous.

Prolongation sur les pow-wow dans la rubrique le coin des curieux, à la fin de ma chronique sur ce livre sur mon blog :

Lien : https://leslecturesdecanneti..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          633
Eve-Yeshe
  30 janvier 2020
Ce roman commence avec un prologue très fort qui rappelle comment les Indiens d'Amérique ont été traités. On commence en 1621, avec la cession des terres, qui se conclut par un repas à l'origine de la fête la plus hypocrite qui puisse exister : « Thanksgiving » ! puis les massacres qui ont débuté deux ou trois ans plus tard, un nouveau massacre en 1637, pour atteindre le summum en 1864, à Sand Creek.
Les autochtones se sont retrouvés dans des réserves, plus récemment certains ont pu devenir des « Urbains » mais la discrimination est toujours là.
Ce roman, raconte, à travers l'histoire de douze personnages, de différents âges, des hommes, des femmes, des enfants, chacun ayant sa propre problématique, qui se retrouvent pour un grand Pow-Wow organisé pour la première fois dans la ville d'Oakland.
Cette cérémonie n'a pas la même signification pour tous. Mais, avec les danses, les tambours, les costumes traditionnels cela doit être une fête et une manière d'honorer les anciens, de renouer avec les racines.
On sait dès le départ que rien ne sera simple, car l'un des protagonistes vient de fabriquer un revolver grâce à une imprimante en trois dimensions.
Le Pow-Wow est organisé par Blue, qui a été adoptée et ignore tout de ses parents biologiques ; elle est assistée par Edwin Black, mal dans sa peau car il est obèse et se sent rejeté par les autres. Un troisième larron est censé les aider Calvin, mais sa fiabilité n'est pas à toute épreuve.
Une autre famille, atypique bien-sûr, est aussi sur le départ : elle est composée de deux soeurs dont on va apprendre la douloureuse histoire au fur et à mesure que la fête se prépare : Opale Viola Victoria Bear Shield et Jacquie Red Feather, qui ont un père différent et qui ont passé leur enfance à fuir, (la mère était victime de maltraitance mais pas uniquement) pour atterrir à Alcatraz, où se sont réfugiées d'autres familles indiennes à l'époque, dont des conditions lamentables…
Jacquie fait la connaissance de Harvey et on sait qu'il s'est passé quelque chose de grave sur la « plage » d'Alcatraz, ce qui va avoir des conséquences tragiques.
La fille de Jacquie est décédée d'une overdose, laissant trois enfants et c'est Opale qui va les adopter officiellement : Orvil, Loother et Loney.
On rencontre aussi Dene, qui a obtenu une bourse, pour un projet de « film » : il recueille des témoignages d'Indiens sur leur origine, leurs désirs dans la vie. Orvil, qui est âgé de quatorze ans va témoigner, sur son appartenance aux Cheyennes. Chaque personne qui accepte de témoigner reçoit une somme d'argent, et pour Orvil, il s'agit d'offrir un vélo à son petit frère Loney.
Outre, Edwin Black et son poids, on rencontre aussi Tony Loneman et le Drome de qui va hanter sa vie, empêchant des relations normales avec les autres, car il se sent différent, monstrueux.
« Quand j'ai posé la question à Maxine, elle m'a dit que ma mère buvait quand j'étais dans son ventre, m'a dit très lentement que j'avais le syndrome d'alcoolisation foetale. Tout ce que j'ai entendu c'est Drome, et puis je suis retourné devant la télé éteinte que je n'ai plus quitté des yeux. »
A côté, il y a des loubards, qui n'ont qu'une seule idée en tête : voler l'argent mis en jeu pour le Pow-Wow, sous forme de sorte de « bons d'achats » qui doivent être remis aux gagnants des participations : danseurs, musiciens…
Tommy Orange raconte très bien la difficulté de naître Indien, le mépris des Blancs, la difficulté de se faire une place dans cette société capitaliste sans valeurs ni respect pour autrui, ou pour la Nature. Il raconte aussi la fuite dans l'alcool, pour oublier (comme Jacquie) ou Tony et son visage défiguré par le syndrome d'alcoolisation foetale, ou encore dans la drogue, au risque d'en mourir, comme Jamie, la fille de Jacquie.
On retrouve aussi le besoin de retrouver ses racines, son identité, telle l'importance du costume traditionnel pour être considéré comme un Indien pour Orvil Red Feather qui répète devant YouTube la chorégraphie des danses.
Ce roman m'a énormément plu, car il aborde des thèmes qui m'intéressent : les racines, l'abandon, l'adoption, l'héritage culturel, la fuite dans les paradis artificiels et ce qui peut en découler, sans oublier le métissage, qui complique encore la notion d'identité.
Il ne va pas améliorer les sentiments que j'éprouve à l'égard des USA, des colonisateurs qui ont spolié les Amérindiens de leurs terres et qui ont le culot de remercier chaque années la terre qu'ils se sont appropriés avec une fête d'une hypocrisie qui va au-delà des mots : Thanksgiving ».
Ceci explique pourquoi, j'ai longtemps fait un blocage sur la littérature américaine, (qui s'est longtemps limitée à Philip Roth, Joseph Boyden); je découvre à petite dose, choisissant bien les auteurs.
Tommy Orange est un excellent conteur, et il cite au passage Gertrude Stein, qui lui a inspiré le titre du roman, propose des citations de James Baldwin, Bertolt Brecht, Jean Genet, entre autres.
« Cette citation est importante pur Dene. Ce « Là, là ». Il n'avait pas lu Gertrude Stein en dehors de cette citation. Mais, pour les Autochtones de ce pays, partout aux Amériques, se sont développés sur une terre ancestrale enfouie, le verre, le béton, le fer et l'acier, une mémoire ensevelie et irrécupérable. Il n'y a pas de là, là : ici n'est plus ici. »
J'ai beaucoup aimé ce roman choral, dont la couverture est superbe, et il m'a donné envie de lire d'autres livres sur les Amérindiens, de découvrir des auteurs amérindiens… Sherman Alexie, Louise Erdrich, James Welsh, David Treuer entre autres frappent à la porte de ma PAL…
Lien : https://leslivresdeve.wordpr..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          472
Titania
  23 septembre 2019
Un roman tragique, jeune et moderne sur l'identité amérindienne. C'est un cri, une pulsation urbaine un peu confuse et désordonnée, mais pleine d'élans lyriques passionnés . A ce titre, c'est une lecture intéressante.
Tommy Orange est le descendant de survivants d'un génocide, et ce passé terrible, suivi de la relégation sociale d'un pays raciste est lourd à porter, difficile à transmettre.
Il nous raconte dans une forme classique du roman chorale, le destin de personnages résidant à Oakland. Tous ces Autochtones, comme ils se nomment, vivent mal leur présent. On est dans l'attente du grand Pow Wow de la région et cela interroge leur attachement culturel à la tradition, eux qui ont adopté internet, smartphones, imprimantes 3D, ou drones...
Ils sont confits dans l'alcool , drogués, en rupture familiale, victimes de violences, ou petits délinquants, des blessures de pauvres en Amérique, au chômage ou avec de petits boulots, se demandant où est leur place quand ils sont métis, mais toujours là et vivants, dans un présent compliqué. Le croquis est terrible sur l'état sanitaire d'une population dépressive et suicidaire à espérance de vie limitée.
Le chemin, c'est la solidarité et la transmission, c'est le projet de Dene , le documentariste , sur la collecte de témoignages , c'est Edwin, le futur écrivain et sa glaçante relecture du génocide , c'est la grand mère qui se faire lire des passages de textes de Louise Erdrich, c'est le chant , la danse, l’art et la culture vivante et renouvelée ...
Un premier roman urgent et sincère qui transmet des siècles de douleur , à découvrir.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          412
blandine5674
  20 novembre 2019
Puissance et modernité. Voici les premiers mots qui me viennent sur la langue. Des indiens d'aujourd'hui qui vivent dans la baie de San Francisco. Qu'ont-ils fait des valeurs de leurs ancêtres ? Comment s'intégrer dans cette Amérique raciste ? Des personnages attachants, même si parfois le lecteur ne sait plus les identifier surtout lors du Pow-Wow. J'ai été énormément sensibilisée sur son analyse de l'époque actuelle. Un grand et premier roman qui restera, je pense, dans le futur.
Commenter  J’apprécie          392


critiques presse (6)
LaLibreBelgique   31 décembre 2019
"Ici n’est plus ici": une fresque ambitieuse qui propose une cartographie vivante de l’identité indienne urbaine dans toute sa complexité.
Lire la critique sur le site : LaLibreBelgique
LaPresse   20 septembre 2019
Il faut parfois peu de mots pour dire précisément tout ce qu'il faut. Et Tommy Orange enchaîne les passages de la sorte dans ce premier roman qui va droit au ventre.
Lire la critique sur le site : LaPresse
LeMonde   10 septembre 2019
La vie ne fait pas de cadeau aux Amérindiens d’Oakland. Tommy Orange chante leur mal-être dans un magnifique premier roman.
Lire la critique sur le site : LeMonde
LeJournaldeQuebec   02 septembre 2019
Un premier roman qui secoue tellement qu’aux États-Unis, il a marqué un nombre considérable de lecteurs.
Lire la critique sur le site : LeJournaldeQuebec
Actualitte   23 août 2019
Un premier roman qui laisse sans voix, offrant tout de même une nuance d’optimisme, dans un océan de combats perdus.
Lire la critique sur le site : Actualitte
Culturebox   20 août 2019
Son livre est une bombe, qui fait littéralement éprouver au lecteur les blessures provoquées par la colonisation sur les hommes et les femmes des peuples indigènes, pour qui "ici n'est plus ici", et qui continuent, génération après génération, à saigner. Un grand roman.
Lire la critique sur le site : Culturebox
Citations et extraits (85) Voir plus Ajouter une citation
CannetilleCannetille   22 septembre 2019
Opale est solide comme la pierre, mais il y a de l’eau trouble qui vit en elle et menace par moments de déborder, de la noyer – de monter jusqu’à ses yeux. Parfois elle ne peut plus bouger. Parfois il lui semble impossible de faire quoi que ce soit. Mais ce n’est pas grave car elle est devenue très forte pour se perdre dans ce qu’elle fait. Plus d’une chose à la fois, de préférence. Comme faire sa tournée en écoutant un livre audio ou de la musique. Le secret, c’est de rester occupée, se distraire, puis se distraire de sa distraction. Être doublement détachée. Il suffit de procéder par couches. Il suffit de disparaître dans le bruit et l’action.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          160
GabySenseiGabySensei   17 juin 2019
Les indiens urbains se sentent chez eux quand ils marchent à l'ombre d'un building. Nous sommes désormais plus habitués à la silhouette d'un gratte-ciel d'Oakland qu'à n'importe quelle chaîne de montagnes sacrées, aux sequoias des collines d'Oakland qu'à n'importe quelle forêt sauvage. Nous sommes plus habitués au bruit d'une voie express qu'à celui des rivières, au hurlement des trains dans le lointain qu'à celui des loups, nous sommes plus habitués à l'odeur de l'essence, de béton coulé de frais et de caoutchouc brûlé qu'à celle du cèdre, de la sauge, voire du frybread - ce pain frit qui n'a rien de traditionnel, comme les réserves n'ont rien de traditionnel, mais rien n'est original, tout vient d'une chose préexistante, qui elle-même fut précédée par le néant. Tout est nouveau et maudit. Nous voyageons en bus, en train et en voiture à travers, sur et sous des plaines de béton. Être indien en Amérique n'a jamais consisté à retrouver notre terre. Notre terre est partout ou nulle part.

(P19)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
Eve-YesheEve-Yeshe   30 janvier 2020
En 1621, peu après une cession de terres, les colons anglais invitèrent Massasoit, chef des Wampanoags, à un banquet. Massasoit arriva avec quatre-vingt-dix de ses guerriers. C’est en mémoire de ce repas que nous partageons toujours le dîner de Thanksgiving en novembre. Pour le célébrer en tant que nation…

…Mais ce repas-là n’était pas un repas d’action de grâce. C’était un repas scellant une cession de terres.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          170
blandine5674blandine5674   20 novembre 2019
... pendant que d’autres sont à la mer, nageant, se noyant, ou grimpant sur des petits canots pneumatiques qu’ils se relaient pour garder gonflés, les essoufflés, qui ignorent le sens des mots ‘petits-fours’ et ´tapoter’. Puis quelqu’un sur le pont du yacht dit : « Dommage que ces gens soient si paresseux, et pas aussi intelligents ni aussi compétents que nous, nous qui avons construit ces solides bateaux, si grands et sophistiqués, nous qui naviguons sur les sept mers tels des rois. » Et voilà qu’un autre passager sur le pont dit : « Mais c’est votre père qui vous a donné ce yacht, et ce sont ses domestiques qui vous ont servi ces petits-fours. »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
Eve-YesheEve-Yeshe   31 janvier 2020
Tu sais ce que Gertrude Stein a dit à propos d’Oakland demande Rob ?...
… « Il n’y a pas de là, là », dit-il dans une espèce de murmure, avec un sourire idiot qui donne envie de dire à Dene de lui mettre son poing dans la figure.

Cette citation est importante pur Dene. Ce « Là, là ». Il n’avait pas lu Gertrude Stein en dehors de cette citation. Mais, pour les Autochtones de ce pays, partout aux Amériques, se sont développés sur une terre ancestrale enfouie, le verre, le béton, le fer et l’acier, une mémoire ensevelie et irrécupérable. Il n’y a pas de là, là : ici n’est plus ici.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90

Videos de Tommy Orange (9) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Tommy Orange
Quels sont les livres incontournables de l'année 2019 à poser au pied du sapin ? Les éditeurs et éditrices de nos maisons vous conseillent leurs coups de coeur :
- L'édition collector du "Parfum" de Patrick Süskind chez Fayard https://www.hachette.fr/livre/le-parfum-edition-collector-9782213712451
- le coffret collector Boris Vian au Livre de Poche https://www.hachette.fr/livre/coffret-anniversaire-9782253934547
- "Je ne suis pas seul à être seul" de Jean-Louis Fournier chez JC Lattès https://www.hachette.fr/livre/je-ne-suis-pas-seul-etre-seul-9782709662482
- le beau livre "France" du Routard https://www.hachette.fr/livre/guide-du-routard-voyages-france-9782017100737
- "L'Arrache-mots" de Judith Bouilloc chez Hachette Romans https://www.hachette.fr/livre/larrache-mots-9782016270080
- La Tentation de Luc Lang chez Stock https://www.hachette.fr/livre/la-tentation-9782234087385
- "Pourquoi les spaghetti bolognese n'existent pas" d'Arthur le Caisne chez Marabout https://www.hachette.fr/livre/pourquoi-les-spaghetti-bolognese-nexistent-pas-9782501136556
- "Nopi" de Yotam Ottolenghi chez Hachette Pratique https://www.hachette.fr/livre/nopi-9782019451653
- "Ici n'est plus ici" de Tommy Orange chez Audiolib https://www.audiolib.fr/livre-audio/ici-nest-plus-ici-9791035401344
- "Desserts addict" de Valentin Néraudeau chez Larousse https://www.hachette.fr/livre/desserts-addict-9782035973740
- "Hitchcock la totale" chez E/P/A https://www.hachette.fr/livre/hitchcock-la-totale-9782376710301
+ Lire la suite
autres livres classés : indiens d'amériqueVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox




Quiz Voir plus

Les personnages de Lucky Luke

Je suis le personnage secondaire "réel" le plus présent dans la série et je fais ma première apparition dans l'album "Hors-la-loi". Dès ma deuxième apparition, dans "Lucky Luke contre Joss Jamon", je prends les traits d'un jeune bandit coléreux, petit, nez retroussé, taches de rousseurs et incisives en avant, je suis la parfaite caricature des jeunes adolescents.

Lucky Luke
Jolly Jumper
Rantanplan
Joe Dalton
Billy the Kid
Calamity Jane
Roy Bean
Buffalo Bill
Jesse James
Sarah Bernhardt
Wyatt Earp
Abraham Lincoln
Edwin Drake
Mark Twain
Allan Pinkerton

15 questions
124 lecteurs ont répondu
Thèmes : bd jeunesse , bande dessinée , bande dessinée humour , western , western humoristique , bd franco-belge , personnages , Personnages fictifsCréer un quiz sur ce livre

.. ..