AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782266212038
416 pages
Éditeur : Pocket (07/01/2011)

Note moyenne : 4.12/5 (sur 208 notes)
Résumé :
Rudement Lavoine n’a pas choisi le bon moment pour être prêtre. Il croyait venir dans le royaume montagnard de Lancre pour y procéder à une banale petite cérémonie religieuse. Le voici mêlé à une guerre entre vampires et sorcières. Y a-t-il un bon camp ? Celui des sorcières ? Il s’agit de la jeune Agnès, qui a littéralement deux avis sur tout, de Magrat, qui s’efforce de concilier sorcellerie et couches, de Nounou Ogg, beaucoup trop délurée… et de Mémé Ciredutemps, ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (20) Voir plus Ajouter une critique
Phoenicia
  11 octobre 2019
En lisant les Pratchett dans l'ordre, je me rends compte de la richesse, l'épaisseur du monde au fur et à mesure des tomes. Pratchett construit son univers au fil de ses romans et ça marche, comme un vin qui vieillit bien. Il semblerait que la même chose s'applique au sein de ses cycles : Carpe Jugulum est le dernier tome à mettre en scène les Sorcières il semblerait. J'en viens à le regretter tellement ce tome m'a plu, c'est sûrement mon préféré. C'est rare que pour un Pratchett les pages se tournent seules et que je ne veuille pas poser le livre. Ca m'est pourtant arrivée dans ce tome-ci. Avec plaisir, nous retrouvons le royaume de Lancre : Vérence et Magrat baptisent leur princesse, Mémé boude, Nounou est... égale à elle-même et Agnès Créttine a fort à faire avec sa double personnalité. 4 sorcières... une de trop, non?
En plus de ça, Vérence en roi très moderne qu'il est, décide de développer la diplomatie et accueille chez lui d'autres créatures... comme un clan de vampyres ( ils y tiennent) ayant pour devise "Carpe Jugulum" ( Saute à la gorge ...). Une lecture de circonstance avec Halloween dans quelques semaines... ^^

#PumpkinAutumnChallenge
LC et Challenge Pratchett
Challenge le tour du scrabble en 80 jours ( 6e éd)
Challenge Trivial Reading IV
Challenge Mauvais Genres
Challenge 50 objets 2019-2020
Challenge Séries.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          224
basileusa
  27 octobre 2019
Vérence , roi bienveillant et diplomate du royaume de Lancre, décide d'inviter les vampires d'Underwald au château. Sauf que ceux-ci décident que ce sera leur nouveau fief ….mais c'est sans compter sur la résistance de nos sorcières préférés et de Lavoine, l'envoyé de la religion d'Om. Un tome encore bien réjouissant au côté de Mémé, Nounou, Magrat et Agnès (sans oublier Perdita) et de vampires plutôt originaux ! Un grand plus avec Igor et les pixies qui m'ont beaucoup fait rire :) Je suis triste de savoir qu'elles ne seront plus les héroïnes d'un tome mais j'espère les recroiser assez vite , ce serait chouette ^^
Challenge Mauvais genre
Challenge Séries 2019
Commenter  J’apprécie          224
lokipg
  04 novembre 2019
En l'honneur du baptême de leur fille, Vérence et Magrat, le couple royal de Lancre, organisent une grande fête où sont conviés les familles nobles du coin, y compris les Margopyr d'Uberwald. Une très mauvaise idée, car ces derniers sont des vampires ! Et une fois qu'on les a invité chez soi, il est très difficile de s'en débarrasser. Heureusement, les sorcières veillent au grain. Mais il se pourrait bien qu'elles affrontent là leurs plus terribles adversaires.
Ainsi débute « Carpe jugulum », sixième aventure des sorcières du Disque-Monde... et qu'est-ce que c'était bien ! On peut être triste, car il s'agit hélas du dernier roman du cycle à être consacré aux sorcières, mais je préfère me réjouir car, comme les cinq précédents, il est excellent.
On retrouve donc l'inoxydable Esméralda Ciredutemps, l'incorrigible Gytha Ogg, Agnès Créttine et Perdita, sa seconde personnalité, ainsi que la reine Magrat Goussedail qui n'hésitera pas à troquer temporairement sa couronne contre un chapeau de sorcière, le temps de bouter du vampire hors de Lancre. D'ailleurs, au lieu de vampire, je devrait plutôt écrire vampyre, comme ils veulent être appelés. Faisant fi des anciennes superstitions, ils sont bien plus puissants que les suceurs de sang traditionnels, et on se demande jusqu'au bout comment les sorcières vont parvenir à les repousser.
Du côté des nouvelles têtes, les Margopyr forment une famille dysfonctionnelle tordante, et leur domestique Igor a bien du mal à se faire aux idées modernistes de ses maîtres. J'ai beaucoup aimé également le prêtre Rudement Lavoine. Terry Pratchett fait partie de ces rares auteurs capable de rendre drôle un personnage qui se définit lui-même comme l'ennui incarné ! Drôle et intéressant, car les dialogues entre le prêtre et Mémé Ciredutemps seront l'occasion pour l'auteur de nous servir quelques réflexions bien senties sur la religion.
J'ai été moins convaincus par les Nac Mac Feegles, un peuple de pixies aux répliques qui ralentissent la lecture tant elles sont ardues à décrypter. Mais c'est bien la seule fausse note que je trouve à ce roman.
Un baroud d'honneur réussi pour les sorcières les plus bath de la littérature anglaise !
Lien : http://lenainloki2.canalblog..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          180
Luniver
  03 mai 2014
Le nouveau roi de Lancre est un homme moderne, favorable à l'innovation et prêt à lancer de grandes réformes. Tout se passait bien tant qu'il se contentait de grands discours que son peuple applaudissait à tout rompre avant de rentrer chez lui faire les choses comme avant. Mais dans un soucis de rapprochement des peuples, il invite chez lui des trolls, des nains et … des vampires. Et comme chacun le sait, si un vampire ne peut entrer chez quelqu'un avant qu'il ne l'y invite, une fois dans la place, il est difficile de le faire sortir …
Mené par un comte aux idées novatrices, ces vampires ont une particularité : ils croient fermement qu'avec un peu d'entraînement mental et de motivation, l'ail ne leur fera pas plus mal que le persil, ni l'eau bénite que la pluie. Et ça marche. Pour les sorcières qui tentent de les renvoyer chez eux, la tâche s'annonce difficile.
Je suis surpris de retrouver un tome tout aussi sombre que le précédent : après Cohen le Barbare, c'est au tour d'une sorcière de se poser la question de sa disparition, de sa succession et de la place qu'elle aimerait laisser dans les mémoires. Pratchett ne devait pas être au mieux à cette période de sa vie … le thème des vampires est traité de manière originale, retournant tous les mythes classiques de la bit-lit, mais quand je plonge dans le disque-monde, c'est pour m'amuser, pas pour devenir mélancolique !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          150
LeScribouillard
  17 novembre 2018
L'idée de base de "Carpe Jugulum" était ambitieuse : confronter chacune des trois (désormais trois et demie en gardant Magrat, trois-quarts si on compte les doubles personnalités) à leur côté sombre : Esmé à sa tentation de tout dominer... ou de tout abandonner, Nounou à son agressivité pouvant la faire passer de joyeuse vieille femme à vieille bique invétérée, Agnès-Perdita à son envie d'enfreindre les codes qu'elle s'impose pour mener une vie que je qualifierais de gueulamour, et enfin Magrat et sa difficulté à devenir une mère accomplie. Ajoutez en parallèle à cela un peu d'accomplissement de personnages tels que le roi Vérence ou encore le petit nouveau qu'est le nouveau prêtre d'Om, et vous vous demandez comment on va pouvoir y placer un "Bal des Vampires".
Sauf que l'auteur a de l'expérience, avec ses personnages creusés et qu'il a eu tout le temps de complexifier au fil des années sans jamais perdre leur part de dérision et d'absurde : le même cocktail réaliste/irréaliste qu'on nous sert depuis le premier tome en somme. Mais si l'histoire réussit à prendre la sauce, c'est sans compter quelques incohérences (Vlad est le grand ou le petit frère, il faudrait se décider) ou idées sources de bon gags mais venant briser la dramaticité du récit (si les vampires ressuscitent quoi qu'il arrive, alors pourquoi lutter contre eux ?).
Et puis bon sang, ç'a beau être drôle, qu'est-ce que c'est long. On avait déjà eu droit à ça dans d'autres tomes, et on s'y était habitués. Mais là c'est pire, et j'y retrouve là surtout un problème de "La République des Voleurs", c'est : quand vous êtes face à un adversaire aussi ou plus puissant que vous alors que vous êtes déjà très puissant et que lui a toujours un coup d'avance, alors le récit a tendance à s'éterniser, et même si la chute étonne, ça n'en rajoute pas moins pas mal de poids dans le cartable. "Carpe jugulum", c'est aussi le langage des Nac Mac Feegle qui, bien que pittoresque, reste foutrement difficile à lire, et qui aparaet paerteut dins l'raecit, ce qui n'arrange pas les choses.
Malgré tout restent quelques scènes d'anthologie : le petit lever du roi Vérence (qui avec les pixies prend des allures très... pittoresques), ou encore les scènes de famille chez les vampires, très colorées également. Pas le meilleur de la série, mais qui si on apprécie l'humour, mérite qu'on s'y attarde.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90

Citations et extraits (55) Voir plus Ajouter une citation
LuniverLuniver   30 avril 2014
Beaucoup de tables encombraient [la maison], principalement destinées à exposer le nombre impressionnant de dessins et d’iconographies de l’immense clan Ogg. A première vue, dessins et iconographies paraissaient disposés au hasard, jusqu’au moment où on comprenait le code. En réalité, ils étaient placés plus ou moins en avant dans la pièce en fonction de la faveur ou de la défaveur temporaire dont jouissaient ou souffraient certains membres de la famille, et quiconque se retrouvait sur le petit guéridon branlant près de la gamelle du chat avait du pain sur la planche pour remonter la pente. Le pire, c’est qu’on pouvait chuter dans l’ordre des préséances non parce qu’on avait mal agi, mais parce que tous les autres avaient mieux agi. Voilà pourquoi chaque espace libre d’images de famille était occupé par des bibelots, car aucun Ogg en déplacement à plus de dix kilomètres de Lancre ne pouvait songer à revenir sans un cadeau. Les Ogg adoraient Nounou et, ma foi, il y avait pire que le guéridon branlant. Un lointain cousin avait un jour fini dans le couloir.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
lyokolyoko   03 juin 2015
"- Votre dieu, monsieur Lavoine met tout le monde à l'épreuve. C'est ce que font souvent les dieux, une bonne raison pour que j'veuille pas avoir affaire avec eux. Et ils imposent des lois à tout bout d'champ.
- il faut des lois, maîtresse Ciredutemps.
-Et c'est quoi, la première, pour votre dieu Om, alors ?
-Les fidèles ne doivent pas adorer d'autre dieu qu'Om répondit aussi sec Lavoine.
- Ah oui ? C'est bien des dieux ça. Pensent qu'à eux les trois quarts du temps."
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          150
VvAVvA   23 mars 2016
- Ben, il y a toujours deux aspects à une question...
- Vous faites quoi quand y en a un qu'est pas bon ?
La réplique de mémé avait fusé comme une flèche.
- Je veux dire qu'on nous incite à voir les choses du point de vue de l'autre personne, dit Lavoine d'un ton patient.
- Vous voulez dire que, du point de vue d'un tortionnaire, la torture, c'est bien ?
- Maîtresse Ciredutemps, vous êtes une controversiste née.
- Non, c'est pas vrai !
- Le synode vous plairait sûrement, en tout cas. Il paraît qu'ils discutent depuis des jours sur le nombre d'anges qui peuvent danser sur une tête d'épingle.
Il sentait presque le cerveau de Mémé à l'oeuvre.
- Une épingle de quel modèle ? finit-elle par demander.
- Je ne sais pas, hélas.
- Ben, si c'est une épingle ordinaire de ménage, la réponse, c'est seize.
- Seize anges ?
- Exact.
- Pourquoi ?
- Chaipas. P'têtre qu'ils aiment danser ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
LuniverLuniver   30 avril 2014
Shawn s’efforçait de trouver de l’aide dans les anciens comptes rendus du général Tacticus, dont les campagnes ingénieuses avaient remporté tant de succès qu’il avait donné son nom à l’exercice détaillé de la chose militaire, et il avait d’ailleurs découvert un paragraphe intitulé « Marche à suivre quand une armée occupe une position en hauteur bien fortifiée et l’autre non », mais comme la première phrase conseillait de « s’efforcer d’être l’armée à l’intérieur », il avait un peu perdu courage.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
MaeglinMaeglin   16 avril 2020
Peu d’oiseaux arrivent à prendre un air aussi résigné que le faucon sensas ou soucieux à fanons, un carnivore constamment à l’affût de l’option végétarienne. Il passe de toute façon les trois quarts de son temps à dormir mais, quand il est obligé de se chercher à manger, il s’installe le plus souvent sur une branche n’importe où à l’abri du vent et attend que n’importe quoi meure. Au bercail, le soucieux se tient d’abord perché comme les autres volatiles, puis, ses serres toujours agrippées au perchoir, il s’assoupit tranquillement la tête en bas. Hodgesouille les élevait parce qu’on ne les trouvait que dans le royaume de Lancre et qu’il aimait leur plumage, mais tous les fauconniers de renom s’accordaient à dire que, pour la chasse, la seule manière de descendre une proie avec un faucon sensas, c’était au lance-pierre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50

Videos de Terry Pratchett (18) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Terry Pratchett
Extrait de "De bons présages" de Terry Pratchett et Neil Gaiman lu par Stéphane Ronchewski. Parution en numérique le 24 septembre.
Pour en savoir plus : https://www.audiolib.fr/livre-audio/de-bons-presages
autres livres classés : fantasyVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Connaissez vous bien Terry Pratchett ?

En quelle année est né Terry Pratchett ?

1943
1948
1950
1955

10 questions
115 lecteurs ont répondu
Thème : Terry PratchettCréer un quiz sur ce livre