AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
Les Annales du Disque-Monde tome 3 sur 35
EAN : 9782266111515
221 pages
Pocket (01/12/2000)
4.08/5   1121 notes
Résumé :
Sentant venir sa mort prochaine, le mage Tambour Billette organise le legs de ses pouvoirs, de son bourdon, de son fonds de commerce. Nous sommes sur le Disque-monde (Vous y êtes ? Nous y sommes.) La succession s’y opère de huitième fils en huitième fils. Logique. Ainsi procède le mage. Puis il meurt.
Or il apparaît que le huitième fils en cause est... une fille. Stupeur, désarroi, confusion : jamais on n’a vu pareille incongruité.
Trop tard ; la trans... >Voir plus
Que lire après Les Annales du Disque-Monde, Tome 3 : La Huitième filleVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (98) Voir plus Ajouter une critique
4,08

sur 1121 notes
5
39 avis
4
44 avis
3
14 avis
2
1 avis
1
0 avis
Me revoilà replongé le temps d'un tome en plus dans l'univers loufoque et burlesque de Terry Pratchett.
Dans ce troisième tome de Light-Fantasy toujours aussi humoristique, l'intrigue commence par un mage qui comme le veut la tradition passe le flambeau en donnant son bourdon à son huitième fils.
Mais voilà... le huitième fils est une fille. Et les filles ça ne devient pas mage mais sorcière. Cette demoiselle en herbe se verra aider dans sa quête pour devenir mage par la charismatique et unique Mémé Ciredutemps. Qui est un peu la mémé de tout le monde d'une certaine manière.

Mémé Ciredutemps, est un personnage haut en couleurs et malgré ce que l'on pourrait croire à la lecture de ce tome, c'est pour moi le personnage central de cette histoire.

Je ne sais plus en quelle année est sorti ce tome, mais il y a clairement un côté soft de féminisme contre les clichés misogyne auxquels vont faire face nos deux protagonistes. Mais qui sont traités avec humour par le biais de Mémé Ciredutemps avec sa répartie et son franc parlé.

C'est un excellent tome des Annales du Disque Monde qu'est ce bouquin "La Huitième Fille" qui est indépendant des deux premiers tomes dans son histoire mais se déroulant dans le même univers.

J'ai connu Terry Pratchett assez tard. Je le connaissais de nom comme auteur mais c'est un ami qui a fini par me convaincre de commencer à lire cette saga dont je dois dire que j'adore.
Sans oublier le traducteur français des Annales du Disque Monde sans qui cette épopée n'aurait pas aussi bien fonctionné.
Commenter  J’apprécie          6222
Ça y est, je m'y suis (enfin!) aventurée, sur le Disque-monde, ce monde plat comme une pizza (sans anchois) qui se balade à dos d'éléphants, eux-mêmes juchés sur la carapace de la Grande A'Tuin, une tortue longue de quinze mille kilomètres. Et, chose étonnante chez moi pour une oeuvre qu'on m'avait tant vantée, je ne suis pas déçue du tout !
Un monde plat disais-je, mais un univers romanesque qui ne l'est pas du tout.
C'est de la fantasy qui n'a pas peur de la fantaisie. On découvre un monde avec ses sorcières et ses mages, mais ça ne se prend pas au sérieux, et c'est du bien bon humour. On pense un peu à l'auteur lorsqu'il parle d'un de ses personnages qui «riait comme quelqu'un qui avait sérieusement réfléchi sur la Vie et compris la blague».
Ce tome nous raconte l'histoire du premier mage féminin du monde, Esk, à cause de la plantade de Tambour Billette qui a cru transmettre son pouvoir, comme le veut la Tradition, à un huitième fils d'un huitième fils, mais qui a oublié de vérifier le sexe du bébé. Ça ne va pas toujours être facile pour notre héroïne, mais pour le lecteur, ses aventures sont bien agréables à suivre.
C'est sûr, j'y retournerai, sur le Disque-monde.
Commenter  J’apprécie          5110
"La huitième fille", 3ème tome des annales du disque-monde, est très différent des 2 premiers. En revanche, le plaisir de lecture est toujours là.

Ce 3ème volet m'a semblé moins fou-fou que les précédents. Bien sûr, il y a toujours de la loufoquerie et de l'extravagance mais ce tome est moins barré, moins délirant. "La huitième fille" m'a semblé plus maîtrisé dans sa narration. Il faut dire que dans ce tome, Pratchett raconte vraiment une histoire avec un véritable arc narratif, ce qui n'était pas forcément le cas des 2 premiers volets qui ressemblaient parfois à une succession de saynètes liées entre elles par un fil très ténu.

J'étais triste de ne plus retrouver Rincevent et Deux-Fleurs mais Esk et Mémé Ciredutemps s'avèrent de très bons personnages, bien écrits. Les personnages secondaires sont également réussis, tout particulièrement Biseauté, l'Archancelier de l'université des mages.

"La huitième fille" se lit tout seul, tout est d'une grande fluidité. Si je n'ai pas eu, comme pour les 2 premiers tomes, de francs éclats de rires, j'ai tout de même eu le sourire aux lèvres tout au long de ma lecture.

C'est un tel plaisir de lecture, rafraîchissant, apaisant, que j'ai déjà hâte de poursuivre le cycle.
Commenter  J’apprécie          445
J'avais décidé de relire les Annales dans l'ordre mais j'ai omis le second ! Comme celui-ci n'est pas une suite c'est sans importance.

Voici le tome où nous faisons connaissance avec Mémé Ciredutemps, sorcière près de Trou-d'Ucques dans les montagnes du Bélier. J'adore Mémé Ciredutemps qui se veut plus méchante et indifférente qu'elle ne l'est réellement.

Selon la tradition un Mage qui va mourir doit remettre son Bourdon au huitième fils d'un huitième fils. L'état de Mage est uniquement masculin, tout comme l'état de Sorcière est uniquement féminin ! le Mage Tambour Billette a donc remis son bourdon au huitième bébé du forgeron qui s'avère être une fille, Eskarina ! Quelques années plus tard Mémé décide de l'initier à la magie des Sorcières mais s'aperçoit qu'une magie puissante se dégage du Bourdon et décide d'emmener Esk à l'Université de l'Invisible, l'école des Mages, sans savoir la situer d'ailleurs, l'étranger étant pour elle à peine plus loin que la lisière de la forêt proche.

Mémé nous donne un aperçu de son savoir encyclopédique sur les plantes et leurs usages mais aussi de l'effet placébo de ses marmonnements de sorcière qui accompagnent les potions de soin. Avec moins d'emphase, ça fonctionne toujours très bien à notre époque même si la vertu des plantes est passablement oubliée !

Dans ce tome on aborde principalement le poids des traditions et plus particulièrement les domaines réservés aux hommes et l'inégalité qui en découle ! Ceci dit, Mémé n'envisage pas un seul instant qu'une sorcière soit un homme !

Le tout traité à la farce ! Un tome moins rocambolesque et loufoque que les précédents mais qui entame la série des sorcières que j'aime vraiment beaucoup ! Pratchett n'est pas encore au sommet de son art à propos des dites sorcières, c'est une mise en bouche en quelque sorte ! La graine est plantée.

Challenge MULTI-DEFIS 2021
Challenge MAUVAIS GENRE 2021
Challenge ATOUTPRIX 2021
Dans le Monde Fabuleux de Pratchett
Commenter  J’apprécie          405
*Le Huitième fils de chaque Huitième fils deviendra mage*
- Hé, tradition sexiste !

---

Si ce tome est intéressant pour plusieurs raisons, il est certainement beaucoup moins drôle, loufoque et burlesque que les deux premiers. La faute à une intrigue et un scénario plus convenu, mais touchant certes à des sujets plus importants et plus sérieux.

L'innéisme en prend un sacré coup dans la tronche.

Le patriarcat aussi.

C'est la libération de la magie, et, avec elle, des femmes.

Et bizarrement, j'ai eu l'impression que Pratchett se muselait, et certains situations semblent inabouties. Je regrette un peu le manque de loufoquerie des actions et des personnages qui se fait sentir au fil du roman (les descriptions sont toujours poilantes).

Le début est pourtant génial, je pourrai le relire sans cesse !
Il est dans la bonne lignée des précédents, et je dirai sans honte que mon personnage préféré est le Mage qui donne son bourdon et son don à Esk...
Je regrette également que le disque-monde ne soit plus un personnage à part entière, que les références soient si ténues, comme timides.

Bref, c'est une très belle aventure n'osant pas assez.
Commenter  J’apprécie          334


critiques presse (1)
Elbakin.net
29 janvier 2024
La huitième fille, troisième roman des Annales du Disque-monde, est, comme les suivants, un ouvrage se suffisant à lui-même.
Lire la critique sur le site : Elbakin.net
Citations et extraits (121) Voir plus Ajouter une citation
“C’est la première fois de ma vie que je monte en balai, dit Biseauté.
- Vraiment ?
- Je croyais qu'il suffisait de les enfourcher et qu'ils décollaient, fit le mage. Je ne savais pas qu'il fallait autant courir par monts et par vaux et leur crier dessus.
- C'est un coup à prendre, dit Mémé.
- Je croyais qu'ils volaient plus vite, poursuivit Biseauté, et, pour être franc, plus haut.
- Comment ça, plus haut ?" demanda Mémé qui essayait de compenser le poids du mage assis en croupe tandis qu'ils viraient pour remonter le fleuve. Comme tous les passagers en croupe depuis l'aube des temps, il persistait à se pencher du mauvais côté.
"Eh bien, comme qui dirait, davantage au-dessus des arbres, répondit Biseauté qui rentra la tête lorsqu'une branche dégoulinante d'eau fit valser son chapeau.
- Il marcherait mieux, ce balai, si vous perdiez quelques kilos, fit sèchement Mémé. Mais vous préférez peut-être descendre et aller à pied ?
- De toutes façons, mes pieds touchent déjà par terre la moitié du temps, dit Biseauté. Je ne voudrais pas vous gêner. Si on m'avait demandé d'énumérer tous les dangers auxquels on s'exposait en volant, vous savez, jamais je n'aurais songé à la mort, les jambes fauchées par les grandes fougères.

Pages 203-204
Commenter  J’apprécie          190
« J’ai été bête, dit une voix qu’aucun mortel ne pouvait entendre. Je pensais que la magie savait ce qu’elle faisait.
— PEUT-ÊTRE QU’ELLE LE SAIT.
— Si seulement je pouvais...
— IMPOSSIBLE DE REVENIR EN ARRIÈRE. IMPOSSIBLE DE REVENIR EN ARRIÈRE, dit la voix profonde et lourde comme la fermeture des portes d’une crypte.
La volute de néant qu’était Tambour Billette réfléchit un instant.
« Mais elle va avoir des tas d’ennuis.
— LA VIE, C’EST COMME ÇA. À CE QU’ON M’A DIT. DIFFICILE POUR MOI DE LE SAVOIR, BIEN ENTENDU.
— Et si je me réincarnais ? »
La Mort hésita.
« ÇA NE TE PLAIRAIT PAS, dit-il. CROIS-MOI.
— J’ai entendu dire que certaines personnes font ça tout le temps.
— ÇA DEMANDE DE L’ENTRAINEMENT. FAUT COMMENCER PETIT ET TRAVAILLER DUR. TU N’IMAGINES PAS QUELLE HORREUR C’EST D’ÊTRE UNE FOURMI.
— C’est si terrible ?
— TU NE LE CROIRAIS PAS. ET AVEC TON KARMA, UNE FOURMI, C’EST ENCORE PLUS QUE TU NE PEUX ESPÉRER. »
Commenter  J’apprécie          252
Dans un passé récent, quelqu'un avait décidé de repeindre les vieux couloirs de l’Université pour les égayer, partant du vague principe qu’il fallait « apprendre dans un cadre agréable ». Ça n’avait pas marché. Le fait est connu dans tous les univers : quel que soit le soin apporté au choix des couleurs d’un décor d’établissement, on aboutit immanquablement à du vert dégueulis, du brun innommable, du jaune nicotine ou du rose orthopédique. Par un phénomène encore mal compris de résonance sympathique, ces couleurs dégagent toujours une vague odeur de chou bouilli…

Commenter  J’apprécie          291
Un observateur posté à bonne hauteur, disons, pour les besoins de la démonstration, sur un lambeau de cirrostratus à la limite de l’espace, noterait avec quelle délicatesse la lumière se déverse sur le pays, comment elle bondit en avant sur les plaines et ralentit quand elle rencontre des hauteurs, avec quelle beauté elle…
En vérité, il existe certains types d’observateurs qui, devant tant de beauté, trouveront à redire qu’il ne peut exister de lumière lourde et que, quand bien même elle existerait, on ne la verrait sûrement pas. À quoi on pourrait tout bonnement répondre : dans ce cas, qu’est-ce que vous faites debout sur un nuage ?

Commenter  J’apprécie          160
"La magie, elle a pas marché ! J'la sentais qu'était là, mais elle voulait pas venir !
- Peut-être que t'essayais trop fort, dit Mémé. La magie, c'est comme la pêche. C'est pas en sautant et en éclaboussant partout qu'on prend du poisson, faut attendre tranquillement, le laisser venir tout seul.
- Et puis tout le monde s'est moqué de moi ! Y'en a même un qui m'a donné un bonbon !
- T'as pas perdu ta journée, alors, dit Mémé.
- Mémé ! Fit Esk, d'un ton accusateur.
_ A quoi tu t'attendais donc ? Au moins, ils se sont contentés de rire. Le rire, ça fait pas mal. T'as abordé le chef des mages, tu t'es pavanée devant tout le monde et on s'est seulement moqué de toi ? Tu t'en sors bien, je trouve. T'as mangé le bonbon ?"
Esk se renfrogna. "Oui.
- C'était quoi comme bonbon ?
- Un caramel.
- J'supporte pas les caramels.
- Huh, fit Esk, tu veux p't-être que la prochaine fois j'en ramène un à la menthe ?"
Commenter  J’apprécie          70

Videos de Terry Pratchett (18) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Terry Pratchett
Extrait de "De bons présages" de Terry Pratchett et Neil Gaiman lu par Stéphane Ronchewski. Parution en numérique le 24 septembre.
Pour en savoir plus : https://www.audiolib.fr/livre-audio/de-bons-presages
autres livres classés : fantasyVoir plus
Les plus populaires : Imaginaire Voir plus


Lecteurs (3015) Voir plus



Quiz Voir plus

La Huitième Fille

La Huitième fille raconte l'histoire de la première fille choisie comme successeur d'un mage sur le Disque-monde. Mais comment s'appelle cette demoiselle, déjà ?

Esméralda Ciredutemps
Eskarina Lefevre
Hilda Fondebique
Ysabell Sto Helit

10 questions
13 lecteurs ont répondu
Thème : Les Annales du Disque-Monde, Tome 3 : La Huitième fille de Terry PratchettCréer un quiz sur ce livre

{* *} .._..