AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2915746362
Éditeur : TDO Éditions (01/04/2009)

Note moyenne : 4.67/5 (sur 3 notes)
Résumé :

« La pluie n'efface pas les souvenirs... » C est ainsi qu'aurait pu débuter l'histoire de Jeanne. Les événements relatés dans ce roman se sont sans doute déroulés ici, près de chez nous, au cours des années 30. On prétend même qu'ils se sont noués sur la plage du Racou. C est l'histoire d'un voyage interdit, d'un amour interdit ! Maître du genre, Gérard Raynal nous conte la vie d'u... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
dominica
  14 mai 2016
C'est sous fond d'histoires d'amours contrariées que l'on va découvrir ce roman de terroir tiré d'une histoire vrai.
Jeanne sera mal mariée avec Raymond homme bourru pour qui les sentiments ne sont que pacotille.
Jeanne aura une amie Juliette par qui grâce a elle ses journées seront moins monotones, elles sortiront ensemble et feront mème connaissance avec d'autres hommes sous le regard méfiant de Raymond.
Puis viendra le jour ou se dernier s'en ira sur les mers pour y travailler laissant Jeanne dans un grand désarroi car on le diras noyé, laissant Jeanne terriblement seule.
C'est sans compter sur le beau Louis pour qui Jeanne nourrit de forts sentiments et des rêves de mariage seulement voilà Raymond est-il vraiment mort ?
Jeanne va subir de drôles d'événements et dans son petit village ou les langues se délient.
Le destin de cette femme est terrible et émouvant car tout va finir presque comme s'il venait de commencer.....
Commenter  J’apprécie          50
Citations et extraits (1) Ajouter une citation
gerardraynal66gerardraynal66   18 novembre 2010
C’est aux alentours du printemps 1930 que le malheur s’invita dans la vie de Jeanne. Ce soir-là, tout en servant la soupe de lentilles, elle chercha du regard l’oeil de son mari. Elle le trouva brillant. Rouge et brillant. « Il est encore passé au café », pensa-t-elle. Cette désastreuse habitude l’excédait !
Celle-là et bien d’autres d’ailleurs.
Raymond trouva le potage aussi fade qu’un dimanche soir. Il grogna. La jeune femme lui passa la salière et s’excusa. En vain ! Il ne pardonnait jamais. Son épaisse moustache perlée de liquide chaud vibrait au rythme d’une excitation proche de la colère. Parfois il s’immobilisait, l’air absent. Ses mains tremblaient, sa lèvre inférieure frémissait. Pas un mot ne sortait de sa bouche. Et pourtant l’épouse eut aimé s’entretenir avec lui du déroulement de leur journée, de la récolte à venir dont on disait au village qu’elle serait magnifique. Du temps. Jeanne adorait parler du temps. Raymond se lançait alors dans des descriptions passionnées, déclamait des dictons paysans, récitait des anecdotes, et si l’ambiance s’y prêtait, racontait les déboires des soldats de Quatorze, embourbés dans un sale hiver. Car aux pires années de la terrible guerre, Raymond avait été fantassin, enterré plusieurs mois durant dans des
-8-
tranchées remplies de cadavres.
Mais aujourd’hui, il avait peu de choses à dire, le vieux ! À Villanove, on l’appelait le vieux !
Il ne se passa rien. Il ne se passa vraiment rien, sinon dans la gorge de Jeanne, les prémices d’une grosse anxiété ! Elle servit néanmoins le rôti de « porc boulanger », une des nombreuses recettes héritées de sa mère.
Raymond en raffolait !
Il piquait de la pointe de son couteau de larges bouts de viande, et les avalait sans même prendre la peine de les mâcher. Il termina son repas dans un silence lourd de sens, avec parfois, à l’adresse de sa femme, un regard emperlé de reproches.
Un regard noir emperlé de reproches.
− La mère Donat est au plus mal, dit Jeanne d’un air contrit.
La santé d’Adolphine Donat ne préoccupait guère Raymond. D’ailleurs, en dehors des mauvais résultats de l’équipe locale de rugby, rien ne le préoccupait jamais. Assis près de l’âtre, il bourrait tranquillement sa pipe. Les flammes orangées jetaient contre la fonte culottée des nuées de bestioles aux couleurs de l’enfer....
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
Video de Gérard Raynal (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Gérard Raynal
Gérard Raynal, écrivain catalan, présente un essai intitulé "Écrire un livre". Il s'est appuyé sur son expérience de romancier et de lecteur dans une maison d'édition pour donner quelques directions aux apprentis romanciers. Un essai publié chez TDO Éditions.
autres livres classés : terroirVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Marseille, son soleil, sa mer, ses écrivains connus

Né à Corfou, cet écrivain évoque son enfance marseillaise dans Le Livre de ma mère. Son nom ?

Elie Cohen
Albert Cohen
Leonard Cohen

10 questions
268 lecteurs ont répondu
Thèmes : provence , littérature régionale , marseilleCréer un quiz sur ce livre