AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
Critiques sur L'Arabe du futur, tome 1 (277)
Classer par :   Date   Les plus appréciées  



Ajouter une critique
marina53
  03 octobre 2014
Le petit Riad, alors âgé de 2 ans en 1980, suscitait l'admiration des passants de par sa longue et épaisse chevelure blonde mais, surtout, celle de ses parents, Clémentine, d'origine bretonne, et Abdel-Razak, syrien. Ils se sont rencontrés sur les bancs de l'école, à La Sorbonne. Dans l'espoir de faire un jour de la politique (et pourquoi pas un coup d'état!), il avait choisi histoire. Devenu docteur en 1978, un peu déçu par la mention "Honorable" et comme pour se venger de la France, il a fait des demandes un peu partout dans le monde pour enseigner. Et voilà comment toute la petite famille a fait ses bagages et s'est envolée pour Tripoli, dans un pays gouverné par Kadhafi. Une maison vétuste qui se fissure, l'eau qui goutte du plafond, des chantiers à l'abandon, des rues désertes, voilà les premières images que retient le petit Riad. Il reste toute la journée avec sa maman qui a la tâche de garder la maison, fait la connaissance avec ses petits voisins de palier, un Yéménite et une Indienne, va faire la queue sur les épaules de son papa pour aller chercher la nourriture dans une coopérative et écoute les leçons de vie de ce dernier qui impose sa loi selon une certaine tradition...

Dans ce premier tome, Riad Sattouf nous raconte les premières années de sa vie. de la France où il est né, à la Lybie de Kadhafi où son père enseigna ou à la Syrie d'Hazed Al-Assad où un autre poste d'enseignant l'attend, entrecoupé d'un séjour en terre bretonne, l'on suit les périples de ce petit bonhomme à la chevelure dorée et de sa famille. de son regard d'enfant posé sur le monde, il relate avec force et densité les gens qui l'entourent, entre la grand-mère qui lèche les yeux des enfants, les gamins des rues sans coeur, les tantes qui sentent la sueur ou la voisine de la grand-mère bretonne qui vit comme au Moyen-Age. A la fois historique, didactique et très personnel, ce récit foisonne de petits détails, passionne tout autant qu'il étonne. L'auteur met en lumière les failles de ces régimes. Et pourtant, le ton est souvent drôle, anecdotique mais terriblement parlant et intelligent.

L'arabe du futur... prometteur...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          1050
Pavlik
  08 octobre 2014
L'Arabe du futur est une bd de l'excellent Riad Sattouf qui retrace sa jeunesse depuis sa naissance jusqu'à ses 6 ans, ballotté entre la Lybie, la France et la Syrie. Né d'un père syrien et d'une mère française, en 1978, l'auteur a l'avantage de pouvoir nous offrir un point de vue double, à la fois arabe et français. Bon, il faut reconnaître que le genre autobiographique n'est pas forcément le plus adapté au neuvième art, mais après tout pourquoi pas et il faut bien avouer que Riad Sattouf s'en tire plutôt bien.

Commençons directement par ce qui fâche, à savoir l'aspect graphique du bouquin. Non pas le dessin en soit, toujours très expressif et efficace, avec une remarquable économie de moyens, mais la composition des planches, très monotone, on peut éventuellement friser l'ennui par moment. Quant à la monochromie, même topo, même si elle participe d'une certaine ambiance et permet de se repérer facilement avec un code couleur simple : Syrie = rouge, France = bleu, Libye = jaune.

Par contre l'évocation de sa vie est l'occasion pour l'auteur de mettre en avant sa sensibilité et sa personnalité, et cet arabe du futur, appelé de ses vœux par son père, offre de multiples dimensions.

-une réflexion sur la mémoire, en tant qu'elle est subjective, et donc, par extension sur la construction de soi, in fine, en tant qu'elle est, d'une certaine façon, faussée. Mais c'est notre lot à tous et il faut reconnaître qu'il faut du courage pour affronter ainsi son passé. On est frappé du regard sans concession, ambivalent, mais néanmoins plein de tendresse que Riad Sattouf porte sur son père, ainsi que par la présence toute relative de sa mère, qui semble un peu spectatrice des événements, même si elle sait se positionner fortement par moments.

-une dimension historique : légère mais bien réelle, elle nous permet de (re)découvrir ce que furent les régimes de Kadhafi et de Assad père (ce qui, au passage, surtout pour ce dernier, peut éclairer l'actualité) et le contexte dans lequel ils sont nés.

-une dimension culturel, à travers la confrontation entre une culture européenne et une culture arabo-musulmane, les tiraillements que provoquent les va et viens entre les deux, ainsi que les modes de vie, les structures familiales, notamment en ce qui concerne la société syrienne. A la limite, on est parfois pas loin d'une visée ethnographique.

En résumé, l'exercice de style est intéressant, même si l'enjeu est évidemment bien plus fort que cela pour Riad Sattouf et sa sensibilité tout comme son authenticité nous emportent, malgré un aspect graphique des plus austère.

note : 3,5/5
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          857
Macha_Loubrun
  18 juin 2014
Riad Sattouf, né d'une mère bretonne et d'un père syrien, raconte son enfance peu banale en France puis en Lybie et en Syrie dans les années 80. Cette BD pleine d'humour, aux dessins épurés en noir et blanc avec des courbes arrondies et un décor assez discret est de la même veine que Persepolis de Marjane Satrapie. Pour accentuer l'atmosphère propre à chaque période, Riad Sattouf apporte un peu de bleu et une touche de rouge pour les périodes passées en France, de l'orange avec une touche de vert pour celles passées en Lybie et enfin du rose et une touche de rouge pour la Syrie.
La saveur de la lecture tient à la qualité du récit qui ne faiblit jamais et au regard décalé du garçonnet à la chevelure blonde sur la vie dans des pays, des cultures et des systèmes politiques très différents, même s'il n'a pas la même espièglerie que la petite Marjane.
Riad Sattouf livre les faits sans concessions, il n'y a aucune trace de tendresse et on ne s'attache pas particulièrement à la famille de Riad Sattouf, certaines attitudes sont parfois difficiles à comprendre mais il serait trop hâtif de les juger avec sa propre histoire et sa propre culture.
On prend malgré tout un plaisir jubilatoire à regarder le monde à travers les yeux du petit Riad et on voudrait déjà lire la suite dans le prochain tome.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          690
mariech
  21 juillet 2014
L'arabe du futur c'est ce que répète le père de Riad quand il est enfant , l'arabe du futur c'est lui qui doit aller à l'école , pour être un digne représentant de son père
L'auteur raconte son enfance , né d'un père Syrien et d'une mère française d'origine bretonne , avec la particularité qu'il va passer sa petite enfance d'abord en Lybie , puis dans la Syrie d’Hafez al Assad .
L'enfant est blond comme les blés et attire tout le monde , il est un dieu pour ses parents jusqu'à l'arrivée de son petit frère , il devient alors presque invisible , déjà ce passage m'a touché par sa justesse , on ne se rend pas toujours compte de l'effet que ça peut faire sur un enfant
Les souvenirs de la Lybie de Kadhafi sont sans concession , l'auteur nous montre un pays où les portraits de Kadhafi sont partout , où l'approvisionnent dans les magasins nous étonne , on n'y trouve quasiment rien , parfois des bananes à profusion
Les logements n'ont pas de clés , il arrive parfois qu'une autre famille s'y installe
Après un bref retour en France , c'est le départ en Syrie , dans le village natal du père , près de Homs , là ce ne sont plus les portraits de Kadhafi qui ornent les murs mais ceux de Hafez al Assad , le père de Bachar al Assad .
C'est un des grands intérêts de cette BD autobiographique , c'est qu'elle se passe dans deux pays arabes où il aura la guerre quelques années plus tard
Ici on est à la fin des années 70
On voit des changements qui se produisent chez le père , il rêve de construire une grande maison , d'avoir une mercerdes , il veut montrer qu'il a réussi , mais le retour au pays n'est pas si idyllique que ça , sa famille ne s'attendait pas du tout à son retour , surtout avec une femme française
Le père instruit , intelligent a du mal à trouver sa place , il veut tout à coup que son fils aille à l'école , alors que celui ci ne parle pas arabe , n'est pas accepté de ses cousins à cause de ses cheveux blonds , on l'appele le Juif .
J'ai vraiment aimé cette BD , on sent un sens d'observation hors du commun , un don précoce pour le dessin aussi
J'ai été émue par l'évocation de la maman , qui va travailler à la radio à son arrivée en Lybie , mais qui attrapera le fou rire lors d'une émission , ne pouvant se résoudre à lire le texte , qui essayera de sauver un chiot , tombè aux mains d'enfant , qui vont le martyriser et le tuer de façon violente
Elle essaye de garder le cap entre les deux cultures comme elle le peut .
Une BD à lire , un témoignage très intéressant sur cette enfance tiraillée entre deux mondes si différents , mais une enfance heureuse .

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          620
Crossroads
  16 novembre 2014
Riad Sattouf se souvient...

Seul rejeton d'un père Syrien et d'une mère Bretonne, le petit Riad détonne de par son épaisse chevelure blonde.

Contraints, pour des raisons économiques, de s'exiler en Lybie, les Sattouf n'imaginaient pas le choc de culture et de civilisation qui leur était désormais promis.
Puis viendront les années Bretonnes auxquelles succèderont les souvenirs Lybiens, autant de périples, autant d'images encore bien présentes dans un album de famille truffé d'anecdotes et digne de celui des Harlem Globetrotters...

Pudique, tendre, drôle et évocateur d'un contexte économique et social excessivement délicat ( notamment en terre Syrienne et Lybienne, merci aux humanistes reconnus qu'étaient Kadhadi et Al-Hassad ) , ces déracinés chroniques se dévoilent au gré des expéditions successives, offrant au lecteur des tranches de vie particulièrement touchantes et riches d'enseignement.

Le ton, a contrario des situations traversées, est léger et évocateur d'un passé familial aimant et soudé et ce, malgré l'âpreté des environnements rencontrés.

Le trait est simple, les couleurs pastels, et les personnages bavards sans jamais être ennuyeux.

L'Arabe du Futur de Riad Sattouf : au poil !
Désolé...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          615
koalas
  03 mars 2017
Riad, un petit blondinet bouclé de 2 ans
pas plus haut que trois pommes,
né d'un père Syrien et d'une mère bretonne
quitte la France avec ses parents pour s'installer en Lybie.
Son papa a trouvé un poste à l'université de Tripoli.
Le petit ethnologue en herbe
livre ses première impressions
Ici, tout change de l'hexagone
les odeurs sont plus subtiles,
et les traits plus figés.
Pas de propriété privé
Mais c'est pour autant l'anarchie...
tout le monde fait la queue leu leu... pour s'approvisionner.
Et ses nouveaux copains sont intrigués par la couleur de ses cheveux.
De retour quelques temps en France, le dépaysement total de la Bretagne
avant un nouveau départ pour la Syrie.
Des bulles et des silences qui en disent long...
L'arabe du futur...un vrai regard.
Commenter  J’apprécie          560
jeunejane
  17 novembre 2016
Riad est un petit garçon de père syrien et de mère bretonne qui se sont rencontrés lors de leurs études à la Sorbonne.
Le père obtient un doctorat en histoire contemporaine.
C'est le petit Riad qui nous raconte son enfance et nous découvrons un père admirateur de dictateurs orientaux comme Khadafi et Hafez al Assad.
La famille s'envole d'abord pour la Lybie où le père obtient un travail de professeur. Ils reviennent un peu en France puis repartent en Syrie.
A travers les yeux du gamin, nous découvrons la pauvreté de ces pays, la haine des Occidentaux, sa difficulté de s'adapter vu sa différence physique et culturelle.
Riad pousse plus loin que les réflexions d'un gamin de 4 ans pour nous expliquer les différences entre musulmans.
J'ai beaucoup apprécié les changements de couleurs suivant les ambiances, les pays, les humeurs mais aussi les petites flèches avec les réflexions du petit sur les odeurs notamment.
Comment la mère tient-elle le coup en vivant aux côtés d'un mari aussi "borné", perdu entre deux cultures. Elle est docile mais docile...sauf dans une scène où elle voit qu'on torture un chien.
J'ai tardé à lire le tome 1 mais je ne tarderai pas à lire le deuxième. C'est un régal.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          491
lyoko
  09 septembre 2015
Un véritable coup de coeur pour cette BD, qui est une véritable perle.

Les graphismes sont un peu enfantins mais c'est ce qui fait tout le charme de cette BD au sujet fort.

Je ne suis certainement pas très objective avec ce livre. Car j'ai retrouvé beaucoup de similitude avec mon histoire. Européenne, mariée avec un homme d'origine maghrébine et 3 enfants issus de cette union. Vivant dans un quartier difficile a majorité maghrébine et ou la mixité est toujours mal vue. En tant qu'adulte on peut passer outre, mais c'est toujours difficile de voir son enfant souffrir parce que meme si il parle arabe, il reste trop blanc de peau.. etc. Enfin je ne vais pas m'étendre sur ma vie privée.
Néanmoins, si certains passages peuvent sembler être des clichés ils n'en sont pas moins véritables.

Enormement de thèmes sont traités par l'auteur, qu'il en est difficile d'e faire le tour.. le plus simple est tout simplement de lire cette BD

Commenter  J’apprécie          483
cicou45
  27 juin 2019
Cela faisait un petit moment déjà que je voulais lire cette série, n'en ayant entendu que du bien et en effet, je n'ai pas été déçue du tout et j'ai même hâte de m'attaquer au second tome (malheureusement, ils n'avaient que les trois premiers à la médiathèque dans laquelle je me suis approvisionnée et où je travaille) mais je vais essayer de me faire prêter le quatrième tome par ma suite (enfin, je n'en suis pas encore là).

Riad a toujours été adulé par les adultes de par sa gueule d'ange si je puis me permettre (un joli petit garçon aux cheveux longs et blonds) né d'un père syrien et d'une mère française. Lui qui ne connait d'abord que le bon côté de la vie si je puis encore une fois me permettre va vite être confronté aux dures réalités que celle-ci nous impose, la première fois lorsque son père obtient un poste en Libye puis plus tard, et c'est là que les ennuis commenceront réellement pour le jeune Riad, lui qui ne parle pas (encore) arabe, en Syrie. Il sera alors confronté à la cruauté de ses cousins et oncles (bien que du même âge que lui), oui, il ne faut pas chercher à comprendre : dans le petit village du père de Riad, tout le monde est cousin ou a plus ou moins un lien de parenté. Mais ce qui est vraiment extraordinaire dans ce premier tome, c'est l'auto-dérision que l'auteur emploie pour parler des politiques syriennes et libyennes de l'époque ainsi que française et qu'il se permet d'aborder des sujets graves en les rendant presque ridicules parfois mais tout en restant extrêmement cohérents , ce qui ne peut d'ailleurs pas laisser le lecteur indifférent. Je prends un exemple : lorsque des enfants Syriens s'amusent en embrochant un jeune chiot, pour le père de Riad "ils ne font que s'amuser" alors que sa mère, tout comme le lecteur d'ailleurs, peut trouver les images et paroles choquantes.

C'est un autre univers que Riad Sattouf nous donne à découvrir ici : son univers à lui mais pas seulement, celui également de milliers d'autres enfants comme lui dans les années '80 que ce soit en Libye ou en Syrie et c'est là que le contexte détonne avec celui de la France. Un ouvrage très fort et poignant à découvrir absolument !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          420
paroles
  19 mars 2019
J'ai eu du mal à entrer dans cette histoire. le début, trop candide à mon goût, me gênait. Puis petit à petit, l'histoire de ce petit garçon né d'une double culture (mère française et père syrien) m'a interpellée. Oui, petit à petit cette fausse candeur a fait place à l'observation précise et sociale d'un monde arabe vu par les yeux d'un enfant.
D'abord envoyé à Tripoli où son père a été nommé professeur, le petit Riad découvre le « protecteur » de la Libye, celui qui est capable de donner au pays un élan de modernité et de dynamisme. Mais confronté à la réalité, le récit du petit garçon ne montre que pénurie et difficultés de vie avec des codes sociaux bien différents de ceux qu'il a connus en France.
Après un bref retour en France, son père est cette fois-ci nommé professeur en Syrie où il rejoint la famille Sattouf installée à Homs. Là le petit garçon, blond de cheveux, malmené par ses cousins, découvre la violence sous-jacente et le racisme. La socialisation avec les autres enfants est loin d'être évidente et le jeune Riad a bien du mal à se construire.

Son père, que l'on découvre intellectuel d'extrême droite, tient des discours sur la peine de mort et rêve de faire un coup d'état. Pour lui l'Arabe du futur est un homme instruit, puissant et capable de dominer le monde.
La mère, quant à elle, toute à ses enfants (elle vient d'avoir un deuxième petit garçon) semble assez éloignée des contingences matérielles et coutumières de son pays d'adoption. Seul compte pour l'instant le bien être de ses petits. Mais là aussi ce ne pourrait qu'être une apparence...

J'ai terminé ce premier opus avec la grande envie d'en savoir davantage sur Riad Sattouf et sa famille. On sent poindre un drame, ou alors c'est moi qui me fais mon petit cinéma, mais je n'ai pas senti dans cet album graphique la soi-disante légèreté ou candeur dont on veut bien affubler ce récit, même si parfois les faits sont relatés avec beaucoup d'humour. Pour moi, il y a autre chose qui est encore murmuré ici, mais ce quelque chose est grave et tient dans les mots du Père...

En ce qui concerne le dessin, il est en noir et blanc d'une grande sobriété et un code couleurs permet de situer les lieux : bleu pour la France, jaune pour la Libye et rose pour la Syrie.

Bref, un bel exercice pour cet auteur, tiraillé entre ses deux cultures, qui nous livre un pan de son enfance. Une enfance heureuse bercée par l'amour des siens.

Lien : http://mespetitesboites.ner
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          400


Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

l'arabe du futur

La mère de Riad est-elle :

Anglaise
Parisienne
Bretonne
Pyrénéenne

5 questions
72 lecteurs ont répondu
Thème : L'Arabe du futur, tome 1 de Riad SattoufCréer un quiz sur ce livre
.. ..