AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Sabine Thiel (Traducteur)
ISBN : 2226109854
Éditeur : Albin Michel (03/05/2000)

Note moyenne : 4.38/5 (sur 4 notes)
Résumé :
Le monde musulman condamnerait-il la femme au silence ? Contre les préjugés de l'Occident mais aussi les déviations des intégristes, ce livre permet de redécouvrir le véritable statut de la femme dans l'Islam. Islamologue internationalement reconnue, Annemarie Schimmel nous présente ici l'autre visage de la civilisation musulmane en se faisant la biographe de grandes figures féminines, comme Fatima, la plus jeune fille du Prophète, Shawana l'ascète aux pleurs intari... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
sonfiljuliesuit
  02 mars 2016
Un regard ouvert sur les femmes
Commenter  J’apprécie          00
Citations et extraits (2) Ajouter une citation
enkidu_enkidu_   03 décembre 2015
C’est à Ibn ‘Arabi que l’on attribue le rôle le plus éminent dans cette interprétation de plus en plus approfondie du principe féminin. Pour lui non seulement la nafs [âme] est féminine – comme c’est le cas généralement – mais aussi dhât, « essence divine », de sorte que la féminité, dans son œuvre, est la forme sous laquelle Dieu se manifeste le mieux (…) cette phrase savant exprime, en effet, parfaitement le concept d’Ibn ‘Arabi puisqu’il écrit au sujet de sa compréhension du divin :

« Dieu ne peut être envisagé en dehors de la matière et il est envisagé plus parfaitement en la matière humaine que dans toute autre et plus parfaitement en la femme qu’en l’homme. Car Il est envisagé soit comme le principe qui agit soit comme le principe qui subit, soit comme les deux à la fois (…) quand Dieu se manifeste sous la forme de la femme Il est celui qui agit grâce au fait qu’Il domine totalement l’âme de l’homme et qu’Il l’incite à se donner et à se soumettre entièrement à Lui (…) c’est pourquoi voir Dieu dans la femme signifie Le voir sous ces deux aspects, une telle vision est plus complète que de Le voir sous toute autre forme par laquelle Il se manifeste. »
(…)
Des auteurs mystiques postérieurs à Ibn ‘Arabi développèrent ses idées et représentèrent les mystères de la relation physique entre l’homme et la femme par des descriptions tout à fait concrètes. L’opuscule du soufi cachemirien Ya’qub Sarfi (mort en 1594), analysé par Sachiko Murata, en est un exemple typique ; il y explique la nécessité des ablutions complètes après l’acte d’amour par l’expérience « religieuse » de l’amour charnel : au moment de ce plaisir extatique extrême – le plus fort que l’on puisse imagine et vivre – l’esprit est tant occupé par les manifestations du divin qu’il perd toute relation avec son corps. Par les ablutions, il ramène ce corps devenu quasiment cadavre à la vie normale.
(…)
On retrouve des considérations semblables concernant le « mystère du mariage » chez Kasani, un mystique originaire de Farghana (mort en 1543). Eve, n’avait-elle pas été créée afin que « Adam pût se reposer auprès d’elle », comme il est dit dans le Coran (sourate 7:189) ? Elle était le don divin pour le consoler dans sa solitude, la manifestation de cet océan divin qu’il avait quitté. La femme est la plus belle manifestation du divin, tel fut le sentiment d’Ibn ‘Arabi. (pp. 122-126)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
enkidu_enkidu_   03 décembre 2015
Pour le vrai croyant il n’y a pas de différences entre homme et femme dans l’amour de Dieu. Un vers persan dit, en reprenant un proverbe :

N’est point une femme toute femme,
N’est point un homme tout homme,
Car Dieu n’a pas formé de la même façon
Les doigts d’une main.

Les soufis turcs expriment la même idée par le dicton : erkek arslan da arslan, dişi arslan arslan degilmi ? « Un lion mâle est un lion ; alors un lieu femelle ne serait-il pas un lion ? » Cette expression était déjà très courante, aux alentours de 1300, chez les soufis indiens : Nizamuddin Auliya disait en parlant des femmes pieuses : « Quand un lion sauvage sort de la jungle et arrive dans une région habitée personne ne demande si c’est un mâle ou une femme. Car tous les enfants d’Adam, les hommes autant que les femmes, sont appelés à la piété et au service de Dieu ».

Ibn ‘Arabi aussi écrit dans ses Futuhat al-makkiyya : « Parmi tous ceux que nous avons mentionnés comme étant des ‘’hommes’’ il y a aussi des femmes. » Et le fait qu’une femme peut se révéler comme guide sur le Chemin mystique apparaît, sous une forme quelque peu codée, dans l’histoire de Rumi sur les pois chiches (M IV 4158) où la ménagère apprend à ce légume le secret du « Meurs et renais ». (pp. 92-93)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
>Religion>Religion comparée. Autres religions>Islam et religions dérivées (226)
autres livres classés : Femmes dans l'islamVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Jésus qui est-il ?

Jésus était-il Juif ?

Oui
Non
Plutôt Zen
Catholique

10 questions
1246 lecteurs ont répondu
Thèmes : christianisme , religion , bibleCréer un quiz sur ce livre