AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2363721918
Éditeur : RROYZZ Editions (04/02/2019)

Note moyenne : 4.19/5 (sur 8 notes)
Résumé :
Je m’appelle Ensio. Milicien engagé et apprécié de notre belle cité, j’affiche l’air d’un héros, mais une partie de moi se meurt. J’ai tué mon ami d’enfance, et ainsi brisé le lien télépathique qui nous unissait. Un lien interdit, car dangereux. Maintenant, un vide obscur me dévore petit à petit, insidieusement. Je dois le combler avant de devenir fou. Je m’appelle Ljuka. Ils m’ont oublié, ils n’auraient pas dû. Je me souviens parfaitement de leurs moqueries, de l’i... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (10) Voir plus Ajouter une critique
Aryia
  26 mars 2019
J'ai pour habitude de déclarer que « les livres m'ont sauvée ». Généralement, je laisse une petite pause dramatique, histoire d'attiser la curiosité et l'incrédulité de mon interlocuteur, avant d'expliquer cette affirmation pour le moins surprenante, je le reconnais. Les livres m'ont sauvé car ils m'ont appris toutes ces petites choses qui semblent « évidentes » et « naturelles » aux neurotypiques, mais qui sont loin de l'être pour moi. Ils m'ont appris à comprendre l'autre, à comprendre comment il pensait, pourquoi il agissait d'une telle manière, et m'ont également appris à devenir un caméléon capable de me fondre dans la masse des « gens normaux » … C'est l'une des choses que j'aime tant dans les romans : en plus de nous faire vivre par procuration d'extraordinaires aventures, ils ont toujours quelque chose à nous apprendre sur le monde et sur nous-mêmes … Alors quand j'ai vu que l'autrice de Frères d'enchantement – dont le résumé est incroyablement intrigant – aimait « les trucs bizarres, surtout sombres et psychologiques », je me suis ruée dessus (le livre, pas l'autrice) !
Depuis le jour de leur rencontre, Ensio et Ljuka sont inséparables : les deux enfants passent leurs journées à vagabonder dans la forêt, à grimper aux arbres … et à discuter pendant les cours, déclenchant le courroux des professeurs et le désespoir de leurs parents. Alors, les deux garçons décident de braver les interdits et les dangers et de créer un lien télépathique pour pouvoir converser à loisir, sans que nul ne puisse les entendre … Mais leur entrée à la Grande Académie va mettre en péril cette belle amitié : tandis qu'Ensio semble tout destiné à devenir un Milicien héroïque et admiré par toute la cité, Ljuka est révulsé par la simple idée de manipuler le vivant et attire les moqueries de ses camarades. Au fil des années, l'agacement de l'un et la rancoeur de l'autre gagnent en puissance … Jusqu'au terrible jour où Ljuka décide de se venger de cette société élitiste qui l'a humilié, et qu'Ensio se voit contraint de le tuer. Commence alors une véritable descente aux enfers pour le survivant, qui vit désormais avec un trou béant dans l'âme et le coeur …
Ce livre, c'est donc l'histoire d'une amitié si forte qu'elle en est devenue littéralement fusionnelle. Dans le monde d'Ensio et Ljuka, tout, de la pierre à l'être humain, possède une vibration, que les hommes peuvent percevoir grâce à la pierre de rhod. Pierre grâce à laquelle ils peuvent également manipuler les plantes et les animaux … et qui a permis aux deux enfants de connecter leurs esprits, en toute insouciance et innocence, aux mépris de toutes les règles et de tous les dangers. Mais mêmes les amitiés les plus fortes ne sont pas à l'abri d'une rupture : au fil des années, les différences s'accentuent entre les deux garçons, et ils s'éloignent progressivement l'un de l'autre, chacun persuadé d'être dans son bon droit et convaincu que l'autre n'est qu'un idiot. Il est intéressant de constater que ce lien télépathique, créé dans l'objectif de pouvoir discuter à loisir, ne leur a été d'aucun secours pour parler et éviter ce délitement douloureux de leur amitié. Alors même qu'ils avaient tous deux le moyen de percevoir les pensées et émotions de l'autre, ils se sont laissé entrainer dans ce cercle vicieux de la rancune et de la haine. Comment voulez-vous que la paix règne sur terre, si même deux amis liés par l'esprit ne sont pas capables de parler calmement pour régler les conflits ? Ils se sont déchirés parce qu'aucun n'a essayé de comprendre l'autre … C'est tragique, mais malheureusement si courant …
Mais ce livre, c'est surtout l'histoire de deux destins opposés, que nous suivons en parallèle. Il y a, d'abord, l'histoire d'Ensio qui vient de tuer celui qui fut son meilleur ami … et qui souffre le martyr à partir de ce moment. Ce n'est qu'en le perdant qu'Ensio se rend compte que ce lien faisait partie intégrante de son être. Tandis que la folie menace de l'envahir, tandis que sa réputation d'héros s'effiloche au fur et à mesure qu'il est submergé par le manque, tandis que sa petite amie elle-même menace de le quitter s'il ne cesse pas immédiatement ses bêtises, Ensio se rend compte qu'il a toujours vécu à travers le regard des autres. le paraitre, la gloire, la renommée, l'admiration … A partir du moment où il n'est plus ce grand héros adulé de tous, tous ceux qui disaient l'apprécier l'abandonnent à lui-même, de crainte que sa déchéance ne vienne entacher leur propre réputation. Il est facile de se sentir entouré lorsque tout va bien, mais ce n'est que quand tout va mal qu'on voit qui tient réellement à nous … Et c'est dans la douleur qu'Ensio comprend ce que son ami d'enfance a dû ressentir lorsque tout le monde le pointait du doigt, à cause de ses angoisses qui l'empêchaient de manipuler le vivant mais que personne n'a jamais chercher à comprendre …
Ce pan de l'histoire, c'est Ljuka lui-même qui nous le raconte. Au fil des chapitres qui lui sont dédiés, nous le voyons se replier progressivement sur lui-même, seul et incompris, tandis que grandissent en lui le ressentiment et la colère. Petit à petit, celui qui était pourtant un enfant joyeux et bienveillant, devient l'homme aigri et violent que nous présente Ensio dans ses chapitres. Quelle tristesse de se rendre compte qu'un peu de bienveillance et de tolérance auraient suffi à éviter cette plongée dans l'extrémisme ! le mépris, les persiflages et surtout les jugements des autres sont les seuls responsables de cette envie viscérale de vengeance qui anime désormais Ljuka … Tout au long du livre, j'ai eu beaucoup de peine pour ce jeune garçon : si je désapprouve profondément son choix de sombrer dans le déchainement de violence, je ne peux que compatir à la peine qui l'habite. de la même manière, si j'ai plus d'une fois eu envie de secouer le jeune Ensio arrogant que nous voyons à travers les yeux de Ljuka, j'étais très triste pour le Ensio adulte qui souffre de cette absence soudaine et de cette culpabilité grandissante. Ensio et Ljuka sont plus des anti-héros qu'autre chose … mais ils sont tous deux très attachants, et c'est un déchirement que de les voir si malheureux !
Deux personnages, deux narrateurs, deux fils narratifs qui se déroulent en alternance … Mais on ne voit pas très bien comment ils peuvent se rejoindre, car il semblerait que Ljuka nous achemine progressivement vers l'événement qui constitue le point de départ de l'histoire contée par Ensio. On progresse en se demandant ce que l'autrice a bien pu nous concocter, avec cette petite inquiétude au ventre : et si, finalement, ces deux histoires parallèles ne se rejoignaient pas ? et si tout cela ne menait finalement nulle part ? Dans ce cas, quel intérêt de continuer à lire les chapitres dédiés à Ljuka : on sait déjà comment son histoire va se terminer, Ensio nous l'a raconté dans le premier chapitre !? Et c'est cette petite pointe d'appréhension elle-même qui nous donne l'impulsion pour tourner les pages, toujours plus vite, avec une impatience grandissante : il y a forcément quelque chose en plus ! Et on l'attend, ce quelque chose en plus, on l'espère … Et Siana a dépassé toute mes espérances, elle m'a conduit sur un chemin que je n'entrevoyais même pas, et elle l'a très bien fait. On danse de surprises en surprises, et c'est du vrai génie ! Je ne peux pas vous en dire plus, pour ne pas vous spoiler, mais sachez que cela a fait naitre en moi pleins de questionnements sur la destinée, sur la fatalité … Les choses sont-elles déjà écrites, les choix que nous faisons sont-ils réellement les fruits de notre libre arbitre, ou bien nos pensées elles-mêmes suivraient-elles un chemin déjà tracé devant nous ?
En bref, vous l'aurez bien compris, j'ai vraiment énormément apprécié ce roman ! Siana nous fait voyager dans un monde à la croisée des genres, où se mêlent et s'entremêlent la fantasy et la science-fiction, où l'aventure côtoie le récit initiatique … Deux personnages que tout oppose mais qu'une amitié profonde réunit, jusqu'à ce que leurs différences ne les séparent à nouveau. Deux histoires qui se répondent jusqu'à n'en former plus qu'une, de la plus étonnante des façons, alors même que le lecteur n'y croyait plus. Deux points de vue qui s'entrechoquent, rappelant à qui veut bien le lire entre les lignes qu'il n'y a pas qu'une seule vérité, mais que chacun vit les choses à sa manière, et que ce n'est qu'en essayant de voir par les yeux de l'autre que l'on peut éviter les issues dramatiques. « Perdre un ennemi, c'est aussi parfois perdre un ami », nous dit l'autrice, dont la plume est par ailleurs vraiment époustouflante ! C'est vraiment un excellent roman, aussi atypique que captivant, qui régalerai sans aucun doute tous ceux et toutes celles qui l'auront entre les mains … Alors n'hésitez plus, venez rencontrer Ensio et Ljuka !
Lien : https://lesmotsetaientlivres..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
LightandSmell
  27 mars 2019
Communiquer par la pensée avec son/sa meilleur(e) ami(e) ou un proche, n'en avez-vous jamais rêvé ? Bravant tous les interdits, Ensio et Ljuka ont fait plus qu'en rêver, ils ont réussi à créer ce lien télépathique qui leur permet de rester en contact même à distance. Une bénédiction pour ces deux enfants qui partagent alors une solide amitié, mais qu'en sera-t-il, une fois adultes, quand les incompréhensions et les rancoeurs les auront séparés ?
Une question à laquelle Ensio va être confronté lorsque, dans le cadre de sa fonction de Milicien, il finira par commettre l'impensable : tuer son frère d'enchantement devenu incontrôlable ! Rassurez-vous, je ne spoile rien, c'est écrit dans le résumé et cela arrive dès les premières pages. L'autrice part de ce dramatique événement pour nous offrir une narration alternée et audacieuse qui joue entre présent et passé. Nous suivons ainsi, dans le présent, un Ensio déboussolé par son geste dont il n'avait pas anticipé les répercussions sur sa santé mentale : Ljuka mort et leur lien rompu, un vide s'empare de lui et le ronge de l'intérieur. En parallèle, nous remontons le fil du temps, pour suivre Ljuka dans ses études à la Grande académie où il ne se sentira pas à sa place. Quand l'on constate la déchéance du premier dont la vie va à vau-l'eau, on suit la descente aux enfers du deuxième qui, petit à petit, tombe dans l'extrémisme… C'est à se demander qui est finalement le plus fou des deux.
La narration à deux voix est ici efficace d'autant qu'elle donne l'occasion à Siana de nous offrir deux protagonistes complexes et tout en nuances. Pas de héros ni de grand méchant ici, mais deux amis séparés par la vie, les incompréhensions, les rivalités, les rancoeurs, la jalousie et les non-dits, ce qui est pour deux amis pouvant communiquer par la pensée, assez ironique. La complexité des personnages est intéressante dans la mesure où elle pousse le lecteur à développer une certaine empathie pour ces derniers même quand il n'approuve pas leurs actes ni leur personnalité. À cet égard, j'ai trouvé le personnage d'Ensio particulièrement bien construit. D'abord tête à claques, imbu de sa personne, prétentieux et vantard, il s'humanise à mesure que sa vie tombe en lambeaux et qu'il sombre dans la folie. Cela se fait progressivement ce qui rend son évolution réaliste et touchante. Alors qu'en début de roman, je n'espérais rien de ce personnage, il apporte finalement une très jolie réflexion sur l'amitié, la rédemption, le poids de ses erreurs et la nécessité de les réparer. Contre toute attente, il a ainsi su me toucher voire m'émouvoir, et rien que pour ça, je tire mon chapeau à l'autrice !
Le personnage de Ljuka m'a aussi surprise, son évolution suivant le schéma inverse de celui d'Ensio et suscitant en moi des sentiments ambivalents : compréhension, peine, pitié puis agacement… En début de roman, il attire la sympathie par sa gentillesse, ses fêlures, ses difficultés à rentrer dans le moule, sa lutte quotidienne pour faire accepter ses différences et sa personnalité pleine de sensibilité. Incapable de s'exercer aux enchantements sur le vivant, il va se rapprocher d'un élève Mécaniste malgré la réprobation générale ; une personne de son rang n'ayant pas à s'acoquiner avec la plèbe. Son comportement et cette amitié nouvelle vont susciter moquerie et rejet de tous, même de la part des deux personnes qui comptaient le plus pour lui, son meilleur ami et cette fille qui lui plaisait tant. Se sentant incompris, trahi et ne supportant plus cette société dans laquelle les Maîtres s'approprient tous les pouvoirs, il va, petit à petit, laisser son jugement s'obscurcir…
Si ses idées d'égalité et son envie de protéger la population de la toute-puissance des Maîtres nous semblent justes, cela tourne à l'obsession. Sous couvert de justice, Ljuka finit par nous apparaître comme un fou prêt à tout pour prouver sa supériorité et la suprématie de ses idées. Un point qui le fait finalement de plus en plus ressembler aux Maîtres qu'il méprise, mais qui eux, ne font pas couler le sang pour assurer leur pouvoir… Même si ce n'est pas développé outre mesure, le système de classe se révèle d'ailleurs intéressant. On retrouve, comme sous l'Ancien Régime, une société divisée en classes avec une classe dominante qui impose ses desiderata aux « classes inférieures ».
J'ai adoré suivre le cheminement de cette amitié hors norme qui va se déliter jusqu'à se transformer en haine. On ne peut s'empêcher de se demander comment la situation a pu prendre une telle tournure entre deux personnes qui étaient pourtant unies par un lien télépathique. À moins que ce soit justement ce lien, en leur donnant l'illusion d'une parfaite compréhension, qui ne soit responsable d'un tel manque de communication et d'un tel gâchis… Amour et haine sont donc ici inextricablement liés, l'ami devenu ennemi ne semblant jamais l'être totalement.
En plus d'une narration dynamique ponctuée de nombreux dialogues rendant la lecture très fluide, l'autrice possède une très belle plume qu'elle met au service de ses protagonistes avec beaucoup de justesse. S'adaptant à leurs états d'âme et aux différents événements, le rythme est parfois rapide, d'autres fois un peu plus lent, mais toujours parfaitement cadencé. Les amateurs de belles plumes devraient donc être ravis de s'immerger dans cet univers enchanteur qui, même en absence de longues descriptions, se révèle très immersif. J'ai, en outre, apprécié la manière dont l'autrice a su introduire très naturellement quelques touches de steampunk, mais surtout de science-fiction. Cela apporte un plus indéniable à la narration qui prend une autre tournure, peut-être un peu plus introspective, mais jamais ennuyeuse.
Quant à la fin, c'est l'une des meilleures que j'aie pu lire ! Inattendue, belle et forte à la fois, elle permet aux lecteurs de terminer le roman sur des émotions fortes et la conviction que Siana a effectué un travail de fourmi, ne laissant rien au hasard dans la construction de son roman.
En conclusion, ni roman de fantasy classique avec sa cohorte de créatures, ni roman de science-fiction pur avec ses théories parfois complexes, Frères d'enchantement mélange habilement ces deux genres, quelques touches de steampunk en plus, pour nous offrir un univers passionnant et très bien construit. À travers deux amis unis par des liens encore plus profonds que ceux du sang et séparés par une rivalité tournant à la haine, l'autrice offre une belle réflexion sur l'amitié, la rédemption, le poids du passé, mais aussi sur la société et la manière dont des idées justes, déformées par la rancoeur et l'aveuglement, peuvent conduire à des actes de pure folie.
Lien : https://lightandsmell.wordpr..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Livrinaa17
  17 mars 2019
Je remercie avant tout grandement l'auteure pour sa confiance et pour m'avoir permis de découvrir son roman.
Dans ce roman on va faire la connaissance de deux personnages : Ensio et Ljuka. Rencontrés lorsqu'ils étaient encore des enfants, ils se sont rapidement liés d'une amitié profonde. Passant la plupart de leur temps ensemble, ils réalisent des expériences interdites.
En effet, ils ont réussi à s'unir par un lien télépathique.
Malheureusement, ils vont choisir des parcours différents qui vont les séparer...
De fraternité à rivalité, on va découvrir dans ce livre ce qu'il s'est passé entre les deux hommes.
Ensio est pour la cité un héros apprécié de tous, il pense d'ailleurs avoir tué son meilleur ami Ljuka. Perdant pieds, il se rend compte qu'un vide énorme prend la place du lien créé avec son ami.
J'ai vraiment eu du mal avec ce personnage... Je trouve Ensio très imbu de lui-même, il se plaint énormément, le monde lui tombe sur la tête. Mais pour moi il a seulement reçu le revers de la médaille. Lorsqu'on voit la façon dont il agissait en tant qu'ami avec Ljuka...
Suite à la disparition de Ljuka on va également découvrir que le héros n'est qu'une façade du personnage de Ensio. On y découvre un homme instable, rempli de colère. Cet homme qui se croyait supérieur va vite redescendre...
Concernant Ljuka !
J'ai adoré ce personnage que je trouve tout de même plus humain ! Il défend ses propres idées. Subissant par la suite les moqueries de son frère d'enchantement, il ne va pas se laisser démonter facilement. Devenant un homme il va suivre ses pensées pour devenir celui qu'il est réellement sans se soucier de son statut social.
En effet, Ljuka et Ensio font partis de la haute société. Ils sont formés à devenir des Maîtres pour obtenir des postes très importants. Seuls les enfants de Maîtres peuvent devenir Maîtres à leur tour.
Les Mecanistes eux, représentent la classe moyenne de la société. Ljuka va se lier avec l'un d'entre eux ce qui va susciter une réaction d'incompréhension de la part de Ensio.
J'ai beaucoup aimé le fait que le roman soit coupé en deux, intercalant entre le point de vue de Ljuka et celui de Ensio. Celui de ce dernier est au présent alors que celui de Ljuka conte ce qu'il s'est passé, leur amitié, comment ils se sont déchirés, rivalité amoureuse...
Je pense cependant que j'ai eu un peu de mal avec le personnage de Ensio comme je l'ai dit précédemment. J'ai largement préféré les chapitres de Ljuka.
La couverture me fait penser au steampunk, en la voyant pour la première fois je me demandais vraiment ce que j'allais trouver dans le récit. Elle correspond parfaitement à l'oeuvre ! Tous les éléments sont expliqués.
La plume de l'auteure est vraiment superbe, elle nous amène à réfléchir.
La morale que je tire de ce livre est la suivante : Il faut avoir confiance en soi et ses principes, ses idées comme Ljuka. Les moqueries de son "frère" ne l'ont pas arrêté, il est resté fidèle à lui-même et n'a pas essayé de se cacher derrière un personnage. Certes il a beaucoup perdu mais au final, Ensio qui s'est moqué de Ljuka lui a au final tout perdu ! Sa femme, le respect de la société puisqu'il est perçu comme un fou. Il se rend compte de ce qu'il a fait subir à son ancien ami. Donc, gardez toujours confiance en soi et à ses principes. Ne pas devenir quelqu'un d'autre qui ne nous correspond pas pour plaire aux autres.
De fraternité à rivalité...
Je vous conseille ce roman si vous aimez le steampunk légèrement mélangé avec du fantastique 😄 C'était un super roman que j'ai beaucoup aimé, je recommande.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
FungiLumini
  24 février 2019
Je remercie l'auteure et Simplement.pro pour ce livre ! L'auteure le présentait comme un mélange de genres de l'imaginaire, ce qui m'a beaucoup intriguée. La très belle couverture m'a d'ailleurs fait penser à la fois à du steampunk, de l'étrange et de la SF, et après lecture, je trouve qu'elle correspond très bien au récit. J'aime aussi beaucoup découvrir de nouvelles plumes francophones et cet ouvrage étant le premier roman de l'auteure, il me tardait d'explorer son univers ! Si certains d'entre vous cherchent encore des idées pour le PIF 2019, ce livre pourrait vous intéresser ! 😉
Ceci est l'histoire d'une amitié : Ljuka et Ensio se rencontrent alors qu'ils sont enfants et passent la plupart de leur temps ensemble. Ils s'entendent tellement bien qu'ils décident de faire des expériences interdites pour créer un lien télépathique entre eux, ce qu'ils vont réussir à faire. Malheureusement, comme dans toutes les amitiés adultes, des tensions vont commencer à apparaître entre eux alors qu'ils sont à l'Académie : rivalité amoureuse, pression sociale et compétition, qui iront jusqu'à un point de non-retour…
Les chapitres alternent entre le point de vue de Ljuka, qui narre plutôt le passé de leur relation, et celui d'Ensio, qui doit vivre au présent avec les conséquences de ses actions. J'ai beaucoup aimé les passages dans les souvenirs, car j'ai adoré le personnage de Ljuka, sensible et attachant, qui ne se borne pas à être ce qu'on attend de lui, mais qui va tout faire pour devenir qui il est vraiment, sans se soucier de ce qu'on pense de ses choix, tout en voulant lutter contre la société établie, qu'il trouve injuste.
J'ai par contre eu vraiment du mal avec le personnage d'Ensio. Déjà, il est totalement odieux et imbu de sa personne, s'estimant meilleur que tout le monde. Cette attitude va conduire à des scènes que je n'ai pas particulièrement appréciées, où son ego et sa colère vont l'empêcher d'évoluer, et j'ai eu un peu l'impression de stagner, dans des situations qui ne me plaisaient pas. J'ai aussi eu un problème avec ce qu'on apprend qu'il a fait à Ljuka au début du livre, sans que cela ne semble le peiner le moins du monde. On comprend plus tard dans le livre le pourquoi de ce manque d'empathie, mais je ne peux pas croire pour ma part qu'une si forte amitié peut entraîner si peu d'émotion.
L'auteure ajoute une réflexion sociale très intéressante à son récit. La société dans laquelle les deux protagonistes vivent est divisée entre plusieurs « classes » desquelles il est très difficile de changer, puisque, par exemple, seuls les enfants des Maîtres peuvent tenter de devenir Maître à leur tour. Les Maîtres sont la haute société, ceux qui font les recherches et ont les postes importants. Les Mécanistes sont la classe moyenne, ils font le travail manuel pour les Maîtres. Puis il y a les autres, qui n'ont pas eu la chance d'aller à l'Académie. Cette société découpée va être un des points de discordes entre Ljuka et Ensio : tous deux issus de la haute société, ils regardent d'abord les Mécanistes avec mépris, dédain et moquerie… jusqu'à ce que Ljuka se lie d'amitié avec l'un d'eux, qui l'aide à développer son talent.
Ce récit se déroule dans un monde totalement à part, guidé par la magie des pierres de Rhod. J'ai particulièrement apprécié découvrir la société magique : comment cette magie était utilisée, étudiée, avec quoi elle interagit… J'ai aussi beaucoup aimé les décors dans lesquels on évoluait : des villes aux allures surprenantes, changeant tout à fait d'un quartier à l'autre, une Académie qui rappelle un peu Poudlard, des créations incroyables… Un monde tout à fait à part que l'auteure a beaucoup développé !
Un premier roman réussi pour l'auteure : une écriture fluide et agréable, un mélange de genres intéressant, un univers très bien construit et innovant, une belle réflexion sur l'amitié, la rivalité, mais aussi sur les valeurs à défendre et les enjeux de société. Un récit en deux temps et en deux protagonistes très différents, dont un m'a énormément plu, malheureusement l'autre pas du tout. Une bonne lecture !
Lien : https://livraisonslitteraire..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Khiad
  29 mars 2019
Je tenais tout d'abord à remercier Siana pour sa proposition de SP via le site SimPlement, ainsi que pour l'envoi de son roman en version papier.
Concernant la couverture, je la trouve jolie et représentant parfaitement ce que l'on va pouvoir trouver au fil de notre lecture. J'aime beaucoup les couleurs choisies.
L'auteure a une plume agréable et fluide qu'il est plaisant de suivre au fil des pages. Elle nous immerge totalement dans son monde avec des descriptions légères, mais suffisamment détaillées.
Je voudrais d'ailleurs saluer le travail de Siana, pour l'ensemble de son oeuvre bien entendu, Frères d'enchantement - Sianamais surtout pour l'univers qu'elle a imaginé et qui est vraiment très bien fait : la façon dont les sentiments des personnages se voient sur eux ; la façon qu'il ont de vivre en ressentant et en influant sur les vibrations des êtres vivants ou inanimés grâce aux rhod, ces pierres aux propriétés particulières ; le rapport à la nature ; les différents classes sociales et la façon dont elles interagissent ensemble ; l'éducation... Non, franchement, il y a un gros travail d'imagination, et qui fonctionne du tonnerre !
J'ai aimé le choix de la construction du récit qui commence au coeur de l'action, puis qui se divisera ensuite en deux temps, un chapitre sur deux : la suite du point de vue d'Ensio, milicien et héros imbu de lui-même, qui paiera le prix de ses choix ainsi que de ses actes, et un retour dans le passé du point de vue de Ljuka, perturbé mais très gentil, et donc sur ce qui l'a poussé à devenir un extrémiste. Ce livre est l'histoire d'un lien interdit, d'un soupçon de folie et de ces deux amis qui vont peu à peu se déchirer...
Je trouve d'ailleurs les trois dernières phrases du résumé très parlantes.
J'ai aimé suivre les aventures de ces deux personnages de la haute société, même si Ensio m'a beaucoup énervée, au début du roman, à passer son temps à maudire et à insulter son ancien meilleur ami. Et ce, pas forcément pour ce qu'il avait fait, mais plus pour les conséquences que cela impliquait pour lui après-coup. Je l'ai trouvé d'un égoïsme sans nom !
A part ça, j'ai apprécié son cheminement de pensées, sa prise de conscience, sa déchéance et, quelque part je me suis retrouvée en lui dans sa façon de vouloir s'en sortir seul.
Bon, mon cas est loin d'être entièrement comparable à celui d'Ensio, mais, d'une certaine façon, je me suis sentie proche du jeune milicien, qui en fin de compte est meilleur qu'il ne le laisse paraître.
Quant à Ljuka, c'est un personnage que j'ai trouvé plus intéressant, avec son évolution d'enfant très gai au jeune homme traumatisé, brisé et solitaire. Il voulait juste que quelqu'un le comprenne, le rassure et l'accompagne dans ses choix, un peu borderline pour ses "amis". Mais tout ce qu'il a eu, ce fut les moqueries, le mépris et l'exhortation à continuer quelque chose qui le rebutait totalement. Personne n'a réellement essayé de le comprendre, tout le monde pensait que ça lui passerait s'il continuait à faire des efforts. Personne n'a compris sa passion naissante, son changement, ni son engouement pour cette activité de "basse classe".
Il m'a vraiment beaucoup touchée, et j'ai aimé la façon dont sa solitude l'amène à vouloir changer le monde, même si je ne cautionne pas la façon dont il s'y est pris.
Mais ce livre, ce n'est pas que l'histoire d'Ensio et de Ljuka. On y trouve aussi une critique de la société, sur les inégalités entre les nantis et les ouvriers ; le mépris des premiers pour les seconds ainsi que la fatalité avec laquelle ces derniers vivent leur condition.
Mais ce n'est pas tout, il y est aussi beaucoup fait mention de la nature et de sa perception, même de son respect le plus total.
En résumé, j'ai vraiment bien aimé l'ambiance du livre, mélange de steampunk, de fantasy et d'un soupçon de science-fiction. Mais aussi son contexte, ses personnages, leur cheminement, leur évolution, l'écriture de l'auteure et le gros travail sur l'univers qui défile entre ces pages.
Vous l'aurez compris, comme dans le cochon (enfin il parait), tout est bon dans ce livre, que je vous conseille sans souci. ^^
Lien : http://booksfeedmemore.eklab..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Citations et extraits (4) Ajouter une citation
FungiLuminiFungiLumini   24 février 2019
Je fis tout ça sans même une pensée. Comme si j’étais moi-même déchargé. Depuis l’accident, je n’arrivais plus à ressentir quoi que ce soit de positif, en dehors des pensées qu’Ensio tentait de m’envoyer. Et même celles-ci s’avéraient éphémères, disparaissant sous mon amertume. J’avais l’impression d’être devenu un pantin, ou un automate de Mécanistes. J’avançais, je mangeais, je parlais, mais tout à l’intérieur de moi était vide.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
FungiLuminiFungiLumini   24 février 2019
Colère criée, rage à l’apogée…
Alors que j’admirai mon ami, en train de grimper plus haut, je ne pus m’empêcher de penser qu’il avait raison. Notre arbre, c’était comme un siège de grand Maître-Initiateur. Un Maître à la fois explorateur et conquérant ! Tout à coup, je me sentis mieux, détendu, comme si je n’avais plus peur de rien, et encore moins de tomber. En regardant encore mon ami, j’eus la certitude qu’un jour j’irais jusqu’aux cimes avec lui.
Et les flots furieux le renvoyèrent à Dieu.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
KhiadKhiad   13 mars 2019
Je ne veux pas devenir comme tous ces cas de Folie. Je ne veux pas devenir fou ! Je dois tout faire pour éradiquer cette impression de manque, de vide, je dois tout faire pour ne pas devenir fou, et pour que personne n’ait connaissance de l’enchantement interdit.
Commenter  J’apprécie          00
Livrinaa17Livrinaa17   17 mars 2019
Un héros, un vrai, doit subir tout un tas de choses difficiles et dangereuses. Les adultes ne savent pas faire la différence entre un fou et un héros, parce qu'il y a beaucoup de choses qu'ils n'osent pas accomplir.
Commenter  J’apprécie          00
autres livres classés : amitiéVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr

Autres livres de Siana (1) Voir plus




Quiz Voir plus

Les plus grands classiques de la science-fiction

Qui a écrit 1984

George Orwell
Aldous Huxley
H.G. Wells
Pierre Boulle

10 questions
2684 lecteurs ont répondu
Thèmes : science-fictionCréer un quiz sur ce livre