AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782877306010
360 pages
Éditeur : Editions Philippe Picquier (28/05/2002)
4/5   10 notes
Résumé :
Le jardin parfumé, c'est le corps féminin, sorte de paradis terrestre où des voluptés inouïes sont possibles. Encore faut-il être initié à ses mystères et c'est semble-t-il la vocation didactique de ce livre du cheikh Nefzaoui dont les origines sont obscures mais le succès universel. Il s'agit d'un manuel d'érotologie arabe où tout ce qui concerne l'acte sexuel est répertorié : diversité des postures et des plaisirs, traité de physionomie, préceptes d'hygiène, ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
Luniver
  28 octobre 2013
L'art de l'amour a toujours été une affaire sérieuse, à travers les âges et sur toute la surface du globe. le jardin parfumé, écrit au XVIème siècle en Tunisie en est la preuve, et prend place aux côtés du Kamasutra de Vatsyayana. le manuel répond à toutes les questions qu'on pourrait se poser sur la sexualité : quels sont les hommes et femmes à fréquenter, ou au contraire à éviter ; quelles sont toutes les positions possibles ; Notons également que Nefzaoui pense à tout le monde, et donner des conseils pour les couples mal assortis : maigre/obèse, grand/petit, et même les positions adaptées aux bossus (bien que cette partie contienne quelques plaisanteries douteuses). Y sont ajoutés des conseils d'hygiène, une liste d'aphrodisiaques, de produits abortifs, et les différentes manières d'allonger un membre trop court, préoccupation visiblement universelle chez la gente masculine.
L'auteur semble prêter aux femmes des considérations typiquement masculines : qu'il soit jeune ou vieux, pauvre ou riche, laid ou beau, les chances d'un homme d'être heureux en amour ne sont que directement proportionnelles à la longueur de son sexe, ainsi qu'à la fréquence et à la durée de ses érections.
le texte est un joyeux mélange entre descriptions quasi médicales, contes, proverbes, fables, … À découvrir pour avoir une autre vision de cette partie du monde.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          251
rogermue
  05 juin 2013
J'ai lu un livre de Nefzaoui en allemand, une collection de contes érotiques qui m'ont plu, mais je ne suis pas sûr à cent pour cent si ce titre-ci correspond à ce que j'ai lu.
Mais dans le genre érotique l'auteur Nefzaoui joue un rôle.
Commenter  J’apprécie          40
farouksidosoft
  25 mai 2015
un très beau livre à lire pour développer l'esprit critique chez les musulmans et leurs visions de l'érotisme
Commenter  J’apprécie          30

Citations et extraits (5) Ajouter une citation
LuniverLuniver   27 octobre 2013
"El mokabeul", celui qui est toujours prêt à faire face. Ce nom est donné au vagin des femmes passionnées pour le membre viril. C'est celui qui, non seulement ne se laisse pas intimider par un membre raide et dur, mais même le dédaigne et en demande un plus raide encore.

C'est aussi celui qui ne s'effarouche, ni ne rougit de honte, comme les autres, lorsqu'on relève les vêtements qui le recouvrent et qui, loin de là, font au membre le meilleur accueil, le fait asseoir sur son dôme et même, non content de lui accorder un siège sur son pubis, l'introduit et le fait pénétrer jusqu'au fond, à tel point qu'il est englouti en entier et que les testicules poussent ce cri : « Oh ! quel malheur pour nous ! Notre frère a disparu. Nous sommes dans la plus grande inquiétude sur son compte, car il a pénétré hardiment dans ce gouffre. Il faut certainement qu'il soit le courageux des courageux, pour aller ainsi, comme le dragon, s'introduire dans une caverne ! » Le vagin, entendant leurs plaintes et pour calmer le chagrin qu'ils éprouvent de la disparition de leur frère, leur crie : « N'ayez aucune appréhension à son sujet. Il est encore vivant et ses oreilles entendent vos discours. » Ils lui répliquent tous les deux : « Si ce que tu dis est vrai, ô maître du beau visage, laisse-le sortir que nous le voyions ! » Il leur répond : « Je ne le laisserai pas sortir vivant : il ne sortira que lorsque la mort l'aura frappé. » Les testicules l'implorent : « Quel péché a-t-il donc commis pour qu'il le paie de sa vie ? La prison et la bastonnade ne seraient-elles pas une punition suffisante ? » Le vagin répond : « Par l'existence de celui qui a créé les cieux ! Il ne sortira pas, si ce n'est mort ! » puis s'adressant au membre, il lui dit : « Entends-tu les paroles de tes deux frères ? Hâte-toi de te montrer à eux, car ton absence les a plongés dans l'affliction ! »

Une fois qu'il a éjaculé, le membre se montre à eux réduit à rien, semblable à un fantôme ; mais ils refusent de le reconnaître, lui disant : « Qui es-tu, ô phénomène de maigreur ? » « Je suis votre frère et j'étais malade, leur dit-il ; n'avez vu pas vu dans quel état j'étais avant d'entrer ? J'allais frapper à la porte de tous les médecins pour les consulter. Mais, quel bon médecin j'ai trouvé là ! Il a traité ma maladie sans m'avoir ausculté, ni examiné. » Les deux testicules répondent : « Ô notre frère, nous éprouvons les mêmes souffrances que toi, car nous ne faisons qu'un avec toi. Pourquoi Dieu n'a-t-il pas voulu que nous suivions un traitement ? » Aussitôt le sperme afflue en eux et leur volume augmente. Eux aussi veulent alors être traités pour leur maladie et ils lui disent : « Ô cher ami, hâte-toi de nous conduire au médecin pour qu'il voie notre maladie. Il saura nul doute nous guérir, car il a la connaissance de toute maladie ! »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
LuniverLuniver   21 octobre 2013
Lorsqu'un homme méritant se trouve près des femmes, son membre grossit, devient fort, vigoureux et dur ; il est lent dans son éjaculation et, après le tressaillement causé par la sortie du sperme, il est prompt à l'érection.

Un pareil homme est goûté et apprécié par les femmes, parce que la femme n'aime l'homme que pour le coït ; il faut donc que son membre soit riche dans ses dimensions, qu'il soit long pour la jouissance ; que cet homme ait en outre la poitrine légère et le derrière pesant ; qu'il soit maître de son éjaculation et prompt à entrer en érection ; que son membre arrive au fond du canal de la femme, le bouche complètement et y adhère dans toutes ses parties. Celui-là sera le bien-aimé des femmes.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
LuniverLuniver   18 octobre 2013
[Dieu] a doué [la femme] d'un ventre rebondi, d'un nombril admirable ; les plis et les flancs en font resortir la beauté ; il l'a dotée aussi d'une croupe majestueuse, et toutes ces merveilles sont supportées par les cuisses. C'est entre celles-ci que Dieu a placé l'arène du combat : lorsqu'elle est abondante en chair, elle ressemble, dans son amplitude, à la tête du lion : on la nomme vulve. Oh ! quelle quantité innombrable d'hommes sont mort à cause d'elle ! et ô douleur ! combien de héros parmi eux !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          150
LuniverLuniver   26 octobre 2013
On prétend que la vue de l'intérieur du vagin doit être évitée parce qu'elle peut déterminer la cécité. Cette recommandation vient de la médecine et non de la jurisprudence.

On raconte, à ce sujet, qu'Hacene ben Isehak, sultan de Damas, avait l'habitude d'examiner l'intérieur des vulves des femmes ; et quand on l'engageait à ne point le faire, il répondait : « Y a-t-il un plaisir préférable à celui-là ? » Aussi, ne tarda-t-il pas à devenir aveugle.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
LuniverLuniver   28 octobre 2013
Celui qui, rencontrant le lion, découvre ses parties sexuelles, le fait fuir aussitôt.
Commenter  J’apprécie          90

autres livres classés : littérature tunisienneVoir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura

Autres livres de Muhammad ibn Umar al-Nafzawi (1) Voir plus