AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
Critiques sur Voyage au centre de la Terre (178)
Classer par :   Date   Les plus appréciées  



Ajouter une critique
Gwen21
  10 novembre 2015
Où le lecteur met ses pas dans ceux du professeur Otto Lidenbrock et de son neveu géologue Axel ou comment, partant de Hambourg et pénétrant dans les entrailles de la terre en Islande, nos deux aventuriers en ressortirent... Non mais vous ne voulez pas non plus que je vous raconte le livre ? Vous n'en aurez pas une miette de plus !

"Voyage au centre de la terre" est, comme son titre l'indique, un voyage au centre de la terre. Comment est-ce possible ? Avant de lire le célèbre roman de Jules Verne, je n'en avais aucune idée moi non plus mais il a suffi de me laisser guider et entraîner dans cet incroyable périple pour y croire à mon tour.

Je pense avoir moins "frémi" que si j'avais lu ce roman enfant mais j'ai tout de même passé un bon moment de dépaysement. Monument de la littérature fantastique classique, ce roman aura tout de même risqué de perdre mon attention à plusieurs reprises lorsqu'il s'est agi d'analyser les théories scientifiques permettant d'étayer l'odyssée du professeur et de son neveu. Que voulez-vous, quand on n'a jamais rien compris aux sciences...

Enfin, je citerai Axel, notre narrateur, apostrophant son mentor : "Savez-vous, mon oncle, [...] que nous avons été singulièrement servis par les circonstances jusqu'ici !". Cette petite phrase résume à elle seule mon sentiment vis-à-vis de Jules Verne : tout vient heureusement à point et tout finit bien. Un constat qui présente le léger inconvénient de ne plus vraiment surprendre la lectrice exigeante que je suis devenue et qui aurait apprécié un peu plus de suspense.

Toutefois, rendons à César... euh, à Jules, ce qui lui revient : incroyable conteur, fantastique rêveur, lui seul a le pouvoir de vous emporter très très loin dans l'imaginaire en moins de 300 pages. J'espère bien que des générations de lecteurs continueront à savourer ses nombreuses aventures.


Challenge 19ème siècle 2015
Challenge ABC 2015 - 2016
Challenge PETITS PLAISIRS 2014 - 2015
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          722
LiliGalipette
  08 septembre 2012
Professeur en minéralogie, Otto Lidenbrock est un « terrible original » (p. 3). Quand il trouve un manuscrit de l'explorateur islandais Arne Saknusemm, il décide de suivre ses indications pour se rendre au centre de la Terre. Il entraîne avec lui son neveu Axel, que ce voyage inquiète au plus haut point, et un guide islandais, Hans, qui se révèle plein de ressources et de courage. le périple commence par une descente dans le cratère du volcan Sneffel, porte ouverte sur le centre de la Terre. Pendant plusieurs semaines, les trois hommes s'enfoncent dans les profondeurs du volcan et de l'écorce terrestre. de découvertes en surprises, leur périple est aussi passionnant qu'il est dangereux.

Le professeur Lidenbrock est le type même du savant extravagant, enragé de découverte et convaincu de la suprématie de la science. Il ne s'arrête pas aux principes et ne croit qu'à l'expérimentation. « Les faits, suivant leur habitude, viennent démentir les théories. » (p. 203) Ce qui motive ce périple incroyable, c'est l'occasion de perfectionner une science et de développer un savoir. « Ni toi ni personne ne sait d'une façon certaine ce qui se passe à l'intérieur du globe, attendu qu'on connaît à peine la douze-millième partie de son rayon. » (p. 48) Avoir la primauté de la découverte est une obsession au 19° siècle, époque fabuleuse pour l'avancée des sciences et des connaissances.

Axel endosse le rôle du sceptique, voire de l'inquiet. « Descendre dans un tromblon, […], quand il est chargé et qu'il peut partir au moindre choc, c'est oeuvre de fou. » (p. 139) A contrario, le professeur Lidenbrock est un savant dont la science est la seule foi. Il ne doute jamais et si tout l'émerveille, c'est parce que rien ne l'étonne puisque tout est possible. Devant la fascinante architecture souterraine et l'étonnante géographie intérieure du globe, Axel s'exclame toujours alors que le professeur Lidenbrock se réjouit devant ce qui est.

Très à la mode au 19° siècle, le cabinet de curiosités est un sujet que Jules Verne exploite souvent dans ses romans. Dans Voyage au centre de la Terre, ce cabinet prend des proportions gigantesques. L'objet d'étude n'est plus confiné dans la chambre ou le laboratoire, mais observé in vivo. « Jamais minéralogistes ne s'étaient rencontrés dans des circonstances aussi merveilleuses pour étudier la nature sur place. Ce que la sonde, machine inintelligente et brutale, ne pouvait rapporter à la surface du globe de sa texture interne, nous allions l'étudier de nos yeux et le toucher de nos mains. » (p. 183 & 184) Ce qui passionne et motive le professeur, c'est l'invention au sens premier du terme, à savoir la révélation de ce qui existe, la découverte de ce qui était caché, même si tout cela ne quittera jamais les profondeurs de la terre.

Ce roman est un des voyages extraordinaires imaginés par le prolifique auteur. Pour Jules Verne, tous les domaines et toutes les sciences pouvaient être objets de littérature, qu'il s'agisse de profondeurs marines dans Vingt-mille lieues sous les mers, de l'espace dans de la terre à la lune ou des airs dans Cinq semaines en ballon. Toutefois, il ne s'agit jamais d'étaler un savoir, mais bien de le partager et de l'associer avec une réflexion plus large. Ici, Jules Verne propose une cosmogonie inversée : en descendant vers le centre du globe, ses personnages remontent aux origines de la vie, vers les âges primitifs du monde.

Ce voyage extraordinaire est l'un de mes favoris, car c'est celui qui s'ancre le plus dans l'improbable, l'incroyable et le fantastique. Et pourtant, à grand renfort d'arguments scientifiques, Jules Verne parvient à rendre ce voyage crédible. Ça se lit sans compter les pages. Arrivée au terme du roman, j'en redemande ! Voici une lecture que je conseille sans aucun doute aux jeunes lecteurs avides d'aventure.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          610
dedanso
  15 janvier 2018
Voilà encore un classique que je repoussais sans cesse et que je n'aurais pas dû laisser si longtemps sur mes étagères...

Dans Voyage au centre de la Terre, il y a un peu de tout ce qui peut plaire dans un récit : de l'aventure en terre totalement inconnue, de l'instruction (en géologie, minéralogie, géographie, cosmogonie et j'en passe...*), de magnifiques paysages (plaines, volcans, glaciers, lacs...), et une écriture passionnante (nul besoin de présenter la plume de Jules Verne, empreinte de légèreté, d'humour et de tension narrative).

Axel et son oncle Lidenbrock nous embarquent à leur suite en charrette puis en train et en bateau, de l'Allemagne jusqu'en Islande en passant par Copenhague. L'on prend plaisir à découvrir les paysages et les moeurs des contrées traversées mais le dépaysement est total lorsque Jules Verne nous décrit les paysages souterrains. Ils sont d'ailleurs totalement différents selon les zones traversées.

Je dois pourtant vous avouer qu'il y a quelques points (mineurs au vu de l'oeuvre) qui m'ont un peu chagrinée.
D'abord on frôle parfois la limite de la vraisemblance. Je pense à certaines "thèses scientifiques" présentées par les personnages principaux ou quelques détails pratiques (le radeau en bois qui ne brûle pas lors du passage de la boule de feu).
Le personnage de Hans, le serviteur Islandais, m'a beaucoup surprise également. Il ne semble exister que pour aider et sauver les deux personnages principaux et manque beaucoup trop de consistance.
Enfin, j'ai trouvé le final de ce récit assez expéditif. L'oncle Lidenbrock a plusieurs fois fait preuve d'insouciance en voulant rejoindre le centre de la terre au mépris de sa vie et celle de ses compagnons, mais il finit par accepter de remonter sans s'énerver (c'est pourtant un personnage assez sanguin).

Ce que je retiendrais de ce Voyage au centre de la Terre, ce sont ses paysages, son amour de la nature, son humour, l'imagination dont a fait preuve son auteur (la forêt de champignons, la bataille d'animaux antédiluviens sur cet océan gigantesque, l'orage apocalyptique !) mais, surtout, sa volonté d'interroger les limites de la science et l'évolution des connaissances scientifiques. Un livre passionnant en somme !

PS : les gravures d'Edouard Riou, qui agrémentent mon exemplaire, sont magnifiques !

*Connaissez-vous le secret de fabrication d'un véritable édredon ? https://fr.wikipedia.org/wiki/Eider_(oiseau)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          568
nadiouchka
  22 octobre 2019
Et si aujourd'hui on se lançait dans un voyage pas commun ? Je veux dire un « Voyage au centre de la terre » avec le livre de Jules Verne ?

Ce n'est certes pas un ouvrage récent puisque paru en 1864 mais qui m'avait été offert dan une belle collection alors que j'étais bien jeune – toute une collection de récits de Jules Verne car j'étais déjà passionnée par tout ce qui touchait aux récits de voyage, qu'ils soient authentiques ou fictifs : peu importe pourvu que l'ont ait l'ivresse ! Je dois dire aussi, que parmi de nombreux autres, Jules Verne avait été pour moi un des déclencheurs de cette passion.

Dans ce récit, on suit le professeur Otto Lidenbrock (le personnage principal), qui décide, au départ de Hambourg, d'explorer tout simplement le centre de la terre, avec son neveu Axel (un géologue). Tout cela parce qu'il est tombé sur un manuscrit d'un explorateur islandais Arne Saknusemm. Ils vont se faire accompagner par Hans, un guide islandais (c'est plus sûr).
Si Axel finit par accepter de partir c'est parce que son grand amour, Graüben (pupille de Lidenbrock), l'en a convaincu.
Pour cette expédition, départ donc de l'Allemagne : passage par Copenhague (Danemark) – on utilise des moyens de transport tels qu'une charrette – le train – puis le bateau.
Mais ce qui est étonnant (et spectaculaire) c'est la description et la découverte des lieux souterrains.
On découvre aussi le cratère du volcan Sneffel, en fait le « Snæfellsjökull ») – les paysages grandioses et inconnus des autres humains – une forêt de champignons – une bagarre entre des animaux étranges – des explications scientifiques – à remarquer que le guide, Hans, n'est pas bavard du tout : ses réponses sont au choix, soit « oui », soir « non ». Mais il s'occupe très bien des bagages et des provisions. Alors, c'est déjà bien important et tant pis pour « la causette » : efficacité d'abord.

Au fait, je ne tiens pas à vous en révéler plus, à part que de multiples aventures se trouvent présentes ainsi que des dangers.
Mais après tout ça, il faudrait un peu penser au retour ? C'est une chose de s'enfoncer au coeur de la terre, encore faudrait-il voir comment revenir et retrouver son foyer, surtout pour Axel qui s'en inquiète beaucoup. Mais pour Otto Lidenbrock, ce n'est pas un souci. Ils trouveront bien un moyen…

Un bien sensationnel voyage que celui-ci, plein de surprises avec tout cela. Mais c'est à découvrir pour ceux qui ne connaissent pas encore : il n'y a pas d'âge pour lire Jules Verne...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          479
kuroineko
  21 septembre 2019
Motivée par les rééditions par RBA de l'oeuvre de Jules Verne en beaux livres à couverture cartonnée à la façon de la collection Hetzel, je pars à la conquête de l'oeuvre de ce foisonnant visionnaire à côté de qui je suis trop longtemps passée.

Pour Voyage au centre de la Terre, j'ai embarqué avec plaisir en compagnie du rude et impatient professeur Lidenbrock et de son neveu Axel - le narrateur. En route pour l'Islande depuis Hambourg. On récupère le flegmatique et taiseux Hans et nous voilà partis à la recherche de l'entrée vers le coeur de la planète, dans le cratère du volcan Sneffel. Et tout ça à cause d'un cryptogramme mystérieux d'Arne Saknussem échappé de son ouvrage d'alchimie.

Que d'aventures et de périls en chemin. Et n'est pas grand aventurier qui veut! Axel y va vraiment à reculons et se montre le plus pusillanime quasiment tout le long du récit. Quelle différence avec son grand escogriffe et puits de savoir d'oncle!
J'ai aimé parcourir avec eux les sentes obscures des cheminées volcaniques, les rivages d'une étrange mer souterraine, sans compter les surprenantes rencontres au gré des chapitres.

En plus d'être un récit très divertissant, Voyage au centre de la Terre, paru en 1864, est un roman qui promeut la science. Géologie et paléontologie quittent les cabinets de curiosités pour devenir sciences appliquées à la continuation du périple. Jules Verne voit loin puisque, lorsque ses personnages arrivent dans une vaste houillère, il fait dire à Axel : " Ainsi se formèrent ces immenses couches de charbon qu'une consommation excessive doit, pourtant, épuiser en moins de trois siècles, si les peuples industriels n'y prennent garde." Il s'inquiétait déjà de la voracité humaine pour les ressources naturelles. Il ne s'est hélas pas trompé...

En plus du roman, la présente édition offre deux nouvelles de l'auteur. La première part d'une mutinerie sur deux navires espagnols pour se diriger vers une vengeance au pied du Popocatepelt.
La seconde, "Dix heures en chasse" est un récit drôle et ironique où l'auteur raconte sa première (et dernière) participation à une chasse, un jour d'ouverture. Datée de 1859, cette nouvelle est un petit bijou satirique sur les fanatiques de la chasse. Délectable.

D'autres merveilleux voyages et aventures m'attendent avec l'ami Jules Verne. Il me tarde déjà de reboucler les valises.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          405
cmpf
  17 octobre 2016


Je poursuis la découverte de Jules Verne que j'avais négligé pendant mon enfance quoiqu'il y eut plusieurs exemplaires de ses oeuvres chez mes parents.

Ce voyage sous la terre m'a beaucoup plus intéressée que celui dans les airs. Il y a peu de temps entre l'écriture des deux les deux pourtant il m'a paru plus abouti.

Un professeur de minéralogie de Hambourg embarque son neveu à sa suite dans sur les traces d'un savant islandais qui a laissé dans un ouvrage un court témoignage en caractère runiques de son odyssée au sein de la terre. Dans le secret, de peur qu'un autre le supplante, il rejoint l'Islande et s'adjoint un guide imperturbable qui s'enfonce avec eux dans le cratère d'un volcan sans s'en étonner le moins du monde. Leur voyage géographique se double d'un voyage dans le temps jusqu'aux débuts de la faune et de la flore.

Il y a forcément quelques invraisemblances mais ce voyage sous l'écorce terrestre est un périple passionnant, occasion comme toujours de semer les connaissances ici sur la géologie et la faune de la préhistoire. Certaines rencontres intriguent mais il n'est donné aucune explication et l'on peut s'étonner que Lidenbrock n'envisage pas une seconde expédition afin d'en percer tous les mystères. Il est clair que dans mon esprit ce livre se confond avec un autre sans doute La machine à explorer le temps d'H.G Wells, les deux étant connus de moi à travers les films qui en ont été tirés.


Challenge 19e siècle
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          370
Mariloup
  18 mars 2014
En fouillant dans la bibliothèque magique de ma grand-mère, remplie de vieux classiques, je suis tombée sur ce roman au combien célèbre de Jules Verne: Voyage au centre de la Terre. Je lui ai tout de suite demandé l'autorisation de l'emprunter car je voulais le lire depuis un bout de temps déjà. C'est chose faite à présent.
J'ai voyagé en compagnie du professeur Lidenbrock, de son neveu Axel et de Hans, le guide et je n'ai pas été déçue même si je n'ai pas adoré ce livre non plus. J'ai trouvé que c'était un peu trop long au début et le fait aussi qu'il y ait énormément de description y a joué un grand rôle. Enfin, bref, je ne vais parler que du positif.
Les personnages sont très attachants, on suit le point de vue du plus jeune, Axel, que j'aime beaucoup car il pose toujours les bonnes questions, il n'hésite pas à remettre en question les théories de son oncle et essaie de le décourager, en vain, surtout que ce dernier semble avoir réponse à tout et qu'il est difficile de le contredire. le professeur Lidenbrock est un peu loufoque mais on le sent vraiment passionné, il n'a presque jamais d'hésitations, il sait et il sent que le centre de la Terre est réel, qu'il est accessible et qu'il est possible de s'y rendre. Une troisième personne va s'inviter au voyage: leur guide, Hans qui n'est pas très bavard et de toute façon, il ne parle pas la même langue qu'eux mais qui les sortira d'un mauvais pas plus d'une fois.
Ils veulent accéder au centre de la Terre. Oui mais la question qu'il faut se poser est: ''où est l'entrée?". Mais dans le cratère d'un volcan, pardi! Dans le cratère du volcan islandais nommé "Sneffels". Axel ne croyait pas à l'existence du centre de la Terre jusqu'à son arrivée au pied du volcan, il fut surpris de constater que tout se déroulait comme prévu car les indices laissés sur place s'avéraient véridiques, leurs informations aussi.
Mon intérêt redoubla lorsqu'ils commencèrent leur longue descente dans les entrailles de la Terre. On peut dire que l'aventure commençait à cet instant-là. Et dès lors, les descriptions me fascinèrent et je les trouvais instructives. Bien sûr, ils rencontrèrent des difficultés comme le manque d'eau, la paranoïa qui s'installe, la peur de mourir, se perdre... et ils firent la découverte des merveilles du centre de la Terre: un océan, des fossiles, des ossements plus récents, des vrais animaux... le paradis pour les géologues, les paléontologues et les anthropologues.
Un livre qui se laisse lire, qui fait fonctionner notre cerveau à plein régime, qui instruit et qui active l'intérêt que l'on peut avoir pour les mystères du monde.
Je terminerais par ceci: si l'on croit aux théories de Jules Verne, c'est que nous sommes des Verniens. Une part de moi l'est. Et vous?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          3710
Gaoulette
  08 novembre 2019
Ce n'est pas mon préféré de Jules Verne. Peut-être dû au côté trop pointilleux des descriptions scientifiques et ou même de l'environnement. Une impression de lire un nature writing et je ne suis pas une grande adepte du genre. Je n'ai pas apprécié ma lecture à sa juste valeur. Juste valeur il faut le préciser Jules Verne était un génie à son époque. Il est maitre dans son genre et surtout à son époque. Un avant-gardiste, on peut le dire. Un roman science-fiction qui est réaliste. On se passionne pour les aventures d'Otto Livenbrock et son neveu Axel accompagné du taciturne Hans. le savant fou qui a des rêves de grandeurs. le neveu hyper anxieux qui ne partage pas les délires de son oncle. Et nous avons Hans qui ne parle pratiquement pas et jouera cependant un rôle majeur dans ce roman d'aventure.
J'ai quand même passé un très bon moment avec la plume de Jules Verne. Je voulais la relire pour un salon du livre qui lui est consacré.
Commenter  J’apprécie          350
alberthenri
  10 mars 2016
Avec tous les livres "en- cours" et" à lire" de ma bibliothèque, je trouve encore un peu de temps quelquefois pour me replonger dans un de mes livres favoris dont "Voyage au centre de la terre" fait partie.
Je n'ai pas lu tous les romans de Jules Verne, et je dois pour être tout à fait honnête, dire que certains m'ont un peu ennuyé, non pas à cause des aspects "rétros", inévitables d'ailleurs, vu l'époque à laquelle ils ont été écrits, mais à cause des longues descriptions didactiques, qui occupent parfois de longue places dans les romans de Verne (voir ainsi : "Vingt mille lieues sous les mers" par exemple).
Ces passages ne sont pas absents de ce roman, mais ils "passent" bien.
Les personnages du professeur, de son neveu ou encore de leur valet, sont, je trouve, parmi les plus attachants et sympathiques de Verne, et j'ai toujours plaisir à les retrouver dans leur périple souterrain...
En bref, il s'agit tout simplement de mon roman préféré de ce cher vieux Jules !
Comment ? Je suis bien familier en parlant du Grand Auteur ?!
Bah, après tout lui même s'est lâché quand il a écrit une chanson intitulée "Histoire d'un poil de cul de femme" !
D'accord, ce n'est pas son oeuvre la plus célèbre, alors lisez ou relisez "Voyage au centre de la terre"...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          351
Aline1102
  11 mai 2014
Le professeur Otto Lidenbrock, un géologue allemand assez farfelu mais passionné par son métier, découvre un beau jour le manuscrit d'un alchimiste islandais que Lidenbrock admire, Arne Saknussemm. Dans ce manuscrit, Saknussem a cache certains messages écrits en runes et le professeur Lidenbrock réquisitionne son neveu, Axel, auquel il réclame son aide.
Ensemble, les deux hommes parviennent à déchiffrer les messages de Saknussemm, qui explique qu'il est parvenu au centre de la Terre en s'enfonçant dans le cratère du Sneffels, un volcan islandais heureusement éteint.
Le professeur Lidenbrock décide donc de suivre les traces de Saknussemm. Avec Axel, Lidenbrock compte bien atteindre le centre de la Terre...

J'aimerais tout d'abord remercier un membre de Babelio : doudou94. Sans ses sympathiques critiques sur les romans de Jules Verne, j'aurais probablement encore attendu des années avant de découvrir les aventures d'Axel et de son oncle Lidenbrock.
J'ai beaucoup apprécié ce Voyage au centre de la Terre. le récit nous est raconté par Axel, peut-être plus lucide et plus objectif que son oncle. Il ne s'emballe donc pas outre mesure pour cette aventure islandaise et, par moments, il a même peur de suivre son oncle dans son périple. du coup, le jeune homme observe beaucoup ce qui se passe autour de lui et nous le décrit de manière très précise : nous atteignons le Danemark en même temps que Lidenbrock et son neveu, nous traversons la mer avec eux jusqu'en Islande. Et les descriptions d'Axel nous permettent réellement de visualiser l'Islande au temps de Jules Verne : sauvage et peu peuplée. Les conditions de vie des habitants y sont décrites sans fioritures. le paysage, sauvage à souhait, donne l'effet d'un véritable dépaysement (on est loin de l'Islande d'Indridason, que j'ai relu encore récemment !)
La précision des descriptions du narrateur n'est pas la seule qualité de ce roman de Jules Verne. Axel fait également preuve de beaucoup d'humour et de nombreux passages prêtent à sourire. J'ai retenu, notamment, le passage où Axel explique par gestes à la cuisinière de son oncle où Lidenbrock compte l'emmener. Comme le jeune homme montre le sol sans plus d'explications, la brave femme s'imagine que son maître et le neveu de celui-ci partent en expédition dans leur propre cave.
Le voyage au centre de la Terre, en lui-même, est plein de rebondissements. Certains pourraient le trouver un peu long mais, pour ma part, je l'ai trouvé passionnant. Nos deux scientifiques y sont guidés par un Islandais particulièrement flegmatique du nom de Hans qui, malgré le peu de mots qu'il prononce tout au long du récit, occupe pourtant une place très importante dans l'aventure que nous conte Jules Verne. Sans Hans, l'enthousiasme de Lidenbrock et l'intelligence d'Axel auraient été insuffisants.
Les péripéties vécues par nos trois héros sont racontées de manière très réalistes par Jules Verne, probablement parce que l'auteur mêle, aux aventures de ses personnages, certaines informations scientifques. Ce mélange de genre (entre science-fiction, aventure et réalisme), nous donne l'impression que l'aventure de Lidenbrock et de son neveu est tout à fait réaliste.
Bref, si, comme c'était encore mon cas il y a quelques semaines, vous hésitez encore à découvrir Jules Verne, lancez-vous et commencez donc par ce Voyage au centre de la Terre. Il se lit sans peine et permet de passer un excellent moment en compagnie de personnages sympathiques.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          354


Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Voyage au Centre de la Terre

Comment se nomme le neveu du professeur Lidenbrock ?

Hans
Robert
Axel
Julien

10 questions
113 lecteurs ont répondu
Thème : Voyage au centre de la Terre de Jules VerneCréer un quiz sur ce livre
.. ..