AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9791096215096
250 pages
Éditeur : Editions Véridice (25/05/2019)
4.58/5   13 notes
Résumé :
"S’affranchir de sa souffrance, de ses peurs, changer de vie… mais surtout, devenir enfin elle-même, Éléa en rêve.

Sur la côte landaise, elle s’isole quelques jours pour trouver la force de décider de son destin, loin des diktats sociaux, de l’avis et du jugement des autres…

Pourtant, sa rencontre avec Farès va mettre à l’épreuve sa détermination et la pousse à nouveau vers la facilité de vivre sous la dépendance de quelqu’un.
<... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (13) Voir plus Ajouter une critique
4,58

sur 13 notes
5
9 avis
4
1 avis
3
0 avis
2
0 avis
1
0 avis

alexandrabaryton
  15 juillet 2019
Je lis des auto édités et vous ?
! SP
Suivre les vagues - Tome 1 : A contre-courant, de l'autrice Anaïs W., 260 pages officielles, auto-édité en mai 2019. Son roman est disponible en version brochée et en version électronique sur Amazon. Je ne peux que vous encourager à suivre l'actualité de l'autrice, en vous inscrivant à sa newsletter juste ici. Vous êtes auteur et vous avez besoin d'un conseil ? L'autrice vous aide à vivre de vos romans ! C'est par ici.
L'appel des vagues (résumé) : Imaginez-vous loin de tout, loin de vos repères, des personnes auxquelles vous tenez. Mettez-vous dans la peau d'une personne en mal de vivre, en perte totale d'ambition et de projet de vie. Maintenant imaginez-vous au bord de l'eau et laissez-vous porter par les murmures des vagues qui tentent de redonner corps et vie à votre âme... C'est l'ambiance dans laquelle nous plonge l'autrice avec son dernier roman. Il met en scène Eléa, une femme en quête d'un épanouissement futur et une ambiance marine. Là où vos pieds vous emmènent, vous serez au bon endroit pour apprécier la lecture de ce fabuleux roman de développement personnel.
Ma chronique :
Un livre de développement personnel ? Oui, mais pas que... Il ne s'agit pas d'un énième livre qui vous dira comment allez mieux (pour faire court), mais bien d'un témoignage romancé qui vous invite à la réflexion personnelle, à l'auto-analyse. Et c'est ce qui en fait un très bon livre, en témoigne la fluidité de sa lecture ! J'ai apprécié ne pas perdre mon temps, ne pas lire des phrases toutes faites qui n'ont pas de sens pour moi. Ce que j'ai trouvé dans ce roman, c'est une ouverture d'esprit, une plume réfléchie, sincère et enthousiaste ; des touches de poésies et une expérience salvatrice.
Partir seul. Pour se retrouver avec soi-même ? Partir loin. de tout. Entreprendre un voyage afin de retrouver sa nature profonde cachée sous des couches de goudron. Affronter ses peurs, même les plus sombres. Mais doit-on nécessairement partir pour se retrouver ? Pas toujours, mais c'est le choix d'Eléa, une jeune femme en demande d'ouverture, de liberté. Une envie de faire taire ses angoisses et ses questionnements qui l'ont enfermée dans une boîte et mise au placard trop tôt.
J'aime l'idée que chacune de nos rencontres ne se fait pas par hasard. C'est le cas de celle d'Eléa et de Farès, un jeune homme impulsif, secret, brut, mais vrai. J'admire la relation que les deux protagonistes vont entretenir. Tous deux sont enveloppés de gênes, de silences qui mettent parfois le lecteur en tension douce. Peu de dialogues rythment leur apprivoisement, mais je traduis ce choix comme une béquille pour attirer notre attention davantage sur les bienfaits de la présence de l'autre, sa chaleur qui parfois suffisent à nous faire nous sentir bien et à notre place.
Apprivoiser l'autre, sa personnalité, ses réactions, ne sont pas des actions si simples, en témoigne ce duo atypique mais complémentaire. En effet, la peur de l'inconnu est un sujet fort et très présent dans ce roman. La fougue de Farès semble être un levier pour qu'Eléa traverse au mieux les émotions qui vont la bouleverser tout au long de son périple. Je me surprends à en avoir parfois des frissons tant ce duo décrit des faits réels et non fictifs.
En partant, Eléa va apprendre à dompter sa solitude. Une lourde entreprise qui nécessitera pour elle et son entourage, de se plonger à l'intérieur de ses pensées. Pensez-vous que l'on en soit capable ? Certainement, oui. Mais à quel prix ? Apprendre à vivre seule est l'objectif qu'elle se fixe. L'autrice glisse le joli symbole de l'apprentissage de la vie avec la scène où Eléa et Farès se retrouvent à cuisiner ensemble, avec dans le rôle paradoxal de l'enseignante, Eléa, la novice en matière de liberté et de regard bienveillant posé sur soi.
Apprendre à s'aimer passe par l'autorisation que l'on se donne, d'aimer son image. J'aime que l'autrice souligne subtilement le rôle divertissant de la TV, qui nous empêche quelque part, de nous regarder dans le miroir. Un objet dynamique qui ne reflète qu'un corps inerte qui le fixe. Que cherche-t-on à faire avec cette activité ? Tromper sa solitude ? Avez-vous remarqué comme le "l" de ce mot se supporte à lui seul ?
Je relève l'abord de la notion des apparences qui peuvent étouffer notre coté naturel. Pourquoi dans le fond, aurions-nous besoin de le faire passer au second plan ? Cette recherche vaine d'une image parfaite nous fait passer à côté de beaucoup de choses... en commençant par s'accepter tel que l'on est, et le temps perdu à penser à des stratégies pour changer. L'estime de soi et la confiance en soi sont mises à mal au profit du costume de Mr Tout le Monde.
Je ne peux m'empêcher de ressentir, au fil de ma lecture (merci à la publicité et aux normes sociétales et sociales...), une gêne lorsqu'Eléa se retrouve seule sur une plage et qu'elle tente de nouvelles expériences. Ce qui me gêne est cette permission à se montrer, se mettre sur le devant de la scène. C'est vrai non ? Peu de monde de nos jours, ose, se montre sans maquillage, enlève ce masque social qui sourit bêtement, ne camoufle pas ses émotions derrières celles que les autres souhaitent voir. Mais quelle fierté lorsqu'on y parvient !
Pendant cette remise en question, loin de son quotidien habituel, Eléa se questionne autant que je peux le faire. Ne pas avoir peur du silence, d'être en compagnie de soi-même est un long travail comme le mentionnent ces passages du roman. J'ai l'agréable sensation que ce livre résume ma quête du bonheur et les différentes phases de doute, de joie, de culpabilité, de fierté, d'acculturation... qui l'accompagnent. Suivre les vagues c'est un peu comme prendre le temps de s'écouter. Je soupçonne une part de l'autrice dans le personnage d'Eléa, une part souhaitant se libérer de non-dits, de ce sentiment de trop-plein. Je me questionne sur la difficulté de s'accepter en tant que femme, sensible dont les émotions peuvent nous faire vaciller en quelques secondes.
Une petite pause. Je suis prête à déguster à la bonne franquette, cette omelette à base de basilique pour entrevoir la romance à travers ces pages, de poivron piquant rouge pour vous donnez le peps nécessaire, cette impulsion de vie ; de lardons pour bâtir de solides fondations, et de fromage pour arrondir les angles des imprévus de la vie.
Il suffit parfois d'un peu de simplicité pour entrevoir la porte de sortie...
J'ai vraiment aimé ce roman, proche de mes sensations et questionnements actuels. Un livre qui peut nous accompagner dans l'acceptation de soi. de plus, il pointe du doigt la difficulté de faire des choix personnels, de prendre des décisions importantes qui modifient notre vie. Peut-on s'autoriser à lâcher prise ? est la question transversale de ce livre. Peut-on avancer sans les diktats de la mode ? est également un point sensible. Comment trouver le soutien nécessaire à cette entreprise ? Car même si l'on souhaite être seul pour se recentrer sur soi, un ami n'est pas de refus, comme un point de repère pour ne pas perdre le nord. A l'image de l'amitié distante mais complice qu'entretiennent Eléa et Cathy. Ce roman décrit parfaitement la réalité. Une réalité que l'on n'ose pas s'avouer de peur d'en être déçu, de vaciller, mais qui pourtant est un excellent point de départ avant de prendre rendez-vous avec Soi.
Le mot d'Anaïs
Dans ce nouveau roman, le développement personnel est clairement mis en avant. Je souhaite que les réflexions de mon personnage, les outils qu'elle utilise (la méditation, les affirmations…) soient une source d'inspiration concrète pour mes lecteurs, bien plus que dans mes précédents livres.
Je vous souhaite une belle lecture !

Et vous l'avez-vous lu ? Si oui, qu'en avez-vous pensé ?
Entendez-vous résonner en vous, le bruit des vagues ?
Retrouvez toutes mes chroniques gourmandes dans les rubriques « Livres par auteurs » et « Livres par titres » !
Je remercie sincèrement Anaïs pour m'avoir permis de découvrir et d'adorer son dernier roman ! Mais également, pour sa plume honnête et amicale qui me donne l'opportunité de me questionner toujours plus...
Lien : https://despapiersmaches.wor..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          22
Marie-Nel
  26 juin 2019
J'ai découvert Anaïs W. avec un roman précédent, L'espoir au corps. Je suis contente de la retrouver avec son nouveau roman, j'ai retrouvé sa belle plume, son style et les beaux messages qu'elle veut transmettre et qui font du bien au lecteur. C'est le titre qui m'a séduite en premier, et ensuite le résumé m'a intriguée, j'avais envie de savoir comment le sujet était traité.
Et je n'ai pas du tout été déçue de cette lecture, elle véhicule tellement de beaux messages que ça en fait un bon feel-good teinté d'une belle romance. Ce que j'ai surtout apprécié, maintenant que je l'ai fini, c'est que la fin n'est pas du tout classique et disons commune à toute romance qui se respecte. J'ai été agréablement surprise, elle laisse une porte ouverte pour un second tome qui va être fort intéressant.
Bon, avant de vous parler de la fin, ce serait peut-être pas mal de vous parler du contenu. Je ne vais pas trop revenir sur les détails de l'histoire, ce serait dommage de trop en dévoiler et de vous gâcher la surprise.
On va donc suivre Éléa, une jeune femme spontanée et dynamique. Elle n'est pas satisfaite de sa vie, son travail l'ennuie, elle a envie d'espace, elle en a marre d'être enfermée dans un bureau toute la journée. Côté coeur, elle se remet difficilement de sa rupture avec son ex. Elle a vécu une relation où elle s'est complètement oubliée, elle arrive à un moment de sa vie où elle voudrait arriver à assumer ses choix et non plus vivre selon ceux de quelqu'un d'autre, pouvoir vivre comme elle l'entend. Éléa est le genre de personne qui fait passer ses goûts et ses envies après les autres, que ce soit petit ami ou ami(e), elle se sacrifie pour l'autre. Sa grande sensibilité ne la rend pourtant pas heureuse. C'est ainsi qu'elle décide de partir une semaine sur la côte landaise où elle a une maison. Elle aime cet endroit, profiter de la plage, de l'océan, se promener, respirer l'air Iodé. Des choses qui lui font du bien. Mais c'est sans compter un petit incident et une rencontre inopinée la veille de son départ qui va remettre beaucoup de ses objectifs en question.
Je me suis attachée très vite à Éléa, elle est très vite devenue une amie. Il faut dire que j'ai certains points communs avec elle et elle adopte certaines habitudes de vie que j'ai également. Je pense notamment à la respiration, la méditation qui ont été pour moi d'un grand secours à un moment très perturbé de ma vie. On se rend vite compte que toute son organisation peut très vite être chamboulée avec sa rencontre avec Farès, un homme qu'elle aura du mal à cerner, elle se sent tellement bien avec lui mais l'instabilité de ce dernier a des conséquences néfastes pour elle. Elle n'ose pas lui poser trop de questions, il se referme comme une huitre dès qu'elle veut en savoir un peu plus sur ses ennuis à lui. Combien de fois, j'ai eu envie de le secouer lui, de lui dire qu'il a quelqu'un de très gentil qui cherche à le comprendre. Éléa va voir revenir ses vieilles habitudes avec lui, va-t-elle arriver à passer sa vie à elle et ce qu'elle désire avant tout le reste. Ce qu'elle traverse pourrait tellement arriver à chacun de nous, on peut se retrouver dans ce qu'elle vit, elle est très humaine.
En plus, Anaïs W. a écrit le texte à la première personne du singulier. J'aime beaucoup ce procédé qui permet de mieux rentrer dans la peau du personnage, être au plus près de ses pensées et mieux ressentir ce qu'il traverse. C'est pour ça que je me suis sentie si proche de la jeune femme. La suivre ainsi, la voir mener ses combats contre elle-même, contre ses peurs, la suivre dans ses façons d'aller mieux, tout cela fait de cette histoire un bon roman feel-good comme on les appelle. Toutes les petites recettes qu'elle utilise pour aller mieux peuvent également nous servir dans notre quotidien.
Ce roman peut avoir plusieurs casquettes, romance, développement personnel, feel-good. Il véhicule de très beaux messages et est très agréable à lire. Je l'ai d'ailleurs lu très vite, tellement le style de l'auteure est fluide, tellement elle fait rentrer très vite le lecteur dans l'action dès le début. Bon, bien sûr, l'histoire en elle-même est prenante, je ne me suis même pas rendue compte que j'étais arrivée à la fin. J'ai donc maintenant hâte de retrouver Éléa dans le second tome. Je sais qu'il doit paraître en octobre de cette année. On quitte Éléa à un moment important de sa vie, et ça me tarde de savoir ce qu'il va bien pouvoir se passer. Niveau décors, l'auteure en parle à la perfection de la région landaise, de la mer, des vagues, le titre prend d'ailleurs tout son sens quand on apprend la passion d'Éléa, mais chut…je n'en dirais pas plus…je lui souhaite de continuer à suivre les vagues…
Je ne peux que vous recommander ce roman, passionnant et passionné, avec quelques touches d'humour qui le rendent plus léger parfois.
Un grand merci à Anaïs W. pour ce très bon moment de lecture, qui me conforte dans mon idée de suivre chacune de ses sorties. Rendez-vous pris pour la parution de la suite en octobre !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
ManedWolf
  07 juillet 2019
Je lis très peu de romans de développement personnel, et tout aussi peu de romances. Ce ne sont pas mes genres de prédilection, mais j'apprécie ces petites bulles de légèreté de temps en temps, et "suivre les vagues" s'est avéré tout à fait approprié pour ce début d'été. Je l'ai dévoré en deux jours, et je serais très curieuse de lire la suite...
La plume est agréable, malgré quelques coquilles sans gravité. On est dans la tête d'Elea, une jeune femme au passé douloureux qui espère trouver son équilibre en elle-même au lieu de s'appuyer sur les autres. Mais voilà qu'elle rencontre Farès, le fougueux et imprévisible jeune homme qui pourrait bien chambouler son programme solitaire...
Les deux personnages ont une personnalité crédible et j'ai aimé observer leur évolution. Les événements sont parfois improbables (notamment leurs premières 24h ensemble), mais leur histoire d'amour est globalement intéressante et pas trop niaise : Elea ne s'oublie pas totalement pour lui, elle reste alerte et à l'écoute de ses émotions à chaque étape, c'est plutôt rafraîchissant.
J'étais un peu moins convaincue par les passages de développement personnel : ils véhiculent des messages importants et pleins d'espoir, mais manquent parfois de subtilité dans la façon de les amener. J'aurais préféré qu'ils soient plus distillés au fil de l'histoire, et qu'on s'épargne les pages de dialogue qui interrompent le scénario et développent une idée feel-good. Mais encore une fois, je ne suis pas le public idéal pour ça !
En-dehors de cette petite contrariété, c'est une parfaite lecture de vacances que j'ai lue sans effort et avec beaucoup de plaisir. J'aimerais beaucoup retrouver Elea et Farès dans la suite, parce qu'il reste encore quelques questions en suspens dont j'aimerais les réponses !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
MesCarnetsLitteraires
  26 mai 2019
Avant de démarrer ce livre, j'avais lu les 3 premiers chapitres en version numérique. Je suis tout de suite tombée sous le charme de l'histoire et de l'écriture de l'auteure. Mais je ne m'attendais absolument pas à avoir un tel coup de coeur par la suite et à vivre ce tsunami d'émotions !
A travers une histoire simple, l'auteure a réussi à me toucher par son style et ses mots. J'ai été bouleversée par ma lecture à de nombreuses reprises alors qu'il ne passait rien de tragique !
Je crois que c'est la seule auteure qui, jusqu'à présent, à réussi à me mettre les larmes aux yeux avec de simples descriptions et de simples moments de vie. Quel talent !!!
Je me suis énormément retrouvée dans le personnage d'Eléa. J'ai vécu les choses avec elle et j'ai ressenti les choses avec elle. Je me suis retrouvée en totale immersion dans ce roman comme s'il avait été écrit pour moi ou comme si je l'avais écrit moi-même 😉
Ce livre est un mixte entre roman contemporain, roman de développement personnel et romance (mais romance comme je les aime, c'est-à-dire moderne et toute en émotion), le tout extrêmement bien maîtrisé et dosé.
J'attends désormais avec impatience le tome 2 qui sortira en Octobre car de nombreuses questions restent sans réponses...
J'espère qu'il me touchera autant que le tome 1 et surtout que cette chronique vous donnera envie de découvrir cette auteure talentueuse 🥰
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Sami33
  18 juin 2019
Eléa, trente ans veut partir dans les Landes, seule, en ayant pour seule compagnie ses peurs, ses faiblesses, sa souffrance et la mer. Elle veut abandonner sa souffrance dans l'eau de l'océan et avoir la force de prendre son destin en main.

Ce qu'elle veut, c'est reprendre sa vie en main ! Après une rupture difficile avec son fiancé, ajoutez à cela son mal être intérieur, la pauvre enfant va avoir du pain sur la planche. Elle a une peur panique de l'abandon et c'est une des raison qui l'empêche à être heureuse. Mais elle a décidé qu'il était temps que ça change, elle veut se prendre en main, elle veut reprendre sa vie en main, elle l'a abandonné depuis bien trop longtemps. Elle aspire au grand changement, elle veut devenir forte, indépendante et démarrer réellement sa vie sur de solides fondations mais avant ça, elle va devoir se battre contre sa phobie, contre sa peur de la solitude... Je peux vous dire qu'on ne se débarrasse pas de sa phobie en cinq minutes et que parfois l'hypnose pourrait être une bonne solution mais Eléa a décidé de se faire violence pour pouvoir aller de l'avant sauf que cela va éveiller des souffrances passées et son manque cruelle de confiance en elle...

Sauf que si Eléa a un objectif bien précis et qu'elle n'a pas l'intention de déroger à son plan initial, le destin en a décidé autrement ! Toutes les bonnes résolutions, toutes les bonnes volontés d'Eléa vont s'envoler en fumée à cause de ou grâce à cet inconnu qui l'a sauvé d'une agression dans le métro...

Cet homme mystérieux s'appelle Farès, il est doux, protecteur, mystérieux et dégage un tel magnétisme qu'il se pourrait bien qu'il mette à mal les projets de la douce Eléa qui pourrait très vite oublier ses objectifs pour ses beaux yeux.

Je découvre la plume de l'auteur avec ce premier tome et le moins que je puisse dire, c'est que j'adhère totalement à son style, j'ai passé un agréable moment en compagnie d'Eléa qui essaie de se reconstruire, qui essaie de reprendre le contrôle de sa vie qu'elle a perdu depuis bien trop longtemps. On espère qu'elle arrivera à dépasser ses peurs, qu'elle arrivera à reprendre les rennes de sa vie et d'aller de l'avant. Tout du long de ma lecture, j'ai vibré à ses côtés, j'avais peur pour elle, je l'encourageais du mieux que je pouvais.

La plume de l'auteur est douce, belle, fluide, agréable à lire. Anaïs nous emmène avec elle dans les Landes et Eléa avec une grande aisance. On prend plaisir à suivre Eléa dans son voyage initiatique qui on espère apportera ses fruits.

Tout ça pour vous dire que ce premier tome est une petite merveille livresque que je vous encourage vivement à découvrir. Il me tarde d'être en octobre pour avoir la suite entre les mains !
Lien : https://leslecturesdeladiabl..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10

Citations et extraits (2) Ajouter une citation
Aurel82Aurel82   29 mai 2019
C'est toujours facile d'expliquer aux autres ce qu'ils doivent faire si on ne prend pas en compte leur ressenti et la manière dont ils appréhendent les choses par rapport à leur vécu.
Commenter  J’apprécie          110
alexandrabarytonalexandrabaryton   15 juillet 2019
Rien n’est perpétuel, tout change. Il suffit d’observer ce qui se passe et de laisser faire.
Commenter  J’apprécie          10

autres livres classés : developpement personnelVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

QUIZ LIBRE (titres à compléter)

John Irving : "Liberté pour les ......................"

ours
buveurs d'eau

12 questions
193 lecteurs ont répondu
Thèmes : roman , littérature , témoignageCréer un quiz sur ce livre

.. ..