AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782841722297
311 pages
Éditeur : L'Atalante (01/03/2003)
4.28/5   65 notes
Résumé :
ce roman est la deuxième partie du sixième tome de la Saga

La bataille de Basilic a ouvert un conflit d'envergure entre Manticore et la République du Havre, qui recrutent désormais des alliés parmi les mondes neutres. Le système de Yeltsin, d'un intérêt stratégique majeur, abrite deux planètes en guerre : Masada, soutenu par les Manticoriens, et Grayson, avec qui la République a conclu une alliance. C'est à Honor Harrington que revient d'escorter la ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (7) Voir plus Ajouter une critique
Wiitoo
  07 avril 2014
La chasse aux pirates en Silésie ! Et oui, c'était le seul moyen pour Honor de retrouver le service actif au sein de la flotte royale manticorienne après avoir été soigneusement évincée par ses pires ennemis dans le tome 4 de la série.
Elle va donc accepter cette affectation mineure et laisser provisoirement son poste d'Amiral, et second de la flotte royale graysonniène pour prendre la tête d'une petite escadre de 4 navires marchands manticoriens qui auront étés préalablement modifiés pour contenir un armement de pointe dans le but de mettre un terme aux actes de piraterie qui se multiplient dans la région marchande de Silésie.
N'imaginez pas une seconde que vous allez vous ennuyer en lisant cette 6ème aventure d'Honor Harrington. Un fois de plus David Weber nous captive de la première à la dernière page, sans relâche. Abordages, attaques surprises, sauvetages, négociations et politique sont au menu de cette aventure épique.
Le livre est plus long que d'habitude avec 600 pages, divisées en 2 tomes par l'éditeur qui manifestement essaie d'arrondir les fins de mois... ce qui ne me dérange pas car finalement c'est bien plus agréable en main qu'un pavée de 600 pages.
David Weber en profite pour encore mieux développer son histoire et ses personnages. Il s'intéresse cette fois de plus près aux problèmes au sein de l'équipage avec un nouveau personnage, Audrey Wanderman, technicien en informatique, un bleu qui reçoit sa première affectation et qui va avoir affaire à la pire racaille qui compose malheureusement le nouvel équipage d'Honor, fait de membres dont leurs anciens commandants ont étés heureux de se débarrasser.
Cette partie de l'histoire est très intéressante et très prenante.
Bref, tout y est pour passer un très très bon moment, alors si vous en êtes déjà au tome 5, n'hésitez pas. Honor Harrignton c'est comme le bon vin, plus les années passent mieux c'est et chaque tome est non seulement au moins aussi bon mais bonifie globalement la série.
Note 6/6
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          316
CineKino
  18 janvier 2021
Je me plains souvent de l'absence de résumé des épisodes précédents dans les sagas de science-fiction, rarement lues d'une traite, ne serait-ce qu'en raison du nombre d'années qui sépare souvent la parution de deux tomes. Ici, grâce à L'Atalante poche qui publie à un rythme régulier toute la saga après l'abandon de J'ai Lu, j'étais tenté pour une fois d'enchaîner les tomes, mais j'aime décidément varier mes lectures et les mois s'écoulent vite entre deux épisodes de telle ou telle saga.
Et donc, une nouvelle fois, alors que je me replonge dans les aventures spatiales d'Honor Harrington, me voilà déçu de ne pas trouver de résumé en début de livre pour me rafraîchir la mémoire. En revanche, des rappels sont disséminés tout au long du roman, qui permettent de se resituer… mais qui malheureusement ralentissent la lecture et cassent le rythme. David Weber est déjà habituellement assez bavard dans ses romans. C'est encore plus le cas dans celui-ci, avec donc ces rappels sur les personnages ou la spatiopolitique (la géopolitique spatiale quoi…), mais aussi des détails à n'en plus finir sur le fonctionnement des vaisseaux et des noeuds spatiaux ou encore la vie des chats sylvestres ou la gestion des ressources humaines au sein d'un vaisseau. Au point que l'intrigue semble parfois inexistante. Pourtant, si quelques passages sont sans doute superflus (quoique tout à fait enrichissants et qui donnent toute leur crédibilité et immersion à cet univers), tous ces éléments sont cohérents et bien pensés pour nous transporter dans une aventure riche en rebondissements.
Dans ma chronique des premiers tomes de la saga, je les comparais avec des romans de pirates, sans savoir que ce sixième tome en serait véritablement un : Honor reprend en effet du service dans la flotte manticorienne… pour lutter contre des pirates de l'espace qui arraisonnent les navires de commerce sur les routes stellaires ! Pas de puissant vaisseau de combat sous ses ordres, mais une flotille de faux cargos surarmés qui devront lutter à armes inégales avec les rapides vaisseaux pirates. L'occasion de quelques séquences de guerre spatiale très réussies, même si leur ampleur est plus limitée que dans certains tomes précédents (pas de vaisseaux du Mur ici, s'opposant en nombre, mais des combats limités à quelques vaisseaux).
Alors tout cela aurait sans doute pu tenir avec 200 pages de moins, mais une nouvelle fois j'ai trouvé les aventures de notre héroïne vraiment passionnantes à suivre, même si elle gagnerait à être un peu moins parfaite pour être plus attachante. Ici, aussi douée pour la gestion des RH et les relations diplomatiques que pour le combat à mains nues ou en vaisseau spatial, elle n'a décidément aucune faiblesse. Je lui prédis un bel avenir dans la flotte manticorienne… je découvrirai ça dans quelques mois dans la suite dont le titre me donne très envie : "Aux mains de l'ennemi".
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
fnitter
  04 février 2012
Indécrottable fan d'Honor Harrington.
Indécrottable fan de David Weber.
Peut-être ne suis-je pas objectif, mais la série entière des ''Honor'' se dévore avec passion. Un vrai plaisir.
De la sf militaire de qualité, Honor évolue tout au long de la série, les scènes de batailles sont très prenantes, les complots politiques passionnants.
La lecture est facile d'accès, on ne s'ennuie pas une seconde.
Les descriptions ''scientifiques'' de l'honorverse (l'univers d'honor) sont crédibles et faciles d'accès.
Les descriptions des vaisseaux et de leur armement, qui va évoluer en puissance tout du long de la série, sont passionnantes.
Pour moi, la série ''Honor'' est la meilleure série de sf militaire que j'ai jamais lue.
Allez seuls bémols :
Un peu (beaucoup) d'anti-français, mais on s'y fait et on en sourit.
L'apologie de la libre entreprise, de la royauté (système anglais), mieux vaut ne pas avoir trop de sympathie pour le système politique de type ''socialo-communiste''.
Dans cet épisode, on parle enfin des rouages d'un équipage et c'a fait du bien. On y découvre les prémices du principe du porte-avions qui fera des ravages dans les épisodes suivants.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
mauriceandre
  06 octobre 2020
Salut les Babelionautes
Deuxième volet des "Mascarades Silésienne" l'action débute dans la salle d'impulsion par un accident provoqué par l'une des brebis galeuses dont Honor a hérité.
de plus l'enseigne de vaisseau qui c'est fait tabasser par la même ordure n'ose pas raconté la vérité.
Mais il n'y a pas de preuves formelles et elle a donc les mains liées, mais le Maître-Principal Harkness prend les choses en main et aidé par le Canonnier Hallowel ils vont faire en sorte de remédier au problème.
En parallèle, nous suivons l'escadre dans sa mission antipiraterie, mais l'un des hommes les plus riches de l'Empire Manticorien, va par sa présence en Silésie, rendre leur déploiement plus que nécessaire.
Dans ce roman en deux tome il y a de tout, Combat spatial, interception de pirates, sauvetages de vaisseaux marchands et une belle tranche de la vie a bord quand on est pas sur la passerelle de commandements.
David Weber aidé en cela par Florence Bury, que je remercie pour la traduction, régale ceux qui sont comme moi fan de ce type de littérature.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
Nursus
  11 février 2015
Au diable la segmentation (mesquine) à partir du tome 7, et sacrilège (?), au diable le respect d'une critique pour un seul livre: cette saga est un tout.
J'ai tourné les pages à une vitesse supraluminique et j'avais à peine refermé un tome que j'ouvrais le suivant, d'où mon sentiment très fort d'unité.
C'est sans aucun doute la saga spatiale que j'ai préféré, du suspens, des émotions, du spectacle, des interactions politiques et religieuses bref top.
Inconvénient sans doute, d'avoir enchainer les tomes, il y a des redondances un peu pénibles (Honor et Nimitz, l'avance techno de Manticore, les vecteurs d'approche etc..) . Un peu trop grossier également que la plupart des ennemis soient des demeurés obtus et que Honor soit une quasi déesse.
Et surtout on sent qu'il y a parfois du remplissage surtout après le tome 6.
Malgré ces critiques, j'ai pris un immense plaisir et je recommande chaudement les aventures d'Honor Harrington.
Commenter  J’apprécie          00

Citations et extraits (3) Ajouter une citation
WiitooWiitoo   05 avril 2014
Les spatiaux n'étaient pas censés s'adonner au combat physique. Ils se balançaient plutôt des ogives de plusieurs mégatonnes, et, comme la plupart de ses collègues, Aubrey avait envisagé sa formation rudimentaire dans ce domaine comme une simple concession à la tradition militaire.
Les fusiliers ne raisonnent pas ainsi. On s'attendait à ce qu'ils se coltinent la boue et le sang, et ils tenaient à apprendre comment désassembler leur prochain à mains nues.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          190
WiitooWiitoo   06 avril 2014
- Lewis va bien ?
- D'après Angie, elle se remettra, mais je dirais qu'elle vient de dépenser le capital chance de deux vies entières, répondit-il prudemment. Angie se charge de réparer ça, mais elle a pris trente-cinq g pendant vingt minutes, sans avertissement, et son vecteur ressemblait à la course d'une pseudo-belette aux trousses d'un lapin.
Commenter  J’apprécie          200
WiitooWiitoo   09 avril 2014
L'avenir a une fâcheuse tendance à n'arriver qu'à son heure.
Commenter  J’apprécie          300

Video de David Weber (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de David Weber
David Weber: 2015 National Book Festival
autres livres classés : science-fictionVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les plus grands classiques de la science-fiction

Qui a écrit 1984

George Orwell
Aldous Huxley
H.G. Wells
Pierre Boulle

10 questions
3622 lecteurs ont répondu
Thèmes : science-fictionCréer un quiz sur ce livre