AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
Fables - Intégrale tome 1 sur 10
EAN : 9791026813910
432 pages
Urban Comics Editions (23/01/2018)
4.43/5   132 notes
Résumé :
Chassés de leurs royaumes par l'Adversaire, les Fables trouvent refuge dans notre monde et établissent leur communauté au coeur même de New York. Cependant, aux antipodes du conte de fées, Rose Rouge, la soeur de Blanche Neige, aurait été assassinée, et c'est à Bigby, shérif de Fableville et Grand Méchant Loup repenti, de résoudre l'affaire. Deux suspects se détachent : Barbe Bleue, ex-amant de la jeune victime et serial killer compulsif, et Jack, bon à rien débonna... >Voir plus
Que lire après Fables - Intégrale, tome 1Voir plus
Critiques, Analyses et Avis (23) Voir plus Ajouter une critique
4,43

sur 132 notes
5
14 avis
4
6 avis
3
2 avis
2
0 avis
1
0 avis
Après avoir passé une partie de ma jeunesse à lire les comics de super-héros et après avoir il y a une dizaine d'années, beaucoup relu d'intégrales de leurs aventures (X-Men, Spiderman... quelle riche idée d'éditeurs que ces tomes qui regroupent une année de publications sur ces héros, de beaux objets remplis de souvenirs !), je me sens attiré par les projets comics un peu plus à la marge, cherchant à s'éloigner de l'histoire classique de super-héros. Après avoir découvert notamment Birthright (qu'il faut vraiment que je continue) et dans un tout autre genre Preacher, me voici donc face à une autre réussite originale: Fables.

Modestement, avec un groupe d'enfants que j'accompagnais au théâtre, nous avions écrit il y a bien 15-20 ans une petite pièce sur des héros qui devaient pointer à l'ANPE (à l'époque...) parce que les fins de mois étaient difficiles. Il y avait un mélange de Zorro, Blanche-Neige... J'ai donc été amuse de trouver une idée ressemblante, avec beaucoup plus de maitrise et de persévérance dans la narration, dans ces pages de Bill Willingham. L'idée "Mais que leur arrive-t-il après qu'ils aient eu beaucoup d'enfants et vivent-ils réellement si heureux ?" doit vraiment tarauder beaucoup d'enfants élevés comme nous à ces grands contes de fées.

Évidemment, il est jouissif que cela parte en cou....e et on a apparemment tous besoin de déconstruire nos mythes. Ici, l'univers est rationalisé, les héros ayant du fuir leur monde envahi par un Adversaire et s'étant alors réfugié dans notre monde où ils cherchent à être discrets et à se fondre dans la masse. Les héros sont donc modernisés mais on parvient à retrouver certains éléments qui nous permettent de les relier aux stars de nos histoires d'enfance. La plupart sont très réussis, j'ai eu plus de mal avec le Barbe Bleu chauve et uniquement nanti d'un petit bouc, même si on comprend sa volonté de se fondre dans le décor.

La narration est vraiment menée de façon très intéressante, avec des arcs narratifs sur plusieurs histoires, inspirés pour certains de grands récits comme La ferme des animaux ou Sa majesté des mouches, les titres reprenant directement les références littéraires. La violence est omniprésente et désacralise totalement l'univers, assumant le côté bande dessinée réservée pour adultes avec des références enfantines. L'humour est également savoureux, jouant avec les codes et l'ironie sans tomber dans trop de vulgarité... (encore que, ce Pinocchio qui enrage d'être resté un enfant et étale sa frustration sexuelle... mais qu'est-ce que c'est drôle !).

Graphiquement c'est très joli, avec une narration menée assez classiquement au début, puis s'agrémentant de très jolies illustrations en pleine page et évoluant vers la fin du tome avec des arrangements de case très originaux (en forme de blason, d'avion, en cercles concentriques, avec un fonds "forestier"). La lecture est parfois gêné par ces créations mais on parvient à reprendre le fil et on profite surtout d'un effet magnifique. La présence de 4 illustrateurs différents travaillant avec le scénariste principal expliquent sans doute ces différences de traitement mais la charte graphique globale est totalement respectée et l'histoire ne perd pas en cohérence.

Le maintien de l'histoire de fond à travers tous les arc narratifs garantit le suspense et donne envie de lire la suite. Méfiance de mon côté à ne pas trop multiplier ces expériences et objectif fixé de tenter d'aller au bout de ces trois découvertes, bien différentes mais riches de cette volonté des scénaristes de s'affranchir du carcan trop étroit des histoires de super-héros "classiques" que je ne renie pas et auxquelles je reviens avec plaisir, mais à qui je suis ravi d'être parfois infidèle pour explorer d'autres propositions.
Commenter  J’apprécie          460
Je me lance dans un exercice périlleux en critiquant la série comics "Fables" en ayant lu que 17 des 150 épisodes de la série dessinés par une valse d'artistes (sans parler des séries dérivées), mais je ne peux faire l'impasse sur la shitstorm que l'auteur a lui-même déclenchée avec ses propos engagés certes mais hautement clivants pour rester poli…
L'idée de départ est que les royaumes de contes de fées existent bel et bien et qu'ils ont été envahis par une puissance hostile et conquérante. Les « Fables » se sont bien lolées quand sont tombés les royaumes de Narnia et d'Oz, avant de se chier dessus quand ils ont été victimes à leur tour des armées de l'Adversaire (qui dans le "Talmud" désigne Satan et dans "Le Seigneur des Anneaux" désigne Sauron). Elles se sont donc réfugiés dans notre monde au fur et à mesure des conquêtes de l'Adversaire, pour former une communauté en exil auto-nommée « Fabletown » dirigée par le Roi Cole et Blanche-Neige comme bras droit et exécutrice des basses-oeuvres.
Chasser le naturel il revient au galop, autrement dit plus les choses changent et plus elles restent les mêmes : les « Fables » nobles ont eu le temps de préparer leur départ et même en exil restent riches et puissantes, et les « Fables » roturières ont fui en urgence pour sauver leur peau avant de se retrouver en exil encore plus pauvres et plus faibles que jamais (il y avait matière a développer tout plein de trucs sur la lutte des classes, mais les orientations politiques libertariennes de l'auteur Bill Willingham vont l'inciter à passer outre). On va donc suivre les heurs et malheurs des « Fables » qui ont amené dans notre réalité leurs défauts et leurs qualités, ainsi que leurs éternelles rivalités...
C'est une super utilisation du concept de « Masquerade » (la société cachée coupée du reste de l'humanité, invention de l'immense auteur de Science-Fiction Robert A. Heinlein), sauf que l'auteur a publiquement déclaré que ses « Fables » étaient une allégorie du peuple juif. Comme la plupart des Américains, Bill Willingham est judéophile et sioniste, et c'est parfaitement son droit, mais cela ne l'autorise pas à raconter n'importe quoi. Car l'Adversaire chassant ses ennemis de ses terres ancestrales, cela pourrait être l'Empire Romain chassant les Juifs de Judée pour les disperser dans tout le bassin méditerranéen (ce qui aurait permis à la série de visiter tous les États-Unis voire même le monde entier). Oui mais non, nos « Fables » sont toutes regroupées à New York, la première ville juive du monde, ce qui nous ramène à la situation de l'entre-deux-guerres où les Juifs en exil ont collaboré activement à l'effort de guerre américain contres les forces fascistes en Europe (et effectivement dans la série, les « Fables » vont se rassembler pour oeuvrer à la reconquête de leurs territoires). Sauf que l'auteur a écrit noir sur blanc, y compris dans sa propre saga (voire le fameux dialogue entre Bigby Wolf et Geppetto), qu'il voulait faire référence aux gentils juifs civilisés menacés par les méchants musulmans barbares, faisant écho aux gentils colons WASP menacés par les méchants Amérindiens barbares. Je n'ai pas envie de lancer de polémique, toutefois considérer comme en danger un État qui possède 500 têtes nucléaires et comme dangereux un peuple qui recourt aux armes du pauvres que sont les roquettes artisanales, les couteaux et les cailloux c'est assez fort de café pour rester poli... le monde se serait mieux porté si on avait appliqué la résolution 181 de l'ONU, mais pour des raisons que la raison ignore on a laissé un peuple en coloniser et en exploiter en un autre, et on s'étonne tous les jours des conséquences qui en découlent…
Cerise sur le gâteau si j'ose m'exprimer ainsi, l'auteur qui n'a jamais su où il allait ne s'assume pas du tout : après avoir annoncé en grande pompe que l'Adversaire était Peter Pan (ce qui aurait pu amener plein de trucs très intéressants), il a complètement rétropédalé pour vaguement suggérer qu'en fait il s'agissait de Geppetto : ce n'est pas nul, c'est très nul en fait !

Tome 1, "Légendes en exil" : c'était bien
https://www.babelio.com/livres/Willingham-Fables-Tome-1--Legendes-en-exil/10005/critiques/2164738

Tome 2, "La Ferme des animaux" : c'était très bien
https://www.babelio.com/livres/Willingham-Fables-Tome-2--La-ferme-des-animaux/10006/critiques/2165742

Tome 3, "Romance" : c'était inégale (3 équipes graphiques pour 3 récits)
https://www.babelio.com/livres/Willingham-Fables-Tome-3--Romance/75061/critiques/2166309

Merci à Urban Comics de rééditer tout cela avec comme à leur habitude des livres-objets soignés.
Commenter  J’apprécie          380
J'avais lu le premier tome de cette saga publié chez Urban Comics mais comme les bibliothèques que je fréquente régulièrement ne disposent que de l'intégrale, je me suis rabattue là-dessus pour lire la suite.

Les personnages des contes de fées populaires sont à peu près tous présents dans ces histoires : Blanche-Neige, le loup, le Petit Chaperon Rouge, la Belle et la Bête, le Prince (qui est le prince de plusieurs personnes), les trois petits cochons, Boucle d'Or... Exilé•es de leur terre natale, les Fables sont forcé•es de cohabiter avec les êtres humains ou bien sont reclus•es dans une ferme quand il ne leur est pas possible de se faire passer pour un•e humain•e.

Dans cette intégrale, plusieurs histoires des Fables sont compilées, certaines plus longues que d'autres. Les trois intrigues principales mettent en scène la disparition de Rose Rouge (la soeur et quasi antagoniste de Blanche Neige) qui aurait été assassinée ; une révolte parmi les Fables qui en ont marre de leur condition et, pour la dernière histoire, nous allons surtout nous intéresser à Blanche Neige et au loup. En plus de cela, cette intégrale rassemble également deux récits très courts qui n'ont pas forcément de lien avec l'intrigue principale.

En effet, en les lisant les unes après les autres, je ne voyais pas forcément le lien entre les différents récits, mais il y a un fil conducteur qui est toujours présent - sauf peut-être dans les deux histoires courtes - et des rappels des évènements antérieurs. J'ai eu parfois l'impression qu'on pouvait lire les comics indépendamment les uns des autres et je suis curieuse de voir ce qui sera fait par la suite.

Selon moi, les histoires qui composent cette intégrale assez imposante sont assez inégales. J'ai préféré l'enquête autour de la disparition de Rose Rouge, même si la révolte était intéressante. Les illustrations sont très chouettes et nous donnent un tout autre regard sur les personnages de contes !
Commenter  J’apprécie          260
Je suis assez mitigé après cette lecture, j'ai aimé le détournement des fables classique avec cette communauté réfugiée dans le monde réel, vivant cachée, j'ai aimé le recyclage des personnages, un brin irrespectueux avec le sirupeux enfantin des créations disneyennes et j'ai aussi aimé les intrigues, ou polar et fantastique se percutent avec fracas, c'est toujours en mouvement, épique et rocambolesque. On est dans l'outrance volontairement grotesque, l'action est joyeusement exagérée, mais cela n'est peut-être pas aussi poussé qu'il aurait pu, on est très loin du Pinocchio de Winshluss.
Par contre, j'ai bien moins aimé le graphisme, hyper chargé, d'un réalisme académique sans beaucoup de personnalité, avec des mise en pages trop dense, la lecture n'est pas très agréable, et surtout, j'ai détesté la colorisation très cheap et même carrément laide, à coup de dégradés numériques, avec des couleurs crues et agressives, sans le moindre soucis d'harmonie. Je pense qu'en noir et blanc, cette série doit avoir plus de personnalité, mais là, on est à la limite du désagréable, dommage.
Commenter  J’apprécie          290
Vous ne pouvez pas ne pas connaître les protagonistes de ce comics.
Blanche Neige, le grand-Méchant Loup, les trois petits cochons, la belle au bois dormant, vous avez lu, ou on vous a lu, leur histoire dans votre enfance.
Peut-être avez-vous vu leurs adaptations au cinéma par la Disney-World-Company (pas moi, dès mon plus jeune âge j'étais rétif à la mièvrerie des productions "D'Onc' Walt").
Enfin bref....

Ces personnages, et bien d'autres, venus par exemple des comptines anglo-saxonnes, comme les trois petites souris aveugles, ou de romans pour la jeunesse comme le livre de la jungle, ou le magicien d'Oz ont une existence réelle, et un nom : Les Fables.

Chassés de leur royaume par un ennemi aussi mystérieux que puissant, ils ont trouvé refuge à New York, dans le quartier de Fableville quand ils sont humains d'apparence, et dans une ferme quand ils sont d'aspect animal.

Cette nouvelle vie n'est pas toujours simple, rivalités, rancunes sont présentes dans la société des Fables.

Tels des nobles ruinés (c'est d'ailleurs le cas de beaucoup d'entre eux), ils se voient contraints de réinventer une nouvelle société avec de nouveaux rôles, ainsi le grand- méchant loup, est chargé du maintien de l'ordre, Blanche Neige, dite Blanche, gère le quartier, le Prince Charmant est un peu Gigolo sur les bords..!

Je me rends compte que cette présentation peut vous induire en erreur !

Ne croyez pas que Fables, soit une parodie, plus ou moins irrévérencieuse et "trash" du monde des contes...
Le scénario de Bill Willingham, tout au contraire, adapte de manière intelligente les personnages et la mythologie des contes pour enfants à une lecture adulte.
Quant aux graphismes que l'on doit à plusieurs dessinateurs : Ian médina, Bryan Talbot, et Mark Buckingham, il est d'une très grande qualité, et il n'y a rien d'étonnant à ce que la série fut récompensée par quinze Eisner Awards, les Oscars de la bande-dessinée américaine.

Je ne connaissais Fables que de réputation, et pour avoir feuilleter quelques albums en librairie, cette réédition en intégrale, est l'occasion de découvrir avec enthousiasme cette oeuvre que je ne saurai trop vous conseiller !

Commenter  J’apprécie          212


critiques presse (1)
Sceneario
01 septembre 2022
Fables est une belle série, une grande série qui a connu de nombreuses récompenses dont les fameux Eisner Award. Si vous ne la connaissez pas encore , je vous invite à la découvrir sans plus tarder. Surtout au prix où sont proposés ces deux gros volumes. Sinon, vous risquez de passer à côté de quelque chose.
Lire la critique sur le site : Sceneario
Citations et extraits (8) Voir plus Ajouter une citation
- Le camion pour la ferme part dans une heure. Tu as intérêt à le prendre. J'en ai marre que tu squattes mon sofa après tes virées en ville
- T'as détruit ma maison... Tu me dois bien ça !
- C'est du passé. Et j'ai fait que disperser quelques bottes de paille
- Après quoi, tu as tenté de me boulotter. N'oublions pas ce petit détail.
- Hm... Et en quoi ça m'oblige à t'héberger chaque fois que tu t'échappes de la ferme.
- En squattant ici, je suis le symbole vivant de ta rédemption définitive. Qui peut douter de ton repentir si l'un de tes vieux ennemis, un succulent cochon, dort chez toi sans craindre pour ses jarrets ? Et puis, je déteste la ferme. Je suis un cochon des villes. J'aime le raffinement.
- N'empêche que si tu te refais la belle, je te dénonce. Tu prends un petit déj' avant que je te jette ?
- C'est quoi ?
- Oeufs au bacon.
- Je retire ce que j'ai dit. Tu reste un monstre pur porc.
Commenter  J’apprécie          160
- Tu essaies tout le temps de contourner le système, Jack. Une fois, tu as même tenté de voler les bottes de sept lieues pour gagner le marathon de New York.
- De Boston. Au moins, j’avais choisi un autre État, pour ne pas attirer l’attention sur Fableville. Je sais comment cacher nos secrets aux communs. Je ne fais pas partie de ces fanatiques qui estiment qu’on devrait tous sortir de l’ombre.
- Tu oublies la fois où tu as voulu mettre à la tombola le plan menant à tes haricots magiques ?
- Quelle loi j’ai enfreinte ? J’ai le droit de tirer de l’argent de mes biens.
Commenter  J’apprécie          180
Malgré ce que l’on voit à la télé, la vie d’un flic lambda consiste souvent en des heures interminables de travail ennuyeux et ingrat… Les fusillades et les courses-poursuites sont rares. Elles génèrent tellement de paperasse supplémentaire – et sont un tel casse-tête pour ceux qui ne sont pas impliqué – qu’aucun flic sain d’esprit n’a envie de genre d’accroc à sa routine.
Commenter  J’apprécie          121
- Souvenez-vous... Au début de notre exil, j'ai voulu vivre loin de vous et des autres Fables. Mais vous avez insisté pour que je participe à votre grande aventure dans le nouveau monde.
- Mais...
- Ne posez pas de questions si vous n'êtes pas capable de supporter les réponses.
Commenter  J’apprécie          120
- Toi aussi, tu serais un crétin si tu étais issu de vingt générations d'unions consanguines. Estime-toi heureux de ne pas avoir conservé ton titre de prince plus d'une journée.
Commenter  J’apprécie          120

Videos de Bill Willingham (5) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Bill Willingham
Les comics format poche débarquent en librairie ! Toutes les infos : https://www.urban-comics.com/urban-comics-nomad-nouvelle-collection-poche-durban-comics/ Batman La cour des hiboux – Première partie de S. Snyder & G. Capullo – 5,90 € Batman La cour des hiboux – Deuxième partie de S. Snyder & G. Capullo – 5,90 € Flashpoint de G. Johns et A. Kubert – 5,90 € Killing Joke & L'homme qui rit de B. Bolland, A. Moore, E. Brubaker & D. Mahnke – 5,90 € Batman White Knight de S. Murphy – 5,90 € – 224 pages Transmetropolitan Tome 1 de W. Ellis & D. Robertson – 7,90 € Transmetropolitan Tome 2 de W. Ellis & D. Robertson – 7,90 € Watchmen de A. Moore & D. Gibbons  – 9,90 € – 416 pages Fables Tome 1 de M. Buckingham, L. Medina & B. Willingham – 9,90 € Fables Tome 2 de M. Buckingham & B. Willingham – 9,90 €
Music : © rockstar trailer 109945
+ Lire la suite
autres livres classés : comicsVoir plus
Les plus populaires : Bande dessinée Voir plus


Lecteurs (296) Voir plus



Quiz Voir plus

Les personnages de Tintin

Je suis un physicien tête-en-l'air et un peu dur d'oreille. J'apparais pour la première fois dans "Le Trésor de Rackham le Rouge". Mon personnage est inspiré d'Auguste Piccard (un physicien suisse concepteur du bathyscaphe) à qui je ressemble physiquement, mais j'ai fait mieux que mon modèle : je suis à l'origine d'un ambitieux programme d'exploration lunaire.

Tintin
Milou
Le Capitaine Haddock
Le Professeur Tournesol
Dupond et Dupont
Le Général Alcazar
L'émir Ben Kalish Ezab
La Castafiore
Oliveira da Figueira
Séraphin Lampion
Le docteur Müller
Nestor
Rastapopoulos
Le colonel Sponsz
Tchang

15 questions
5156 lecteurs ont répondu
Thèmes : bd franco-belge , bande dessinée , bd jeunesse , bd belge , bande dessinée aventure , aventure jeunesse , tintinophile , ligne claire , personnages , Personnages fictifsCréer un quiz sur ce livre

{* *} .._..