AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres

Carlo Collodi (Antécédent bibliographique)
EAN : 9782849610671
194 pages
Les Requins Marteaux (28/11/2008)
4.16/5   279 notes
Résumé :
Aux Requins Marteaux, nous ne manquons jamais une occasion pour fêter un évènement. Et nous n'allions pas manquer de fêter les 10 ans de Pinocchio, merveilleux Fauve d'Or remporté par Winshluss en 2009 au FIBD d'Angoulême. Pour cette nouvelle édition, plusieurs pépites attendent les érudits et nouveaux lecteurs de l'auteur : préfaces, dessins inédits et autres surprises...

Pinocchio narre les (més)aventures de la célèbre marionnette, revues et corrigé... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (32) Voir plus Ajouter une critique
4,16

sur 279 notes
5
18 avis
4
11 avis
3
1 avis
2
0 avis
1
1 avis

marina53
  20 janvier 2016
Dans la cave de sa maison, Gepetto a créé un petit bonhomme en ferraille. Très fier de lui, il montre le robot à sa femme ainsi que les tâches ménagères qu'il sera capable de faire à sa place. Il décide alors d'aller exposer sa trouvaille aux militaires, certain qu'ils seront intéressés par son projet et qu'il pourra ainsi gagner beaucoup d'argent en révolutionnant la guerre. Tandis qu'il parlemente avec un haut-gradé, Jiminy, le cafard, qui vient de se faire licencier et plaquer par son amie, tombe nez à nez avec le robot. Il décide de s'installer à l'intérieur. Alors que la femme de Gepetto a trouvé un tout nouvel objet sexuel avec le nez du petit robot, elle meurt brûlée. En effet, son nez sert d'arme. Pinocchio s'enfuit de la maison, Gepetto partira aussitôt à sa recherche...
Très librement adapté du roman éponyme de Carlo Collodi, cette version de Pinocchio est plus que jamais originale, déjantée voire trash, décalée et drôle. On est bien loin du petit personnage de Disney. L'on retiendra notamment cette image des 7 nains qui, visiblement, aiment plus que de raison Blanche-Neige, les animaux de la forêt, dont un certain Bambi, n'étant pas en reste. Certes, Pinocchio n'est pas fait de bois, Gepetto n'est pas si gentil que ça et Jiminy devient ici un cafard, la trame du roman originel est respectée. Winshluss laisse ainsi libre cours à son imagination en nous offrant un scénario dense, rythmé et, au final, bien huilé malgré une narration non linéaire. Et ceci sur presque 200 pages. Il alterne brillamment différents graphismes, passe du noir et blanc, pour les épisodes de Jiminy, aux couleurs un brin désuètes pour Pinocchio. le tout quasi sans paroles.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          510
berni_29
  30 mai 2020
Pinocchio est plus qu'une histoire, c'est un mythe. Il y a ce personnage que nous connaissons tous du conte de Carlo Collodi, qui appartient à notre imaginaire, du moins à celle de ma génération ; qui ne connaît pas en effet ce défaut qu'a Pinocchio de mentir sans cesse, et cette particularité que son nez dès lors s'allonge. Je me suis souvenu de son père Geppetto, menuisier, dépassé par son oeuvre, qui part à la recherche de sa créature fugitive, des enfants qui sont enlevés au bord d'un cirque et transformés en ânes, le ventre de la baleine dans lequel Geppetto et Pinocchio se retrouvent... Ce n'est pas le souvenir du dessin animé de Walt Disney qui m'a marqué, mais le film de Luigi Comencini, avec Nino Manfredi dans le rôle de Geppetto et Gina Lollobrigida dans le rôle de la fée...
Ici, dans ce roman graphique qui revisite l'histoire, la dimension du conte est encore présente, le mythe est préservé même si la féérie initiale est absente, quoique... On entre de plein pied dans la réalité et l'horreur de l'histoire, l'envers du décor est présent dès les premières pages. L'approche est violente et totalement déjantée... Le conte est revisité de manière contemporaine si on peut dire, la dérision et la violence sont les ficelles qui tiennent ce récit revisité par Winshluss.
Enfants, s'abstenir ! Ici, nous tombons dans quelque chose de froid, sombre et rugueux, métallique aussi puisque la marionnette de bois a fait place à un objet de fer, qui plus est, devenant une arme de guerre...
Finalement, tout est conforme au mythe originel, la pauvreté, la faim, la peur, un monde hostile, le rejet, l'exil...
Mais il y a des différences, des dissonances étonnantes, transgressives, ce nez de Pinocchio devient comme un objet de désir et même pire, puisque cet objet phallique peut aussi s'avérer devenir une arme destructrice au grand dam de ces dames, surtout lorsque le dit nez peut s'avérer devenir un lanceur de missiles...
J'ai aimé la visite des sept nains, coquins aussi à leur manière, sept nains partout, affairés...
Peu de paroles, mais pourquoi parler, pourquoi écrire, puisque le dessin est éloquent...
La part de l'enfance est pourtant préservée, la part de doute qui figure dans l'adulte aussi.
On retrouve ici le rite initiatique et cruel qui fait passer de l'enfance à l'âge d'adulte. le chemin que nous propose Winshluss est-il si différent ? Oui sans doute, quand même. Mais Giminy, la conscience éveillée de Pinocchio, est bien là, et surtout ce foutu rêve d'indépendance et de liberté, qu'on soit de bois ou de fer...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          350
jamiK
  16 octobre 2019
C'est une adaptation très libre du roman éponyme de Collodi, la trame de l'histoire est à peu près la même, mais le côté assez sombre de l'histoire originale est ici poussé à son paroxysme. Pinocchio est ici un robot de métal conçu pour la guerre. Winschluss va faire entrer dans cette histoire tous les pires maux et horreurs de notre société : exploitation des enfants, féminicide, drogue, traffic d'organes, fanatisme religieux, fascisme, pollution, guerre, assassinats, suicides, toutes formes de violences, de perversions... c'est un inventaire exhaustif de tout ce que notre société représente de laideur, et avec tout ça, on arrive pourtant à en rire, parce qu'en plus, c'est franchement drôle. On est pas très loin de “l'esprit Charlie”, bête et méchant, mais avec comme trame le roman de Collodi, cela prend une dimension de tragédie romanesque et de saga morbide.
Le graphisme est aussi noir et agressif, quelques pages sont présentées comme une affiche rétro de l'entre deux guerre, il y a un côté steampunk ou expressionniste et les références cinématographiques pullulent, surtout dans le cinéma expressionniste allemand (Murnau, Fritz Lang).
Plusieurs récits s'enchevêtrent, se croisent sans que les personnages se côtoient vraiment, même les graphismes diffèrent. Cette structure éclectique finit par former une oeuvre d'une grande homogénéité, d'une grande force, où l'humour et l'horreur se marient à la perfection. Un humour violent et dénonciateur, un humour qui n'est pas gratuit.
Ce qui en ressort, c'est un très forte impression, une bande dessinée très marquante, une démonstration percutante et magistrale sur la noirceur de la nature humaine.
Un chef d'oeuvre de l'humour noir.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          305
Yvan_T
  13 février 2011
Après avoir co-réalisé le film d'animation « Persepolis » de Marjane Satrapi (couronné à Cannes et aux Césars et nommé aux Oscars), Vincent Paronnaud, alias Winshluss, livre l'entièreté de cette oeuvre partiellement pré-publiée dans les derniers numéros de la revue Ferraille Illustré. Avec « Pinocchio », le talentueux créateur (avec Cizo) de « Monsieur Ferraille » propose une revisite des (més)aventures de la célèbre marionnette de Carlo Collodi.
Le pantin de bois prend ici les traits d'un androïde créé par un inventeur sans scrupules. Livré malgré lui aux travers de notre monde, le Pinocchio de Winshluss a tout d'un anti-héros. Jiminy Cricket est remplacé par un cafard SDF (Jiminy Cafard) qui squatte la boîte crânienne du robot depuis qu'il a perdu ses allocations chômage. Si Pinocchio n'a aucune personnalité et n'est qu'un spectateur constatant (sans juger) la misère, la haine et les nombreux vices de notre monde, Jiminy Cafard sert quelque peu de conscience, allant même jusqu'à devenir moralisateur au détour d'une bonne cuite.
L'univers proposé par l'auteur est sombre et impitoyable. Usant de personnages tels qu'une Blanche-Neige non-consentante et ses sept nains violeurs, il n'hésite pas à piétiner les contes de fées. Aidé par d'autres protagonistes tout aussi déjantés (un pingouin kamikaze, un clown dictateur, un clochard aveugle, etc), l'auteur survole avec une virtuosité incroyable des thèmes difficiles tels que le suicide, la manipulation, le capitalisme, la foi, l'écologie, le travail des enfants, le fascisme et la course à l'armement. Les thèmes, les différentes histoires et les personnages s'entremêlent avec brio afin de former un tout cohérent, juste, mais non-moralisateur. Parsemé de nombreux clins d'oeil et de références (il y en a même un à AMI de « 20th Century Boys »), le récit de Winshluss fait preuve d'une grande maîtrise et est prenant de la première page jusqu'à cette conclusion étonnamment positive par rapport au reste de l'ouvrage.
Alternant les styles de narration et débordante d'imagination, cette oeuvre majoritairement muette est un modèle du genre. La force graphique de « Pinocchio » est tout bonnement phénoménale : tout est bien amené, les personnages sont décrits en seulement quelques cases, l'humour est muet mais bien présent (l'harmoniciste aveugle Wonder est succulent) et la plupart des planches sont sublimes. Pastichant le dessin et l'univers de Disney des années 40-50, Winschluss va également alterner des planches superbement colorisées (colorisation de Cizo) avec des séquences crayonnées dédiées à Jiminy Cafard. Certaines scènes, comme celle où les enfants se transforment en loups (et non en ânes comme dans le conte), sont assez marquantes. de plus, l'objet proposé par Les Requins Marteaux est de toute beauté.
Bref, mon nez s'allongerait méchamment si j'affirmais que cet album nommé pour les Essentiels d'Angoulême n'est pas le meilleur que j'ai eu l'occasion de lire en 2008.
Lien : http://brusselsboy.wordpress..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
Zora-la-Rousse
  25 février 2017
Quelle découverte ! Quel plaisir !
Ma première BD de Winshluss...
Pinocchio revisité. Et avec quel brio ! Ok, c'est trash, cruel, brut, détonnant, débridé, sexe, immoral... mais c'est aussi talentueux, fin, structuré, habité !
J'en suis restée scotchée, charmée, amusée et conquise.
Je vais devoir le rendre à la médiathèque et vous prie de croire que c'est un effort difficile.
Tant pis pour mes finances, je me précipite chez mon libraire préféré aussitôt pour combler l'absence. Je le veux près de moi pour le contempler encore, et encore... Et je ne parle pas du libraire ;)
5/5 !
Commenter  J’apprécie          150


critiques presse (1)
Bedeo   25 septembre 2017
Winshluss conte une version modernisée de Pinocchio, une forme hybride entre récit initiatique et satire sociétale.
Lire la critique sur le site : Bedeo
Citations et extraits (8) Voir plus Ajouter une citation
GregorGregor   03 octobre 2011
- Parfois on se retrouve au mauvais endroit, au mauvais moment... On tombe sur une brute épaisse qui vous explique à sa façon la théorie de la sélection naturelle... souvent avec ses poings, parfois avec les pieds pour les plus agiles !
Commenter  J’apprécie          30
chartelchartel   23 novembre 2009
Ce jour-là, Jiminy se dit qu’entre le vide et le néant, il n’avait que l’embarras du choix…
Commenter  J’apprécie          91
jamiKjamiK   17 octobre 2019
Les riches sont de plus en plus riches et les pauvres de plus en plus cons !
Commenter  J’apprécie          80
BequeluneBequelune   19 septembre 2012
Les riches sont de plus en plus riches et les pauvres de plus en plus cons !
Commenter  J’apprécie          70
kaliemlirkaliemlir   31 août 2011
Prendre conscience du génie d'un autre permet dans le même temps de prendre la mesure du sien.
Commenter  J’apprécie          50

Lire un extrait
Videos de Winshluss (27) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de  Winshluss
Rencontre Jeunesse : Winshluss "Dans la forêt sombre et mystérieuse" figurait dans la Sélection Jeunesse 2017. (www.bdangouleme.com/1028,selection-jeunesse?id_selection=35)
Programmation et infos sur www.bdangouleme.com ou sur les réseaux avec @actudufauve #partageonslaBD
autres livres classés : contesVoir plus
Notre sélection Bande dessinée Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Les personnages de Tintin

Je suis un physicien tête-en-l'air et un peu dur d'oreille. J'apparais pour la première fois dans "Le Trésor de Rackham le Rouge". Mon personnage est inspiré d'Auguste Piccard (un physicien suisse concepteur du bathyscaphe) à qui je ressemble physiquement, mais j'ai fait mieux que mon modèle : je suis à l'origine d'un ambitieux programme d'exploration lunaire.

Tintin
Milou
Le Capitaine Haddock
Le Professeur Tournesol
Dupond et Dupont
Le Général Alcazar
L'émir Ben Kalish Ezab
La Castafiore
Oliveira da Figueira
Séraphin Lampion
Le docteur Müller
Nestor
Rastapopoulos
Le colonel Sponsz
Tchang

15 questions
4550 lecteurs ont répondu
Thèmes : bd franco-belge , bande dessinée , bd jeunesse , bd belge , bande dessinée aventure , aventure jeunesse , tintinophile , ligne claire , personnages , Personnages fictifsCréer un quiz sur ce livre