AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782742724185
448 pages
Éditeur : Actes Sud (09/09/1999)
Résumé :
Ce poète au chant bouleversant, soudainement émergé de l'Algérie profonde, a marqué de son étoile de sang toute la génération de l'après-Seconde Guerre mondiale. Il est urgent de lire, d'entendre aujourd'hui ce grand autre nous-même, ce clandestin qui s'introduit dans notre mémoire à la faveur d'un équivoque passeport de langue française et nous dérange par tant de familiarité mêlée à tant d'étrangeté radicale. Alors que nous nous accrochons aux pans de notre identi... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Citations et extraits (7) Voir plus Ajouter une citation
xavpoxavpo   04 mai 2019
Nous emportons comme un adieu
Le murmure des feuilles
Le reproche de l'arbre
D'où nous sommes descendus
La perdition au fond des grottes
Et l'orgueil désolé
La source aux illusions
Le signe des jours fastes
Dans l'engloutissement amer et lumineux

Là et ailleurs
Encore une saison
Dans la raideur candide
Et le frisson inhabité
Des peupliers réprobateurs
Commenter  J’apprécie          70
coco4649coco4649   05 novembre 2018
POUSSIÈRES DE JUILLET


Extrait 4

N'enterrez pas l'ancêtre
Il dort
Sur un tableau de roc
Et il déroule d'autres désastres
Pour les adolescents
Assis sous son coursier
Et il retourne l'un après l'autre
Trop de visages d'enfants précoces
Qui auraient pu être les siens
Il suspend dans l'orage
Le rire de la cascade
Sur le Rhummel trahi
Et muet il écoute
Ainsi qu'un ouragan allongé sur sa lance

Mais qu'avons-nous l'un après l'autre à tomber devant lui ?

Pareille au javelot tremblant
Qui le transperce
Nous ramenons à notre gorge
La longue escorte des assassins
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
CularoCularo   04 janvier 2012
La langue française est notre butin de guerre.
Commenter  J’apprécie          443
xavpoxavpo   04 mai 2019
Nous emportons comme un adieu

Le murmure des feuilles

Le reproche de l'arbre

D'où nous sommes descendus

La perdition au fond des grottes

Et l'orgueil désolé

La source aux illusions

Le signe des jours fastes

Dans l'engloutissement amer et lumineux



Là et ailleurs

Encore une saison

Dans la raideur candide

Et le frisson inhabité

Des peupliers réprobateurs
Commenter  J’apprécie          40
coco4649coco4649   05 novembre 2018
POUSSIÈRES DE JUILLET


Extrait 3

N'enterrez pas l'ancêtre
Tant de fois abattu
Laissez-le renouer la trame de son massacre
Il ne renonce pas
À déserter son ombre
L'orphelin de Grenade
Mûri en étranger
Ni à faire éclater son cœur entre nos dents
N'enterrez pas l'ancêtre tant de fois abattu

Le cavalier qui gronde et sourit dans son gouffre
Après nous il galope
Rouge et noir jour et nuit
En un renversement amer et lumineux

N'enterrez pas l'ancêtre
Sauvagement abattu
Il ne renonce pas à la lumière
Ce possesseur des renversements amers de l'iris
Tout près du vieux requin
Qu'habitent ses victimes
Près de l'ancêtre muré vif
Gît le secret de l'être
Atroce inespéré

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10

Videos de Kateb Yacine (13) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Kateb Yacine
Dans l'émission “Images et visages du théâtre d'aujourd'hui”, Moussa Abadi avait invité le 22 février 1967, le metteur en scène Jean-Marie Serreau et l'écrivain algérien Kateb Yacine pour un entretien croisé. Kateb Yacine est un des grands écrivains de la fin de l'époque coloniale, issu d'une famille cultivée, il est né à Constantine. Il participe à 16 ans aux manifestations anticolonialistes de mai 1945 qui furent réprimées de façon sanglante, et qui lui valurent deux mois de prison. Plutôt que d'aller au lycée, il lit Baudelaire et Lautréamont, et publie ses premiers poèmes. En 1947 il s'installe à Paris, commence le journalisme, entre Alger et la France. Il fut reconnu rapidement comme un grand écrivain, auteur d'une oeuvre de poète, de romancier, d'essayiste. Il rencontre Jean-Marie Serreau en 1954. La revue Esprit publia “Le cadavre encerclé” que Serreau mit en scène. Cette pièce, véritable cri du peuple algérien, fut, à l'époque, interdite en France. En 1967, Moussa Abadi invita les deux amis dans l'émission “Images et visages du théâtre d'aujourd'hui”, l'occasion d'entendre la justesse de la vision de Kateb Yacine qui craignait déjà à l'époque que la culture ne devienne un jour un pur objet de consommation. Kateb Yacine évoquait sa passion pour la langue française, la naissance de sa vocation de poète et la découverte des idées révolutionnaires :
« Quand je me suis mis à apprendre le français j'ai été pris d'une espèce de passion de la langue et de la poésie, très jeune à partir de 8 ou 9 ans. J'ai eu la chance d'avoir une institutrice qui m'a poussé dans cette voie ainsi que mon père. [...] La poésie est une espèce de solitude, quand je suis devenu collégien c'était beaucoup plus dur, parce que là les camarades se moquaient du poète qui s'enfermait pour écrire des vers, et qui n'était pas comme les autres. Il y a eu pour moi un vide, une solitude, jusqu'au moment où j'ai découvert les idées révolutionnaires. »
Production : Moussa Abadi “Images et visages du théâtre d'aujourd'hui” 1ère diffusion : 22 février 1967 Indexation web : Sandrine England, Documentation Sonore de Radio-France Archive INA-Radio France
Intervenants :
Kateb Yacine : Auteur Jean-Marie Serreau : Comédien metteur en scène (1915-1973)
Source : France Culture
+ Lire la suite
Livres les plus populaires de la semaine Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox




Quiz Voir plus

Littérature : connaissez-vous Kateb Yacine ?

Kateb Yacine est un auteur francophone,

Marocain
Algérien
Tunisien
Libanais

11 questions
12 lecteurs ont répondu
Thème : Kateb YacineCréer un quiz sur ce livre