AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2352832624
Éditeur : Mosquito (07/06/2013)

Note moyenne : 4.21/5 (sur 14 notes)
Résumé :
Brooklyn grouillante de vie est livrée aux mains des promoteurs et des spéculateurs. Des politiciens corrompus veulent transformer New York en monstrueuse Babylone. Le pinceau virtuose et rageur de Danijel Zezelj s'engage pour la défense de l'humain...
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
marina53
  09 décembre 2016
Un air de saxophone. Une nuée d'oiseaux qui s'envole et qui fait lever quelques têtes passantes. Une rue grouillante de vie. Une ville arrogante faite de béton et d'acier. Des tours toujours plus hautes. Il en sera une qui sera encore plus haute, née de l'esprit mégalomane du maire de New-York. Une immense tour au coeur de Brooklyn ! Pour parfaire ce dessein démesuré et insensé, il a besoin de ce grand-père, Lev Bezdomni, un vieil architecte qui, aujourd'hui encore, vit de son art. Accompagné de sa petite-fille, il exécutera ce que lui commande le maire, à savoir un carrousel géant fait de chevaux qui surplombera cette tour...
Dépourvu de texte, cet album est doté d'un graphisme à la fois surprenant et puissant. Face à ce maire despote et cynique, le vieil architecte n'aura d'autre choix que de satisfaire sa demande. Pourtant, son art ne s'aligne en aucun point avec les tours immenses de béton. Lui dessine et sculpte des animaux, apportant ainsi un peu de joie dans ces rues si tristes et si mornes. Dans cet album, Danijel Žeželj met l'art au service de la liberté et dénonce habilement les inégalités sociales et le monde moderne. Un scénario pour le moins original servi par un graphisme saisissant : un trait anguleux, une mise en page originale allant de la pleine page à de toutes petites cases donnant ainsi du rythme à la narration, des jeux d'ombre et de lumière frappants, un noir et blanc profond. de véritables tableaux envoûtants.
Une fable urbaine d'une beauté rare.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          610
jamiK
  22 mars 2017
Histoire sans paroles. Un artiste est invité à proposer une oeuvre, un carrousel baroque qui culminera en haut de la plus haute tour, Babel mégalomane et prétentieuse.
Nous assistons à une rencontre entre le grandiose péremptoire et la futilité du rococco. Tel le ballon que tient l'enfant tout au long de l'histoire, la légèreté se promène dans ses pages affrontant la lourdeur de cette mégalomanie.
On suit le travail d'étude, l'élaboration du carrousel avec en parallèle la construction de la tour. le dessin est en noir et blanc, travaillé au pinceau, en contrastes et élégant, vif et précis, le dessin de Zezelj se confond avec celui de l'artiste de l'histoire, les représentations de la cité sont aussi très forts, d'une grande puissance, le dessin navigue entre l'instantanéité d'un Hugo Pratt et la grandeur architecturale d'un François Schuiten. Et l'histoire fini par nous emporter, telle une poésie légère.
Commenter  J’apprécie          180
alouett
  25 septembre 2013
« Brooklyn grouillante de vie est livrée aux mains des promoteurs et des spéculateurs. Des politiciens corrompus veulent transformer New York en monstrueuse Babylone. le pinceau virtuose et rageur de Danijel Zezelj s'engage pour la défense de l'humain… » (Quatrième de couverture).
-
Plonger sans transition dans l'univers graphique de Danijel Zezelj (Industriel, DMZ tome 5…) et se laisser porter par les illustrations.
Accepter de suivre son instinct, d'être pris au dépourvu et que la force évocatrice des visuels vous prennent à la gorge…
Accepter de ne pas tout comprendre, de ne pas parvenir à tout interpréter à la première lecture…
Accepter qu'un album muet vous permette d'entendre la cacophonie d'une ville et le bruit plus mat d'un burin ou d'une gouge. Vous laissez reconstruire l'odeur puissante d'un étal, vous faire suffoquer tant la concentration de poussière dans l'air est forte…
Regarder Lev Bezdomni, ce grand-père, travailler et donner vie au bois. D'un simple tronc naît un cheval fougueux, un tigre majestueux…
Regarder la petite-fille de cet homme s'émerveiller devant ce monde imaginaire qui prend forme sous ses yeux. Imaginer le rouge, le bleu ou le jaune paille du ballon de baudruche qui la suit partout où elle va. Observer ses dessins enfantins avec lesquels elle communique. Voir ses yeux d'enfant pétiller…
Entendre une fanfare, saliver à l'odeur de la barbe à papa, être saisi par une forte odeur d'urine dans une ruelle sombre…
Lire un album de Danijel Zezelj ne va pas de soi du moins, il faut se mettre au travail. Il faut un minimum de concentration pour attraper le fil de cette histoire graphique. Dès lors que vous acceptez cela, les pièces du récit s'assemblent progressivement et naturellement.
C'est la seconde fois que j'ai l'occasion de lire un de ses albums (voir Industriel cité plus haut). J'ai procédé dans la même manière à chaque fois. Après avoir « lu » une vingtaine de pages, j'ai ressenti le besoin de reprendre l'album à zéro. Alors je fais une pause dans ma lecture, j'enlève le marque-page, le temps de digérer et d'assembler les premiers éléments puis je reprends et lis d'une traite. Les albums muets de cet auteur croate nous forcent à nous fier à notre instinct, à observer chaque détail et chaque expression. Et même si l'ouvrage est totalement dépourvu de dialogues, il faut se contraindre et modérer le rythme de lecture. Tout est dans l'observation car chaque détail compte. Il faut accepter de suivre le regard de l'auteur et se reposer entièrement sur la composition des planches. On navigue ainsi entre des illustrations qui s'étalent en pleine page et des cases qui se succèdent avec plus de nervosité, au rythme de quatre ou cinq petites cases par bande. Ensuite, face à ces différentes séquences narratives, le lecteur effectuera tout le travail d'interprétation que la lecture suppose.
Une fois que l'on s'est immiscé dans ce monde narratif, la lecture devient addictive et il est difficile de s'en extraire. A vrai dire, j'apprécie énormément cette lutte permanente dans les contrastes. le noir et le blanc s'amadouent, se lovent, s'assemblent et se déchirent. Jamais on ne verra un des deux extrêmes capituler. A ce titre, David A. Beronä explique, dans la postface, qu'ouvrir un ouvrage de Zezelj c'est comme si la surface de chaque page blanche avait été mystérieusement fendue par l'auteur et qu'elle déversait un sang noir qui se transformait en une longue coulure narrative et se répandait ensuite de page en page…
L'histoire quant à elle revient sur la légende de la somptueuse Babylone, cité qui symbolise tous les possibles, cité de la corruption et du prestige. Zezelj s'approprie ce mythe et le transpose à nos sociétés contemporaines pour créer une nouvelle fable urbaine qui prend racine à New York. La Tour de Babel prend le nom de « Tour de Brooklyn » et symbolise le narcissisme d'un maire prétentieux. Pour parvenir à ses fins, plusieurs quartiers populaires devront être rasés, des expulsions locatives prononcées sans possibilité de recours.
D'un coup de pinceau, Danijel Zezelj développe deux ambiances radicalement opposées. D'une part, le monde du vieil artiste et de sa petite-fille. On évolue dans un milieu populaire où la solidarité est de mise malgré leur train de vie modeste. Une atmosphère que l'on investit assez facilement en raison de la spontanéité et de la convivialité des rapports entre les gens. En nous faisant entrer dans le quotidien de ces gens discrets, Zezelj nous permet de les investir et de ressentir leurs émotions. On se satisfait notamment de la mine de contentement qu'affiche le vieux lorsqu'il contemple ses oeuvres, satisfait de son travail. Les chevaux de bois qu'il réalise, ses croquis préparatoires et le regard émerveillé de la petite fille lorsqu'elle voit les sculptures de son grand-père donnent une touche de féérie à leur quotidien.
(...)
Lien : http://chezmo.wordpress.com/..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          81

critiques presse (1)
BoDoi   04 septembre 2013
L’étonnant dessin, aux confluences de l’expressionnisme allemand et de l’aérographe des rues, porte implacablement cette fable moderne aux constructions complexes et éloquentes.
Lire la critique sur le site : BoDoi
Citations et extraits (1) Ajouter une citation
milamiragemilamirage   15 juin 2015
... me suis installé dans le premier café venu pour me plonger immédiatement dans l'oeuvre de Zezelj. C'était comme si la surface de chaque page blanche avait été mystérieusement fendue par l'auteur et qu'elle déversait un sang noir qui se transformait en une longue coulure narrative et se répandait ensuite de page en page.
[Postface de David A. Berona]
Commenter  J’apprécie          80
Lire un extrait
Videos de Danijel Zezelj (10) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Danijel Zezelj
"STEREO FAUNA" Danijel Zezelj @Squadro
autres livres classés : roman graphiqueVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les romans graphiques incontournables

Quel héros de bande dessinée commence ses aventures par une ballade en mer salée?

Tintin
Corto Maltese
Mortimer
Peter Pan

7 questions
69 lecteurs ont répondu
Thèmes : roman graphiqueCréer un quiz sur ce livre