AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2800142383
Éditeur : Dupuis (06/03/2009)

Note moyenne : 3.46/5 (sur 145 notes)
Résumé :
Un conte cruel et saisissant
Dans les champs, au printemps, une fillette gît, inerte. Est-elle morte ? Qui l’a tuée ? On n’en saura pas plus.

De ci, de là, une minuscule communauté surgit, comme échappée de contes de fées : Aurore, mais aussi l’Orgueilleuse, la Régressive, l’Aventurière, le Prince m’as-tu vu…

Les saisons passent et Aurore, la presque princesse, s’agite toujours pour son petit monde, qu’elle voudrait merveilleux, ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (56) Voir plus Ajouter une critique
marina53
  04 décembre 2012
Aurore prend le goûter avec Hector, son prince charmant, lorsque soudainement les murs et les plafonds dégoulinent littéralement pour finir par les engloutir. On les retrouve alors, émergeant du cadavre d'une petite fille, sorte de lilliputiens expulsés du corps de Gulliver. Autour d'eux d'autres personnages apparaissent progressivement, sortant tout autant de cette bien étrange matrice. Pleine de bonne volonté, Aurore fera tout pour essayer d'organiser cette nouvelle vie en communauté, comme la distribution des repas, la construction des abris ou l'adaptation dans ce nouveau milieu inhospitalier. Aurore va-t-elle résister à cette nouvelle vie?
A l'instar de son titre, Jolies ténèbres est un album paradoxal.
Sous ses faux airs de conte de fée à la Alice au pays des merveilles, cet album est à la fois déroutant, intrigant et singulier.
Ceci pourrait ressembler de prime abord à un conte de fées grâce aux dessins: des cadres subtilement choisis, des planches pleine-page de toute beauté, des couleurs tendres, vivantes et douces, avec dès les premières pages des couleurs telles que le rose, le mauve et le blanc qui dominent. le trait est fin, très expressif et enfantin.
Mais, au fil des pages, on se rend compte que l'on s'en éloigne. Mélangeant candeur et cruauté, rêve et cauchemar, l'auteur fait la part belle à la méchanceté et à la violence, le plus souvent gratuite.
Telle est finalement la force de cet album impressionnant: un scénario en totale contradiction avec les dessins et qui ne peut laisser indifférent.
Jolies Ténèbres, tout comme Lehane, elles m'ont pris la main...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          300
TheWind
  17 octobre 2015
Une magnifique page de couverture toute de bleu vêtue.
Un bleu qui apaise mais tourmente tout autant.
Bleus à l'âme, Bleus profonds à la tristesse amère.
Lorsque nos rêves bleus se teintent d'une peur inexplicable, d' une angoisse oppressante, d'une morbide terreur...

Voici une bande dessinée aux allures enchanteresses si l'on se contente juste de la feuilleter.
Entrer dans l'univers d'Aurore, pétillante blonde au cœur gros comme ça, c'est se préparer au pire.
Lorsque la mort s'empare des ténèbres, lorsque légèreté rime avec cruauté, lorsque le vert espérance des feuilles printanières se ternit d'un rouge orangé meurtrier, lorsque festin devient orgie...

Vous l'avez compris...Jolies Ténèbres nous emporte dans un monde à la fois onirique et cauchemardesque et même si j'étais prête à suivre l'attachante petite Aurore, à qui on peut trouver bien des points communs avec l'Alice de Lewis Carroll, je n'ai pas vraiment été conquise par l'univers glauque dans lequel elle "tombe".
C'est joli, c'est beau, c'est charmant mais c'est atrocement impitoyable !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          300
Saiwhisper
  16 août 2017
Olala, c'était vraiment une lecture bizarre et déstabilisante !… Cette bande dessinée m'a été recommandée par un lecteur de la bibliothèque qui m'a affirmé que « c'était super ! ». J'ai donc laissé sa chance à « Jolies ténèbres » et j'en ressors assez sceptique ainsi qu'étonnée car, contrairement à moi, la plupart des lecteurs sur la toile ont adoré ce conte cruel. Je vous recommande donc de ne pas vous fier uniquement à mon avis et d'aller jeter un coup d'oeil auprès des critiques plus enthousiastes… Dans cet ouvrage, j'ai bien perçu l'humour noir et le sadisme des auteurs. D'habitude, je suis très friande de ce genre de chose, malheureusement cela n'a pas fonctionné ici ! C'est sans doute dû au fait que je me demandais réellement comment l'histoire pouvait finir ou s'il y avait une morale… Perdue à essayer de chercher un sens (qu'il n'y a pas), je suis passée à côté de l'humour et des situations cruelles… Certes, j'ai souri à quelques morts inattendues comme la béquée sanglante ou l'enterrement improvisé de Zélie, mais c'est tout…
C'est vraiment un récit très spécial où l'on va suivre un petit groupe de personnages minuscules rappelant des lilliputiens ou des petits êtres de conte de fées. le groupe va vivre autour et dans le cadavre d'une fillette abandonnée au milieu des bois. C'est étrange car, à aucun moment, on va savoir ce qu'elle fait là, ni qui elle était. La bambine fait partie du décor et se décompose progressivement au fil des pages ainsi que des saisons… La dépouille se fait également manger l'intérieur par une petite lilliputienne avide de chair humaine avariée et d'insectes nécrophores. (Hein ? Quoi ? Vous mangiez devant votre ordinateur ?) Pour une raison inconnue, il y a aussi les personnages qui vont périr de plusieurs façons : dévorés, assassinés, emportés par des éléments naturels, etc. le pire, c'est qu'aucun d'entre eux ne réagit. Tout est pris à la dérision, comme s'il s'agissait d'un jeu. L'absurde est au rendez-vous ! On a une sorte d'« Alice au pays des merveilles » en version gore et toute mignonne ! Parce que oui, malgré la situation, les dessins sont colorés, en rondeur, expressifs et attendrissants. C'est aussi morbide qu'adorable ! Cela m'a rappelé les petits dessins animés d'« Happy Tree Friends » qui me faisaient rire lorsque j'étais adolescente… On retrouve cette idée de violence et méchanceté gratuite derrière un coup de crayon angélique.
La fin de cette BD est plutôt plaisante, car je m'attendais à un retournement de situation de ce genre, cependant je n'ai pas été conquise par le reste de l'intrigue. Un sentiment de malaise m'a saisi pendant la majorité de ma lecture. Même si j'ai repéré plusieurs clins d'oeil à des univers ou des artistes comme Miyazaki, je n'ai pas du tout adhéré à cette BD cruelle, intrigante, jolie, sans pitié, enfantine et sinistre. En revanche, j'ai bien aimé la gestion des couleurs, le dynamisme des planches ainsi que le réalisme des animaux… Pour moi, c'est donc un ouvrage décevant, mais dont l'absurdité et l'ambiance peuvent plaire à d'autres lecteurs. Au risque de me répéter : il en faut pour tous les goûts…

Lien : https://lespagesquitournent...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          193
Sando
  17 octobre 2011
L'univers merveilleux du conte de fées, qui s'ouvre sur le goûter d'un séduisant prince et d'une jolie princesse, ne perdure pas longtemps dans cette bande dessinée cruelle mais fascinante et originale.
Dès le prologue, l'on découvre un petit peuple obligé de fuir son habitat chaud et douillet, qui n'est autre que le corps inerte d'une petite fille, pour un autre, froid et hostile, qui est celui des bois. Heureusement qu'Aurore, la petite princesse, est là pour prendre les choses en main. Très vite, la communauté prend ses marques et apprend à vivre en communion avec la nature, malgré les dangers qui rôdent en permanence. Mais au fil du temps, Aurore s'aperçoit que la vraie menace ne réside pas dans les animaux sauvages ou dans les champignons vénéneux, mais au sein même de la communauté. Obligée de fuir, elle n'est pourtant pas au bout de ses peines...
Voici une bande dessinée surprenante, qui destabilise par son décalage entre des dessins très beaux, très colorés et parfaitement adaptés à l'univers du conte, et un humoir noir macabre qui surgit sans prévenir. Cette communauté, tout droit sortie du cadavre d'une petite fille, a elle aussi toutes les caractéristiques des enfants: leurs jeux, leurs règles, leur légèreté, leur cruauté et leur absence de notion du bien et du mal. Les actes de cruauté n'en sont que plus troublants car dénués de remise en question et de morale. Comme chez tous les enfants, le chagrin et la peine ne sont qu'éphémères, seul l'instant présent et la domination des autres comptent. La violence de certaines pages est brute, radicale et parfois gratuite, mais toujours entourée d'une certaine légèreté qui laisse le lecteur pantois!
Pour ma part, "Jolies ténèbres" est une excellente découverte. C'est un album maginifique qui ne laissera personne indifférent, qu'il envoûte ou qu'il dérange!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
Noctenbule
  30 août 2015
La couverture bleu glacial vous donne l'ambiance de cette bande dessinée très particulière. Et si le doute viendra à votre esprit, le titre Jolies ténèbres dans une police douce vous préviens. Vous n'allez pas entrer dans un monde gentil et onirique. Bienvenue dans un monde cruel et sans pitié.

Direction le monde des petits êtres. Ils ne vivaient pas dans la nature à profiter de l'eau et des plantes. Bien au contraire, leur monde était celui d'une petite fille qui mourut au milieu d'un bois. Les habitants alors ne pouvaient rester dans leur locataire. Ils ont du s'habituer à nouvel espace : la nature.
Aurore veut protéger tous le monde et elle essaie de faire de son mieux. Mais la nature humaine reprend le dessus avec la haine, la cruauté et la méchanceté. Très vite, ils vont tuer et torturer des animaux pour leurs besoins ou tout simplement par simple perversion. On va couper les ailes d'une mésange, arracher un patte à une coccinelle ou crever les yeux d'une souris... Ces petits êtres ne respirent pas l'amour et l'amitié.
D'ailleurs, la petite Aurore va essayer de faire le bien puis elle se fait rejeter par tous et perd un peu la raison. Son petit ami a choisi une autre fille. Une demoiselle avec un oeil a été enterrée vivante pour le plaisir de s'amuser. Vous l'aurez compris, l'horreur augmente au fur et à mesure des pages. le terme pour un public averti n'aurait pas été de trop sur la couverture à côté du coup de coeur des bibliothécaires.
Au début les couleurs sont douces et lumineuses avec une scène amoureuse. Puis très vite bien le rouge pour laisser place à une nouvelle gamme de teintes plus naturelles et plus glauques.
Malaise et dégoût sont des sentiments qui ne me quittent jamais. Je ne me souviens pas de la dernière fois que cela m'est arrivé à un si haut niveau. L'espoir que cela va s'arranger me tenait. Qu'est-ce que je suis naïve. La situation ne pouvait en aucun s'améliorer. Individualisme et égocentrisme sont de mise et parfois il vaut mieux pour se protéger. Plus d'un va connaître la mort et pas forcément dans de manière naturelle. Sentimentales, passez votre chemin.
Voilà une lecture cauchemardesque que je ne risque pas d'oubliez de sitôt. Un conte cruel à ne pas lire avant d'aller se coucher car vos rêves risquent d'être teinté d'horreur.

Lien : https://22h05ruedesdames.wor..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100

critiques presse (2)
BDZoom   15 décembre 2017
Fable noire, conte décalé troublant, la bande dessinée étonnera et ravira de nouveau un vaste lectorat dès l’âge du collège.
Lire la critique sur le site : BDZoom
Bedeo   23 novembre 2017
Claque par son histoire ironique et son traitement graphique, Jolies Ténèbres est une belle oxymore, qui aurait peut-être été plus juste sur son contenu en s’appelant Affreuses beautés, tant l’intérieur est sombre, plutôt que son aspect premier.
Lire la critique sur le site : Bedeo
Citations et extraits (5) Ajouter une citation
BibliotekanaBibliotekana   06 octobre 2014
-J'entends une bête sauvage, le muscle palpitant et le sabot nerveux, qui hume l'air non loin de nous !
Allons, fidèles compagnons ! Elançons-nous ardemment à ses trousses !
Par là, ce sera plus rapide ! ALLEZ !
[...]
-J'ai une ampoule. Je propose de faire une halte.
Commenter  J’apprécie          60
SaiwhisperSaiwhisper   15 août 2017
Je vais devoir reconstruire mon petit nid... Ce n'est pas grave. J'ai tout mon temps.
Commenter  J’apprécie          50
SaiwhisperSaiwhisper   14 août 2017
Ne t'inquiète pas. Je te promets qu'il ne t'arrivera plus rien de grave, maintenant. Je fais de mon mieux pour que les choses redeviennent comme avant. Tu me crois ?
Commenter  J’apprécie          20
SaiwhisperSaiwhisper   17 août 2017
Chacun doit avoir sa petite maison, c'est important...
Commenter  J’apprécie          70
SaiwhisperSaiwhisper   16 août 2017
- Cette fois-ci, tu t'en vas pas vraiment... N'est-ce pas ?
- Les autres ont de la chance de t'avoir, tu sais.
Commenter  J’apprécie          20
Lire un extrait
Videos de Fabien Vehlmann (51) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Fabien Vehlmann
Hervé Tanquerelle signe avec Fabien Vehlmann, Gwen de Bonneval, Fred Blanchard et la coloriste Laurence Croix le dernier Atlas chez Dupuis. Un excellente BD du printemps. le dessinateur explique ici à Anne Douhaire, comment il s'y est pris pour trouver son personnage principal Ismaël Tayeb.
Plus d'informations sur la BD : https://www.franceinter.fr/livres/le-dernier-atlas-une-bande-dessinee-haletante
Plus de leçons de dessin : https://www.youtube.com/playlist?list=PL43OynbWaTMLSUzMpmqwuKcJNbTeC5GhD
autres livres classés : cruautéVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Spirou et Fantasio - Le Groom de Sniper Alley

Dans quel pays se déroule ce tome ?

Anwasa
Ostawa
Wasana
Aswana

10 questions
1 lecteurs ont répondu
Thème : Spirou et Fantasio, tome 54 : Le groom de Sniper Alley de Fabien VehlmannCréer un quiz sur ce livre