AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
La dernière geste tome 3 sur 3
EAN : 9782376863908
430 pages
Editions ActuSF (22/10/2021)
4.59/5   43 notes
Résumé :
Vingt mois ont passé depuis l'arrivée de Yuri en Keltia et le couronnement de Louis-Philippe en France. La tension n'a cessé de monter entre les deux pays, malgré les tentatives des Ambassadeurs japonais et ottomans pour calmer les velléités belliqueuses du jeune Roi d'un côté et la punition commerciale des Keltiens de l'autre. Lorsque la situation dérape, Yuri réalise qu'elle est la seule à pouvoir, peut-être, éviter au monde de basculer dans la guerre. Reste à sav... >Voir plus
Que lire après La dernière Geste, tome 3 : OrdalieVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (18) Voir plus Ajouter une critique
4,59

sur 43 notes
5
11 avis
4
5 avis
3
1 avis
2
1 avis
1
0 avis
Suite à l'agression de l'Aeling Mistral par des soldats français, les relations diplomatiques entre Keltia et la France se sont nettement dégradées. En effet, entre les velléités du jeune roi Louis-Philippe II et les représailles commerciales des Keltiens, les ambassadeurs japonais et ottoman ont bien du mal à faire tampon. La guerre semble inéluctable. Pour Yuri, une seule solution s'impose à elle, à savoir, retourner à la cour de France afin de défendre au mieux les intérêts de Keltia, d'obtenir le soutien des autres membres de la Triade et peut-être de faire fléchir ce pompeux et bien présomptueux roi de France...

Avec Ordalie, Morgan of Glencoe signe un tome charnière qui marque un tournant dans ce cycle. Véritable point de bascule narratif, ce livre cristallise toutes les tensions faisant monter la pression crescendo. C'est le roman de tous les dangers autant pour les personnages dans leur histoire personnelle que pour les royaumes dans leur destin.

Ecrire une pentalogie est un challenge ambitieux qui nécessite à la fois de construire un univers fouillé et de dérouler une intrigue principale cohérente. C'est un travail au long cours qui doit tenir la distance tout en évitant les écueils des longueurs narratives pour garder son lectorat captif tout au long du récit.

Avec Ordalie, on a atteint la moitié du cycle de la Dernière Geste et on arrive donc à ce moment de lecture où l'on peut légitimement juger la valeur de ce texte. En effet, maintenant que l'on est parfaitement bien immergé dans les enjeux de l'intrigue et que l'on a fait connaissance avec tous les protagonistes, on peut s'abandonner pleinement à l'histoire et l'apprécier jusque dans les moindres détails.

Toute jeune plume qu'elle est, Morgan of Glencoe nous impressionne par la profondeur de son écrit, la pertinence de ses mots et son indéniable qualité de conteuse.

J'ai particulièrement apprécié ce troisième volet où elle explore avec beaucoup de justesse la psychologie de ses personnages, en les poussant dans leur retranchement, et en les plaçant face à leurs contradictions pour en faire sortir le meilleur comme le pire.

Dans Ordalie, on continue d'explorer les charmes de Keltia qui incarne une utopie prônant de belles valeurs d'égalité et de tolérance. Ici, l'autrice dessine les contours d'une société finalement très humaniste où il fait bon vivre mais qui vient se heurter au reste du monde, englué dans son conformisme étriqué. de cette intolérance et cette défiance naissent des situations de tension et de violence qui sont inévitables.

En confrontant des mentalités aux antipodes, Morgan of Glencoe se fait l'autrice d'un récit bouleversant qui déclenche mille émotions dans notre coeur de lecteur. Par le prisme de sa féerie, elle sensibilise sans ambages sur ces thématiques qui sont au coeur des fondements de nos sociétés. Ce qui rend la lecture de cette saga d'autant plus intéressante, surtout qu'elle est publiée dans une collection jeunesse qui invitera - j'en suis certaine - les jeunes lecteurs à se questionner sur leurs propres comportements.

La Dernière Geste est un très beau cycle de fantasy que l'on a clairement pas envie de lâcher.

Suspense, féerie et émotions sont les enjeux de ce cycle. On apprécie d'emblée cette jeune plume qui nous surprend par la grande qualité de ce premier texte très immersif et particulièrement captivant... suite sur Fantasy à la Carte.
Lien : https://fantasyalacarte.blog..
Commenter  J’apprécie          100
Je suis très contente de continuer ma lecture de la saga la dernière geste ! Avec Ordalie, Morgan of Glencoe apporte un nouveau souffle à sa pentalogie. C'est un exercice complexe que de se lancer dans une série de romans aussi longue. Mais étant donné l'excellence dans deux premiers livres, on peut se demander si l'autrice continue sur sa lancée.

Avec « Ordalie », Morgan of Glencoe a écrit un tome crucial qui représente un tournant décisif dans la série. Ce livre représente un point de pivot dans la narration, en rassemblant toutes les tensions qui ont été croissantes jusqu'à présent. Il s'agit d'un roman qui regorge de dangers. D'un point de vue personnel dans les premiers temps, car beaucoup de personnages sont mis à rude épreuve. Emprisonnements, tortures… Certains en prennent plein la pire. Ce tome est également l'apothéose des tensions diplomatiques entre les forces en présence. La France, sous la houlette de son cruel souverain, est de plus en plus agacé par Keltia. le tout sous l'oeil inquisiteur du japon et des forces Ottomanes.

Morgan of Glencoe décrit également de nombreux pans de l'univers. Après le Paris d'en dessous et le Rail, nous découvrons plus en avant Keltia. Il s'agit d'un royaume utopique dirigé par un cercle de dirigeants. Là-bas, fées et humains sont égaux et l'égalité est bien plus présente. Dans la seconde partie du roman, l'autrice met en scène les manigances politiques entre les différentes puissances de ce monde. Globalement, le récit est bien équilibré et permet de bien approfondir le worldbuilding.

Moins tourné vers l'action que les tomes précédents, l'autrice utilise ce tome pour mettre en avant les spécificités de son monde. En effet, Keltia est un endroit complètement différent socialement du reste du monde, plus ouvert et d'une modernité qui déconcerte ses voisins. Plus fluide et plus égalitaire, Keltia s'inspire des pays celtes et anglo-saxons. L'autrice reprend les langues celtes, comme le breton ou l'Irlandais, pour l'inclure dans une culture riche, qui oscille entre tradition et technologie, et plus d'ouverture sur le genre et la sexualité. C'est en tout une bonne façon de mettre en avant la richesse de cet univers.

Avec ce troisième tome, on entre également dans le coeur de la pentalogie. Essoufflement n'est pas présent comme dans d'autres oeuvres. Morgan of Glencoe maitrise le rythme de son récit et je ne me suis pas ennuyée. C'est notamment grâce à des chapitres courts qui permettent d'explorer différents points de vue. En effet, il faut bien suivre ce qu'il se passe ! Plus les tomes passent, plus nous avons de nouveaux et nombreux personnages, ce qui peut être confus quand on n'a d'autre choix que de picorer les moments de lecture comme moi. Certains pourront être agacés par na naïveté de l'héroïne, qui semble un peu jeune pour assumer de telles responsabilités. Cependant, la fin du roman est, comme les précédents, particulièrement prenant.

En conclusion, « Ordalie » est un troisième tome passionnant qui marque un tournant décisif dans la série. Morgan of Glencoe réussit à maintenir la pression crescendo tout en approfondissant l'univers de son récit. Ce roman regorge de dangers pour les personnages, mais également pour les royaumes en présence. L'autrice maitrise parfaitement le rythme de son récit grâce à des chapitres courts et à une exploration en profondeur de chaque point de vue. « Ordalie » nous permet également de découvrir davantage le royaume de Keltia, une utopie égalitaire et moderne qui déconcerte les autres puissances. Malgré un nombre croissant de personnages, le récit reste fluide et captivant. Si certains pourront être agacés par la naïveté de l'héroïne, la fin du roman est particulièrement prenante et nous donne envie de découvrir la suite des aventures. En somme, « Ordalie » est un tome riche et bien mené qui confirme tout le talent de Morgan of Glencoe pour nous emmener dans des univers fascinants.
Lien : https://lageekosophe.com/202..
Commenter  J’apprécie          60
Vraiment quel plaisir immense de replonger dans l'écriture de Morgan of Glencoe et de retrouver l'univers et les personnages de la « Dernière Geste ». Cette saga de modern fantasy est un réel bonheur à lire : bien écrit, original, de l'aventure et du suspense, mais aussi beaucoup d'humanité, de tendresse et de respect envers les différences. Les personnages sont pour la plupart attachants, sachant pour la plupart évoluer… Oui je dis pour la plupart, car comme dans toute bonne histoire, il faut bien des méchants, et ceux-ci sont vraiment méchants… mais ils ont tout de même leurs failles, leurs faiblesses qui peuvent en partie expliquer certains de leurs comportements, expliquer mais pas pardonner. Loin s'en faut. Je pense en particulier au roi de France, Louis-Philippe et son bras droit, Madame de Fontainebleau-d'Armentières, duchesse d'Alsace. Oui roi de France car dans le monde de la « Dernière Geste », la révolution française a raté et la Bastille est toujours là ainsi que la royauté. le récit démarre dans ce troisième chant vingt mois après la fin de « L'héritage du rail ». Yuri et les frères Saint-Elme, Pyro et Ashe, feux-follets orphelins après l'hécatombe des Egouts, habitent maintenant en Keltia, chez Lord Clifford Lynwood Redmark qu'ils appellent tous Uncle Cliff comme le fait Bran, la petite Selkie que l'on voit peu dans ce tome car en fin d'initiation avec Maître Taliesìn. Yuri, l'ancienne princesse japonaise Nekohaima Yuri, est devenue Sir Lily d'Enez Eusa (Yuri a pris le nom de sa mère keltienne Mona d'Enez Eusa) et gardienne du Redbook of Westmarch. Pyro quant à lui va à l'Université de Naoned. Ils sont tous heureux en Keltia, nation de sauvages pour les Français, mais nation qui entretient au contraire une belle douceur de vivre et de respect envers tous les êtres humains mais aussi tous les êtres féériques. Quand il est question d'envoyer un nouvel ambassadeur de Keltia à Paris, au coeur de la Triade, la situation est très tendue à Paris, en particulier à la Grand'Gare. En effet, le roi de France considérant toutes les fées comme des animaux, a donné ordre qu'on les marque toutes au fer sur une joue. Pour rappel, en Keltia et donc sur toutes les rames de train, les Keltiens vivent en harmonie avec les fées et les considèrent à égalité. Quand un officier français prend au piège et marque au fer rouge l'Aeling Mistral Alethia, ses deux fils sur le point de subir le même sort, son épouse Cers tire depuis le toit de rame cinq et tue le Français. Drame absolu qui mène à l'arrestation et l'embastillement de la Capitaine Trente Chênes qui dirige la rame cinq. le choix du nouvel ambassadeur de Keltia est donc très délicat. N'écoutant que son coeur et son amour pour son nouveau pays, Keltia, Sir Lily se propose comme ambassadrice. En effet, elle connaît bien la Cour de France et tous ses pièges, elle qui il y a encore deux ans était la fiancée du futur roi de France, et fille de l'ambassadeur du Japon. C'est très risqué pour elle car le désormais roi Louis-Philippe, son ex-fiancé, l'aime autant qu'il la hait. le dernier ambassadeur keltien, Sir Edward James Longway, le parrain de Yuri, a été tué par Louis-Philippe. le poste est vraiment dangereux et le futur ambassadeur devra tout tenter pour sauver les Fourmis de la rame cinq et éviter la guerre entre Keltia et la Triade (France, Japon et Sultanat). Sir Lily est finalement choisie comme ambassadrice de Keltia en France. Elle y retrouvera donc son ancien fiancé, son demi-frère Ryûzaki, maintenant à la tête du clan Nekohaima et nouvel ambassadeur du Japon à Paris et bien d'autres personnages de cette histoire haletante et addictive. Je ne vous en dirais pas plus. Beaucoup de rebondissements et une fin incroyable et glaçante vous attendent dans cette « Ordalie ». Il est évident qu'il faut absolument avoir lu les précédents tomes avant de déguster « Ordalie ». J'ai tellement hâte de lire la suite…. Gros coup de coeur !
Lien : https://mapassionleslivres.w..
Commenter  J’apprécie          50
Vingt mois ont passé depuis l'arrivée et l'installation de Yuri en Keltia. En France Louis-Philippe est devenu roi et les relations entre les deux nations sont de plus en plus tendues suite aux évènements survenus dans « L'héritage du rail ». Avec Ordalie, Morgan of Glencoe élabore un ouvrage significatif qui marque un tournant dans le cycle en matérialisant les tensions latentes et en intensifiant la pression qui pèse sur chaque parti. Un récit charnière qui met en avant toutes les incertitudes et les interrogations, autant, sur le plan personnel, pour les personnages que globalement pour l'avenir des différents royaumes. L'auteure continue d'explorer les enchantements de Keltia véritable société utopique prônant des valeurs d'égalité, d'épanouissement et de tolérance. Une communauté humaniste et conviviale où il fait bon vivre mais qui s'oppose au reste du monde, empêtré dans un conformisme figé et des mentalités rétrogrades qui reposent sur l'intolérance, la défiance et l'asservissement. Original et engagé, résolument explicite sur le fond, ce nouveau chapitre de la saga se sert de la fantasy d'une manière judicieuse pour mettre en perspectives de patents sujets de société et s'interroger sur notre rapport à la différence, à notre perception du monde et de son évolution. Une oeuvre qui séduit par la pertinence de sa réflexion mais qui souffre d'un discours trop simpliste qui tend parfois à la mièvrerie. L'univers est toujours aussi cohérent, parfaitement travaillé, l'équilibre politique et les évènements qui en découlent d'une logique sans failles et le développement de l'intrigue pleinement maîtrisé. le caractère et la personnalité des protagonistes se dessinent de plus en plus nettement et s'intensifient au fil de la narration. En revanche, Yuri, par sa versatilité, son manque de clairvoyance et sa naïveté déconcertante ne cadre pas vraiment avec le contexte et les enjeux de l'histoire. La conclusion aussi brutale que choquante, à l'image des précédents volumes, laisse le récit en suspens dans un suspense insoutenable et frustrant. Une suite dans la lignée des précédents volumes, plus axée sur l'étude psycho-sociale que sur l'action et donc moins palpitante mais, tout autant captivante qu'agréable à découvrir et qui incite à poursuivre plus avant l'aventure.
Commenter  J’apprécie          10
🌠 Je ne veux pas qu'on vive pour moi, je ne veux pas qu'on accomplisse des choses en mon nom que je n'aurais pas demandées ni même souhaitées 🌠

Me revoilà pour vous parler de ma relecture d'Ordalie, le tome 3 de cette série incroyable dont je vous parle régulièrement : La dernière geste, de @morganofglencoe publiée dans la collection @naos_jeunesse chez @les_editions_actusf

Après un tome 2 qui donnait l'effet d'une respiration bienvenue (mon petit coeur ayant été quelque peu malmené par le final du tome 1), j'ai retrouvé avec grand plaisir mes personnages préférés deux ans plus tard. Beaucoup de choses ont changé : Yuri s'est affirmée et embrasse une partie de son héritage à bras le corps, Louis-Philippe continue de me rendre chèvre avec ses décisions politiques mégalo tout en réussissant l'exploit de m'émouvoir par certains aspects de sa personnalité, les compagnons de la Rame Cinq se retrouvent en fâcheuse posture, et l'Empire Ottoman commence à avancer un peu plus franchement ses pions. Les isatis sont toujours aussi fan des cayins, et des personnages aperçus au détour d'une page d'un précédent tome se mettent à prendre plus d'importance dans l'histoire. Et je passe de nombreuses choses sous silence pour te laisser le plaisir de les découvrir 🤗

Nous sommes à un tournant de l'histoire, c'est vraiment un tome qui fait la bascule avec une suite qui promet d'être épique et de me faire souffrir (ne me demandez pas pourquoi j'en redemande mais c'est comme ça... Si toi aussi tu as lu cette série, je suis sûre que tu me comprends). Il y a tant de choses que j'ai aimé, je ne saurais par où commencer pour te les présenter. Mais sache que c'était, encore une fois, génial. le rythme est trépidant, j'ai adoré voir les intrigues politiques se nouer en même temps que mon coeur se serrait. Comment réussir à éviter une guerre entre ses Nations que tout oppose ? Comment réaliser ce numéro d'équilibriste sans faire une chute brutale ?

Pour découvrir cela, je t'encourage vivement à plonger entre les pages de la dernière geste...
Commenter  J’apprécie          00

Citations et extraits (25) Voir plus Ajouter une citation
Non, elle ne baisserait plus les yeux devant personne, et certainement pas devant lui, lui qui l’avait crue conquise, acquise, soumise. Le souvenir de Sir Edward revint, vivace, dans son esprit. Ce dernier sourire, ces yeux gris qui avaient soutenu les yeux bleus qu’elle affrontait à présent…
« Je chante pour toi, ô Keltia !
Et tous les miens chantent avec moi… »
Elle en avait désormais la certitude : elle n’était pas seule. Son parrain était avec elle, et sa mère aussi, et Lord William. Ils lui avaient donné une arme, la plus redoutable des armes. Alors, sans détacher son regard de ces yeux bleus qu’elle détestait tant, elle étira les lèvres en un sourire qui n’avait rien de courtisan, rien qui siée à une dame. C’était le sourire qu’elle avait vu sur les photos de Mona d’Enez Eusa, sur les portraits de Sir Edward et de sa sœur, Sir Lindsey : un sourire bravache de guerrière, qui sait que sa victoire est proche.
« Ô Keltia, si je dois mourir,
Pour que tes enfants vivent heureux,
J’irai me battre et avec un sourire,
Je tomberai dans tes bras bleus. »
Face à elle, Louis-Philippe déglutit un peu trop fort, déstabilisé. Elle comprit qu’il l’avait reconnue, et la surprise de voir sur son visage, autrefois aussi fixe que celui d’une poupée, une expression aussi franche, aussi sûre, suffit à le déstabiliser.
Commenter  J’apprécie          10
Ryûzaki nota que le patrouilleur donnait à son garde du corps un mug portant l’inscription : « Je suis mignon… à l’intérieur » et figurant un petit chat portant un kigurumi de dragon. Il tiqua un peu plus en recevant celui dont le message était « Grognon du matin, pas câlin ». Shadow lui sauta sur les genoux et réclama des caresses, qui lui furent instantanément accordées. Arkhip et Tasha, les deux renards-garous, grimpèrent chacun sur une épaule d’Alcyone, dardant sur les invités leurs regards attentifs.
- Comment va Ren-san ? s’enquit Levana.
- Il dort. Il allait vraiment mal, aujourd’hui. Il dit que c’est à cause d’un truc important que fait le p’tit Orque, et que c’est pas bien grave.
- Mais tu es inquiet quand même, constata Ryûzaki.
- Tu l’serais aussi, si c’était ton frère.
- Je n’ai pas de frère.
- T’as une sœur. C’est pareil.
Ryûzaki roula des yeux. Un point pour l’Aeling.
Commenter  J’apprécie          10
- T’as tellement de chance d’avoir connu Sir Longway et de vivre avec Lord Redmark ! Elle a vécu dans cette maison, tu sais !
Pyro s’assombrit aussitôt.
- Je suis pas sûr que ce soit de la chance. Les Égouts, c’était mieux que Paris-la-Noire, dans le sens où on risquait pas de se faire trucider dans notre sommeil par n’importe qui, mais… T’as déjà eu faim, Danig ? Faim pour de vrai, j’veux dire, faim à t’empêcher de dormir, parce que tout le monde avait beau laisser les meilleures portions aux plus jeunes, y’avait même pas assez juste pour nous ? T’as déjà partagé tes chaussures avec huit autres personnes ? On t’a déjà réveillé en pleine nuit parce que la ventilation avait planté et que si t’as pas réparé le truc en cinq heures top chrono, tous ceux que tu aimes seront en asphyxie et devront être évacués vers nulle part ? T’as déjà flippé quand tes parents sortaient, parce que t’étais pas sûr de les voir revenir ? Et qu’un jour, ils sont pas revenus ? Si c’est ça que t’appelles de la chance, je te la file quand tu veux.
Elle avait écouté sa tirade sans l’interrompre, avec les grands yeux paniqués de quelqu’un qui réalise l’ampleur de sa bêtise.
- Non, je… Je suis désolée, Pyro. J’ai parlé sans réfléchir, et c’était blessant. Je te demande pardon.
Commenter  J’apprécie          00
Malgré ses origines plutôt inattendues, l’ex-référent technique adjoint de la Communauté de l’Égout s’était adapté sans grand mal à la majorité des mœurs des Sept Royaumes, ou du moins des deux qu’il fréquentait : Breizh, où se trouvait son université et ses nouveaux amis, et Logres, où se trouvait, eh bien… sa maison et son petit frère. Les Keltiens étaient, à son avis, plus proches des mœurs féeriques que les Français, et bien plus tolérants, et puis maintenant qu’il voyait le ciel tous les jours, il ne s’en serait passé pour rien au monde. Souvent, le soir, il grimpait jusque sur le toit de l’université pour regarder les étoiles. Il aurait, bien sûr, pu se rendre sur la plate-forme d’astronomie et profiter des nombreux télescopes et lunettes à la disposition des élèves. Mais c’était sur un toit, en compagnie de Bran, qu’il avait vu les étoiles pour la première fois, et c’était sur les toits qu’il préférait les regarder.
- Hé, ma Luciole d’amour, le taquina Loardan alors qu’ils arrivaient à destination, reviens-moi : tu rêves…
Pyro sortit de ses songes et sursauta devant la foule qui se tenait devant lui : des milliers de personnes affluaient dans un vaste pré de plusieurs hectares.
Commenter  J’apprécie          00
Pour parfaire sa « keltianisation », et parce qu’elle en voulait encore à son père, elle avait choisi de prendre le nom de sa mère, comme la tradition des Sept Royaumes l’y autorisait, à sa majorité. Enfin, hériter de la garde du Redbook of Westmarch avait fait d’elle une Sir, selon la tradition, et la princesse Nekohaima Yuri avait achevé de devenir Sir Lily d’Enez Eusa quelque part dans ses premières semaines en Keltia.
Un an et huit mois plus tard, elle vivait toujours chez Lord Clifford Lynwood Redmark, qu’elle appelait à présent uncle Cliff, comme Bran. Les frères Saint-Elme avaient également accepté d’avoir le vieux Lord pour tuteur, en particulier parce qu’il ne s’imposait pas comme une figure parentale. Ashe vivait donc avec eux toute l’année, et Pyro, désormais à l’université de Naoned, ne rentrait que pour les vacances scolaires – et encore, pas toutes… Yuri le soupçonnait d’avoir une relation amoureuse.
Commenter  J’apprécie          00

Videos de Morgan of Glencoe (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Morgan of Glencoe
Une longue discussion de La Garde de Nuit autour du roman "Dans l'ombre de Paris", premier tome de la saga "La dernière Geste" de Morgan of Glencoe.
autres livres classés : uchronieVoir plus
Les plus populaires : Jeune Adulte Voir plus


Lecteurs (100) Voir plus



Quiz Voir plus

Le temps de la SF

D'un chapitre à l'autre, l'Empire romain traverse les époques, jusqu'à l'ère contemporaine. Dans cette histoire alternative, l'Empire romain n'est pas détruit au Ve siècle et continue à asseoir sa puissance et à étendre ses frontières jusqu'en 1970.

Le Maître du Haut Château de Philip K. Dick
Roma Æterna de Robert Silverberg
La Machine à explorer le temps de H. G. Wells
Replay de Ken Grimwood
Rêve de fer de Norman Spinrad
La Patrouille du temps de Poul Anderson
La Fin de l'Éternité d'Isaac Asimov
Les Voies d'Anubis de Tim Powers
Sans parler du chien de Connie Willis
Une porte sur l'été de Robert A. Heinlein

10 questions
54 lecteurs ont répondu
Thèmes : temps qui passe , temps , uchronie , science-fiction , voyage dans le temps , steampunk , paradoxe temporel , sfffCréer un quiz sur ce livre

{* *}