Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures Inscription classique

ISBN : 2330010125
Éditeur : Actes Sud (2012)


Note moyenne : 4/5 (sur 23 notes) Ajouter à mes livres
Résumé :
Né d'une île, la Corse, et de la langue qui s'y parle, le roman insurrectionnel de la désespérance d'un territoire confisqué par la violence de ses conflits locaux comme par les agissements d'une société globalisée vouée au profit qui, de sa cacophonie prédatrice, étouf... > voir plus
Ajouter une citation Ajouter une critique

> voir toutes (6)

Critiques, analyses et avis

> Ajouter une critique

    • Livres 5.00/5
    Par Pinnatu, le 04 février 2015

    Pinnatu
    J'ai lu le dernier Biancarelli.
    J'ai longtemps hésité.
    Non pas que je doutais de la qualité de l'œuvre, mais le plébiscite unanime à tendance à me refroidir.
    C'est présomptueux. Un brin orgueilleux.
    C'est possible et je m'en fous.
    J'ai horreur de suivre les joueurs de flute qui ont tendance à nous noyer sous le miel écœurant de leur guimauve intellectuelle abondante. Cette attitude peut jouer des tours. C'est le cas ici.
    J'ai donc lu « Orphelins de Dieu ». J'ai ouvert le feu de cette lecture avec des aprioris.
    True Grit, les histoires de vengeance familiale à la Mérimée version moderne, les westerns, la culture américaine et le style Ellis/Palahniuk etc.
    J'ai été bien con. J'ai fait ce que tout lecteur sait qu'il ne doit pas faire : j'ai lu les critiques avant de lire le bouquin et j'en ai été pour mes frais.
    Biancarelli nous a bien eus (moi le premier). Il cache sous sa narration principale (à laquelle bien des lecteurs consommateurs se sont arrêtés) une question profonde qui semble le hanter : Et si nous étions les oubliés de l'histoire ? Et pour nous faire partager ce cauchemar comme on délivre l'eucharistie, l'auteur nous plonge dans une Corse délabrée, aspirée par le néant, sur laquelle règne sans partage l'inversion (ou l'absence) des valeurs, coincée entre la société agropastorale dure et sévère mais riche qu'elle fut et le no man's land absurde et creux qu'elle tend à devenir.
    Ce roman n'est pas un western.
    Ce roman n'est pas une histoire de vengeance.
    Ce roman (si c'en est réellement un) est un cri assourdissant.
    C'est le tonnerre assourdissant des armes déchargées à bout portant pour quelques soldi tafunati. C'est le son rémanent des os qui cassent sous les coups. C'est le râle d'un monde qui meurt alors que le suivant n'est pas encore né.
    Les anti-héros de l'auteur en sont là. Anciens soldats d'une armée défaite, Poli, Antonmarchi, Colomba, ces hommes sont voués à être des bandits. Leur terreau social, leur cadre moral, tout a disparu. A cette époque où Napoléon III détruit la Corse économiquement, socialement et culturellement, les hommes sont pris dans la tempête de l'anarchie et de la survivance, mélancoliques jusque dans la tenue d'une époque qui ne sera jamais plus.
    C'est dans cet état de transition entre ce qui n'est plus et ce qui n'est pas encore que se situe « Orphelins de Dieu ». Entre le bruit des armes et le silence des hommes.
    Marcu Biancarelli nous a habitués à ce bruit et cette fureur. Et pourtant je n'en ai pas lu beaucoup de lui, à peine Murtoriu. Mais quel déchaînement. Quel vertige. Cette chute qui n'en finit pas et qui revient régulièrement dans les discussions. Murtoriu, c'est la plaie ouverte et sanguinolente dont la douleur nous rappelle que nous sommes toujours vivants.
    Vivants oui, mais dans quel état ?
    Un peuple ? Certainement hors champ, dans une bulle idéale presque platonicienne où nous plaçons encore nos fantasmes de gloire collective et d'abnégation communautariste. Il reste peu de la Corse dans l'entité socio-culturelle que nous voulons représenter coûte que coûte. Cela se ressent dans les lignes du roman : Nul n'invoque un patriotisme quelconque, personne ne chante de paghjelle en hommage aux héros tombés lors des batailles dont nous avons aujourd'hui fait des images d'Epinal.
    Les individus ? C'est là que Biancarelli fait mouche. La Corse et les corses existent bel et bien. Mais pas les corses de Dumas ou ceux des grands voyageurs du XIXème siècle qui peignaient les gens avec la palette subjective de leur esthétisme déjà kitsch. Ces corses qui
    Les corses qui peuplent les pages des livres de l'auteur comme ceux qui peuplent les rues de nos villes et villages, ils sont faits de dents cassées et de 4X4, de baises sauvages, de sang craché et de violence immanente. Les corses raclent la terre avec leurs mains pour survivre. Leurs mains sont dures.
    C'est là le maitre mot. Survivre. Vénérande n'est pas une héroïne. Elle ne cherche pas réellement à venger son frère devenu une ombre, ni mort ni vivant. Elle est le pendant inverse d'Antigone. Elle cherche à survivre égoïstement en se nourrissant en retour de la cruauté exercée sur son monde, de la sauvagerie que l'on a imposée dans sa sphère intime. Elle qui est à peine jolie et complètement digraziata, l'anonyme de cette terre souvent ingrate, dont le purgatoire a été violé par la rapacité des hommes, elle se fait valkyrie pour abattre son courroux sur le champ de bataille, se faisant Infernu à la place de l'Infernu.
    L'histoire de la Corse, chez Biancarelli, c'est celle-là. Non pas des héros immaculés qui se tiennent debout au milieu de la bataille, ceints dans l'armure brillante de la vertu et de la puissance, mais bien des hommes propulsés par le sens de l'Histoire qui n'est jamais celui des peuples, ces courants contraires qui font d'un officier légendaire un bandit des grands chemins, dont l'armée mexicaine est composée elle aussi d'hommes de chair, de sang et de pulsions.
    Ces pages de la vie de la Corse, que nous idéalisons bien volontiers lorsque nous sommes en détresse sociale, ce ne sont pas les pages d'un conte moralisateur ou d'une fable politicienne. Ce sont les pages de notre histoire, faites de pendaisons, de trahisons, d'errance et d'exil, de mort et d'humanité.
    Pas de caractère cyclique de la marche du monde ici. Non. L'Histoire est une course en avant qui balaie les hommes ancrés dans leur époque.
    Biancarelli fait bien plus que de nous livrer la Grande Histoire. Biancarelli nous livre la vie des hommes, exactement de la même manière dont l'Infernu passe le témoin à Vénérande : D'humain à humain, face à face, les yeux dans les yeux, intimement, comme s'il ne pouvait en être autrement car, nous le savons, notre culture est orale et non écrite, elle se transmet par la voix. Or Vénérande n'aura personne à qui transmettre cet héritage. Son frère est sourd et muet, effacé du tableau de la vie. La jeune fille vivra sa vie dans le silence du monde qui s'efface et nul ne recevra le cadeau empoisonné par la mélancolie qu'elle a hérité du tueur à gage, la confession du tueur qui vaut presque testament.
    Ces personnages vivent au purgatoire, l'Infernu est le psychopompe qui conduit Vénérande à travers les meurtres, les vols, la poussière et la terre, Vénérande est le Virgil qui amène le vieux tueur vers l'expiation de ses péchés, la délivrance de sa déchéance trouvée à travers elle et elle accomplit le destin de l'Homme à travers lui. Dans ce samsara, les individus se servent les uns des autres. Dans le cas contraire, ils sont ennemis. Les deux protagonistes principaux en sont là : ils cherchent l'absolution mutuelle, ils cherchent les Santa Lucia comme on cherche la Sainte Lumière. Colomba la trouvera dans la mort, Vénérande la trouvera par le biais du legs du tueur.
    Ensuite, il retournera à la terre sous une croix anonyme, pas tout à fait mort et elle retournera à la poussière de son village, pas tout à fait vivante.
    Alors, me direz-vous j'intellectualise ou interprète à ma façon cette lecture. Et alors ? C'est ce que j'ai lu dans ces pages trop rapidement assimilées. J'ai lu l'histoire des hommes de mon pays. J'ai lu l'histoire de ce qui se passe lorsque l'on tue une société trop lentement et qu'on la laisse se vider de son sang en la regardant mourir. J'ai lu l'histoire de Poli, ce héros du maquis dont la photo du cadavre exhibé a hanté mon enfance, et qui s'est retrouvé perdu entre deux époques, comme le fantôme du cavalier sans tête d'Irving coincé entre deux mondes.
    J'ai lu mon pays dans le straziu de chaque jour, j'ai lu mon peuple dans ce qu'il a de plus excessif mais de plus vrai. J'ai lu la vie des hommes quand le monde les oublie.
    J'ai lu Théodore Poli, l'orphelin de l'Histoire du monde.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 0         Page de la critique

    • Livres 5.00/5
    Par musanostralecture, le 21 octobre 2012

    musanostralecture
    Marcu Biancarelli fait partie de ces écrivains corses qui tentent de
    vivre l'aventure littéraire autrement. Ils sont à la fois corses,
    profondément, et universalistes, c'est à dire humains.
    Marcu Biancarelli, on le connaît pour « 51 Pégase », « Cusmugrafia »
    , « Vae Victis »… pour ses articles, les blogs qu'il anime et à
    musanostra, pour sa participation à de belles soirées vouées à la
    littérature et à l'amitié
    Avec Murtoriu qui paraitra en septembre chez Actes Sud , il se lance
    dans une autre aventure . Ce roman d'abord rédigé en langue corse et
    publié chez Albiana, a été traduit par Jérôme Ferrari, M.O.Ferrari et
    JF Rosecchi.
    Une traduction qui est en soi une histoire de proximité et de
    fraternité dans les territoires humains. Nous avons donc la primeur
    de ce qui sera très probablement un événement littéraire à la rentrée
    de Septembre.
    Murturiu, c'est en corse, « le glas et l'avis de décès », le chant
    funèbre qui accompagne les morts violentes, d'où ce sous-titre «
    La ballade des innocents ».
    Une ballade qui évoque plutôt le massacre des Innocents, et se passe
    en Corse sous une géographie maudite de désastres et de cataclysmes
    humains. Mais la tragédie chez B. n'a jamais la couleur du pathos
    .Elle est toujours empreinte de retenue et de dérision !et sans
    aucune compassion pour les médiocres et les « nombreux » que nous
    sommes. C'est la tragédie de l'homme double, soumis à une double
    postulation comme dirait Baudelaire, tantôt animal, le plus souvent,
    tantôt ange . Mais chez M Biancarelli, c'est l'ange, sans Dieu, juste
    l'Espoir qui voudrait vivre, et une certaine forme de pureté
    Le narrateur écrivain, poète et libraire ratés (il l'affirme) vit
    dans le Sud de la Corse. C'est Marc Antoine, de la lignée des
    Cianfarelli, fils du » Vieux » , qui a trainé ses guêtres à Alger, et
    du grand père ,Marc Antoine lui aussi ,héros « échappé de l' épopée
    guerrière de 14/18 ». Des figures tutélaires qui innervent le roman
    dont le narrateur va croiser les destins , les rencontres ,les époques
    les traumatismes ,les désillusions ,les retours et les fuites mais de
    façon allusive ,sans les inscrire dans une construction narrative
    serrée .Marc Antoine , le narrateur , est des nôtres , mêmes lieux,
    mêmes dérives et misères morales .Sa bouffée d' air pur, c' est
    l'écriture : « lorsque tu écris et que tu es possédé tu te dis que tu
    as pour mission de conjurer une bonne fois pour toutes cette saloperie
    de destin » ; Il voudrait être Prométhée ,mais il n' est qu'humain,
    alors il lui arrive de prendre « du Doliprane ».
    Il a des amis, ceux de sa « Terre », comprenez de son territoire »
    authentiques bergers, sages ou innocents comme Trajan ou Mansuetu qui
    vivent dans un nature forte, dure mais authentique dans ses valeurs.
    Avec eux, il mange du fromage et va à la chasse, parfois même avec des
    touristes .Le chapitre sur la chasse est l'occasion de très belles
    pages à la Giono(celui d' Un roi sans divertissement ) La description
    du face à face avec le mouflon acquiert une force presque
    métaphysique : « je le regardais, partagé entre l'instinct du tueur
    et l'admiration jalouse conditionné par l'affut et plein de gratitude
    face à ce sommet de grandeur désireux de dompter son irrévérence et
    dilacéré par sa liberté » .Va t'il tirer ?
    La petitesse et la bêtise humaines sont là aussi, tapies dans le
    détail de l'écriture : « les touristes photographiaient même les
    grosses mouches vertes qui commençaient à envahir les trous sanglants
    de la chair déchirée »
    La tragédie et les chants funèbres viendront, non pas des
    touristes, Tartarins d'opérette et colonialistes à leurs heures (voir
    la scène chez le médecin ou la place de parking), consommateurs de
    folklore et ignorants par-dessous tout. La tragédie et les chants
    funèbres viendront des malfrats locaux, corses du cru et vraies
    ordures, les Don pierre et autres.
    Il y a l'amour et les femmes, le désir et le sexe : sa cousine Léna ou
    l « avocate »
    Le désir et le sexe dénués de sentiments peuvent se consommer comme
    de vulgaires produits, dans une version, animal en rut. Et il arrive
    au narrateur d'être comme ces « nombreux ». Il est alors aussi
    pitoyable qu'eux car le sexe y est cruel, y compris pour ces
    femmes, femelles d'un soir de beuveries et « paumées ». de la misère
    morale à l'état pur. Je vous conseille les pages sur la drague par
    texto : drôle et dérisoire
    On a souvent reproché à Biancarelli d'être cru, voire vulgaire et
    même misogyne .Il est vrai que les mots sont souvent crus (moins
    d'ailleurs ici que dans Pégase 51)),à l'image des situations qui le
    sont infiniment plus .Il me semble pourtant que le désir et le sexe y
    sont aussi l' expression d'une vitalité et d'une énergie de survie
    .Une façon d'exfiltrer le trop-plein, pour ne pas imploser .Comme
    les mots .Des pages aussi d'une grande humanité pour parler des
    prostituées ces « cabossées de la vie »qui vendent leurs corps pour
    survivre .La vraie vulgarité est ailleurs .Elle est chez ces femmes
    qui se prostituent sans obligation, juste pour quelques cadeaux, une
    voiture ou un statut social. Lui, il se vit comme l'un de ces
    loosers des romans noirs américains, sans illusion, ni sur les autres
    ni sur lui-même, mais qui a toujours en lui cette petite lueur, ce
    maudit petit espoir qui voudrait vivre. Mais, à vouloir faire l'ange
    on fait parfois la bête…
    Le narrateur évoque aussi la Guerre 14/18, à travers son grand père :
    une chronique plutôt qu'une fable. .Les corses arrachés à leurs
    villages se voient propulsés dans l'enfer des combats du Pas de
    Calais et confrontés à la mort, au corps à corps. Un traumatisme.
    Chairs déchiquetées et massacres des innocents .Lorsque les survivants
    reviennent, ils n'appartiennent plus au même monde. Déracinement.
    On pourrait parler aussi des réflexions de l' auteur sur le
    consumérisme ,les centres et les périphéries ,et de bien d'autres
    choses encore qui font la marque du style Biancarelli .Le style
    Biancarelli sur un mode apaisé, moins « gueuloir » .Une révolte qui
    crisse ,poétique et épique ,lyrique aussi , plus ciselée mais toujours
    là ,à fleur d'écriture. Un mélange de Céline et de Giono. La lecture
    peut être aussi de Ferrari interprétant Biancarelli .
    Un beau livre.
    Ivana Polisini-Mattei septembre 2012

    Lien : http://www.musanostra.fr
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 2         Page de la critique

    • Livres 5.00/5
    Par ghjanlucca, le 11 février 2013

    ghjanlucca
    Maintenant tout le monde sait traduire Murtoriu, on a donc bien avancé dans l'apprentissage de la langue corse. D'ailleurs le texte, grave et puissant, fonctionne comme le battant de la cloche, oscillant sans discontinuer de la Première Guerre mondiale à l'époque contemporaine pour répercuter le même message de fin. le même constat de décès. D'emblée on comprend que la messe est dite, le héros-libraire met les points sur les i d'un possible lecteur déjà coupable de se trouver là. Parce que, de cette mort, ce lecteur n'est probablement pas si innocent qu'il veut le croire. La terre du nord de la France, celle des montagnes du sud de la Corse, partout s'inonde d'un même sang inutilement versé. A la désolation définitive des paysages du nord répond la désertification des paysages du sud de l'île. La guerre passée, la Corse n'est plus qu'un spectre qui se jette dans les bras de la grippe espagnole, comme si l'horreur n'était pas suffisamment nourrie... Dans ce siècle franchit de page en page, les usages deviennent des traditions, puis des souvenirs, puis du folklore. Les témoins, ce qui en grec se traduit par martyrs, n'ont qu'à disparaître, inadaptables de toute façon ils sont sacrifiés. L'horreur en redemande, parce qu'elle veut tout, jusqu'à l'âme, et l'âme de ce pays est autant dans la tête des gens que dans ses paysages. La Corse s'autodétruit, comme le renard piégé se dévore la patte pour aller mourir ailleurs.
    Le dernier son de la lourde cloche s'évanouit dans l'air pesant de la mort annoncée, et Marc Antoine le libraire reproduit à sa façon le geste de Marc Antoine son grand-père.
    L'auteur confirme ici son style particulier, quasi géologique, rocailleux et vrai, âpre parfois. Il le parfait jusque lui faire épouser les contours de son texte, comme ciselé à la crête de ses montagnes, ou imprégné de peur, de sueur et de sang. Il bouscule, dérange, sort de derrière son écritoire. Ce roman, si corse dans le ton et l'esprit, peut prétendre à l'universel. Il suffit d'ouvrir les yeux sur ce monde pour en voir le tragique autant que la vacuité. Il inscrit son message parmi ceux que, depuis l'Antiquité, la Méditerranée adresse à l'humain. Lui montrant sa mesure et sa raison sans cesse menacées par ses passions éphémères. La traduction est efficace qui parvient à rendre au texte sa densité originelle et parfois même sa sonorité.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 4         Page de la critique

  • Par keisha, le 14 décembre 2012

    keisha
    Allez, une fois n'est pas coutume, l'auteur : Marc Biancarelli est enseignant de langue corse, et a publié de nombreux ouvrages en corse et en français. La VO de Murtoriu a été publiée en 2009.
    En langue corse, Murtoriu revêt le double sens de glas et d'avis de décès.
    "Et déjà il lui semble entendre les cloches sonner le glas dans son village, les gens qui tombent de désespoir, qui se jettent dans le ravin, les enfants sans soutien. Il entend le glas sonner, qui fige les campagnes, et il voit les gendarmes arriver, tenant à la main les télégrammes bleus qui annoncent eux aussi la mort, la mort sans fin, et qui disent la boucherie de Dieuze, qui disent les massacres des Eparges, et qui disent le désastre de l'Argonne, et qui racontent les tueries de la côte 304 et du Mort-Homme, et le carnage de ce jour, et tous ces avis de décès envoyés vers sa terre lointaine, et qui lui parlent, qui lui annoncent la fin de tout, la fin d'un monde, et il est vivant, lors que tous les autres, tous ceux qu'il connaissait, ceux qui chantaient avec lui dans le train du départ, tous sont morts.(...). La fin, la fin est là. Et le glas qui sonne là-bas dans les Terres.
    Per pudèlavi spiega
    Un vale carte nè penne
    Lu sangue curria à fiume
    Corsi è Alumani inseme."
    Marc-Antoine Cianfarani, le grand-père, est revenu des tranchées de la première guerre mondiale (époustouflants chapitres!) et de nos jours Marc-Antoine Cianfarani son petit-fils quarantenaire traîne sa misanthropie: seuls trouvent grâce quelques amis. Il vivote dans sa librairie qu'il ferme au fort de l'été, fuyant les touristes, écrit des poèmes, et préfère se réfugier dans un village de la montagne corse. Il ne mâche pas ses mots, ses opinions sont brut de décoffrage, ses rapports avec les femmes, disons, difficiles, même si un cœur bat sous le cuir. Il déteste les touristes et les promoteurs qui défigurent son île. C'est rude, c'est âpre, sans concession. Les continentaux en prennent pour leur grade (passages hilarants...). Les maux de l'île ne sont pas passés sous silence - un vol, un racket et deux assassinats en moins de 300 pages... "Je ne voudrais pas ajouter à ma décadence et à mon inadaptation à ce monde cinglé le fait d'avoir l'air d'un con. Inutile d'aggraver mon cas, il me suffit de passer pour un asocial et un mec puant - ce que je suis." Lucide dans l'auto dérision, quoi.
    Je n'ai pas tout compris, n'ai pas envie de tout analyser, d'autres le font mieux. Mais quel beau texte! Quelle écriture! Lisez ce roman.


    Lien : http://enlisantenvoyageant.blogspot.fr/2012/12/murtoriu.html
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 6         Page de la critique

    • Livres 3.00/5
    Par antibouille, le 21 février 2013

    antibouille
    Marc Biancarelli a écrit ce livre en langue corse et il n'est tendre avec personne, ni avec les Corses, ni avec les Touristes, ni avec lui, ni, en vérité avec l'humanité toute entière...C'est un livre très dur voire même parfois très cru et il est difficile de supporter et d'expliquer tant de haine.Le personnage principal Marc-Antoine Cianfarini est un libraire amoureux de certains livres et de poésie mais il déteste la société de consommation et en particulier les touristes au point de fermer sa librairie l'été et de se réfugier dans un hameau de la montagne corse où il habite la maison familiale héritée de ses aieux. Ses amis passent avant tout et il partage avec eux les bonnes bouffes bien arrosées et une passion pour le sexe. La volence de spropos et des comportements des uns et des autres sont lamentables en particulier dans leurs rapport avec les femmes.Je recommande toutefois la lecture de celivre, édifiant sur certaines dérives de la Corse mais aussi pour des pages très bien écrites et très be de l'auteurlles sur l'amitié virile ainsi que les passages qui évoquent la terreur de la guerre de 1914...Le parti pris de l'auteur est un jugement sévère, parfois injuste, mais sans concessions sur les méfaits de la société de consommation autravers duquel perçent évidemment des blessures et fêlures très personnelles.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 5         Page de la critique


Critiques presse (1)


  • Telerama , le 05 décembre 2012
    Cette œuvre ovni bougonne, pleine de sève et d'amertume, s'ouvre comme un polar américain ou une comédie à l'italienne.
    Lire la critique sur le site : Telerama

> voir toutes (7)

Citations et extraits

> Ajouter une citation

  • Par fanfanouche24, le 22 mars 2014

    Nos rapports étaient ainsi faits. Nous nous aimions énormément et nous nous étions détruits à n'en plus pouvoir jusqu'à l'ultime réconciliation sur son lit de mort. C'était pourtant bien lui qui m'avait transmis cette langue. Je sais que si je me suis à écrire et particulièrement dans cette langue, ce fut pour donner une vie à ses mots à lui, pour tenter de m'approcher de la richesse des expressions qui étaient les siennes. Mais j'étais trop orgueilleux pour lui concéder une victoire, pour reconnaître la puissance de la figure paternelle. J'aimais l'idée de m'être élevé seul, d'être un homme indépendant, de ne rien lui devoir, mais c'était son avis qui, à la fin, comptait par-dessus tout. Lui connaissant tous ces sentiments contraires qui m'animaient, sachant la violence de notre dualité, se sentait fier d'être mon premier lecteur, la seule personne qui, dans l'intimité, pouvait réellement me dire ce qu'il en pensait. (...) Jamais il ne me critiquait sur le fond, me gratifiant, au contraire, de son approbation et me procurant la force nécessaire pour jeter mes textes impertinents à la face du monde entier. Il me donnait la force d'un père. (p.147-148)
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 14         Page de la citation

  • Par fanfanouche24, le 26 mars 2014

    Je vis en montagne et je traque le sanglier, là mes seuls compagnons sont les corbeaux et les êtres les plus rustres de la Création. Mais honnêtement je ne me sens pas plus étroit d'esprit que les bobos parisiens... (p.84)

    Commenter     J’apprécie          0 6         Page de la citation

  • Par fanfanouche24, le 22 mars 2014

    J'ai lu une phrase de Peter Sloterdijk disant que les livres sont des lettres envoyées aux amis. Sloterdijk tenait lui-même cette phrase d'Heidegger que je n'ai jamais lu par flemme. L'ami à qui j'écrivais mes livres était donc mon père. (p.145)

    Commenter     J’apprécie          0 5         Page de la citation

  • Par fanfanouche24, le 05 novembre 2013

    Quand je suis retourné au village pour préparer ton enterrement (le père du narrateur), je me suis souvenu de notre dernière étreinte et aussi de la dernière chose que tu m'aies dite. Tu voulais que je récupère les stylos et les cahiers dans la chambre d'en haut où tu écrivais. Toi aussi, tu voulais écrire. Tu avais toujours quelque chose à dire. Tu ne voulais pas encore mourir. Tu ne voulais pas que ce soit demain. Ecrire était ton ultime combat. Il te restait un dernier message à envoyer mais le temps t'a manqué. Ecrire en guise de geste ultime pour triompher de la mort. (p.146)
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 1         Page de la citation

  • Par ECaminade, le 07 septembre 2012

    Ch.1 p.12
    Je vous demande enfin de cesser de vous comporter comme un rustre au moment de commencer la lecture de ce livre. Je vous demande de ne pas m'offenser par votre présence importune dans ces pages. Elles ont nécessité suffisamment de souffrance pour qu'il me soit épargné vos commentaires de casse-couilles, ou pire, de laquais. Alors je vous demande seulement, une fois éclaircis ces deux ou trois points importants, de vous taire et d'écouter.
    Plus tard, je vous dirai encore quelque chose de mon point d'observation mais, en attendant, écoutez, écoutez donc.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 1         Page de la citation

> voir toutes (4)

Videos de Marc Biancarelli

>Ajouter une vidéo
Vidéo de Marc Biancarelli

Marc Biancarelli - Orphelins de Dieu .
Marc Biancarelli vous présente son ouvrage "Orphelins de Dieu" aux éditions Actes Sud. Rentrée littéraire 2014. http://www.mollat.com/livres/biancarelli-marcu-orphelins-dieu-9782330035938.html Notes de Musique : Stickfigure/(none given)/05 Spaghetti Western. Free Music Archive.








Sur Amazon
à partir de :
20,90 € (neuf)
17,00 € (occasion)

   

Faire découvrir Murtoriu par :

  • Mail
  • Blog

> voir plus

Lecteurs (40)

> voir plus

Quiz