Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures Inscription classique

ISBN : 2070458253
Éditeur : Gallimard (2014)


Note moyenne : 4.48/5 (sur 635 notes) Ajouter à mes livres
Résumé :
Un groupe d'élite, formé dès l'enfance à faire face, part des confins d'une terre féroce, saignée de rafales, pour aller chercher l'origine du vent. Ils sont vingt-trois, un bloc, un nœud de courage : la Horde. Ils sont pilier, ailier, traceur, aéromaître et géomaître, ... > voir plus
Ajouter une citation Ajouter une critique

> voir toutes (126)

Critiques, analyses et avis

> Ajouter une critique

    • Livres 5.00/5
    Par fnitter, le 16 mars 2013

    fnitter
    Donnez-moi de la terre à contrer.
    Ce n'est pas la première œuvre de l'auteur, mais probablement la plus connue et en tout cas celle qui a eu le plus de succès. Publiée en 2004 elle a obtenue le grand prix de l'imaginaire en 2006.
    C'est l'histoire de la 34ième horde du contrevent, racontée essentiellement par Sov le scribe et composée de 23 membres, organisée en troupe quasi militaire et hiérarchisée. le Fer, le Pack et les Crocs. Leur but ? de l'extrême aval, remonter, à pied, vers l'extrême amont, connaître les trois dernières des neuf formes de vent et avec cette question qui revient sans cesse : Pourquoi ? Pourquoi la horde, pourquoi le vent souffle-t-il ?
    Au début du livre, notre 34ième horde contre déjà depuis 28 ans et elle n'est qu'au début de ses véritables épreuves.
    On peut laisser de côté la forme un peu déroutante (numérotation de page inversée, sigle attribué à chaque membre de la horde servant à identifier qui parle ou raconte, pas de lexique pour un nouveau vocabulaire riche et exotique, voire mystique) pour se concentrer sur l'intérêt de l'histoire.
    On m'a dit de m'accrocher les 70 premières pages, mais moi j'ai adhéré dès le début à cette troupe, me laissant emporter, sans parfois comprendre tout ce que je lisais, mais m'accrochant à cette dynamique de groupe. le but de leur vie a-t-elle un sens ? En tout cas elle a une valeur, venant du combat, du rapport physique qu'ils ont avec le vent.
    Ce combat, ce combat ultime, cette volonté d'aller jusqu'au bout. Cette quête, cette formidable et époustouflante quête où l'on souffre avec la horde, où l'on meurt avec elle dans sa lutte contre les vents, la poursuite qui cherche à l'éliminer, ces chrones, (forme de vie, concept phénomène naturel ?) jouant avec le temps, les sens et l'espace. Cette lutte de tous les instants, dans le désert, dans l'eau, dans la Norska, mortelle et glaciale...
    On ne ressort pas indemne de cette histoire. Exceptionnel.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          20 121         Page de la critique

    • Livres 5.00/5
    Par steppe, le 06 mai 2011

    steppe
    Ce jour là Mr Damasio, j'arpentais comme une âme en peine les rayons hétéroclites de ma librairie préférée.
    Car j'étais en quête moi aussi... Comme chaque homme un jour ou l'autre peut l'être... Qu'il s'agisse de survie ou de simplement retrouver goût à un plaisir simple qui s'évertue à nous échapper...
    L'origine du vent pour certains, le plaisir de lire pour d'autres.... Les enjeux pensez-vous, ne sont pas les mêmes, lorsqu'il s'agit du destin du monde ou de sa propre "petite trajectoire"... détrompez-vous! le tout est dans l'espoir que l'on investit... Et un homme heureux, satisfait, comblé dans sa recherche individuelle d'une route à suivre, alors, sera plus apte à une destinée universelle...
    Lorsque lire mais plus encore, lire du jamais lu, lorsque notre quête ne se dirige vers rien d'autre que l'étonnant, l'inexploré, la révélation d'un genre, une approche encore inconnue, alors, rapidement, on tourne en rond, on s'exténue à retourner inlassablement vers nos premières découvertes littéraires pour essayer, le temps d'un livre, de retrouver notre capacité à s'étonner et à s'émerveiller...
    Depuis quelques temps déjà, aucune lecture ne trouvait grâce à mes yeux... Je commençais chaque jour un ouvrage nouveau et chaque jour l'abandonnais... Chaque 4ème de couverture était la promesse enivrante d'une découverte fabuleuse, d'un voyage hors du commun...
    Mais chaque première page, à peine lue, démystifiait de façon impitoyable mes attentes de renouveau et de découverte...
    Je commençais à me croire trop exigeante. Et m'accablais de reproches quand à mon incapacité à m'enthousiasmer pour quoi que ce soit...
    Ainsi donc, ce matin là, je déambulais parmi les rayons bigarrés de cette grande librairie où je me sentais perdue et à l'affût presque désabusé de ce livre particulier qui enfin, me redonnerait le goût des mots et des histoires...
    J'essayais vainement de me détourner de la fantasy que j'explorais depuis 5 ans déjà... Et là, en tête de gondole des nouveautés, un livre peu coloré, sans rien de plus pour attirer l'œil qu'un bandeau rouge annonçant un "grand prix de l'imaginaire", un poche, grisâtre et peu attrayant.
    Mais, allez savoir pourquoi, c'est vers lui que je me dirigeai alors que les prix depuis longtemps déjà n'étaient plus pour moi gage de qualité.. Je le pris, le caressai, lus la 4ème de couverture et l'ouvris à la première page....
    Et c'est là que se produisit le miracle car voici ce que je lus :
    " A l'origine fut la vitesse, le pur mouvement furtif, le "vent-foudre".
    Puis le cosmos décéléra, prit consistance et forme, jusqu'aux lenteurs habitables, jusqu'au vivant, jusqu'à vous.
    Bienvenue à toi, lent homme lié, poussif tresseur de vitesses."
    Ces quelques mots me cinglèrent l'esprit et me transportèrent jusqu'à me laisser pantelante du désir amorcé d'aller plus loin dans ce phrasé si plein de promesses...Je rentrai chez moi impatiente et néanmoins hésitante... Et si je m'étais trompée ?
    Si cet ouvrage, comme les autres, n'était qu'un mirage de plus, une autre promesse non tenue?..
    Mais je commençai et bientôt je compris que je ne m'étais pas trompée...
    Chaque page, chaque ligne lues étaient comme un nectar, une bouffée d'oxygène, un délicieux sursaut sur mon chemin de lecture... Un moment de grâce, si rare, si exaltant, si généreux et si riche!!!
    Caracole m'étourdissait et me laissait après chacune de ses interventions dans l'extase du beau mot, de la belle phrase et du propos joyeux du saltimbanque généreux et érudit.
    Sov m'expliquait, sans m'ennuyer jamais, les particularités de cet univers à la fois menaçant et passionnant dans lequel je finis par me projeter en toute confiance...
    Même Golgoth et sa cruauté toute bestiale, son animalité dédiée à l'aboutissement de sa quête, aveugle et brutale... Grossière aussi mais tellement touchante....
    Et Pietro, le prince déraciné, son élégance aussi bien dans l'attitude que le propos...
    Et Coriolis, Talweg ou Aoi Nan....
    Je me jetai à corps perdu dans l'aventure et luttai contre les vents furieux....Je m'esquintai comme ceux de la Horde à chercher une route praticable et à aller au plus loin de mes capacités....
    Je pleurai, le moment venu, le destin de Steppe....
    Je me délectai de chaque touche de poésie, de philosophie, de voyage et de découverte, de réflexion toujours judicieuse.
    Je m'ébahis devant la justesse du dosage...
    Et plus que tout, je savourai le langage, l'habileté du mot, de l'expression. Tout était prétexte à extase pendant cette lecture.
    Puis, vint le mot de la fin...
    Et avec lui, le sentiment d'une perte immense...Alors, je commençai mon travail de deuil. Je parlai de la Horde à quiconque voulait bien m'écouter... Je postai sur chaque forum une critique malheureusement très en dessous de ce que je ressentais...
    Je pris le pseudonyme de Steppe sur mon forum préféré...
    Mais, quoi que je fasse, reste en moi comme un sentiment confus de perte et de vide....
    J'ai eu besoin de plus d'un mois avant de pouvoir ouvrir un autre livre....
    Alors, Mr Damasio, entre vous remercier et vous maudire, je ne sais que choisir....
    Merci, merci mille fois pour cette œuvre généreuse, atypique et si aboutie...
    Merci pour mes larmes glacées versées dans la Norska, de joie comme de tristesse.
    Merci pour cette grâce offerte à mon âme blasée.
    Merci pour cet amour du mot juste et pour mon intérêt enfin renouvelé...
    Merci pour Golgoth, Pietro, Sov, Caracole, Erg, Talweg, Firost, L'Autoursier, Steppe, Arval, le Fauconnier,
    Horst et Karst,
    Merci pour Oroshi, Alme, Aoi nan, Larco, Léarch, Callirhoé, Boscavo, Coriolis et Sveziest...
    Merci pour moi Mr Damasio... Et ce mouvement insufflé à ma curiosité...
    Mais je vous maudis pour ce sentiment d'inachevé qui me colle à la peau depuis la dernière(la première?) page tournée de la "Horde".
    Je vous maudis de m'avoir donné le meilleur et ainsi d'avoir relevé le niveau de mes exigences....
    Je vous maudis de m'avoir laissée orpheline d'une famille que j'avais faite mienne...
    Je vous maudis d'avoir annoncé une suite à la "Horde"....
    Depuis, à nouveau, j'erre dans les rayons de ma librairie préférée... Toujours en quête...
    Et je vous cherche, Mr Damasio, je vous espère....
    Je scrute l'horizon en quête du chrone dans lequel je pourrais m'oublier et me déliter jusqu'à me renouveler...
    Mon "Vif" vous appelle et vous attend.
    Vous m'avez laissée là, ébranlée, essoufflée, haletante, presque suffocante.... Orpheline et désemparée, je continue à chaque lecture à rechercher ce merveilleux instinct du mot et de l'histoire...
    Et chaque lecture me ramène à vous et à ma frustration...
    Mais aussi, vous m'avez donné le goût de la quête....
    Et la certitude d'un espoir possible.
    Et chaque livre ouvert, chaque première page est une promesse....
    Grâce à vous....
    Merci Mr Damasio.... et pour finir, pour ceux qui savent :
    "N'acceptez pas que l'on fixe, ni qui vous êtes, ni où rester. Ma couche est à l'air libre. Je choisis mon vin, mes lèvres sont ma vigne.
    Soyez complice du crime de vivre et fuyez ! Sans rien fuir, avec vos armes de jet et à la main large, prête à s'unir, sobre à punir.
    Mêlez-vous à qui ne vous regarde, car lointaine est parfois la couleur qui fera votre blason." .....
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          14 81         Page de la critique

    • Livres 5.00/5
    Par Marple, le 10 mai 2014

    Marple
    Quelle horde, quelle quête et quel livre ! J'ai adoré, tout simplement.
    Je ne suis pourtant pas une lectrice régulière de science-fiction, loin de là : passés les incontournables comme Dune ou le Seigneur des Anneaux, deux sagas qui m'ont enchantée et profondément marquée (pour preuve, je récite par cœur la litanie Bene Gesserit contre la peur), je ne connais rien au genre, n'ai jamais compris les subtiles différences entre fantasy, fantastique et autres littératures de l'imaginaire, et ne m'y intéresse pas outre mesure. Là, j'ai su dès la 3ème page que La Horde du Contrevent allait m'embarquer dans une magnifique aventure.
    Parce qu'il y a beaucoup de vent dans ce livre, mais plus encore de souffle ! Grande épopée, roman d'initiation, carnet de voyage, récit philosophique, histoire d'amour et d'amitié, il emprunte à tous les styles pour raconter le destin de la 34ème Horde du Contrevent. La Horde du Contrevent ? C'est un groupe de 23 individus aux talents divers et complémentaires formés dès l'enfance à contrer le vent en marchant, dans l'espoir d'atteindre un jour l'Extrême-Amont, le point d'origine des vents. C'est donc Golgoth, le Traceur, autrement dit le chef et la brute. Mais aussi Sov le Scribe humaniste, Erg le combattant-protecteur, Oroshi la brillante aéromaitresse, le virevoltant et inconstant troubadour Caracole, Alme la soigneuse parfois peureuse, Calliroé la faiseuse de feu aux moeurs légères, et 16 autres, qui s'expriment tour à tour, chacun à sa façon, pour raconter leur quête, leurs envies et leurs angoisses. Face au furvent, aux obstacles naturels, aux sortilèges des Chrones, mais aussi à l'épuisement, aux souffrances et aux deuils...
    Le roman est rempli de trouvailles astucieuses amusantes : la numérotation des pages à rebours, les symboles pour indiquer qui s'exprime, le dessin des différentes formations de la Horde, les modes de vie des Fréoles, Obliques et autres Abrités... Cela dit, ce qui le rend vraiment passionnant à mes yeux, ce sont ces 23 personnalités plus ou moins brillantes, mais toutes uniques et bien décrites, qui marchent ensemble vers un idéal, entre solidarité, tensions, sagesse et pur amour. Surtout celles d'Oroshi, de Steppe et de l'Autoursier, car évidemment on se reconnaît et on s'attache plus à certains personnages qu'à d'autres. Alors, au bout la 34, ou pas ?
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          10 59         Page de la critique

    • Livres 5.00/5
    Par boudicca, le 13 juin 2012

    boudicca
    Ils sont vingt-trois. Vingt-trois hommes et femmes en quête de l'Extrême-Amont et de l'origine du vent qui balaie leur monde d'un bout à l'autre. Alain Damasio nous entraine sur les traces de la neuvième Horde et de ses membres dans un roman d'une puissance et d'une beauté époustouflante. L'auteur nous propose un univers fascinant et d'une originalité folle dans lequel on plonge dès les premières pages pour n'en plus ressortir. Chaque idée est exploitée avec un talent et une intelligence absolument remarquable, qu'il s'agisse de l'intrigue, des personnages, du décor, du style et même de la pagination ou encore de la typographie (chaque paragraphe débute par un symbole associé à l'un des protagonistes qui prennent chacun leur tour la parole).
    On voyage grâce à Monsieur Damasio qui nous fait découvrir des paysages fascinants, tour à tour sauvages, impressionnants, étranges ou accueillants : la magnifique cité aérienne d'Alticcio, l'imposant et désespérant massif de Norska, l'Extrême-Amont... Certaines scènes figurent parmi les plus belles et les plus intenses qu'il m'a jamais été donné de lire. Aussi vous ne manquerez pas de vous souvenir du voyage et des festivités à bord de l'Escadre Frêle, vaisseau d'une nature tout à fait particulière ; de la traversée par la Horde de la Flaque de Lapsane, étendue d'eau croupie et de marais plein de dangers et de mystères (« Fontaine je ne boirais pas de ton eau... ») ; du magistral duel littéraire de Caracole et Sélème maniant les palindromes, anaphores et autres figures de style de la langue française comme personne ; des retrouvailles entre les membres de la Horde et la génération qui les a précédé...
    Mais la plus grande qualité du livre reste ses personnages, tous d'une telle humanité et d'une telle profondeur qu'ils ne peuvent que nous bouleverser : on rie avec eux, on pleure, on craint, on se dépasse, on apprend, on s'attache, on espère... Difficile d'oublier Golgoth, ses fêlures, sa volonté de fer et son langage fleuri ; Caracole et son tempérament joyeux, ses jeux de mots, ses taquineries, sa complexité ; Sov et ses doutes, ses petites attentions et sa gentillesse ; la petite Aoi et son amour pour Steppe ; le prince Pietro Della Rocca, la soigneuse Alme, le combattant Erg Machaon, l'aéromaitre Oroshi et tant d'autres encore... Rarement un livre m'aura tant marqué et tant bouleversé, alors merci Monsieur Damasio pour ce chef d'œuvre que je ne risque pas d'oublier.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          3 50         Page de la critique

    • Livres 4.00/5
    Par SMadJ, le 18 juin 2014

    SMadJ
    "Hé mec, ici c'est la horde et si tu veux faire partie du pack, il va falloir bien t'accrocher ! Pas de fiottes ou de fientes ici ! Que des gars et des donzelles coulés dans le béton. Nous somme vingt-trois mais nous ne sommes qu'un !
    Et on ne va pas se livrer facilement je te le dis. On va la contrer ta gueule aussi bien qu'on contre les furvents !"
    Heuuu... Merci Golgoth pour cette introduction un peu... Heuuu... Brutale...
    Les furvents font partis des forces venteuses qui pullulent dans le monde des 23 de la Horde.
    Le postulat est simple : Affronter les 9 vents et arriver au bout de ce monde appelé l'Extrême-Amont où devrait les attendre : au mieux un paradis de lait et de miel ; au moins l'explication sur l'origine des vents et surtout leur permettre de devenir les héros ultimes de leur monde.
    Autant dire que ce sera très compliqué. Pas que pour eux d'ailleurs.
    C'est un fait : Arriver au bout du livre sera aussi ardu pour le lecteur que pour La Horde d'aller au bout de sa quête. Mais putain, ça vaut le coup. C'est un bouquin dont on ne ressort pas indemne. 700 pages d'odyssées et de de pérégrinations. 700 pages au rythme tantôt lancinant tantôt tranchant. Plutôt compliqué à lire, Damasio créant des mots pour décrire les éléments et les ennemis rencontrés par la horde. Un petit lexique aurait tout de même été le bienvenue.
    Amateurs de seuls page-turners et de facilité intellectuelle, passez votre chemin, rien ne vous sera mâché. C'est le livre qui se doit d'être conquis et non lui qui va chercher à vous conquérir.
    C'est un livre puissant, fulgurant, violent, sans compromis. On sent une rage de vaincre, une profonde envie de se dépasser au nom de la horde, une humanité sans faille et malgré tout un désespoir latent.
    Que ce monde est riche, ambitieux, déchiré, à bout de souffle, en pleine renaissance, porteur d'espoirs et de rêves de grandeur. Un combat se joue entre les traditions et le vent (sic) de la modernité.
    Les mots sont contradictoires tant l'univers proposé est ample et en évolution.
    Quelle maestria du mot ! Quelle lyrisme du verbe. Alain Damasio régale. Parfois, on le maudit d'usiter tant de mots complexes, parfois, on le loue de son rythme, de sa poésie. Il est un magicien de la langue. Et son bouquin est d'une force énorme.
    Et Dieu que l'on s'attache à ces 23 personnages ! Chacun ayant une voix et une personnalité bien distincte, ce qui est un tour de force. Du coup, l'empathie est aisée, quasi-immédiate. On sent leurs joies, leurs déceptions, leurs tristesses, les meurtrissures. Une vraie expérience d'immersion, le lecteur se sentant même devenir ainsi le 24eme du groupe. On les encourage, on respire avec eux, on souffre avec eux, on meurt avec eux. On n'en sort pas indemne. Jamais.
    4/5
    ps : Merci à Marple et à Fnitter dont les critiques ont su créer le désir autour de ce livre et le faire émerger de ma PAL et merci à Pascal de me l'avoir offert et d'avoir toujours aussi bon goût.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          11 39         Page de la critique

> voir toutes (97)

Citations et extraits

> Ajouter une citation

  • Par Lylo, le 12 juillet 2010

    Qu'importe où nous allons, honnêtement. Je ne le cache pas. De moins en moins. Qu'importe ce qu'il y a au bout. Ce qui vaut, ce qui restera n'est pas le nombre de cols de haute altitude que nous passerons vivants. N'est pas l'emplacement où nous finirons par planter notre oriflamme, au milieu d'un champ de neige ou au sommet d'un dernier pic dont on ne pourra plus jamais redescendre. N'est plus de savoir combien de kilomètres en amont du drapeau de nos parents nous nous écroulerons ! Je m'en fiche ! Ce qui restera est une certaine qualité d'amitié, architecturée par l'estime. Et brodée des quelques rires, des quelques éclats de courage ou de génie qu'on aura su s'offrir les uns aux autres. Pour tout ça, les filles et les gars, je vous dis merci. Merci.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 25         Page de la citation

  • Par Valandil, le 14 octobre 2012

    Sélème : Engage le jeu que je le gagne !
    Caracole : L'âme sûre ruse mal !
    Sélème : L'âme sœur, elle, rue, ose mal... Erg immigré ! Erg en nègre ! Vos Sov ! Le traceur à la rue : cartel !
    Caracole : En nos repères, n'insère personne !
    Sélème : Le sert-on ici, notre sel ?
    Caracole : Tâte l'état ! C'est sec.
    Sélème : Léger regel ?
    Caracole : Saper ses repas...
    Sélème : Semi-auteur, ô male ! La morue tu aimes.
    Caracole : Euh... Hue !
    Sélème : Eh, ça va la vache ?
    Caracole : Rat ! Avatar !
    Sélème : C'est sec... Ta bête te bat !
    Caracole : Et si l'arôme des bottes révèle madame, le verset t'obsède, moraliste !
    Sélème : L'arôme moral ? Ému, ce destin rêve, il part natter ce secret tantra plié, vernissé d'écume.
    Caracole : Et tu te démêles, Sélème de lutte ?
    Sélème : Ici ? Non. Tu l'as, ressac, avalé ? Crac ! Car cela va casser... Salut !
    Caracole : Sniff ! À l'affin S !
    Sélème : Élu, aimé, jeté, ô poète ! Je miaule !
    Caracole : Ah Élu, ça ! Je trace l'écart, éjacule, ha !
    Sélème : Rupture de lien : un arc élève le reste et se relève à l'écran, une île de rut pure.
    Caracole : Mon nom...
    Sélème : Hola Caracole, va à vélo caracal, oh !
    Caracole : Mon nom... Mon nom...
    Sélème : Ressasser, "Carac", ressasser ! Oh, cela te perd répéta l'écho !
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 9         Page de la citation

  • Par TwiTwi, le 31 octobre 2010

    J'avais longtemps cru que je tenais à eux mais, comment dire ? aujourd'hui ce n'était plus vraiment ça : c'était plutôt qu'il tenait en moi. Ils me peuplaient, ils habitaient mon bivouac d'os et de nerfs. A chaque pas qu'ils faisaient, à chaque mot échangé, chaque petit geste discret, ils élargissaient ma flaque intérieure d'autant, ils en prolongeaient la surface tissée. Le simple fait de les imaginer pouvoir mourir avait redonné à leur présence une lueur. Après la mort de Sveziest, je m'étais juré ça : de ne plus jamais oublier qu'ils pourraient ne plus être là demain. Les conséquences de ce petit serment furent prodigieuses pour l'acuité avec laquelle je recevais ce qu'ils étaient. Je découvris une nouvelle intensité - celle de la conscience effilée d'être accoudé chaque jour au parapet branlant de la mort donne. J'étais à nouveau émerveillable.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 12         Page de la citation

  • Par Clairoche, le 26 mai 2014

    _ A sa tête, regardez-le tranquillement, prenez votre temps, imprégnez-vous... A sa tête, il y a quelqu'un dont vous avez tellement entendu parler que vous avez peut-être fini par croire qu'il n'existait pas comme vous et moi nous existons. Qu'il n'était pas, ou plus, tout à fait humain, construit avec d'autres muscles que les vôtres, je ne sais pas... avec d'autres fibres. Ce quelqu'un, il est à présent devant vous. Ne lui demandez pas de sourire, et ne lui demandez pas comment il fait. Vous le verrez tenir debout quand même les chênes baissent la tête et se couchent. Je l'ai vu encaisser deux furvents. Il ne se plaint jamais. Il a pas appris. C'est un type qu'on finit par aimer malgré lui, malgré soi, pas parce qu'il serait le meilleur de sa lignée - il est le meilleur - mais parce qu'il ne sait pas ce que veut dire tricher. Souvenez-vous-en comme le neuvième, souvenez-vous-en comme le dernier parce qu'il n'aura pas de fils. Je veux vous voir de bout, je veux vous entendre enfin : notre Traceur, Golgoth !
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 8         Page de la citation

  • Par Azzyraphale, le 13 août 2011

    J’aime l’idée qu’un livre soit une arme, pas de jet ou de poing, plutôt une bombe à fragmentation douce, une grenade qui déchiquette les canaux habituels de la sensation ou dévie les autoroutes de nos pensées acquises. La Horde est un roman qui veut redonner aux gens le goût d’une vie ensemble, d’un partage concret, contre l’individualisme qu’on nous présente comme libérateur alors qu’il est le plus sûr moyen, pour les pouvoirs, de nous contrôler, en pures particules isolées et tristes. Etre lié délivre. Soyez complices du crime de vivre.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 15         Page de la citation

> voir toutes (11)

Videos de Alain Damasio

>Ajouter une vidéo
Vidéo de Alain Damasio

Comédie du Livre 2012 - Le dimanche 03 juin 2012 à l'Espace Pierre Clerc Animé par Olivier Legendre
Rencontre avec le trop rare Alain Damasio, révélé en 2004 par La Horde du contrevent, et le prolifique Claude Ecken : deux auteurs qui partagent la volonté de faire de la littérature et de l’imaginaire un lieu incontournable de réflexion et d’expérimentation politique.








Sur Amazon
à partir de :
8,00 € (neuf)
5,00 € (occasion)

   

Faire découvrir La Horde du Contrevent par :

  • Mail
  • Blog

Découvrez la collection Folio

> voir plus

Lecteurs (1233)

> voir plus

Quiz