Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures Inscription classique

> Jean-Yves Tadié (Préfacier, etc.)
> Gilbert Sigaux (Éditeur scientifique)

ISBN : 2070405370
Éditeur : Gallimard (1998)


Note moyenne : 4.43/5 (sur 1025 notes) Ajouter à mes livres
Résumé :
1815. Louis XVIII rétabli sur le trône se heurte à une opposition dont l'Empereur, relégué à l'île d'Elbe, songe déjà à profiter. Dans Marseille livrée à la discorde civile, le moment est propice aux règlements de comptes politiques ou privés. C'est ainsi que le marin E... > voir plus
Ajouter une citation Ajouter une critique

> voir toutes (75)

Critiques, analyses et avis

> Ajouter une critique

    • Livres 5.00/5
    Par Dionysos89, le 31 janvier 2013

    Dionysos89
    Lu et relu, dévoré sous tous les formats (roman d'origine, littérature jeunesse, films et télé-suites), Le Comte De Monte-Cristo est pour moi une œuvre de référence.
    C'est d'abord la quintessence de la vengeance implacable. Alexandre Dumas théorise ici l'aventure au présent (dans son présent, évidemment). À grands coups de trésors, de secrets et de machinations, il nous emmène au gré des soubresauts du destin d'Edmond Dantès ! En plus de cela, il réussit là à développer efficacement les relations humaines ; quoi de mieux que le thème de la trahison pour aborder regrets, détermination et autres hantises de l'esprit humain ? Enfin, dans la pure tradition du roman d'aventure du XIXe siècle, il mêle plus qu'habilement l'exotisme à l'intérêt de son public : une île perdue en pleine Méditerranée, les campagnes militaires de Janina, les basses fosses françaises, son imagination a de quoi générer de belles scènes mi-épiques mi-touristiques, et c'est ce qu'il fait ! La magie et l'exotisme, ou plutôt la dissimulation, la tromperie, l'art du déguisement et les faux-semblants, sont plus que présents ici puisqu'ils imprègnent véritablement l'ensemble du roman.
    Une lecture sans cesse renouvelable donc que ce Comte de Monte-Cristo. Plus que Les trois mousquetaires, c'est davantage ce roman que je conseillerais dans la bibliographie d'Alexandre Dumas, car il l'inscrit à la fois dans la tradition du roman d'aventure et dans celle du roman-feuilleton made in XIXe siècle, mais il l'inscrit également dans son temps, tout simplement : comme figure intemporelle de l'écrivain français du XIXe siècle féru d'aventures et de conspirations.
    P.C. (post critiquam) : il est frappant de voir Gérard Depardieu sur la couverture de l'édition sortie après l'adaptation en télé-suite par Josée Dayan (où il campe magnifiquement le fameux Edmond Dantès), tout en sachant qu'une dizaine d'années plus tard, il immortalisa l'auteur lui-même dans L'Autre Dumas (avec Benoît Poelvoorde dans le rôle d'Auguste Maquet)...
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          8 74         Page de la critique

    • Livres 5.00/5
    Par gill, le 13 novembre 2012

    gill
    C'est avec "Le Comte De Monte-Cristo" qu' Alexandre Dumas devient le romancier le plus célèbre de son temps et son ouvrage a connu depuis un succès ininterrompu jusqu'à nos jours.
    Edmond Dantès, est depuis la mort de son capitaine, seul maître à bord du trois-mâts le Pharaon, navire marchand de l'armateur Morel. La plate-forme du fort Saint-Jean est pleine de curieux, le navire est de retour à Marseille.
    Estimé par son armateur, Edmond malgré son jeune âge, va être nommé Capitaine mais surtout il compte épouser bientôt la belle Mercédès.
    Mais dans l'ombre, Danglars, le comptable de l'armateur, jaloux, s'associe avec Fernand un pêcheur amoureux lui-aussi de la belle catalane et avec Caderousse pour le dénoncer aux autorités comme agent bonapartiste.
    L'accusation est grave, nous sommes à la veille des cent jours et le le Pharaon a fait escale à l'île d'Elbe pour remettre un colis de la part du capitaine Leclère au grand maréchal Bertrand.
    Edmond Dantès est arrêté en plein repas de noces.
    Il clame son innocence devant Villefort, le magistrat de justice mais sans le savoir, il est porteur d'un document accablant pour le père de celui-ci.
    Désespéré, Edmond est jeté, sans jugement dans un cul de basse fosse au château d'If...
    Plébiscité par le public dès sa sortie, d'abord en feuilleton dans le journal des débats, puis en volume en 1844, cette grande fresque romantique d'aventures et de vengeance fut très attaquée par la critique qui y voyait une contestation de la restauration et du régime de Juillet dans lesquels les hommes, installés aux commandes, n'étaient pas ce qu'ils prétendaient être.
    Dumas représente le pouvoir royaliste comme une sorte de despotisme bourgeois et le retour de l'empereur, redevenu républicain, comme un espoir de sauver la révolution. Pourtant, plus romantique que politique l'ouvrage devient vite mythique.
    Dumas signe avec cette œuvre monumentale et prestigieuse son livre le plus lu, avec "Les trois mousquetaires", et sûrement le plus réussi.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          2 48         Page de la critique

    • Livres 5.00/5
    Par Marple, le 03 mars 2013

    Marple
    Ça fait bien longtemps que j'ai lu Le comte de Monte-Cristo, je crois que c'était mon premier Dumas, et j'en garde le souvenir fort d'un grand plaisir de lecture.
    Même si j'ai depuis relu certains passages et vu l'adaptation ciné, je n'ai plus en tête toutes les péripéties ni tous les personnages, les deux étant fort nombreux... Non, ce que je retiens de ce roman, c'est l'immersion complète dans cette période troublée et dans l'histoire d'Edmond Dantes. J'ai vécu les événements en les lisant, j'ai été captivée au point de lire les 3 tomes d'une traite, sans reprendre mon souffle, en une semaine de vacances... tout en soupesant régulièrement les pages qui me restaient pour ne pas voir mon plaisir se terminer trop vite ! C'est tout le talent d'Alexandre Dumas d'écrire des romans-fleuves qui paraissent toujours trop courts et des histoires rocambolesques qui paraissent justes et vraies.
    Le thème de la vengeance n'est vraiment pas mon préféré et, en théorie, un héros avec cette motivation ne me sera jamais sympathique. Je me suis pourtant attachée à Edmond Dantes, parce qu'il est beaucoup plus qu'un homme qui se venge. Il est à la fois un homme marqué par le traumatisme de l'injustice et de l'emprisonnement, un manipulateur génial, un amoureux au cœur brisé, un génie des affaires et des relations humaines... le roman évoque sa vengeance, certes, mais aussi toute une palette d'émotions et d'actions humaines, des plus grandioses aux plus mesquines.
    Rien qu'en écrivant cette critique, j'ai envie de revivre les aventures d'Edmond Dantes, et je me réjouis d'avoir encore plusieurs titres de Dumas à découvrir.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          7 34         Page de la critique

    • Livres 5.00/5
    Par paroles, le 01 mars 2014

    paroles
    Le chef d'œuvre d'Alexandre Dumas !
    Ce roman contient tout ce qu'il faut pour tenir le lecteur en haleine : amour, jalousie, trahison, complot, injustice, vengeance, prison, île au trésor, conspiration, retournement de situation, pouvoir, argent, transformation, manipulation. Mais aussi transmission d'un savoir qui permettra au héros son envol vers la liberté.
    Justement que dire de son héros Edmond Dantès. Pour moi, il est le héros par excellence. Petit marin sans envergure, il deviendra homme d'affaires et Comte. Homme sans instruction, il deviendra érudit. Homme blessé dans son amour et ses amitiés, il deviendra manipulateur de haute voltige pour se venger des hommes sans scrupule. Homme trompé, emprisonné, il deviendra justicier.
    Il détient tous les pouvoirs, trompe l'ennemi en s'infiltrant dans son domaine, parle plusieurs langues, connaît la médecine, la chimie, manipule toutes les armes. Il est beau, riche, auréolé d'un certain mystère et fascine tous ceux qui l'approchent. Voilà donc le super héros qui n'a besoin d'aucune magie extérieure mais qui s'est accompli lui-même à la seule force de sa volonté.
    Enfin, si ce puissant personnage existe, il faut en remercier son auteur (ou ses auteurs). Quelle brillante imagination ! Quel suspense ! Quelle écriture !
    Dumas nous fait voyager de France en Italie, de Marseille au Château d'If, des salons parisiens aux contrebandiers. Nous enchante par l'action, l'aventure, la subtilité des dialogues. Nous subjugue par des personnages d'une complexité remarquable. Nous émeut par des situations dramatiques ou perfides.
    Nous, nous...
    Oui et oui encore, j'ai été touchée, émue. J'ai eu peur, froid, faim. J'ai douté, j'ai écouté, j'ai appris. Mais surtout j'ai attendu et espéré...
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          2 24         Page de la critique

    • Livres 5.00/5
    Par aaahhh, le 13 août 2012

    aaahhh
    Ah Dumas! Comme j'aime sa façon d'être conteur plus que narrateur omniscient! Il entraîne le lecteur dans son récit comme un ami vous entraînerait dans son aventure! Et quelle aventure... La plus belle qu'il m'ait été donné de lire, rien de moins! Et j'ai, à vrai dire, pris un tel plaisir à la lire que j'en serai éternellement reconnaissante à son auteur!
    Bien au delà de la simple histoire de vengeance dont j'avais bien souvent entendu parler, "Le comte de Monte-Cristo" est une histoire d'amour et de haine, une histoire d'intelligence, une histoire de respect, d'amitié, d'humour, de plaisir... Quelle délectation cela dit, de suivre au fil des pages avec quelle ruse et quelle finesse, la justice est rétablie!
    Un style très agréable à lire, un scenario époustouflant, une grande dose d'humanité... ce fut sans aucun doute une de mes lectures préférées!
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 27         Page de la critique

> voir toutes (110)

Citations et extraits

> Ajouter une citation

  • Par Ellane92, le 20 avril 2014

    Si Paris avait la Canebière, Paris serait un petit Marseille.

    Commenter     J’apprécie          0 17         Page de la citation

  • Par emileparte, le 07 août 2012

    « Regardez, regardez, continua le comte en saisissant chacun des deux jeunes gens par la main, regardez, car, sur mon âme, c’est curieux, voilà un homme qui était résigné à son sort, qui marchait à l’échafaud, qui allait mourir comme un lâche, c’est vrai, mais enfin il allait mourir sans résistance et sans récrimination : savez-vous ce qui lui donnait quelque force ? savez-vous ce qui le consolait ? savez-vous ce qui lui faisait prendre son supplice en patience ? c’est qu’un autre partageait son angoisse ; c’est qu’un autre allait mourir comme lui ; c’est qu’un autre allait mourir avant lui ! Menez deux moutons à la boucherie, deux bœufs à l’abattoir, et faites comprendre à l’un d’eux que son compagnon ne mourra pas, le mouton bêlera de joie, le bœuf mugira de plaisir mais l’homme, l’homme que Dieu a fait à son image, l’homme à qui Dieu a imposé pour première, pour unique, pour suprême loi, l’amour de son prochain, l’homme à qui Dieu a donné une voix pour exprimer sa pensée, quel sera son premier cri quand il apprendra que son camarade est sauvé ? un blasphème. Honneur à l’homme, ce chef-d’œuvre de la nature, ce roi de la création ! »

    Et le comte éclata de rire, mais d’un rire terrible qui indiquait qu’il avait dû horriblement souffrir pour en arriver à rire ainsi.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 15         Page de la citation

  • Par CaptainHalsey, le 13 juin 2012

    « Mon cher Maximilien,
    Il y a une felouque pour vous à l'ancre ; Jacopo vous conduira à Livourne, où M. Noirtier attend sa petite-fille qu'il veut bénir avant qu'elle vous suive à l'autel. Tout ce qui est dans cette grotte, mon ami, ma maison des Champs-Elysées et mon petit château du Tréport, sont le présent de noces que fait Edmond Dantès au fils de son patron Morrel. Mlle de Villefort voudra bien en prendre la moitié, car je la supplie de donner aux pauvres de Paris toute la fortune qui lui revient du côté de son père devenu fou, et du côté de son frère, décédé en septembre dernier avec sa belle-mère.
    Dites à l'ange qui va veiller sur votre vie, Morrel, de prier quelquefois pour un homme qui, pareil à Satan, s'est cru un instant l'égal de Dieu, et qui a reconnu, avec toute l'humilité d'un chrétien, qu'aux mains de Dieul seul est la suprême puissance et la sagesse infinie. Ces prières adouciront peut-être le remords qu'il emporte au fond de son coeur.
    Quant à vous, Morrel, voici tout le secret de ma conduite envers vous : il n'y a ni bonheur ni malheur en ce monde, il y a la comparaison d'un état à un autre, voilà tout. Celui-là seul qui a éprouvé l'extrême infortune est apte à ressentir l'extrême félicité. Il faut avoir voulu mourir, Maximilien, pour savoir combien il est bon de vivre.
    Vivez donc et soyez heureux, enfants chéris de mon coeur, et n'oubliez pas jamais que toute la sagesse humaine sera dans ces deux mots : Attendre et espérer !
    Votre ami, Edmond Dantès, Comte de Monte-Cristo. »
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 12         Page de la citation

  • Par Jeanmarcel, le 22 mai 2013

    Pour ses amis, M. de Villefort était un protecteur puissant, pour ses ennemis, c'était un adversaire sourd, mais acharné ; pour les indifférents, c'était la statue de la loi faite homme : abord hautain, physionomie impassible, regard terne et dépoli, ou insolemment perçant et scrutateur, tel était l'homme dont quatre révolutions habilement entassées l'une sur l'autre avaient d'abord construit, puis cimenté le piédestal.
    M. de Villefort avait la réputation d'être l'homme le moins curieux et le moins banal de France.
    Il donnait un bal tous les ans et n'y paraissait qu'un quart d'heure, c'est-à-dire quarante-cinq minutes de moins que ne le fait le roi aux siens ; jamais on ne le voyait ni aux théâtres, ni aux concerts, ni dans aucun lieu public, quelquefois, mais rarement, il faisait une partie de whist, et l'on avait soin alors de lui choisir des joueurs dignes de lui : c'était quelque ambassadeur, quelque archevêque, quelque prince, quelque président, ou enfin quelque duchesse douairière.
    Voilà quel était l'homme dont la voiture venait de s'arrêter devant la porte de Monte-Cristo.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 13         Page de la citation

  • Par emileparte, le 20 août 2012

    - Expliquez-vous, monsieur, dit Villefort de plus en plus étonné, je ne vous comprends pas… très bien.

    - Je dis, monsieur, que, les yeux fixés sur l’organisation sociale des nations, vous ne voyez que les ressorts de la machine, et non l’ouvrier sublime qui la fait agir, je dis que vous ne reconnaissez devant vous et autour de vous que les titulaires des places dont les brevets ont été signés par des ministres ou par un roi, et que les hommes que Dieu a mis au-dessus des titulaires, des ministres et des rois, en leur donnant une mission à poursuivre au lieu d’une place à remplir, je dis que ceux-là échappent à votre courte vue. C’est le propre de la faiblesse humaine aux organes débiles et incomplets. Tobie prenait l’ange qui venait lui rendre la vue pour un jeune homme ordinaire. Les nations prenaient Attila, qui devait les anéantir, pour un conquérant comme tous les conquérants et il a fallu que tous révélassent leurs missions célestes pour qu’on les reconnût ; il a fallu que l’un dit : « Je suis l’ange du Seigneur » ; et l’autre : « Je suis le marteau de Dieu », pour que l’essence divine de tous deux fût révélée.

    - Alors, dit Villefort de plus en plus étonné et croyant parler à un illuminé ou à un fou, vous vous regardez comme un de ces êtres extraordinaires que vous venez de citer ?

    - Pourquoi pas ? dit froidement Monte-Cristo.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 10         Page de la citation

> voir toutes (29)

Videos de Alexandre Dumas

>Ajouter une vidéo
Vidéo de Alexandre Dumas


Hervé Drévillon présente "Les Mousquetaires ou la violence d'état" de Rémi Maçon
Immortalisés par Alexandre Dumas, les mousquetaires font partie des mythes de l'histoire de France. Pourtant, en les représentant en duellistes plein de panache, à la fois truculents et...








Sur Amazon
à partir de :
3,80 € (neuf)
3,18 € (occasion)

   

Faire découvrir Le Comte de Monte-Cristo par :

  • Mail
  • Blog

> voir plus

Lecteurs (3213)

> voir plus

Quiz