Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures Inscription classique


ISBN : 2070458024
Éditeur : Gallimard (2014)


Note moyenne : 4.2/5 (sur 950 notes) Ajouter à mes livres
Résumé :
"-Tu seras un héros, tu seras général, Gabriele D'Annunzio, Ambassadeur de France – tous ces voyous ne savent pas qui tu es !
Je crois que jamais un fils n'a haï sa mère autant que moi, à ce moment-là. Mais, alors que j'essayais de lui expliquer dans un murmure r... > voir plus
Ajouter une citation Ajouter une critique

> voir toutes (103)

Critiques, analyses et avis

> Ajouter une critique

    • Livres 5.00/5
    Par pergolese, le 11 novembre 2012

    pergolese
    Première rencontre avec Romain Gary. Un choc...
    La Promesse de l'aube, c'est d'abord l'histoire d'un amour fou. L'amour d'une mère pour son fils, qu'elle élève seule dans l'entre-deux-guerres, de la Lituanie à Nice en passant par la Pologne, dans des conditions matérielle très difficiles qu'elle surmontent avec une énergie et une inventivité hors de toute imagination.
    Un fils dont on ne connaîtra pas le père, un fils pour lequel elle n'a que des ambitions simples : en faire 1) un intellectuel 2) un "vrai" français 3) un grand écrivain (le nouveau Tchékov, Dostoievsky ou Hugo, peu importe) 4) un ambassadeur de France 5) un chevalier de la Légion d'honneur ou, a minima, un héros de l'Armée Française.
    Deux prix Goncourt, Consul général de France aux Etats-Unis, Chevalier de la Légion d'Honneur, titulaire de la médaille de la Libération... Romain Gary a été tout ça.
    Grace à sa mère.
    Mais à quel prix...?
    C'est là tout le questionnement de ce livre. Comment devient-on un homme capable de relations normales à la vie et aux femmes quand une femme, unique, votre mère, vous a tout donné et a réussi à modeler le cours de votre vie selon ses attentes ?
    La promesse de l'autre ne plonge pas dans le questionnement psychanalytique "prise de tête". Cest un texte très vivant, magnifiquement écrit, émaillé tout du long d'un humour extraordinaire (ah, les métaphores de Gary !!) et donnant une vision très interessante de certains épisodes de notre histoire, en particulier de la défaite de 1940.
    Nul doute que les autres romans de Romain Gary (et d'Emile Ajar) vont trè bientôt prendre place dans ma bibliothèque.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          3 48         Page de la critique

    • Livres 5.00/5
    Par JeanLouisBOIS, le 23 novembre 2011

    JeanLouisBOIS
    Comment peut-on apprécier pleinement l'œuvre de Romain Gary sans avoir lu d'abord et avant tout La promesse de l'aube? C'est vraiment la question qu'on est en droit de se poser après la lecture de cette autobiographie romancée où l'on voit se déployer tout l'arsenal de l'écrivain: les faits marquants de sa vie d'enfant et de jeune adulte, son humour ironique et parfois féroce, son idéalisme intransigeant, sa sensibilité à fleur de peau et le sens qu'il donne à la littérature.
    Bien sûr, il faudrait d'abord dire que le personnage essentiel de ce livre est la mère du narrateur qui l'a forgé tel qu'il est devenu, l'a élevé sur un piédestal et l'a toujours invité à se surpasser. C'est en fait ce "dialogue" mère-fils qui se développe tout au long de ce récit et qui construit la personnalité du narrateur, très proche, si proche de l'auteur.
    Le seul conseil que je donnerai, c'est,donc de commencer la lecture de Romain Gary par ce récit essentiel (de préférence dans la version définitive de 1980). Pour ceux qui, comme moi, ont déjà vagabondé dans l'œuvre, ce livre suscitera certainement l'envie soit de relire, soit de découvrir de nouveaux opus, afin de mieux pénétrer en profondeur la richesse de leur contenu.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          1 44         Page de la critique

    • Livres 5.00/5
    Par Junie, le 05 août 2012

    Junie
    La Promesse de l'aube est un titre qui résume le destin d'un homme exceptionnel, à qui le talent et l'élégance, l'humour désenchanté ont servi de talisman.
    le jeune Roman Kacev, né en Lituanie, enfant illégitime élevé par une mère passionnée et fantasque, enfant précoce, élève brillant, voue une grande admiration à la patrie de Victor Hugo. Il est condamné à devenir lui-même un génie, un héros, une vedette, un Grand Homme.
    Il exécutera ce projet grandiose en s'engageant dès la première heure en 1940 comme aviateur, puis en devenant écrivain, diplomate, époux d'une actrice adulée, Jean Seberg, enfin doublement récompensé par le Prix Goncourt sous deux identités, il finira par se donner la mort à Paris en 1980.
    Romain Gary nous parle avec intensité de cette vie pleine de rebondissements, faite d'exils et de misère, d'humiliations et de gloire, de scènes burlesques ou tragiques, une vie qui doit le rendre valeureux comme Achille et puissant comme un Prince. Romain va combler les attentes maternelles, au prix de sa vie et de son bonheur.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          3 44         Page de la critique

    • Livres 5.00/5
    Par joedi, le 10 mai 2014

    joedi
    Roman Kacew est né à Wilmo en Pologne le 8 mai 1914. En vue de sa future carrière d'écrivain, encore adolescent, il cherche déjà un pseudonyme et c'est, après un nombre incalculable et quelques années à le chercher qu'il optera pour Romain Gary.
    Son entrée dans la vie est celle d'un petit garçon aimé et adulé par une maman seule dont aucun sacrifice ne sera superflu pour ce fils unique dans sa quête de faire de lui un Français, un Héros, un Ambassadeur.
    Arrivés en France, c'est à Nice que sa mère s'installe, elle tient une pension-hôtel, inscrit Romain au Lycée pour que lui soient dispensés les meilleurs enseignements ; il sera Ambassadeur, elle n'en démord pas !
    C'est en janvier 1945 que son premier roman "Éducation européenne" est publié, l'écrivain Romain Gary est né ; de plus, il a fait la guerre, il est décoré et appelé à des fonctions diplomatiques, les rêves de Mina Owczynska, sa maman sont réalisés.
    La promesse de l'aube est un vibrant hommage que Romain Gary rend à sa maman, c'est aussi une tranche de l'histoire des aviateurs de la guerre 1940-1945 dont il a été l'un d'eux.
    Une très belle écriture, un grand écrivain. À lire !
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          2 42         Page de la critique

    • Livres 5.00/5
    Par Annette55, le 25 janvier 2014

    Annette55
    Je viens de relire Promesse de l'aube, je ne le regrette pas, je manque d'adjectifs pour encenser ce livre magnifique.C'est l'histoire de l'amour fou ,d'une mère pour son fils, l'autobiographie de Romain Gary.
    Sa mère Nina Borisvoskaia,artiste,fille d'un horloger, très belle, mariée, divorcée, remariée , divorcée encore, qui a quitté sa famille, à l'âge de 16 ans,excessive, aimante, forte,va tout faire , pour Romain d'une façon démesurée,mythique , extravagante, belle.
    Romain Gary nous raconte sa vie sous l'éclairage unique de cet amour agaçant parfois ,à cause des réactions de sa mère, inappropriées ou violentes dans la démesure,qui le gêneront pendant son enfance.

    L'écriture est magnifique, chaleureuse, on sent l'amour souffler sur cet ouvrage, les anecdotes s' enchaînent pour notre plus grand plaisir, c'est un livre merveilleux que l'on referme avec regret!
    La fin est douloureuse lorsque l'auteur atteint ses buts, sa mère est décédée.
    On reste ébahi devant de tels liens d'amour, une telle leçon d'humanité, de chaleur humaine, doublés d'un humour et d'un style magnifique, vivant.
    Quelle leçon de vie , d'amour et d'humanité!
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          4 42         Page de la critique


Critiques presse (1)


  • Sceneario , le 13 mars 2014
    Cette Promesse de l'aube est donc avant tout un formidable livre qu'il vous faut absolument découvrir, sans plus tarder. Mais ici c'est aussi l'occasion de le rencontrer aux côtés de Joann Sfar dans cette remarquable édition qui permet de prendre toute la dimension de cette œuvre !
    Lire la critique sur le site : Sceneario

> voir toutes (235)

Citations et extraits

> Ajouter une citation

  • Par milado, le 28 septembre 2014

    ... Parfois je lève la tête et regarde mon frère l'Océan avec amitié : il feint l'infini , mais je sais que lui aussi se heurte partout à ses limites, et voilà pourquoi, sans doute, tout ce tumulte, tout ce fracas.

    Commenter     J’apprécie          0 15         Page de la citation

  • Par milado, le 27 septembre 2014

    Je n'ai jamais imaginé qu'on pût être à ce point hanté par une voix, par un cou, par des épaules, par des mains. Ce que je veux dire, c'est qu'elle avait des yeux où il faisait si bon vivre que je n'ai jamais su où aller depuis.

    Commenter     J’apprécie          0 16         Page de la citation

  • Par milado, le 26 septembre 2014

    J'ai gagné beaucoup de batailles dans ma vie, mais j'ai mis beaucoup de temps à me faire à l'idée qu'on a beau gagner des batailles, on ne peut pas gagner la guerre.

    Commenter     J’apprécie          0 17         Page de la citation

  • Par stcyr04, le 22 octobre 2012

    Il n'est pas bon d'être tellement aimé, si jeune, si tôt. Ca vous donne de mauvaises habitudes. On croit que c'est arrivé. On croit que ça existe ailleurs, que ça peut se retrouver. On compte là-dessus. On regarde, on espère, on attend. Avec l'amour maternel, la vie vous fait à l'aube une promesse qu'elle ne tient jamais. On est obligé ensuite de manger froid jusqu'à la fin de ses jours. Après cela, chaque fois qu’une femme vous prend dans ses bras et vous serre sur son cœur, ce ne sont plus que des condoléances. On revient toujours gueuler sur la tombe de sa mère comme un chien abandonné. Jamais plus, jamais plus, jamais plus. Des bras adorables se referment autour de votre cou et des lèvres très douces vous parlent d'amour, mais vous êtes au courant. Vous êtes passé à la source très tôt et vous avez tout bu. Lorsque la soif vous reprend, vous avez beau vous jeter de tous côtés, il n'y a plus de puits, il n'y a que des mirages. Vous avez fait, dès la première lueur de l'aube, une étude très serrée de l'amour et vous avez sur vous de la documentation. Partout où vous allez, vous portez en vous le poison des comparaisons et vous passez votre temps à attendre ce que vous avez déjà reçu.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          1 31         Page de la citation

  • Par solisol, le 20 juin 2010

    [...] On revient toujours gueuler sur la tombe de sa mère comme un chien abandonné. Jamais plus, jamais plus, jamais plus. Des bras adorables se referment autour de votre cou et des lèvres très douces vous parlent d'amour, mais vous êtes au courant. Vous êtes passé à la source très tôt et vous avez tout bu. Lorsque la soif vous reprend, vous avez beau vous jeter de tous côtés, il n'y a plus de puits, il n'y a que des mirages. Vous avez fait, dès la première lueur de l'aube, une étude très serrée de l'amour et vous avez sur vous de la documentation. Je ne dis pas qu'il faille empêcher les mères d'aimer leurs petits. Je dis simplement qu'il vaut mieux que les mères aient encore quelqu'un d'autre à aimer. Si ma mère avait eu un amant, je n'aurais pas passé ma vie à mourir de soif auprès de chaque fontaine. [...]
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 37         Page de la citation

> voir toutes (16)

Videos de Romain Gary

>Ajouter une vidéo
Vidéo de Romain Gary


MP 2014-08-28-124-003048BDD2D9.mp4
Payot - Marque Page - Romain Gary - Une petite femme.








Sur Amazon
à partir de :
6,37 € (neuf)
2,45 € (occasion)

   

Faire découvrir La Promesse de l'aube par :

  • Mail
  • Blog

Découvrez la collection Folio

> voir plus

Lecteurs (2614)

> voir plus

Quiz