AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2742769323
Éditeur : Actes Sud (2007)
  Existe en édition audio

Note moyenne : 3.96/5 (sur 892 notes)
Résumé :
À Catane, le commandant Salvatore Piracci travaille à la surveillance des frontières maritimes. Il sillonne la mer, de la Sicile à la petite île de Lampedusa, pour intercepter les bateaux chargés d'émigrés clandestins. Un jour, c'est justement une survivante de l'un de ces bateaux de la mort qui aborde le commandant, et cette rencontre va bouleverser sa vie. Ce roman de l'exil et de l'espoir illustre le destin de ceux qui iront, quoi qu'il arrive, au bout de leurs f... >Voir plus
Critiques, Analyses & Avis (130) Voir plus Ajouter une critique
lehane-fan
lehane-fan25 juin 2012
  • Livres 4.00/5
Le merveilleux , le fantastique , l'incontournable , le légendaire - j'en fais trop là , peut-etre ? - le Soleil des Scorta , je l'avais trouvé...correct tendance grose baffe sur le coin de la truffe ! La chance du débutant qui en était , quand meme , à son troisieme roman , que je m'étais dit ! Que nenni , Eldorado vient confirmer le talent de ce tout jeune auteur Français en traitant d'un sujet d'actualité toujours aussi récurrent avec une justesse de ton ébouriffante ( dixit Kojak ) assortie d'un regard distancié ( dixit Dalida) propre à le crédibiliser !
L'émigration clandestine , une statistique globale objet de bon nombre de fantasmes irraisonnés pour certains ( Hortefeux , Besson...) . Un sujet puissant ou l'humain y aurait enfin toute sa place pour d'autres ! Piracci , Soleiman et Jamal , Boubakar ( rien à voir avec France Gall , merci !) , sont les héros désenchantés de ce conte crépusculaire . Quatre destins uniques , quatre trajectoires distinctes tendant vers un ailleurs sublimé , quatre brutales désillusions confrontées aux murs d'une réalité politique bien trop pragmatique pour leurs reves idéalisés!
Piracci , capitaine de frégate solitaire , se rend compte du non-sens de sa vie ! Sauveteur patenté de ces forçats de la mer Nord-Africains toujours plus nombreux à vouloir rejoindre l'ile de Lampedusa , véritable sésame pour l'Europe , il n'en reste pas moins celui qui les confie aux divers centres de rétention , synonymes de retour au pays assuré , une fois sa mission accomplie . Sa seule échappatoire , démissionner pour tenter d'expier ses fautes passées et renaitre en ce pays qu'il ne connait que par les diverses nationalités qu'il arraisonne : l'Afrique !
Soleiman et Jamal sont freres . D'origine Soudanaise , ils prennent le parti d'un déchirant déracinement au profit d'une vie meilleure , ailleurs...Leur union fusionnelle fait leur force et leur donne le courage nécéssaire à ce périple qu'ils savent dantesque , à défaut d'etre mortel !
Gaudé , d'une plume simple , sensible et évocatrice , place l'humain au coeur de ce drame magnifique et cruel . En véritable conteur fictionnel se basant sur une réalité avérée , il narre magistralement avec force détails le terrifiant voyage de ces otages en devenir ! Otages de passeurs indélicats ; de capitaines de navire n'hésitant pas à les abandonner en pleine mer apres les avoir spoilés de tous leurs biens ; de ces carabiniers frontaliers , beaucoup plus zélés qu'humanistes , toujours prompts à ouvrir le feu sur ces fantomes haves , dépenaillés et affamés mais cependant déterminés comme jamais lorsque vient le temps de l'ultime épreuve !
Leur chimere a un prix qui a souvent le goût du sang...
Un récit coup de poing présentant deux trajectoires diamétralement opposées appelées à se croiser sur fonds de croyance Africaine . le propos est douloureux mais le ton jamais larmoyant ! Gaudé fait dans le factuel vériste en nous brossant magistralement le portrait de ces doux utopistes , véritables aventuriers des temps modernes !
Un beau et grand bouquin à mettre entre toutes les mains afin d'appréhender ce fléau non plus comme un chiffre abstrait mais comme une tragédie concrete mortellement ancrée en l'Humain !
Eldorado , tout ce qui brille n'est pas or...
+ Lire la suite
Commenter    J’apprécie          542
litolff
litolff04 octobre 2012
  • Livres 4.00/5
Un beau roman, pétri d'humanité, de ceux qui font réfléchir le lecteur ...
Un thème toujours très d'actualité car la tragédie des Africains qui tentent de gagner clandestinement l'Europe au péril de leurs vies n'est pas près de s'arrêter : tragédie humaine car bon nombre d'entre eux trouveront la mort sur le chemin de l'exil, tragédie identitaire pour tous ceux qui abandonnent leur pays et leur identité dans l'espoir d'un meilleur futur et au prix de leur culture. Et au bout du voyage, pour la plupart, la désillusion et l'effondrement de leurs rêves d'un avenir meilleur... Tragique et lucide, jamais larmoyant, j'ai personnellement été beaucoup plus touchée par Eldorado que par le Soleil des Scorta...
Commenter    J’apprécie          500
michfred
michfred23 octobre 2015
  • Livres 5.00/5
Un fantôme a dû me caresser sans que j'y prenne garde, comme pour Salvatore Piracci, commandant du Zeffiro, du côté de Lampedusa, chargé d'arraisonner les barques -épaves des migrants venus du Soudan ou de Libye . Oui, un fantôme a dû me frôler, en passant. Comme si j'avais fait "entrer chez (moi) une ombre " ...
Des frissons partout.
Un livre plus tout jeune (2001) , mais d'une actualité brûlante, d'une acuité terrible, qui vous traverse comme un coup de poignard et ouvre dans votre confort une route violente et impérieuse dont le sillage n'a pas fini de vous hanter.
Salvatore, le mal nommé, sauve des vagues les malheureux migrants pour mieux les renvoyer dans l'enfer qu'ils cherchent à fuir- Soudan, Libye, Irak, Syrie...la liste s'allonge au fil des drames de l'actualité.
Il les sauve du naufrage pour mieux naufrager leurs rêves d'Eldorado.
L'Eldorado de cette Europe fantasmée, terre d'asile, de paix, de travail et de fraternité...Il les envoie dans des centres de rétention d' où ils seront aiguillés vers leur pays d'origine, vers leur enfer personnel...
Jusqu'au jour où une femme demande à Salvatore une arme pour abattre l'homme d'affaires véreux, armateur du Vittoria, le bateau-poubelle abandonné par son équipage en pleine mer avec tout son chargement d'hommes, de femmes et d'enfants promis à une fin atroce, et responsable, singulièrement, de la mort de son enfant...
Le récit épouse cette prise de conscience de Salvatore et suit le parcours croisé de deux routes inexorables.
Celle de Salvatore, d'Europe en Afrique, vers une sorte d'expiation- rédemption, sans illusion ni foi, dans la solitude et le désespoir.
Celle de Souleiman, d'Afrique en Europe, vers un Eldorado mythique, dans la solidarité farouche d'une fraternité de substitution - son amitié indéfectible pour Boubacar le Boîteux, pour tenter de faire pièce à la solitude et à l'effroi.
Le réalisme violent de certaines scènes- le siège du mur barbelé de la frontière marocaine, à Ceuta- se mêle à la dérive hallucinée de Salvatore, de plus en plus nu, seul, dépouillé de lui-même, jusqu'à atteindre une sorte d'existence poétique et divine, qu'il accepte comme un destin.
Un très beau livre, qui résonne avec une intensité particulièrement dramatique dans le contexte actuel..

+ Lire la suite
Commenter    J’apprécie          340
meyeleb
meyeleb21 juillet 2012
  • Livres 4.00/5
Après La mort du roi Tsongor, j'avais envie de retourner du côté de chez Laurent Gaudé, histoire de vérifier si le talent narratif, la force de l'émotion, l'art de capter le lecteur, se retrouvaient dans Eldorado. Eh bien je peux dire que j'ai été comblée! L'histoire n'a pourtant pas la force épique de Tsongor, mais elle sait nous prendre par la main, nous entraîner vers d'autres destins, nous rendre acteurs devant la détresse humaine. L'existence du commandant Piracci arrive à ce point névralgique où tout doit changer, où l'homme sent enfin en lui la force de faire des choix, si difficiles soient-ils, qui correspondent le mieux à ses aspirations profondes. C'est dans les yeux des émigrants clandestins en route pour l'Italie qu'il a perçu cette force d'y croire, cette volonté de devenir qui lui manque tant. Quelle errance les attends tous? Par quels rivages devra-t-il lui-même passer, et pour aller où, devenir quoi?
J'ai lu ce roman très vite. J'ai eu l'impression que la mer, implacable et indifférente au sort des hommes, formait une allégorie des multiples destinées humaines, épargnant les uns, submergeant les autres. Un vent tragique souffle encore sur ce roman, saisissant dans le sort des anonymes une sorte de message assez sombre, voire désespéré de la condition humaine.
+ Lire la suite
Commenter    J’apprécie          331
libermoi
libermoi30 janvier 2016
  • Livres 0/5
Une surprise poignante. Je n'aurais jamais imaginé être tant troublée par ce livre et pourtant ce fut bien le cas. En effet avec Eldorado, Laurent Gaudé a fait preuve de son génie. Paru le dix-huit aout deux mille six, ce roman est époustouflant.
Celui-ci à travers les différents sujets qu'ils traitent et au auxquels nous reviendront, laisse place à l'humanité toute entière, selon des points de vue différent, et Dieu que c'est bon de lire de l'humanité.
Laurent Gaudé écrit avec un style simple, sensible et captivant, effectivement nous ne pouvons poser le livre sans l'avoir fini. Dans un registre réaliste, voire tragique nous sommes accrochés à ces destins humains. C'est une sorte de tragédie dramatique et cruelle mais à la fois si belle, et si bien racontée. Nous n'avons pas forcément la larme qui coule, certes, mais nous sommes touchés. Un coup dans le ventre qui nous fait réfléchir sur ce que nous avons et ce que nous sommes en tant qu'occidentaux, bien entendu je parle en mon nom.
Dans ce roman, l'auteur aborde des sujets forts et d'autant plus dans notre ère, tout en utilisant la fiction d'une histoire, il décrit la réalité. Une réalité bien trop grave et encore beaucoup trop présente de nos jours.
Comme je le disais, Laurent Gaudé dénonce et décrit des sujets d'actualités tout-en en abordant d'autres, le sujet principal est l'immigration clandestine, de là il aborde des sous-thèmes se mettant dans la peau d'une femme immigrante voulant venger son enfant pris par la mort durant la terrible traversée ... la séparation de deux frères et le sacrifice, l'homme qui cherche à se racheter d'avoir été que spectateur de ce désastre sans y avoir réagi... En soi, le roman aborde la tragédie humaine de devoir tout laisser derrière soi pour un soi-disant plus bel avenir. de devoir laisser son identité, sa famille, sa culture, son propre nom, ses racines, dans l'espoir de bâtir un avenir meilleur au prix de sa culture et de ce que nous avions toujours été. de trouver son Eldorado.
Le livre se compose de deux cent dix-neuf pages, regroupées en treize chapitres. Chaque chapitre concerne l'un des personnages principaux, nous suivons donc deux histoires parallèlement, d'un chapitre à l'autre. Faudrait-il que vous connaissiez les deux histoires dont je parle.
Avant toute chose, il est nécessaire de comprendre ce titre. L'Eldorado. Dans la réalité, l'Eldorado est une contrée mythique d'Amérique du Sud. Cette dernière est supposée d'après le mythe, regorger d'or. On découvre dans le roman de Laurent Gaudé, l'Eldorado au chapitre numéro cinq nommé : "Le cimetière de Lampedusa" où Salvator Piracci, un des personnages principaux de l'histoire vient se recueillir et réfléchir devant les tombes des migrants. Dans ce cimetière, il fit la rencontre d'un homme sortant de nulle part, celui-ci lui donnera la définition de l'Eldorado : "L'herbe sera grasse, dit-il, et les arbres chargés de fruits. de l'or coulera au fond des ruisseaux, et des carrières remplies de diamants a ciel ouvert réverbéreront les rayons du soleil. Les forêts frémiront de gibier et les lacs seront poissonneux. Tout sera doux là-bas. Et la vie passera comme une caresse". Cette définition nous fait penser à une sorte de jardin d'Eden à une sorte de paradis. On peut dire que l'Eldorado est la recherche de l'idéal unique à chaque homme. "La vie heureuse", le rêve que chaque homme fait, s'être trouvé pleinement dans un milieu qui lui convient. On pourra en déduire que tous les personnages de ce livre sont à la recherche de leur Eldorado. Cependant, l'Eldorado n'est qu'un mythe, alors peut-être que la recherche du bonheur n'est qu'illusion.
Il me semble d'abord important de décrire les personnages avant de faire un résumé du livre, car chaque personnage porte en lui une histoire, une identité qu'il perdra parfois, un destin unique et atypique.
Nous rencontrons premièrement le commandant Salvator Piracci, cet homme est âgé d'environ quarante ans et est en parfaite santé. Il est garde-côte depuis vingt ans aux larges des côtes italiennes. C'est un homme solitaire, divorcé depuis quatre ans et sans enfant, on peut supposer que son seul ami est Angelo. Je le vois comme un gaillard contrôlant beaucoup ses émotions. Salvator Piracci semble se chercher, au fil de l'histoire on remarque qu'il ne possède plus beaucoup de conviction et enthousiasme envers son métier. Il deviendra au fur et à mesure un être différent, donnant un sens nouveau à son existence et à ce pour quoi il vit. Piracci intercepte également des embarcations d'émigrés clandestins.
Il s'ensuit justement d'Angelo, un vieil homme qui est je pense, le meilleur ami du commandant Salvator Piracci puisqu'il est toujours à l'écoute de ce dernier. Angelo était autrefois constructeur de route pour tout quitter et devenir vendeur de journaux.
Nous retrouvons par la suite la "Femme du Vittoria. 2004". C'est une femme très agréable à regarder, très courageuse et déterminée. Elle est une émigrée turque, venue en Italie pour trouver les moyens de venger son fils et en quelque sorte de trouver ce qu'on pourrait nommer "son Eldorado". Son fils, bébé, a été pris par la mort dans le bateau emmenant les émigrés jusqu'en Italie. Ainsi, cette femme a la grande détermination de tuer l'homme qui a fait perdre la vie à son fils, et qui est donc responsable de son malheur.
Nous rencontrons ensuite Soleiman. Soleiman est un jeune homme très attachant, plein d'ambition et d'humanité. Celui-ci rêve de quitter son pays afin d'aller en Europe. Son principal objectif, est de gagner en Europe, le plus d'argent possible pour pouvoir l'expédier vers son frère, Jamal, qui est malade.
Jamal est donc son frère, celui-ci est fortement malade et voit déjà la mort arriver, c'est pour cette raison qu'il ne pourra pas effectuer le chemin vers l'Europe avec son frère. Cependant, Jamal sera une force pour ce dernier, un espoir, un pilier.
Nous faisons ensuite la rencontre de Boubakar. Boubakar est un petit homme de trente-cinq ans, boitant de la jambe gauche, lui aussi est à la recherche de son Eldorado. Il attend par ailleurs d'aller vers lui depuis sept ans, en enchainant essais et échecs afin d'y parvenir. Jusqu'au jour où il rencontra Soleiman et deviendra son camarade, c'est seulement ensemble que les deux hommes vont parvenir à leurs rêves : l'Eldorado.
Par la suite arrive la Reine d'Al-Zuwarah. Cette femme est décrite comme très grosse, avide de pouvoir et de richesse. Elle est la passeuse la plus puissante de la région et ne fait que de se vanter de ce pouvoir.
Nous rencontrons également d'autres personnages, secondaires et pour peu de temps, notamment des hommes clandestins.
Voilà pour les personnages que nous rencontrons au fil de l'histoire. Je vais maintenant vous parler de l'histoire.
Le roman s'étend sur plusieurs mois, et se déroule entre terre et mer, en Italie, au Moyen-Orient, en Afrique...
Comme cité plus haut, nous faisons premièrement la rencontre du commandant Salvatore Piracci, qui est depuis trois ans le commandant de la frégate Zeffiro, un navire des gardes-côtes italiens basé à Catane. Ce dernier est chargé de surveiller les embarcations qui emmènent illégalement des immigrés clandestins sur l'île de Lampedusa. de là nous découvrons l'horreur de ces traversées, où beaucoup trop d'hommes meurent, en mer, dépouillés, à une frontière en tentant de la franchir, voire même de désespoir.
Un jour, dans les rues de Catane, Piracci fera la rencontre de « l'ombre de Catane » qui s'avéra être une femme. Femme que le commandant avait sauvée des années auparavant. On nommera cette femme comme « la femme du Vittoria ». Celle-ci se rendit chez lui afin de lui parler, dès lors elle lui racontera sa traversée, la perte de son bébé, mort de soif qu'on lui a arraché pour le jeter en mer…au fil de la discussion la femme du Vittoria en arrive àciter la raison de sa venue vers le commandant. En effet, elle n'a plus d'envie ni de crainte, son seul espoir, sa seule envie afin de vivre bonnement et de se venger de l'homme qui est le chef des passeurs, l'homme qui est le responsable de la mort de son bébé, l'homme qui est responsable de son malheur. Elle demandera une arme au commandant afin de retourner au Proche-Orient et tuer le responsable qu'elle a identifié après de nombreuses recherches. Piracci se posa alors beaucoup de questions, puis par la force, la détermination et l'envie qu'avait cette femme dans les yeux, se laissa convaincre.
Une nuit de tempête, alors que le commandant Piracci discutait avec son ami Angelo, on vient l'appeler pour cause d'embarcations proches, alors que la mer est déchainée. Malgré y avoir mis toute sa volonté, le commandant ne parviendra qu'à retrouver trois embarcations. Il est pris de colère de ne pas être parvenu à récupérer toutes les embarcations car il sait ce que deviendront celles qui n'ont pas été retrouvées. C'est alors qu'un des rescapés de ces embarcations vient le voir dans sa cabine, cet échange troublera beaucoup le commandant. En effet le rescapé lui propose de le cacher pour de l'argent. Piracci refuse de cacher cet homme et le livrera aux autorités italiennes comme prévu. Regrettant fortement et après un conflit avec un commandant libyen, Piracci décida de tout quitter, de tout laisser, de prendre sa barque de pêcheurs, et partir pour l'Afrique du Nord, sur le chemin inverse des immigrés.
Parallèlement, nous faisons la rencontre de deux frères très unis, Soleiman et Jamal, qui sont tous-deux soudanais. Ces derniers se dirigent vers la Libye pour tenter de s'établir en Europe. Seulement une fois la frontière libyenne passée, Jamal exprime à son frère le fait qu'il ne pourra pas continuer la traversée avec lui, qu'il s'arrête là pour cause de sa maladie qui finira par le ronger. Jamal lui explique qui l'a accompagné jusqu'à maintenant simplement pour être sûr que celui-ci se rendrait en Europe, et pour se prouver à lui-même qu'il est capable de passer une frontière avant de mourir. Soleiman effectuera donc le chemin seul, ayant pour seul force la pensée pour son frère. En gardant toujours pour objectif de récolter assez d'argent en Europe pour sauver son frère de la maladie. Soleiman continue donc le chemin qui était prévu, jusqu'à l'instant où tout le groupe qui était destiné à émigrer se fait dépouiller, taper, et abandonner sur la route, au milieu de nulle part, par les passeurs. Soleiman a résisté et ne se retrouve que légèrement blessé.
Sur ce lieu, il fera la rencontre de Boubakar, un Malien qui est sur la route du Nord depuis sept ans. Celui-ci deviendra une sorte de « père de la traversée » pour Soleiman, il lui expliquera qu'il n'est plus possible de faire confiance aux Libyens qui sont désormais en accord avec l'Italie pour bloquer l'immigration. Il lui indique donc son « plan » afin de rencontrer enfin l'Europe après sept années d'essais : il faudra se rendre au Maroc, à Ceuta, qui est une enclave espagnole autonome sur le continent nord-africain. Dès-lors ils feront route ensemble, en unissant leurs forces, pour atteindre le Maroc, en passant par Ghardaïa.
Du côté de Salvatore Piracci, celui-ci est arrivé en Afrique, où il rencontra la « reine », la « chef » des passeurs, celle-ci lui proposa de travailler pour elle, elle l'attire avec deux grosses liasses d'argent, cela dégoute Piracci qui repense à la femme du Vittoria ayant perdu son enfant pour cause de la trahison des passeurs. Il décide donc de prendre la route vers Ghardaïa, pour fuir à la grosse dame. Pris de non-volonté, de lassitude de vivre, pris par l'envie de son esprit de mourir, il tente de s'immoler par le feu, mais n'y parvient pas, par manque d'allumette.
C'est alors qu'à Ghardaïa, il rencontre Soleiman. Soleiman le prend pour Massambalo qui est une divinité veillant sur les voyageurs émigrants en leur portant chance et courage. Piracci voyant dans le regard de Soleiman quelque chose de précieux, se prête au jeu en se faisant passer pour Massambalo. Soleiman qui avait perdu toute force et envie se voit retrouver toute sa conviction de réussir après cette rencontre, à tel point qu'il offre à Salvator Piracci le collier que lui avait donné son frère, Jamal. Piracci, conscient de l'espoir qu'il a fait naître dans les yeux de Soleiman, se demande si son rôle, le rôle de son être n'est pas de transmettre « la fièvre de l'Eldorado ». Cela lui fit à lui-même retrouver sa force et son envie de vivre. Toutefois et par la malchance la plus absolue, en marchant sur le bord d'une route, il se fait heurter par un camion d'immigrants, et meurt en ayant bonne conscience puisque lui a trouvé son Eldorado : donné espoir aux immigrés.

Lorsque Soleiman et Boubakar arrivent à Ceuta, une difficulté qui n'est pas des moindres s'oppose à eux. En effet, ils font face à la barrière de Ceuta, qui est une double rangée de barbelés qui empêchent totalement de parvenir au territoire espagnol. Ils vont donc devoir attendre des jours sous pression dans la forêt puisque les autorités marocaines font très attention, armes en mains, à ces masses d'immigrés. C'est alors que le signal est donné, et d'un coup cette masse se réveille, se met à courir le plus vite possible en ne pensant qu'à leur passage, qu'à leur Eldorado, s'écrasant les uns contre les autres, ils courent, jusqu'à la barrière où ils escaladent des échelles qu'ils ont construites auparavant, une fois ces échelles montées, ils savent que leur Eldorado est atteint. Soleiman et Boubakar sont de ceux-là. Lors de l'assaut, en s'entraidant, ils sont parvenus à faire partie des rares personnes ayant atteint leur objectif : passer la si douloureuse frontière, atteindre leur nouvelle vie, atteindre leur rêve, atteindre l'Eldorado.

Lien : http://libermoi.blogspot.fr/2016/01/eldorado-de-..
+ Lire la suite
Commenter    J’apprécie          42
Citations & extraits (90) Voir plus Ajouter une citation
ileailea16 janvier 2009
"l'herbe sera grasse, dit il, et les arbres chargés de fruits. De l'or coulera au fond des ruisseaux, et des carrières de diamants à ciel ouvert réverbèreront les rayons du soleil. Les forets frémiront de gibier et les lacs seront poissonneux. Tout sera doux la bas. Et la vie passera comme une caresse. L'eldorado commandant. Ils l'avaient au fond des yeux. Ils l'ont voulu jusqu'à ce que leur embarcation se retourne. En cela ils ont été plus riches que vous et moi. Nous avons le fond de l'œil sec nous autres et nos vies sont lentes."
+ Lire la suite
Commenter    J’apprécie          330
EipocaEipoca02 avril 2011
Je me suis trompé. Aucune frontière n'est facile à franchir. Il faut forcément abandonner quelque chose derrière soi. Nous avons cru pouvoir passer sans sentir la moindre difficulté, mais il faut s'arracher la peau pour quitter son pays. Et qu'il n'y ait ni fils barbelés ni poste frontière n'y change rien. J'ai laissé mon frère derrière moi, comme une chaussure que l'on perd dans la course. Aucune frontière ne vous laisse passer sereinement. Elles blessent toutes.
+ Lire la suite
Commenter    J’apprécie          270
fredhofredho04 décembre 2013
Quel étrange métier... Nous sauvons des vies. Nous partons à la recherche d'hommes perdus qui se noieraient sans notre aide ou crèveraient de faim, des hommes qui nous espèrent de toute la force de leur vie et dès que nous les trouvons, chacun se regarde avec crainte. Ni embrassade, ni joie d'avoir été plus rapide que la mer. Nous cherchons des hommes sur les flots et dès que nous les trouvons, nous redevenons des policiers sévères. Aux arrêts. C'est cela qu'ils attendent. Que je les mette aux arrêts...
+ Lire la suite
Commenter    J’apprécie          240
ariane04ariane0409 octobre 2015
J'ai beaucoup aimé lire ce livre car je trouve que Laurent GAUDE écrit d'une façon qui touche les gens tout en adoptant un style simple. De plus, le sujet des migrants est un sujet d'actualité qui nous fait réfléchir au sort de ces personnes et à l'horreur qu'elles vivent. En effet, ce roman nous montre le courage des ces hommes, femmes et enfants qui quittent leur pays pour une vie dont ils ne savent rien.

Quelques passages sont assez terrifiants mais très émouvants, comme celui du franchissement de la frontière par les migrants. J'ai aussi apprécié ce commandant Piracci : lui-même, alors qu'il vivait bien, a voulu à son tour partager cette peur et ce courage, ce qui m'a tout de même surprise. Je trouve que ce roman donne envie d'aider tous ces gens, de les réconforter, les encourager.

C'est un livre très émouvant et qui nous ouvre les yeux sur ces faits dont nous entendons parler sans être vraiment au courant de tous ces obstacles de leur voyage.
+ Lire la suite
Commenter    J’apprécie          91
carrecarre27 octobre 2012
Il n'était plus personne. Il se sentait heureux. Comme il est doux de n'être rien. Rien d'autre qu'un homme de plus, un pauvre homme de plus sur la route de l'Eldorado.
Commenter    J’apprécie          530
Videos de Laurent Gaudé (41) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Laurent Gaudé
[Livre audio] Ouragan - Laurent Gaudé (partie 2/2)
Musique "Lament" de Youn Sun Nah ( • • )
autres livres classés : immigrationVoir plus





Quiz Voir plus

Laurent Gaudé

En quelle année est né Laurent Gaudé?

1965
1967
1970
1972

10 questions
56 lecteurs ont répondu
Thème : Laurent GaudéCréer un quiz sur ce livre