AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2213612579
Éditeur : Fayard (2003)

Note moyenne : 4/5 (sur 17 notes)
Résumé :

Roman hallucinant mais vrai, entre thriller politique, chanson de geste et réalisme magique à la Garcia Màrquez : cette biographie de Fidel Castro, résultat de longues années d'enquête, de centaines d'entretiens et de témoignages exclusifs sur un personnage historique " monumental ", tyran, missionnaire, marxiste, jésuite, regorge de révélations. Sur ses amours tumultueuses, officielles et interdites, ses ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.fr
Critiques, Analyses & Avis (2) Ajouter une critique
Stephane_A
Stephane_A30 novembre 2015
  • Livres 4.00/5
CASTRO L'INFIDELE
SERGE RAFFY
8,5/10
LE BOURREAU DES TROPIQUES
Serge Raffy nous fait partager un fascinant voyage lucide sur la politique inspiré parfois de Napoléon Bonaparte, parfois de Staline, mené par F.Castro à Cuba. L'ogre des discours fleuve propangandistes est effectivement infidèle de plusieurs façons, en privé comme sur la scène internationale. F.Castro a toujours avancé masqué, il a toujours brouillé les pistes pour reprendre l'avantage in- extremis. On peut d'ailleurs lui reconnaître une habilité certaine en matière de manipulation et de longévité au pouvoir il est devenu une véritable légende vivante. Serge Raffy nous conte depuis son enfance la vie de Fidèle, en s'appuyant sur les faits et événements survenue sur l'île, ou lié à la perle des Caraïbes. Depuis 1959 l'année du renversement de Batista, Fidel a mené son combat contre les Etats-Unis et toutes formes d'opposition avec une maîtrise parfaite digne des plus grands tortionnaires de l'histoire. Il fut impliqué de prêt ou de loin à plusieurs événements du Xxième siècle parce que l'île était stratégiquement positionnée et que son régime était l'allié de l'ancien ennemi des Etats-Unis durant la guerre froide. Etrangement son combat ne prend pas fin avec la chute du mur de Berlin, Castro continue de défier son ennemi de toujours l'impérialiste Nord Américain et le capitalisme. Bientôt il ne devient même plus gênant c'est sans doute le drame de Castro. Après avoir provoqué des incidents pouvant provoquer une troisième guerre mondiale, «la crise des missiles». Après avoir été impliqué de près ou de loin dans l'assassinat de J.F Kennedy. Après avoir crée plusieurs martyrs dont Ernesto Che Guevara. Après avoir limogé, exécuté ou emprisonné bon nombre de ses camarades de sa révolution. Après avoir survécue à de nombreuses tentatives d'assassinat via la mafia, via la CIA, ou encore via une de ses nombreuses compagnes. Après avoir affamé et fatigué son peuple. Après avoir fait fuir des millions de Cubains en Floride. Après avoir réprimé férocemment toute possibilité de démocratie. «El viejo» comme l'appel affectueusement les enfants de sa dernière femme, est presque ignoré sur la scène internationale parce que devenu non stratégique. Il indiffère finalement, heureusement que son île connaît ce climat, car sans la mâne venu du tourisme Cuba serait aujourd'hui encore plus qu'exsangue. Quoi de pire pour lui que cette quasi indifférence, lui qui ne vit que dans l'urgence d'un combat imminent et qui fit de sa prise de pouvoir en 1959 son ultime but de guérillero. Castro n'est peut-être pas fait pour l'exercice du pouvoir mais seulement pour son renversement. Enfant il était le rebel de la famille, son père Don Angel Castro venu de Galice en Espagne au début du siècle, n'a jamais réussit à mater cette incroyable force de contestation. Il y a plus de cinquante ans, l'épopée d'une cinquantaine de barbus, débarqués d'un rafiot prévu pour vingt personnes, malades et nauséeux, arrivant sur l'île pour y mener une guérilla, au départ ignorée, ne présageait pourtant pas tant de victoires et de drâmes. Tout le phénomène Castro s'affiche à partir de là. Plus le but est inespèré plus il se bat. Et le combat n'est pas fini l'homme ne vit que pour cela, sa parano, il attend l'invasion improbable venu du nord. Il a tout mis en place avec la partie de sa famille qui ne lui a pas encore tourné le dos, pour assurer une succession à la gloire de ses idées et de ses méthodes d'un autre âge. Sa fameuse technique provocation, intimidation, élimination survivra t-elle ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
LadyStyx
LadyStyx28 juillet 2014
  • Livres 4.00/5
Le 11 décembre 1959, dans un de ces tribunaux révolutionnaires, Huber Matos, 4ème homme de la Révolution, lors de sa parodie de procès pour haute trahison (comprenez qu'il avait démissionné parce qu'il n'aimait pas la tournure que prenait la politique cubaine), déclarait : "Qu'avons-nous promis aux Cubains ? Que la liberté soit un droit absolu, que personne ne soit persécuté pour ses idées, que les paysans reçoivent la terre en pleine propriété grâce à la réforme agraire, que nos enfants puissent étudier dans des écoles où on les prépare à la vie et où on les forme à devenir des citoyens libres, que notre nation jouisse de conditions de vie acceptables tout en maîtrisant son destin. Pour toutes ces promesses, je suis prêt à donner ma vie !" Pour des raisons inconnues, Huber Matos ne sera pas condamné à mort ce jour-là. Fidel Castro le gracie et Matos est condamné à 20 ans de prison.
Castro a-t-il jamais voulu réellement libérer Cuba ? En faire un pays libre ? Ou son seul objectif a-t-il été d'avoir le pouvoir, à n'importe quel prix, sous n'importe quels prétextes, utilisant les plus nobles d'entre eux pour parvenir à ses fins ?
Fidel Castro, c'est cet homme qui forme et défait des alliances, au gré de ses envies, de ses objectifs, de ses ambitions. C'est cet homme qui n'hésite pas à envoyer ses "amis" à la mort quand il trouve qu'ils deviennent un peu trop "dérangeants". C'est cet homme qui exècre les Etats-Unis et la CIA, mais qui n'hésite pas à flirter avec l'agence quand besoin est. Castro, c'est tout ça et tellement plus. C'est un homme complexe qu'aucun d'entre nous n'arrivera probablement jamais à déchiffrer complètement. Mais ce livre, document à charge, donne un aperçu de l'homme qu'il a été.
Miguel Hernández Bauza, journaliste de son état, écrivait dès 1955 dans les colonne de son journal, "demain, tout ce qui ne sera pas partisan de Fidel sera exécuté pour immoralité." Il ne s'imaginait sûrement pas à quel point cette phrase allait s'avérer vrai.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Videos de Serge Raffy (7) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Serge Raffy
Emmanuel Faux reçoit Serge Raffy, journaliste et auteur de Le Président : François Hollande, itinéraire secret (Fayard).
>Histoire, géographie, sciences auxiliaires de l'histoire>Biographie générale et généalogie>Politiciens, économistes, juristes, enseignants (844)
autres livres classés : cubaVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Les écrivains et le suicide

En 1941, cette immense écrivaine, pensant devenir folle, va se jeter dans une rivière les poches pleine de pierres. Avant de mourir, elle écrit à son mari une lettre où elle dit prendre la meilleure décision qui soit.

Virginia Woolf
Marguerite Duras
Sylvia Plath
Victoria Ocampo

8 questions
211 lecteurs ont répondu
Thèmes : suicide , biographie , littératureCréer un quiz sur ce livre