Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures Inscription classique

ISBN : 2070313298
Éditeur : Gallimard (2004)


Note moyenne : 3.5/5 (sur 24 notes) Ajouter à mes livres
Résumé :
Prix SNCF du premier polar en 2002


Quatre SDF recrutés par le mystérieux Hensley pour devenir braqueurs professionnels. Après une préparation quasi militaire, tout est en place pour le coup d'essai : le braquage d'une banque rue Oberkampf...
> voir plus
Ajouter une citation Ajouter une critique

Critiques, analyses et avis (3)

> Ajouter une critique

    • Livres 2.00/5
    Par Rodin_Marcel, le 22 avril 2015

    Rodin_Marcel
    Roux Christian - «Braquages» - Gallimard / Folio-Policier, 2004 (ISBN 978-2070313297)

    Pour un premier roman, ce n'est pas mal du tout, plutôt bien écrit. L'intrigue est bien trouvée, même si elle est plutôt invraisemblable : un mystérieux Hensley recrute quatre SDF paumés réduits à la mendicité, leur fait subir un entraînement de commando, afin de commettre un braquage d'agence bancaire. Il s'agirait, pour débuter sainement dans cette carrière, de commencer d'abord par une petite agence parisienne.
    Ce que les quatre paumés ignorent, c'est que ce même Hensley est aussi en train de préparer un autre braquage, qui doit se tenir au même moment, dans une autre agence plus importante. Mais au total, même en totalisant les deux opérations, les résultats financiers ne semblent vraiment pas à la hauteur des «investissements» consentis par le commanditaire.
    Tout cela ne peut que dissimuler une opération plus vaste, plus tortueuse… et voilà-t-il pas que le propre fils du commissaire enquêteur pourrait appartenir à un mouvement néo-nazi qui semble impliqué dans ces manigances.

    En soi, les divers rebondissements sont plutôt bien enchaînés, bien amenés, même si le recours au mystérieux donneur d'ordre tout puissant relève de la ficelle un peu usée.
    Ce qui me déplaît foncièrement dans ce roman, c'est la démonstration délibérément politique de l'auteur : comme ses homologues Jérôme Leroy (Le Bloc), Dominique Manotti (Bien connu des services de police), l'auteur tente d'accréditer la thèse selon laquelle l'extrême-droite serait, quasiment sui generis, étroitement liée au grand banditisme, en recourant à des figures pour le moins caricaturales si ce n'est simplistes.
    Les réalités humaines sont bien plus complexes, comme le démontrent abondamment les affaires genre Strauss-Kahn (flanqué de son copain Dodo la Saumure, connaissant dorénavant l'honneur d'une notice Wikipedia) ou les innombrables affaires Tapie (il y en a tellement qu'on ne parvient plus à les démêler).
    Utiliser le roman policier pour des démonstrations politiques ou idéologiques n'est pas une bonne idée, n'est pas Jonquet qui veut…
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 1         Page de la critique

    • Livres 4.00/5
    Par ANatalia, le 05 août 2013

    ANatalia
    Quatre sans-abris ( Paol, Louis, Sonia et Jack ) sont recrutés par Hensley (le metteur en scène ) pour braquer des banques. Ils vont subir un entrainement quasi-militaire dans un château. Lorsqu'enfin ils sont prêts, le braquage en plein Paris peut avoir lieu. Mais rien ne se passe comme prévu, il y aura des pertes humaines. Ils se sont fait berner. Au même moment un autre braquage a lieu qui lui,finira en boucherie.
    Le commissaire Degrave se charge de l'enquête. Il est dans le même temps très inquiet pour son fils Petit Pierre qui se rapproche des milieux d'extrème droite sans que lui et son épouse n'aient su réagir à temps, pensant que ça lui passerait. Ils se demandent comment de telles idées ont pu germer en lui. Petit à petit, Degrave comprend que son fils est peut-être bien mouillé dans des affaires bien louches.Nos deux rescapés Sdf vont remonter jusqu'au commanditaire des Braquages.
    Un roman sombre, politique et réaliste qui explore les milieux néo-nazis sans concession. C'est écrit dans un style fluide, avec un regard très juste sur notre société. Ce qui n'est pas le moindre compliment pour un roman noir : on se fait embarquer et les éléments se mettent en place progressivement pour un final déroutant. Les personnages principaux, comme annexes, sont tous très bien décrits.

    Lien : http://dzahell.fr/braquages-de-christian-roux
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 1         Page de la critique

    • Livres 4.00/5
    Par Eky, le 03 août 2012

    Eky
    Une excellente idée, très bien menée, une histoire prenante. Un bémol cependant sur le dernier chapitre qui m'a quelque peu déçue.

    Commenter     J’apprécie          0 0         Page de la critique

> voir toutes (1)

Citations et extraits

> Ajouter une citation

  • Par genou, le 17 juin 2013

    Malgré toutes les scènes d'horreur ou de douleur qu'Hensley avait pu enregistrer dans sa mémoire, faisant d'elle comme du monde un Guernica grandeur séculaire, il ne put s'empêcher de pousser un gémissement. Le spectacle tenait plutôt de la nature morte que du tableau épique.
    La boîte contenait un œil, une oreille, un nez, trois doigts et un pénis délicatement disposés dans une feutrine de couleur marron.
    [ ... ] Ce sont... les restes... d'un... ancien collaborateur. [ ... ] Je lui ai... arraché... chacune... des... parties... du corps... correspondant... à... ces délits... moi-même. ...
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 0         Page de la citation







Sur Amazon
à partir de :
2,90 € (neuf)
2,50 € (occasion)

   

Faire découvrir Braquages par :

  • Mail
  • Blog

Découvrez la collection Folio

> voir plus

Lecteurs (31)

> voir plus

Quiz