Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures Inscription classique

ISBN : 2290034096
Éditeur : Editions 84 (1999)


Note moyenne : 3.8/5 (sur 92 notes) Ajouter à mes livres
Résumé :
Fils d'immigrés russes blancs, Aliocha souffre de se sentir différent des autres élèves de son école. C'est tout ce que représentent ses parents qu'il stigmatise : leur gêne financière, leur attachement viscéral à une lointaine Russie. Le pays, la culture ou la langue, ... > voir plus
Ajouter une citation Ajouter une critique

> voir toutes (13)

Critiques, analyses et avis

> Ajouter une critique

    • Livres 5.00/5
    Par najnaje, le 05 mars 2014

    najnaje
    Une très belle histoire d amitié entre deux adolescents, leur point commun le handicap. Thierry enfant bourgeois handicapé par une bosse dans le dos et à la santé fragile, passionné de littérature. Alexis (Aliocha) enfant d immigré Russe trouve ses origines un peu encombrantes voir handicapantes et préfère se sentir français en se consacrant exclusivement à la littérature et la culture française. Ses parents vivent dans le folklore russe avec l espoir de retourner un jour en Russie . Thierry très érudit initie Aliocha à la littérature française non sans insister sur le fait qu Aliocha à une chance extraordinaire de pouvoir lire les plus grands auteurs russe dans sa langue d origine, ce qui a tendance à agacer Aliocha. Mais un jour Aliocha perds son ami des suites d une pneumonie, ce qui va le réconcilier avec ses origines, en mémoire de son ami il lira Tolstoi, ce qui fera le bonheur de ses parents. Je me suis retrouvée dans ce récit, enfant d immigrés j ai eu moi même beaucoup de mal à concilier ma culture d origine et la culture française en rejetant ma culture d origine dans un premier temps et de la découvrir bien plus tard avec beaucoup de bonheur.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          8 27         Page de la critique

    • Livres 3.00/5
    Par litolff, le 15 août 2011

    litolff
    La touchante histoire d'un adolescent fils d'immigrés russes dans les années 20 à Neuilly sur Seine.
    Roman d'initiation, sans doute partiellement autobiographique, Troyat y évoque avec justesse la délicate situation des émigrés et des apatrides, à cheval entre deux cultures et entre deux langues.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 15         Page de la critique

    • Livres 5.00/5
    Par scaalaire68, le 15 novembre 2013

    scaalaire68
    Aliocha est une jolie histoire d'amitié sur fond d'immigration Russe dans les années vingt. Issu d'une double culture, Alexis, dit Aliocha ne jure que par la France et comprend mal ses parents, nostalgiques de la Russie. Ruinés, ceux-ci désespèrent de pouvoir retourner un jour en Russie, étant donné la situation politique du pays. Son meilleur ami, de santé précaire et passionné de littérature le persuade en vain de lire les auteurs russes en version originale mais Aliocha, qui se rêve écrivain, préfère La Fontaine, Balzac, Hugo... J'ai lu d'une traite ce court roman d'apprentissage.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 11         Page de la critique

    • Livres 4.00/5
    Par Altervorace, le 27 juillet 2012

    Altervorace
    Ce court roman initiatique a été aussi plaisant à lire que la première fois, il y a plusieurs années. Alexis/Aliocha est un très jeune homme qui rejette complètement son statut de Russe. S'il a fui son pays à l'âge de 11 ans, il semble nier tous les souvenirs qu'il aurait pu en garder. Il ressemble finalement à certains ados que nous connaissons tous. Il s'oppose à tout ce que ses parents voudraient lui transmettre malgré la grande affection qu'il éprouve pour eux. Sa rencontre avec Thierry, d'une intelligence féroce mais isolé, va le plonger dans les délices de la littérature et de l'amitié. Tout au long du récit, nous suivons les difficultés d'Aliocha à s'accepter comme étant de deux pays, de deux cultures, de deux mondes. le personnage de son ami m'a beaucoup émue car, malgré l'admiration éperdue que lui voue Alexis, on sent à quel point Thierry semble parfois souffrir de sa différence.
    Ce roman est facile à lire, le style classique. Je pense que l'on peut sans problème le conseiller à partir de 13/14 ans.

    Lien : http://altervorace.canalblog.com/archives/2012/07/27/24463673.html
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 10         Page de la critique

    • Livres 4.00/5
    Par redblue, le 16 mars 2012

    redblue
    De ce roman d'Henri Troyat se dégage l'authenticité de l'autobiographie voilée. Alexis/Aliocha, jeune collégien à Neuilly vit tiraillé entre la Russie qui l'a vu naître et la France qui le fait grandir. A ce moment où se construit l'identité, il ignore quel camp choisir sans renier ses racines incarnées par ses parents, russes blancs condamnés à l'exil après la Révolution bolchevique et ses aspirations culturelles, littéraires mêmes que suscite son amitié avec un autre collégien esseulé car bossu, le très français et bourgeois Thierry Gozelin. L'année qu'ils passent ensemble à se découvrir et à tout partager permettra éventuellement à Aliocha de se réconcilier avec lui-même. C'est là un récit poignant, abordant avec réalisme et délicatesse la figure de l'immigré, du métissé et de l'apatride qui se nourrit de contradictions et chaque jour tente de les résoudre avec courage et justice. Henri Troyat réussit un témoignage touchant, tout simplement.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 5         Page de la critique

> voir toutes (5)

Citations et extraits

> Ajouter une citation

  • Par feanora, le 31 janvier 2013

    Quant à son dédain pour les problèmes russes, il le jugeait ridicule.
    "Tu regretteras plus tard de ne t'être pas davantage intéressé à ton pays d'origine. Je crois qu'on peut être profondément russe et aimer la France. Quand je rentrerai à Paris, j'espère te convaincre.""

    Commenter     J’apprécie          0 11         Page de la citation

  • Par redblue, le 16 mars 2012

    On eût dit que, sur terre, il y avait les Blancs, les Noirs, les Jaunes, et enfin une race à part : les émigrés. Et nul ne pouvait s'évader de cette condition d'émigré comme nul ne pouvait changer la couleur de sa peau.

    Commenter     J’apprécie          0 6         Page de la citation

  • Par genou, le 21 juin 2013

    Il a les traits fins. Il est blond aux yeux verts. Il voudrait être français et souhaite devenir écrivain. Il s’intéresse à la littérature mais aussi aux filles, notamment à Gisèle. > Thierry Gozelin : Ami d’Aliocha. Il n’est pas très beau physiquement. Exclu en classe, on se moque de lui. C’est pourtant un élève brillant et remarquable. Son intelligence atténue les moqueries. A la fin du roman, il meurt d’un œdème aigu du poumon. > Gisèle : C’est la cousine de Thierry.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 2         Page de la citation

  • Par Sachenka, le 04 février 2012

    Qu'avait-il à faire d'un Pouchkine, d'un Lermontov, d'un Tolstoï, quand il avait à sa disposition toute la littérature de France? Il n'allait pas lâcher la proie française pour l'ombre russe!

    Commenter     J’apprécie          0 5         Page de la citation

  • Par Sachenka, le 04 février 2012

    « Toute singularité mérite d'être cultivée à la façon d'une plante rare », comme disait ce vieux renard de Voltaire.

    Commenter     J’apprécie          0 5         Page de la citation

> voir toutes (18)

Videos de Henri Troyat

>Ajouter une vidéo
Vidéo de Henri Troyat

Henri TROYAT parle d'Emile ZOLA, de sa vie, de ses engagements, ses intérêts.La biographie qu'il a écrite : "ZOLA".Stéphane GRAPPELLI, Maria PACOME expliquent ce qu'ils aiment dans les livres de Zola








Sur Amazon
à partir de :
3,79 € (neuf)
0,81 € (occasion)

   

Faire découvrir Aliocha par :

  • Mail
  • Blog

> voir plus

Lecteurs (206)

> voir plus

Quiz