Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures Inscription classique

> Isabelle Maillet (Traducteur)

ISBN : 2266174851
Éditeur : Pocket (2008)


Note moyenne : 3.48/5 (sur 105 notes) Ajouter à mes livres
Résumé :

Une lettre anonyme.

La photo d'une petite fille de deux ans.

Une note : "Es-tu ma fille ?"

L'existence de Ridley Jones, journaliste new-yorkaise bohème, vient de basculer.

Un ballet de faux-semblants où... > voir plus
Ajouter une citation Ajouter une critique

> voir toutes (20)

Critiques, analyses et avis

> Ajouter une critique

    • Livres 4.00/5
    Par Eric75, le 24 juin 2012

    Eric75
    Lisa Unger est une sorte d'Harlan Coben en jupon. Ne vous arrêtez pas à ce curieux titre, c'est l'heure de l'impératif, avec des titres gouleyants fleurant bon la série Z, buvez donc le suspense jusqu'hallali ! Ce premier roman vaut en effet mieux que son titre et vous entraînera jusqu'au bout de vos nuits blanches. Cours, ma jolie est un livre qu'il est difficile d'arrêter en route, donc cours, lecteur, cours, et Surtout, ne te retourne pas… mais Ne le dis à personne (ah, non… celui-là est d'Harlan Coben).
    Ridley Jones a des soucis, son monde s'écroule autour d'elle quand elle découvre qu'elle n'est peut-être pas la fille de son papa et de sa maman, la sœur de son frère, la nièce de son oncle, et elle ne pratique même pas la généalogie ! Comment va-t-elle s'en sortir ? Peut-être grâce au beau ténébreux qui a élu domicile au dessus de chez elle. Mais est-il réellement ce qu'il prétend être ? Sculpteur sur métaux ? Détective privé ? Dans quel camp est-il ? Poursuivie par de mystérieux tueurs et par la police, sans identité, sur qui peut-elle compter désormais ?
    On a affaire à l'un de ces thrillers paranoïaques très prometteurs, qui se doivent de ne surtout pas décevoir à la fin. La montagne ne doit pas accoucher d'une souris. Sans vouloir trop dévoiler la fin, admettons qu'il manque peut-être un ou deux coups de théâtre pour faire bonne mesure. le roman tient cependant ses promesses, même si aucun renversement de situation ne vient bouleverser les hypothèses échafaudées en cours de lecture. Une astuce de la narration déjà vue au cinéma place une scène finale du récit en début de roman. Dans cette scène, qui est donc le méchant, et qui est le « compagnon », « la seule personne au monde en qui [elle a] confiance » ? Rien que cette question vous fait tenir en haleine pendant les 400 pages suivantes, jusqu'au dénouement. Est-on arrivé pour autant à élucider tous les mystères ? Peut-être pas ! Un indice, chez vous : ce roman comporte une suite, les aventures de Ridley Jones sont donc loin d'être terminées et se poursuivent dans Sans issue, le deuxième roman de Lisa Unger. Alors cours, lecteur, cours ! Cours vite acheter ce livre dans ta librairie préférée, et Surtout, ne te retourne pas… Promets-moi (ah, non… celui-là aussi est d'Harlan Coben) !
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 25         Page de la critique

    • Livres 2.00/5
    Par carre, le 07 juillet 2012

    carre
    Cours ma jolie ressemble à un joli soufflé , appétissant au début, franchement laborieux la plus part du temps. Après un départ survitaminé, le roman de Lisa Unger m'a déçu sur la distance. A cela deux causes à mon avis, tout d'abord une intrigue dont on devine rapidement les grandes lignes, et puis surtout ce qui m'a géné tout le long du récit, c'est de s'adresser directement au lecteur, avec des digressions à deux balles franchement inintéressantes, qui plombe le peu d'intérêt du récit. Alors oui je cours ( tenez pas compte du ma jolie) mais pour prendre un nouveau livre.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 25         Page de la critique

    • Livres 4.00/5
    Par Crazynath, le 17 novembre 2014

    Crazynath
    Un bon moment de lecture.( j'aurais mis 3.5/5 en réalité )
    Le style de la narratrice, avec - ou malgré- ses apartés est original et donne vraiment envie de connaitre la vérité . Pourquoi Ridley, journaliste à la vie bien rangée reçoit tout à coup une photo d'une petite fille accompagnée d'un mystérieux message ?
    Sans apporter quelque chose de neuf dans le paysage déjà fort encombré du thriller, on passe un bon moment de lecture avec " Cours Ma Jolie".( Bon, le titre est un peu bof, il faut le reconnaitre ...)
    Lisa Unger a une qualité d'écriture qui fait que le livre se lit aisément et l'intrigue m'a tenue en haleine du début à la fin. Pas impossible que je lise la suite à l'occasion...
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 17         Page de la critique

    • Livres 4.00/5
    Par sandrine57, le 22 juillet 2012

    sandrine57
    C'est un jour comme un autre dans la vie de Ridley Jones, jeune et insouciante pigiste new-yorkaise. Pourtant, un enchaînement de petits détails va faire qu'elle se trouve précisément sur le trottoir devant son immeuble au moment même où un petit garçon manque de se faire renversé par un chauffeur désinvolte. N'écoutant que son courage, Ridley se précipite pour le sauver et devient l'héroïne du jour. Sa photo parait dans tous les journaux et attire l'attention d'un mystérieux inconnu qui dépose chez elle une lettre anonyme. Dans l'enveloppe : une vieille photo représentant un couple et un enfant et une question sybiline: "Es-tu ma fille?". Ridley se reconnait dans les traits de la jeune femme du portrait. Ce n'est rien mais c'est assez pour qu'elle interroge ses parents. Benjamin et Grace Jones tombent des nues et rassurent leur fille du mieux qu'ils peuvent. Mais il est trop tard. le doute s'est installé. Ridley s'interroge et va mener l'enquête, avec l'aide de Jake, son séduisant nouveau voisin.

    Malgré les drames, les épreuves, les dangers, la mort qui rôde, Ridley Jones conserve sa verve et son sens de l'humour pour nous raconter sa quête d'identité. Entre les menaces d'un avocats véreux, les balles qui sifflent et la désapprobation parentale, cette bavarde impénitente trouve le temps pour nous abreuver de ses considérations philosophiques sur la famille, les liens du sang, la dépendance, le déni -entre autres- et pour s'adonner à des ébats torrides dans le lit du beau ténébreux qui vient d'emménager dans son immeuble.
    Malgré cela, le suspens est au rendez-vous et le livre se dévore avec délectation. La narration est vivante, nerveuse et entraînante. On veut savoir qui est vraiment Ridley et quelle est son histoire. Pourtant la fin, spectaculaire, laisse sur sa faim. Trop de questions restent sans réponse. Tant pis pour ma PAL, tant pis pour mon porte-monaie, je veux connaitre le fin mot de l'histoire. Il me faut Sans issue!
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 16         Page de la critique

    • Livres 4.00/5
    Par Amindara, le 17 octobre 2011

    Amindara
    Lorsque j'ai commencé la lecture de ce livre, je me suis tout de suite trouvée happée par l'histoire et j'ai eu énormément de mal à m'arrêter la première fois. Les deux premiers chapitres sont tels qu'on est pris par une irrésistible envie de savoir la fin le plus vite possible.
    Et puis, au fur et à mesure de la lecture, on a l'impression de deviner la fin d'avance alors l'enthousiasme retombe quelque peu. Jusqu'à ce qu'en tournant une page, on se rende compte que finalement, on s'est trompé sur toute la ligne alors notre désir de savoir au plus vite reprend le dessus.
    Ce roman a le pouvoir de nous tenir en haleine. Tel un roman policier, on a l'impression de savoir tout de suite qui est le coupable pour ensuite se dire que non, ce n'est pas lui et puis finalement, le soupçonner à nouveau. Alors on attend la fin, pour savoir enfin et là ! On est presque pris par surprise en découvrant un coupable auquel on n'avait pas vraiment pensé.
    Durant toute la lecture, on se prend d'amitié pour Ridley qui est en quête de vérité.. Comme elle, on a envie de savoir. On la voit évoluer dans cet univers où elle ne sait plus qui elle est et où elle ne sait plus si elle peut faire confiance à telle ou telle personne. On s'attriste pour elle et on la plaint aussi parce qu'on n'aimerait vraiment pas être à sa place.
    En bref, ça m'a plu !
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 5         Page de la critique

> voir toutes (13)

Citations et extraits

> Ajouter une citation

  • Par Crazynath, le 15 novembre 2014

    L'esprit n'est pas capable de gèrer des émotions dévastatrices telles que la détresse et la terreur pendant des périodes prolongées, aussi doit-il s'accorder des pauses.

    Commenter     J’apprécie          0 11         Page de la citation

  • Par Crazynath, le 15 novembre 2014

    Pour moi, la gentillesse s'acquiert à la dure, à force de s'être cassé la gueule et relevé ensuite. elle résulte de la capacité à surmonter l'échec et les chagrins.

    Commenter     J’apprécie          0 10         Page de la citation

  • Par Crazynath, le 15 novembre 2014

    Ils étaient comme la clef d'une boite contenant une myriade de questions laissées en suspens dans ma conscience depuis des années, et auxquelles je n'avais jamais pris la peine de chercher de réponses.

    Commenter     J’apprécie          0 4         Page de la citation

  • Par Crazynath, le 13 novembre 2014

    L'obscurité est redoutable car elle permet de distinguer les objets mais pas ce qui est dissimulé dans l'ombre derrière eux.

    Commenter     J’apprécie          0 11         Page de la citation

  • Par Eric75, le 24 juin 2012

    Ils se rapprochent toujours, et je suis sûre qu'ils nous ont repérés car ils ont éteint leurs torches et ne se parlent plus. Agrippant mon arme à deux mains, je guette leur arrivée. Je n'ai jamais tiré de ma vie et je en sais même pas s'il y a encore des balles dans le chargeur. Je commence à penser que nous allons mourir ici.
    « Ridley ? S'il te plaît, ne fait pas ça. » La voix, venue d'en haut, résonne dans le noir. « On va trouver un arrangement. »
    Je garde le silence. C'est une ruse, je n'en doute pas. Il n'y a plus d'arrangement possible ; les choses sont allées beaucoup trop loin. J'ai eu plusieurs fois l'occasion de fermer les yeux et de retourner à une bienheureuse ignorance, mais je ne l'ai pas fait. Est-ce que je le regrette ? Difficile à dire. Il est trop tard, de toute façon.
    « Six, murmure l'homme à côté de moi.
    - Quoi ?
    - Il te reste six balles. »
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 6         Page de la citation







Sur Amazon
à partir de :
7,22 € (neuf)
1,89 € (occasion)

   

Faire découvrir Cours, ma jolie par :

  • Mail
  • Blog

> voir plus

Lecteurs (220)

  • Ils sont en train de le lire (1)

> voir plus

Quiz