Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures Inscription classique

> Françoise Rose (Traducteur)

ISBN : 2266200542
Éditeur : Pocket (2010)


Note moyenne : 3.28/5 (sur 43 notes) Ajouter à mes livres
Résumé :

Cette femme qui fait ses courses s'appelle Annie Powers. Pour l'état-civil, elle est mariée, bien intégrée à la communauté, mère d'une charmante petite fille. Cette femme qui fait ses courses s'appelait Ophelia Mardi. De cet... > Voir plus
Ajouter une citation Ajouter une critique

> voir toutes (13)

Critiques, analyses et avis

> Ajouter une critique

    • Livres 2.00/5
    Par sylvaine, le 27 mai 2012

    sylvaine
    "en psychologie, le terme fugue désigne un trouble dissociatif qui se caractérise par des départs subits du domicile, des pertes de mémoire ou d'identité, un état de profonde détresse qui résulte généralement d'un grave traumatisme émotionnel ou physique."(p236).
    Une jeune femme en cavale (morte le matin même !).,Annie Powers jeune mère comblée vivant en Floride dans une luxueuse villa en bord de mer , un époux Gray qui l'adore, une belle-mère aux petits soins, une relation plus distante avec son beau-père Drew et surtout l'amour de sa vie Victory sa petite fille.
    Mais Annie n'est pas Annie , en fait elle s'appelle Ophélia.Et mon dieu que le passé d 'Ophelia est lourd , traumatisme ,sur traumatisme , meurtre en série, complice ou prisonnière d'un psychopathe.Pour lui échapper il lui a fallu endosser une autre identité mais il l'a poursuit toujours des années plus tard .
    Lisa Unger bâtit un roman étrange où l'on ne sait pas qui est qui, qui parle, ce qui est réel, ce qui relève de l'imaginaire.
    L'idée de ce thriller est intéressante, l'histoire accroche le lecteur mais bigre que cela m'a paru emberlificoté,confus , peu ou pas clair .Bref une construction romanesque que je pense être complètement ratée qui m'a rendue pénible la lecture de ce livre .Sincèrement si cela n'avait pas été la lettre U de mon challenge ABC 2012 je l'aurais abandonné en route!!
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 13         Page de la critique

    • Livres 4.00/5
    Par ladesiderienne, le 03 janvier 2014

    ladesiderienne
    CHALLENGE ABC 2013/2014 (12/26)
    le fait est assez rare pour être noté, il y a longtemps qu'un thriller ne m'avait pas tenu en haleine jusqu'aux dernières pages. Trouvé par hasard dans les rayons de la médiathèque où je cherchais désespérément un "U" pour mon challenge ABC, je ne suis pas déçue par cette rencontre fortuite.
    Dans "Mémoire trouble" on fait donc la connaissance d'Annie Powers, une jeune femme dont la situation est plutôt enviable puisqu'elle habite une belle villa dans une banlieue chic de Floride en compagnie d'un époux charmant et d'une adorable petite fille. Cette image idyllique est cependant ternie par un voile qui plane au-dessus d'elle, celui de son ancienne vie où elle s'appelait Ophelia et qu'alors adolescente, elle fuyait en compagnie d'un serial-killer. Et si le passé n'était pas vraiment enterré ?
    le thème, que j'affectionne particulièrement, sur les mécanismes de défense du psychisme pour survivre face à l'impensable n'est, bien sûr, pas nouveau, mais, avec Lisa Unger, je le trouve traité de manière originale.
    A l'image du titre, l'auteur nous décrit les évènements de façon assez floue. Entre cauchemars et réalités, passé et présent, le lecteur navigue, comme l'héroïne, dans un brouillard épais, démêlant difficilement le réel du fictif, les fantômes d'hier des ombres d'aujourd'hui. Je vous préviens quand même qu'à la fin, tout ne sera pas non plus très clair dans votre esprit : votre mémoire peut aussi vous jouer des tours ! 17/20
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 8         Page de la critique

    • Livres 4.00/5
    Par iarsenea, le 17 avril 2012

    iarsenea
    Il y avait bien longtemps que je n'avais pas lu de thriller, et je me rends compte que cela me manquait plus que je ne le croyais. Peut-être cela a-t-il quelque chose à voir avec le fait que j'ai vraiment beaucoup aimé ce roman, alors que la majorité des critiques sont loin d'être enthousiastes. Peut-être n'ai-je pas lu un nombre suffisant de thrillers. Alors qu'il m'apparaît comme un très bon livre, il semble être plutôt dans la moyenne, voire en dessous de la moyenne pour d'autres.
    N'empêche que ce qui n'a pas plu aux autres est ce qui au contraire m'a paru le plus réussi dans le roman : la narration. L'histoire peut se séparer en trois parties, qui sont toutes emmêlées dans son déroulement. Oui, cela m'a parfois aussi agacée et dérangée. Et oui, la chronologie est déroutante, mais je pense que c'était voulu de la part de Lisa Unger. Comment en effet mieux dépeindre une femme qui ne distingue plus la fiction de la réalité qu'en entremêlant toutes les époques de sa vie ensemble, de même que le vrai du faux ? Bien sûr que c'est difficile à suivre, mais ce n'est sans doute rien lorsque comparé à une personne qui vit le même problème que la narratrice !
    Je trouve que la narration a au contraire rendu l'histoire plus réaliste et mieux réussie. D'autant plus que si l'histoire avait été racontée d'une façon linéaire, j'aurais sans doute baillé aux corneilles ! Après tout, quand on referme le roman, on se rend compte que l'histoire était plutôt simple. le tout aurait manqué d'action et de mystère s'il avait été présenté autrement. Enfin, c'est mon avis.
    La narration a la première personne du singulier m'a par contre parfois un peu agacée, car cela faisait parfois de drôles de tournures. On avait l'impression parfois que Ophélia/Annie nous parlait de l'au-delà, car elle savait des choses qu'elle n'avait pas vu dans la réalité. Cela s'explique toutefois vers la fin, mais bon. Disons que l'explication en question ne m'a pas plu et m'a paru manquer de réalisme. Ou à tout le moins, l'idée n'a pas été assez développée pour qu'elle paraisse réaliste.
    Dans l'ensemble, ce roman m'a beaucoup plu, malgré quelques faiblesses. À chaque fois que je pensais que c'était terminé, quelque chose d'autre se produisait pour donner à l'histoire une nouvelle tournure ! C'est ce que j'apprécie le plus des thrillers, quand ils nous amènent toujours plus loin que ce que nous avions prévu. Et puis, un thriller où il était question de santé mentale ne pouvait que m'intéresser, car j'ai toujours été fascinée par tout ce qui touche le domaine de la psychiatrie.

    Lien : http://lecturesdisabelle.blogspot.ca/2012/04/memoire-trouble.html
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 5         Page de la critique

    • Livres 5.00/5
    Par coquinnette1974, le 14 avril 2015

    coquinnette1974
    Nous avons ici un très bon thriller psychologique de Lisa Unger, ce qui ne m'a pas surpris car j'ai lu plusieurs romans de cette auteur, et je trouve ses romans captivants.
    On comprend dès les premières pages que Annie et Ophelia ne sont qu'une seule personne, et que son passé est bien lourd a porter pour ses frêles épaules.
    Elle est fragile psychologiquement et mal dans sa peau.
    On a donc une femme : Annie/Ophelia, qui a de sacrées raisons d'avoir changé d'identité.
    Mais le passé qu'elle croyait enterré la rattrape.
    Elle est pourtant mariée, a une fille, mais le passé est là, tapi dans l'ombre, et bien décidé à remonter à la surface...
    Mince est la différence entre folie et réalité parfois...
    Il est nécessaire de lire ce roman au calme car il faut bien suivre, notamment en raison des fréquents allers/retours entre le présent et le passé.
    Mais il m'a beaucoup plu, c'est un très bon thriller :)
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 1         Page de la critique

    • Livres 3.00/5
    Par orely, le 02 février 2015

    orely
    Le livre en lui même grand format Belmond : 300 pages assez raides et rêches, remplies d'une typographie banales. Les paragraphes se découpent n'importent comment et l'image de couverture n'est pas top. Bref à part une quatrième de couverture très tentante le livre n'est pas sa meilleure vitrine.
    Avant la lecture : j'ai déjà entendue parler de cet auteur sans l'avoir lue, je suis vraiment intéressée par cette découverte.
    Pendant la lecture : je n'aime pas passer d'un personnage à l'autre, d'une époque à l'autre sans indication. Pourtant le récit prends et on s'accroche à l'histoire qui se construit bien. Dès la deuxième moitié du livre on peu découvrir facilement le final mais cela n'empêche pas la lecture. le dénouement est crédible bien que les problèmes de mémoires d'Annie nous empêchent réellement d'en profiter.
    Après la lecture : un livre sympa, sans prétention, trop compliqué pour en profiter vraiment. Je n'en garderais par grand souvenir mais pourquoi pas le recommander avec quelques réserves.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 0         Page de la critique

> voir toutes (18)

Citations et extraits

> Ajouter une citation

  • Par ladesiderienne, le 01 janvier 2014

    En me prénommant Ophelia, ma mère voulait se faire passer pour une littéraire. Elle ne se rendait pas compte que c'était tout simplement tragique. Mais sans doute ne comprenait-elle pas le concept de tragédie, de la même manière que les gens nés riches n'ont pas conscience de l'être et ne savent même pas qu'il est possible de vivre différemment. Elle trouvait ce prénom joli, il lui faisait penser à une fleur. Elle savait qu'il provenait d'un texte célèbre - une pièce, un roman, elle n'aurait pas été capable de le dire. Je présume que je devais m'estimer heureuse, puisqu'elle avait également envisagé de m'appeler Lolita ou Gypsy Rose. Ophelia possédait au moins une certaine dignité.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 12         Page de la citation

  • Par ladesiderienne, le 03 janvier 2014

    La seule chose que j'aime dans le bureau de Gray, c'est qu'il est rempli de livres. De gros volumes reliés de cuir et dorés sur tranche, des traités de guerre et de théorie militaire, des encyclopédies sur l'histoire du monde, des œuvres de littérature classique, de la poésie. Mais ce n'est pas une bibliothèque acquise au fil du temps et des lectures, c'est une bibliothèque purement décorative - l'idée que se fait Drew des livres qui doivent orner les étagères d'un militaire. Il a la même dans son bureau. La plupart de ces livres n'ont jamais été ouverts, aucun œil ne s'est jamais posé sur les mots qu'ils contiennent, aucun doigt n'a jamais effleuré leurs pages. Ils sont aussi vierges et intacts que des nonnes.
    Je parcours leurs couvertures : Sun Zi, Machiavel, Tolstoï, Shakespeare, Byron, Shelley. N'importe qui, en les voyant, prendrait mon mari pour un grand lecteur. Il se tromperait. Dès que mon mari ouvre un livre, il s'endort.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 7         Page de la citation

  • Par ladesiderienne, le 03 janvier 2014

    Pour la plupart des gens, la Floride évoque les oranges et les flamants roses, les plages et les palmiers, l'océan bleu-vert, Disney et les margaritas. La Floride frivole et kitsch, l'endroit idéal pour des vacances en famille. Et elle est tout cela, bien sûr. Mais son cœur reste encore indompté ; elle bouillonne en son centre d'une rage qui aurait vite fait de déborder sans le béton armé qui la tient enfermée. Elle renferme de vastes étendues sauvages : des mangroves ombreuses, des dolines profondes, d'immenses réseaux de cavernes et de grottes, des hectares de marécages grouillants de vie. C'est cette partie de la Floride qui reprendra le dessus à la première occasion : elle tendra vers nous ses doigts humides et visqueux et nous enserrera dans son poing. Ma vie me donne la même impression.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 4         Page de la citation

  • Par ladesiderienne, le 02 janvier 2014

    La plupart d'entre nous ne vivent pas au présent. Nous résidons dans un espace mental où les regrets et les rancunes du passé le disputent à notre peur de l'avenir. Parfois, c'est à peine si nous remarquons ce qui se passe autour de nous, occupés comme nous sommes à voyager dans le temps.

    Commenter     J’apprécie          0 6         Page de la citation

  • Par ladesiderienne, le 02 janvier 2014

    Je m'oblige à prendre un air calme ; j'ai appris, en des instants pareils, à ne rien laisser paraître de la tempête qui fait rage en moi. Les animaux ne montrent pas qu'ils ont peur ou qu'ils sont malades : dans la nature, la faiblesse ne pardonne pas.

    Commenter     J’apprécie          0 6         Page de la citation







Sur Amazon
à partir de :
4,99 € (neuf)
3,23 € (occasion)

   

Faire découvrir Mémoire trouble par :

  • Mail
  • Blog

> voir plus

Lecteurs (98)

> voir plus

Quiz