AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Frédéric Cotton (Traducteur)
ISBN : 2910846792
Éditeur : Agone (2002)

Note moyenne : 4.5/5 (sur 130 notes)
Résumé :
Cette histoire des Etats-Unis présente le point de vue de ceux dont les manuels d'histoire parlent habituellement peu. L'auteur confronte avec minutie la version officielle et héroïque (de Christophe Colomb à George Walker Bush) aux témoignages des acteurs les plus modestes. Les Indiens, les esclaves en fuite, les soldats déserteurs, les jeunes ouvrières du textile, les syndicalistes, les GI du Vietnam, les activistes des années 1980-1990, tous, jusqu'aux victimes c... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.fr
Critiques, Analyses & Avis (12) Voir plus Ajouter une critique
Alcapone
Alcapone22 septembre 2012
  • Livres 4.00/5
"La mémoire des Etats n'est résolument pas la nôtre. Les nations ne sont pas des communautés et ne l'ont jamais été. L'histoire de n'importe quel pays, présentée comme une histoire de famille, dissimule les plus âpres conflits d'intérêts (qui parfois éclatent au grand jour et sont le plus souvent réprimés) entre les conquérants et les populations soumises, les maîtres et les esclaves, les capitalistes et les travailleurs, les dominants et les dominés, qu'ils le soient pour des raisons de race ou de sexe. Dans un monde aussi conflictuel, où victimes et bourreaux s'affrontent, il est, comme le disait Albert Camus, du devoir des intellectuels de ne pas se ranger aux côtés des bourreaux." p.15. Voici comment Howard Zinn, cet historien et politologue américain engagé dans le combat pour les respect des droits civiques, justifie son oeuvre. Prenant à contre-pied les thèses couramment établies dans les ouvrages d'histoire sur les Etats-Unis, Howard Zinn propose une version novatrice de l'histoire américaine. Sa volonté de donner la voix aux populations oubliées de l'histoire américaine est un moyen de rendre justice à tous ceux qui ont participé à la construction du pays au prix de nombreux sacrifices. Edité pour la première fois aux USA en 1980 (et dans sa version française en 2002 par les Editions Agone), cet ouvrage fait partie des références en la matière : les grands épisodes de l'histoire américaine sont désormais enrichis par ces voix jusque là occultées...
Cet ouvrage est si dense qu'il est difficile d'en rendre toute l'essence en quelques mots. Les références et exemples si nombreux, ont parfois nui à ma lecture. Mais je recommande chaudement cette lecture : bien que certains épisodes de l'histoire américaine relatés dans ce livre soient aujourd'hui connus du grand public, cela n'en rend pas cette Histoire populaire des Etas-Unis moins passionnante : colonisation, évangélisation forcée, esclavage, racisme, ségrégation, déségration, discrimination, luttes sociales, l'hsitoire des Etats-Unis s'est écrite dans le conflit. Et les USA modernes sont l'héritage de ces luttes qui ont constamment ponctués l'histoire sociale du pays. A cette lecture, on appréhende avec recul la construction de la première puissance économique mondiale. le Rêve américain est bien loin de ce qu'il laisse miroiter : comme l'on peut s'en douter, c'est évidemment au détriment des minorités sociales que s'est fondé le pays. Indiens, Noirs, Européens immigrés, Asiatiques, Latino-Américains, femmes, homosexuels... ce sont les luttes de ces communautés opprimées qui ont réellement fait progresser le pays. C'est d'ailleurs à ces populations qu'Howard Zinn tient à rendre justice et c'est avec stupeur que j'ai découvert certains événements relatés par l'historien. Seul bémol : ce livre n'est pas accessible à tout public. Il est difficile à s'approprier tant les références sont nombreuses. Il faut d'ailleurs avoir une certaine culture du pays pour comprendre certains épisodes relatés. L'auteur aborde tant de sujets (enjeux politiques, sociaux, économiques, religieux...) que sans connaissances préalables, il est difficile de s'y retrouver. Ceci dit, il ne faut pas se décourager et ne pas hésiter à se replonger dans le bouquin. En tous cas, ce sera mon cas...
Lien : http://livresacentalheure-al..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          190
loreleirocks
loreleirocks08 décembre 2013
  • Livres 5.00/5
Voilà un ouvrage particulièrement intéressant sur l'histoire des États Unis. Intéressant de par le point de vue choisi par l'auteur. D'ailleurs, bon nombre de critiques sont braqués contre ce point de vue. Il s'agit ici de montrer le revers de la médaille des politiques gouvernementales essentielles depuis la colonisation du continent américain. On pourrait voir ici un bon lot de théories du complot sur le gouvernement fédéral, si tous les faits n'étaient pas clairement justifiés par des documents authentiques. On pourrait aussi voir un portrait tellement négatif du pays que tout ce qui le concerne serait remis en question.
L'utilité de cette Histoire des États Unis est de donner un contexte supplémentaire et remettre un peu à jour les effets sur les minorités ethniques, politiques, sociales ou sur la population en général, de grandes lois et politiques, pas toujours aussi bénéfiques, généreuses et sans arrière pensée que l'on pourrait croire. Et de démystifier certains personnages essentiels de l'histoire des États Unis.
Personnellement, cet ouvrage m'a semblé être une bonne option pour la "vieille étudiante" que ma reprise d'études me force à être, me permettant de remettre un tas de connaissances imprécises et flottantes en contexte, surtout en contexte souvent acquis il y plus de 15 ans de manière tellement scolaire et technicolor qu'il fallait y regarder sous un autre angle, d'apprendre en me divertissant aussi.
Bref, tout ça pour dire que je ne sais pas apprendre scolairement et comme les enfants, la narration est essentielle à l'intégration de faits, dates, noms etc. et que j'ai dévoré ces 850 pages (en VO) comme un bon polar socio-politique.
Ayant récemment vu Capitalism: A Love Story de Michael Moore, Gasland, et Manufacturing Consent de Noam Chomsky, vous pouvez deviner que je me suis régalée de ce portrait de "désunité" des USA. Donc...
...une mise en garde pour les intéressés : ce livre est à lire en parallèle avec un ouvrage plus classique vous donnant une idée plus cadrée de faits, lois et personnes, histoire de construire une culture plus objective et de juger par vous même sans soudain chercher à lire entre les lignes de toute actualité états-unienne sous l'angle du complot et de l'abus. Et surtout si vous êtes étudiants en anglais.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          103
Celkana
Celkana10 juillet 2015
  • Livres 5.00/5
H.Zinn propose là une oeuvre magistrale, fournie, riche et surtout rare par le thème abordée, les minorités qui ont fait les États-Unis et dont on parle peu, voire très peu...
Ce point de vue est passionnant (bien que parfois un peu répétitif) et on apprend énormément de choses, pas forcément flatteur pour la grande histoire du pays mais absolument nécessaire pour avoir une vision plus claire et juste de ce qu'est la nation américaine et pas seulement les grandes pages de l'Histoire mise en avant parce que bénéfique au groupe majoritaire tenant le pouvoir et la finance.
A lire donc car grande oeuvre sociale et historique que même les amoureux inconditionnels de l'Amérique apprécieront j'en suis sûre!
Commenter  J’apprécie          101
tolbiac
tolbiac01 juin 2013
  • Livres 5.00/5
S'il devait en rester qu'un que ce soit celui-ci.
S'il ne devait resté qu'un seul ouvrage sur l'histoire de l'empire, que ce soit celui-ci…
La face cachée de l'histoire ; Celle des vaincus, des dépossédés, des laissé-pour-compte.
Une autre manière d'appréhender l'histoire.
Bon c'est socialo' ? Marxiste ? J'avoue wouai un peu… Beaucoup…
La face cachée de l'oncle Sam…
Commenter  J’apprécie          125
mouette_liseuse
mouette_liseuse25 septembre 2014
  • Livres 4.00/5
L'histoire des Etats-Unis telle qu'on la connaît peu. Pas de figures mythiques de la conquête de l'ouest, pas de Pères fondateurs, héros de l'indépendance, grands hommes, ou d'Amérique idéalisée, mais l'histoire de ceux dont on ne parle pas mais qui représentent la majorité de ceux qui fait les Etats-Unis. Depuis le premier contact de l'Occident avec Christophe Colomb jusqu'aux luttes des années 60, on découvre une histoire alternative de l'Amérique. A lire
Commenter  J’apprécie          110
Citations & extraits (32) Voir plus Ajouter une citation
claireogieclaireogie22 décembre 2010
Lorsque le président Bush bombarda l'Irak en 1991 sous prétexte de faire cesser l'occupation du Koweit par les Irakiens, un groupe d'Indiens de l'Oregon fit circuler une lettre ouverte, aussi amère qu'ironique : "Cher président Bush. Pourriez-vous nous aider à libérer notre petite nation occupée ? Une force étrangère occupe nos terres pour s'emparer de nos formidables ressources naturelles. Ces étrangers ont menti et mené contre nous une guerre bactériologique, tuant des milliers de vieillards, d'enfants et de femmes. Après avoir envahi notre pays, ils ont renversé les chefs et les autorités de nos gouvernements et les ont remplacés par leur propre système de gouvernement qui aujourd'hui encore contrôle notre mode de vie de bien des manières. Selon vos propres termes, l'occupation et le renversement d'une petite nation (...) est une occupation de trop. Sincèrement vôtre. Un Indien d'Amérique."
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          280
mathieuplmathieupl14 mars 2011
Je ne prétend pas qu’il faille, en faisant l’histoire, accuser, juger et condamner Christophe Colomb par contumace. Il est trop tard pour cette leçon de morale aussi scolaire qu’inutile. Ce qu’il faut condamner en revanche, c’est la facilité avec laquelle on assume ces atrocités comme étant le prix, certes regrettable mais nécessaire, à payer pour assurer le progrès de l’humanité; Hiroshima et le Vietnam pour sauver la civilisation occidentale, Kronstadt et la Hongrie pour sauver le socialisme, la prolifération nucléaire pour sauver le monde. Nous avons appris à fondre ces atrocités dans la masses des faits comme nous enfouissons dans le sol nos containers de déchets radioactifs.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          160
Under_The_MoonUnder_The_Moon08 mars 2014
Nous n'avons certes pas l'intention de vanter les mérites de l'esclavage africain. Mais il était d'une tout autre nature que celui qui sévissait sur les plantations et dans les mines américains, où il durait toute la vie, était psychologiquement écrasant, défaisait les liens familiaux et interdisait toute projection dans l'avenir. Il manquait à l'esclavage africain les deux fondements qui firent de l'esclavage américain le plus cruel de toute l'histoire de l'humanité : le désir frénétique de profits illimités, caractéristique de l'agriculture capitaliste, et la réduction de l'esclave à l'état de moins qu'humain par le biais de la haine raciale, fondée sur l'évidence implacable de la différence de couleur : le Blanc étant le maître et le Noir l'esclave.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
enkidu_enkidu_10 mai 2015
VERS 1776, CERTAINES PERSONNALITÉS de premier plan des colonies anglaises d'Amérique firent une découverte qui allait se révéler extrêmement utile au cours des deux siècles suivants. Ils imaginèrent qu'en inventant une nation, un symbole, une entité légale appelée « États-Unis », ils seraient en mesure de s'emparer des terres, des privilèges et des pouvoirs politiques détenus jusque-là par les protégés de l'Empire britannique. Du même coup, ils pourraient contenir un certain nombre de révoltes en suspens et forger un consensus qui assurerait un soutien populaire suffisant au nouveau gouvernement contrôlé par une nouvelle élite privilégiée.

Il faut admettre que, sous cet angle, la Révolution américaine est bien une idée de génie et que les Pères Fondateurs méritent l'extraordinaire dévotion dont ils sont l'objet depuis des siècles. N'ont-ils pas, en effet, inventé le système de contrôle national le plus efficace de l'époque moderne et révélé aux futures générations de dirigeants les avantages d'une savante combinaison de paternalisme et d'autorité ?
(...)
Il s'agit là d'un scénario que l'on rejouera souvent tout au long de l'histoire politique des États-Unis : la mobilisation des énergies des classes défavorisées par les politiciens issus des classes supérieures, et ce pour le plus grand profit de ces derniers.
(...)
Certains Américains restaient clairement exclus de cette communion autour d'intérêts partagés que la Déclaration d'indépendance prétendait formaliser. On n'y évoquait nulle part les Indiens, les esclaves noirs ni, pour finir, les femmes. Plus encore, l'un des attendus de la Déclaration d'indépendance accusait le roi d'inciter les esclaves à la révolte et de susciter les attaques indiennes : « Il a fomenté des révoltes intestines et tâché de soulever contre les habitants de nos frontières les sauvages et impitoyables Indiens, dont la règle de guerre bien connue est de détruire sans distinction les êtres de tous âges, sexes et conditions. » (pp. 73, 75 & 89)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
psycheinhellpsycheinhell14 novembre 2011
"Ainsi, puisque le choix de certains événements et l'importance qui leur est accordée signalent inévitablement le parti pris de l'historien, je préfère tenter de dire l'histoire de la découverte de l'Amérique du point de vue des Arawaks, l'histoire de la Constitution du point de vue des esclaves, celle d'Andrew Jackson vue par les Cherokees, la guerre de Sécession par les Irlandais de New York, celle contre le Mexique par les déserteurs de l'armée de Scott, l'essor industriel à travers le regard d'une jeune femme des ateliers textiles de Lowell, la guerre hispano-américaine à travers celui des Cubains, la conquête des Philippines telle qu'en témoignent les soldats noirs de Luson, l'Âge d'or par les fermiers du Sud, la Première Guerre mondiale par les socialistes et la suivante par les pacifistes, le New Deal par les Noirs de Harlem, l'impérialisme américain de l'après-guerre par les péons d'Amérique latine, etc. Tout cela, bien sûr, si tant est que quiconque – et quels que soient les efforts qu'il y consacre – puisse effectivement "voir" l'histoire en épousant le point de vue des autres."
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
Videos de Howard Zinn (5) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Howard Zinn
" Howard Zinn - Une Histoire populaire américaine " Bande-annonce du documentaire d'Olivier Azam et Daniel Mermet, sur la vie de Howard Zinn, 1922-2010, auteur du livre "Une histoire populaire des Etats-Unis". (Les Mutins de Pangée, Coopérative audiovisuelle.)
Dans la catégorie : Histoire des Etats-UnisVoir plus
>Histoire, géographie, sciences auxiliaires de l'histoire>Histoire de l'Amérique du nord>Histoire des Etats-Unis (102)
autres livres classés : histoireVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

L'impossible neutralité

Pendant la Seconde Guerre Mondiale, Howard Zinn était

réformé
bombardier
parachutiste
fantassin

10 questions
3 lecteurs ont répondu
Thème : L'impossible neutralité : Autobiographie d'un historien et militant de Howard ZinnCréer un quiz sur ce livre
. .