AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Valérie Zenatti (Traducteur)
EAN : 9782020837941
213 pages
Éditeur : Seuil (07/10/2005)

Note moyenne : 4.03/5 (sur 194 notes)
Résumé :
Comment un enfant ayant tout perdu peut-il survivre plusieurs années seul dans les sombres forêts ukrainiennes ?
Aharon Appelfeld a dix ans lorsqu'il s'échappe du camp. Sa longue errance le conduira, quatre ans plus tard, en Palestine.
Plongé dans le silence depuis le début de la guerre, il apprend une nouvelle langue. Il l'utilisera désormais pour tenter de relier les différentes strates de sa vie à leurs racines perdues.
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (35) Voir plus Ajouter une critique
diablotin0
  05 octobre 2020
J'éprouve de la tendresse et de l'admiration pour ce que fut et devenu Aharon Appelfeld. J'ai également beaucoup de satisfaction de voir le talent de l'écrivain qu'il est devenu. Quelle belle revanche ! lui qui a eu tant de mal avec la langue et les mots ! "Histoire d'une vie" est un récit biographique qui nous révèle quelques bribes de son histoire. Il nous prévient, ce ne sera pas linéaire mais il nous donne à lire des moments, des réflexions, des sensations de ce qu'il a vécu enfant quant à 10 ans, il s'échappe d'un camp de concentration et traverse les forêts ukrainienne. Il passera par l'Italie et enfin rejoindra l'Israël. Il lui faudra apprendre cette langue qui lui est étrangère et pourtant deviendra sa langue d'écriture. Personne ne lui facilitera cette tâche, on lui reprochera de ne pas écrire un témoignage "classique".
"Sur la Shoah, il faut témoigner et non pas écrire à partir de réflexions personnelles". Et bien Aharon Appelfeld l'a fait et c'est tant mieux pour nous lecteurs car il nous livre ici un livre d'une grande richesse qui recevra d'ailleurs en 2004 le prix Medicis. Émotions et admiration pour ce récit et pour cet homme qui a su avec beaucoup d'intelligence se raconter.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          562
filippo
  20 juin 2017
Plutôt que d'entreprendre la rédaction d'une autobiographie en bonne et due forme, à l'exemple de ce que font beaucoup d'écrivains, Aharon Appelfeld se contente ici de ne livrer aux lecteurs que des bribes de vie, quelques fragments extirpés d'une existence elle-même fragmentée. L'auteur est né en 1932 à Czernovitz, en Bucovine (un territoire intégré, à cette époque-là, à la Roumanie). A l'âge de huit ans, après l'assassinat de sa mère, il est déporté dans un camp d'où il s'évade quelques mois plus tard avant de se cacher, pendant trois ans, dans les forêts ukrainiennes. En 1946, il réussit à embarquer sur un bateau et à se rendre en Palestine. Sa vie hors norme, il explique lui-même qu'il lui est impossible de la raconter dans son intégralité. Trop de faits inouïs, trop de souffrances, sont enfouis dans son âme sans pouvoir en sortir. Il faut donc ne pas demander davantage que ce qu'il peut rassembler dans ce livre. Tel qu'il est, cet ouvrage n'en est pas moins bouleversant autant par ce qu'il dit expressément que par ce qu'il laisse deviner ou entrevoir. C'est un livre qui met l'humain à nu, tel qu'il est, avec ses innombrables misères, ses lâchetés et ses égoïsmes, mais aussi avec ses grandeurs, ses générosités, son aptitude au sacrifice de soi. En temps d'épreuves, comme le raconte Aharon Appelfeld, on rencontre beaucoup d'êtres médiocres, mais aussi quelques êtres purs, quelques êtres saints. Grâce à eux, on ne peut désespérer de l'humanité.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          493
JeanPierreV
  14 août 2016
Il a connu la vie heureuse en famille, la vie des juifs de l'Europe de l'Est, l'antisémitisme croissant, la déportation, la mort violente de sa mère, les camps dont il s'évadera à 10 ans, une longue errance dans les bois, la libération par l'Armée Rouge, l'arrivée en Italie, puis en Israël, la guerre des Six Jours.... Il est maintenant l'un écrivains israéliens majeurs.
Un livre sur la Shoah ? Non, il se refuse de décrire la Shoah "J'ai essayé plusieurs fois de raconter tout cela sur un ton documentaire, mais chaque tentative se soldait par un échec. Tout simplement parce que ce que j'ai vécu n'est pas... croyable. Vous ne pouvez pas exprimer la peur et l'angoisse d'un enfant sans utiliser des métaphores. Il m'a fallu, pour rendre à mon histoire sa crédibilité, rompre avec le récit logique, passer par la fiction et me détacher de mes souvenirs".
…Mais il m'a fait découvrir «l'enclos Keffer» …horrible, ….je n'en dirai rien.
Un livre, qui partant de la Shoah qui fut l'un des événements majeurs de sa vie, évoque tous les autres événements, toute la Mémoire d'Aharon Appenfeld, son lent cheminement, cette lente reconstruction, qui l'amenèrent à devenir un écrivain, un penseur Juif.
Une mémoire qui revient par bribes dans tous les chapitres en employant le plus souvent un cheminement historique, mais n'hésitant pas à croiser ou à superposer les époques, sans chronologie : « le coeur a beaucoup oublié, principalement des lieux, des dates, des noms de gens, et pourtant je ressens ces jours-là dans tout mon corps. Chaque fois qu'il pleut, qu'il fait froid ou que souffle un vent violent, je suis de nouveau dans le ghetto, dans le camp, ou dans les forêts qui m'ont abrité longtemps. La mémoire, s'avère t-il, a des racines dans le corps. »
Être Juif aujourd'hui, être un écrivain Juif, c'est certes ne pas oublier, mais c'est aussi affronter d'autres enjeux. Ce fut, se heurter à tous ceux qui considéraient qu'on ne devait pas écrire de roman sur la Shoah, mais seulement des témoignages. Ce fut aussi pour cet adolescent arrivant en Israël, découvrir et apprendre une nouvelle langue, l'Hébreu, devenir Israélien et se battre pour la construction et l'existence de cet État.
Il est arrivé sans connaitre cette nouvelle langue, il en connaissait quatre autres, il a adopté cette nouvelle culture qui se créait. Il écrit aujourd'hui et écrira pour défendre à la fois cette langue, cette culture cette identité juive israélienne qui est la sienne. « Je ne suis pas un écrivain de l'holocauste et je n'écris pas sur cela, j'écris sur les hommes juifs ».
"Histoire d'une vie" est la mémoire des combats de l'écrivain, mais aussi celle de tous ces survivants qui ont du se reconstruire dans un pays qu'ils ne connaissaient pas, en silence, avec ce traumatisme, partie intégrante de leur personnalité, ce traumatisme qu'il les hante, et qui leur donne une philosophie de vie, un humanisme que nul autre ne peut avoir. Aharon Appenfeld m'a permis de découvrir ces autres écrivains ayant du affronter un parcours identique, parmi lesquels Yosef Agnon.
"Histoire d'une vie "donne un éclairage sur l'intégration de ces arrivants et sur ces combats de pensée qui ont divisé Israël dans ses premières années
Ne pas oublier n'est pas ressasser ses souvenirs, mais en tenir compte dans sa vie, dans son comportement d'homme, dans son métier d'écrivain, de penseur, sont les messages que je retiendrai de cette lecture.
Je vais poursuivre la découverte de cet auteur

Lien : https://mesbelleslectures.co..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          350
carre
  01 avril 2012
Histoire d'une vie, c'est le parcours d'Aharon Appelfeld, une jeunesse terrifiante et pourtant vraie. A dix 10 ans, il s'évade du camp de concentration ou il est prisonnier. Il va vivre seul dans les forêts ukrainiennes et va survivre grâce aux marginaux, vagabonds qui vont le protéger. 4 années plus tard, son incroyable odyssée le mène en Palestine. Il va apprendre la langue hébraique, et grâce à plusieurs rencontres essentielles devenir l'une des voix les plus fortes à travers une oeuvre érudite et profonde.
Un récit magnifique, Appelfeld se fait le témoin d'une époque ou la folie nazie fit basculer l'Europe dans l'horreur, et raconte comment à force de chance, de courage, de savoir, il deviendra un spécialiste incontournable de la mémoire juive. il a inlassablement construit son oeuvre autour de la Shoah à travers une enfance confisquée parmi tant d'autres. Un grand auteur pour un grand livre.
Commenter  J’apprécie          340
thedoc
  14 janvier 2016
Aharon Appelfeld est l'un des plus grands écrivains juifs de notre temps. Pourtant, il a toujours refusé avec énergie le statut d'« écrivain de la Shoah » dont on a voulu l'affubler. Dans les livres sur la Shoah, « Histoire d'une vie » occupe donc une place particulière... ou aucune.
Né en 1932, à Czernovitz, en Bucovine (alors rattachée à la Roumanie) d'une famille de la petite bourgeoisie juive germanophone, l'écrivain a connu le pire : le durcissement du régime, l'exil dans le ghetto et la déportation avec son père Michaël (sa mère, Bounia, a été assassinée au tout début de la guerre en 1940) vers un camp de concentration ukrainien d'où il parvient à s'échapper quelques mois plus tard. Pendant trois ans, il va survivre dans la forêt où il se cache et trouver refuge durant l'hiver auprès de paysans à qui il dissimule ses véritables origines, gagnant de la nourriture contre un peu de travail.
Mais l'expérience traumatisante du camp, Aharon Appelfeld ne nous la décrit pas dans ce livre, contrairement à nombre d'autres rescapés de la Shoah. Lui se concentre sur l'avant et l'après : son enfance en Bucovine et sa vie d'adulte en Israël. de cette manière, le lecteur suit très clairement le long cheminement de l'écrivain, en sachant ce qu'il a perdu et comment il a dû se reconstruire une vie.
Ce qu'il a perdu tout d'abord, c'est sa famille et sa langue. L'auteur insiste longuement sur les nombreux langages qu'il pratiquait enfant : l'allemand, sa langue maternelle ; le yiddish, parlé par ses grands-parents paysans et pratiquants ; le roumain imposé par le gouvernement ; puis le ruthène suivi de l'ukrainien dans ses années de fuite. D'autres dialectes sont également mentionnés… Ce problème de la langue est un des thèmes majeurs du livre. Quand il arrive en Israël en 1946, il doit s'approprier encore une nouvelle langue, celle qui apparaît comme devant être sa nouvelle « langue maternelle » : l'hébreu. Toutes les autres, il doit les oublier : « Ce que j'avais possédé – les parents, la maison et ma langue maternelle – m'était perdu pour toujours, et cette langue [l'hébreu] qui promettait d'être une langue maternelle n'était rien d'autre qu'une mère adoptive. » En Palestine, où il passe d'un camp de jeunesse à une école agricole avant de faire son service militaire, il tient un journal qui exprime toute la difficulté et la douleur de se familiariser avec une langue « obligatoire » pour qui il ne ressent aucune affinité. Les rescapés de la Shoah doivent avant tout renaître comme Juif et cela passe tout d'abord par l'étude et le maniement de l'hébreu. Appelfeld doit surtout faire le deuil de sa langue maternelle – image même de sa mère - et pour l'écrivain, il s'agit d'un véritable déchirement. « Ma langue maternelle et ma mère ne faisaient qu'un. A présent, avec l'extinction de la langue en moi, je sentais que ma mère mourait une seconde fois." Heureusement, ses années d'étude lui permettront de renouer avec le yiddish, autrefois parlé par ses grands-parents, et de rencontrer des personnalités de la culture judaïque, écrivains et professeurs, qui l'aideront à fabriquer sa propre expression.
L'autre thème majeur de ce livre est bien sûr la mémoire. A travers la volonté de préserver sa langue originelle, on comprend bien qu'Aharon Appelfeld veut conserver la mémoire des siens. Mais au-delà de la langue, ce sont de simples sensations qui le transportent des années en arrière. Une odeur ou un bruit, tout est propice pour le ramener dans le ghetto, le camp ou la forêt. Menus détails ou lambeaux de souvenirs nous font partager son périple où les anecdotes sont nombreuses.
C'est enfin dans un style épuré et posé, dans une écriture simple, que l'écrivain évoque ces années de souffrance et de reconstruction. Entre sa nouvelle vie en Israël et son passé d'enfant juif rescapé des camps, il tente d'établir un lien que la réflexion sur la (ou les) langue(s) peut lui procurer. Allemand, yiddish, hébreu,… l'important pour lui est de trouver son identité et préserver son histoire personnelle. Avec « Histoire d'une vie », nous ne lisons pas un livre sur la Shoah mais un livre tout en retenu sur l'histoire d'un homme, Aharon Appelfeld.
Un très beau livre qui offre une belle réflexion sur le lien qui unit langue et identité.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          190

Citations et extraits (76) Voir plus Ajouter une citation
JBClamenceJBClamence   25 octobre 2020
Chaque être qui a été sauvé pendant la guerre l’a été grâce à un homme qui, à l’heure d’un grand danger, lui a tendu la main.
Commenter  J’apprécie          50
JBClamenceJBClamence   25 octobre 2020
Dans l’état de contemplation, on recule à l’intérieur de soi, on baigne dans une musique intérieure. On se construit un abri, ou parfois on s’élève pour observer de loin.
Commenter  J’apprécie          10
JBClamenceJBClamence   25 octobre 2020
Un instant de contemplation ne vous offre pas la plupart du temps de nouvelles pensées mais vous remplit de couleur, de sons et de rythmes. Il peut vous doter d’un réservoir de sensations qui vous accompagnent longtemps. Une vraie contemplation, comme la musique, est dénuée de contenu matériel.
Commenter  J’apprécie          00
JBClamenceJBClamence   25 octobre 2020
Le passé en lui-même est un très mauvais matériau pour la littérature. La littérature est un présent brûlant, non au sens journalistique, mais comme une aspiration à transcender le temps en une présence éternelle.
Commenter  J’apprécie          00
ChouchaneChouchane   05 juillet 2011
J'avais 7 ans lorsque éclata la Seconde Guerre mondiale. L'ordre temporel s'en trouva bouleversé, il n'y eut plus d'été, ni d'hiver, plus de longs séjours chez les grands-parents à la campagne. Notre vie fut comprimée dans une chambre étroite. Nous restâmes un temps dans le ghetto et à la fin de l'automne nous fûmes déportés. (...) Après la guerre, j'ai passé plusieurs mois sur les côtes italienne et yougoslave. Ces mois furent ceux d'un merveilleux oubli.(...) Sur les plages erraient des êtres que la guerre avait façonnés : musiciens, prestidigitateurs, chanteurs d'opéra, acteurs, sombres prédicateurs, trafiquants et voleurs (...) Lorsque nous arrivâmes en Israël, l'oubli était solidement ancré en nos âmes. (...) Pendant de longues années je fus plongé dans un sommeil amnésique. Ma vie s'écoulait en surface. Je m'étais habitué aux caves enfouies et humides. Cependant, je redoutais toujours l'éruption. Il me semblait, non sans raison, que les forces ténébreuses qui grouillaient en moi s'accroissaient et qu'un jour, lorsque la place leur manquerait, elles jailliraient. (...) Ce livre n'est pas un résumé, mais plutôt une tentative, un effort désespéré pour relier les différentes strates de ma vie à leur racine.Que le lecteur ne cherche pas dans ces pages une autobiographie structurée et précise. Ce sont différents lieux de vie qui se sont enchaînés les uns aux autres dans la mémoire, et convulsent encore.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140

Videos de Aharon Appelfeld (10) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Aharon Appelfeld
Déporté dans un camp à l'âge de 9 ans, Aharon Appelfeld parvient à s'évader. Son errance dans les forêts d'Ukraine a nourri l'ensemble de son oeuvre.
Culture Prime, l'offre culturelle 100% vidéo, 100% sociale de l'audiovisuel public, à retrouver sur : Facebook : https://facebook.com/cultureprime/ Twitter : https://twitter.com/culture_prime La newsletter hebdo : https://www.cultureprime.fr/ Abonnez-vous pour retrouver toutes les vidéos France Culture : https://www.youtube.com/channel/UCd5DKToXYTKAQ6khzewww2g/?sub_confirmation=1 Et retrouvez-nous sur... Facebook : https://fr-fr.facebook.com/franceculture Twitter : https://twitter.com/franceculture Instagram : https://www.instagram.com/franceculture/
+ Lire la suite
Dans la catégorie : Littérature hébraïqueVoir plus
>Littérature des autres langues>Littératures afro-asiatiques>Littérature hébraïque (66)
autres livres classés : littérature israélienneVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les écrivains et le suicide

En 1941, cette immense écrivaine, pensant devenir folle, va se jeter dans une rivière les poches pleine de pierres. Avant de mourir, elle écrit à son mari une lettre où elle dit prendre la meilleure décision qui soit.

Virginia Woolf
Marguerite Duras
Sylvia Plath
Victoria Ocampo

8 questions
1008 lecteurs ont répondu
Thèmes : suicide , biographie , littératureCréer un quiz sur ce livre

.. ..