AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Valérie Zenatti (Traducteur)
ISBN : 2879295726
Éditeur : Editions de l'Olivier (07/02/2008)

Note moyenne : 3.88/5 (sur 46 notes)
Résumé :
Avant de fuir le ghetto et la déportation, la mère d'Hugo l'a confié à une femme, Mariana, qui travaille dans une maison close.
Elle le cache dans un réduit glacial d'où il ne doit sortir sous aucun prétexte. Toute son existence est suspendue aux bruits qui l'entourent et aux scènes qu'il devine à travers la cloison.
Hugo a peur, et parfois une sorte de plaisir étrange accompagne sa peur.
Dans un monde en pleine destruction, il prend conscien... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (11) Voir plus Ajouter une critique
Sachenka
  28 juillet 2016
La Deuxième guerre mondiale fait rage, le sort réservé aux israélites commence à s'ébruiter. Pour les familles juives du ghetto de Bucarest, il n'y a pas de temps à perdre. Quand ses occasions de trouver un refuge à la montagne sont perdues, une femme confie son fils unique à une amie d'enfance, Mariana. Cette femme cache le jeune Hugo, douze ans, dans un réduit de la maison close où elle travaille comme prostituée. Et où parfois mêmes les soldats nazis vont tromper la solitude. Un mouton caché dans une tanière de loups ! C'est « La chambre de Mariana ». Ainsi, pendant environ deux ans, Hugo restera confiné dans cet espace restreint, craignant pour sa sécurité, vivant parfois dans la peur et souvent dans l'ennui. À travers la mince cloison où il est caché, il devinera l'activité de sa bienfaitrice alcoolique (et probablement bipolaire) et s'initiera aux mystères de la sexualité en l'épiant.
D'abord, l'intrigue était à la fois originale et crédible. Elle s'inspire partiellement de l'expérience de l'auteur Aharon Applefeld qui a dû fuir et se cacher (pas dans un bordel, toutefois !) avant d'être capturé par les nazis. J'aime bien les histoires imbriquées dans la grande Histoire. Ensuite, j'ai immédiatement ressenti de la sympathie pour Hugo, un jeune garçon qui entre dans l'adolescence, cet âge où il devrait vivre plein d'expérience dans le monde mais où il est plutôt contraint de s'en retirer. Mariana, cette deuxième mère devient son unique soutien, presque son unique contact avec l'extérieur. Drôle de vie. Mais, dans tous les cas, elle m'agaçait. Et c'est dommage parce qu'elle représente malgré tout une figure maternelle importante, prête à se sacrifier pour cet enfant qui n'est pas le sien.
Malheureusement, à plusieurs moments, je me suis ennuyé dans ma lecture. Les disparitions de Mariana (une fois pour aller aux funérailles de son père, l'autre fois parce qu'elle est renvoyée temporairement) ont laissé Hugo à la merci de Victoria puis de Nacha. Peur en perspective : vont-elles s'occuper du garçon comme elles l'ont promis, vont-elles plutôt le dénoncer à la Gestapo ? Mais bon, Mariana revenait toujours, c'est qu'elle s'était attachée à Hugo. D'ailleurs, cet attachement quelque peu malsain me mettait mal à l'aise. Puis vient le long épisode de la fin, dans lequel Mariana et Hugo s'enfuient devant l'arrivée des Russes, qui maltraitent quiconque a collaboré avec l'ennemi nazi (incluant les filles de joie). Plusieurs pérégrinations dans les campagnes et la forêt qui, même si elles n'étaient pas sans intérêt, s'éloignaient du thème de la chambre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          400
tynn
  08 août 2014
Etre « Juste parmi les nations » (expression du judaïsme tirée du Talmud) : distinction honorifique pour les civils qui ont mis leur vie en danger pour sauver des juifs.
Mariana peut prétendre au statut de Juste. Pendant deux ans, elle est celle qui protège, qui nourrit, qui cache le petit Hugo dans un tout petit endroit planqué dans la maison close. Car Mariana est prostituée et quelle meilleure cachette que la chambre d'une "femme de réconfort" ?
Dans le silence de sa cachette, Hugo doit apprendre la patience, écouter les bruits alentours, supporter les nuits de débauche soldatesque et attendre le matin pour retrouver l'attention maternelle de Mariana. Il fait l'apprentissage de la sensualité, compose avec la cruauté de son sort et la perte de sa famille grâce à la douceur d'une femme et à son humanité. Il y connait la peur, l'ennui du temps interminable comblé par les souvenirs et l'imaginaire d'un enfant.
La figure maternelle de Mariana est attachante, complexe dans son statut de fille à soldats. En dépit des actes d'humanité, il y a toujours un prix à payer.
Aharon Appelfeld, tel l'enfant juif qu'il fut, pourchassé par les nazis, signe un livre autobiographique dans la lignée de ceux inspirés de son enfance. La simplicité de ton et la douceur de narration vont droit au coeur, en faisant une lecture belle et tragique. Il introduit avec une simplicité d'écriture parfaite une femme aussi pure de coeur qu'elle est dépravée de moeurs.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          240
mollymon
  10 février 2019
Dans une ville d'Europe centrale, une femme juive fuit le ghetto et la déportation. Son mari a déjà été arrêté et les rafles des soldats nazis s'intensifient. Elle trouve trop dangereux d'emmener son fils Hugo âgé de 11 ans et le confie à Mariana, son amie d'enfance en qui elle a toute confiance même si elle est chrétienne, se prostitue et vit dans une maison close.
L'enfant va vivre pendant plusieurs mois cloitré dans le placard de la chambre de Mariana, totalement dépendant, soumis à la fantaisie et à l'affection de la jeune femme qui se plaît à le considérer comme son " petit chien ". Elle lui parle, le nourrit, le caresse, le lave et finit par le mettre dans son lit. Elle trouve près de lui un réconfort à sa misère affective et l'enfant, lui-même en pleine détresse, accepte avec bonheur ces troublantes démonstrations de tendresse. L'intimité qui se crée entre eux vire à la passion amoureuse. Hugo en oublie presque sa langue maternelle, sa famille et sa judéité. Il est prêt à suivre Mariana jusqu'au bout du monde et à affronter tous les dangers pour la protéger.
Aharon Appelfeld avait déjà évoqué les amours interdites avec "Floraison sauvage" qui aborde le sujet de l'inceste entre un frère et d'une soeur. Dans ce roman, il transgresse un autre tabou. Même si elle est plus suggérée que décrite, la relation entre Mariana et Hugo dépasse le simple cadre d'une éducation sentimentale et sensuelle. L'auteur n'indique pas l'âge de Mariana mais elle a tout l'air d'une femme faite. Je me garderais bien de l'accuser de quoique ce soit mais quand un adulte abuse d'un enfant en ayant des relations sexuelles avec lui, ça ressemble plus à un délit qu'à une banale histoire d'amour. Je m'offusque peut-être à tort mais je suis surprise que personne, dans toutes critiques que j'ai pu lire sur ce roman, ne soit gêné par cette situation. Pour tout le monde elle paraît juste un peu scabreuse mais sans plus. Etonnant, non ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          180
alaiseblaise
  05 juillet 2011
Bouleversant !
Ce livre je ne l'ai pas quitté des yeux une seconde, sauf pour essuyer des larmes.
Hugo, petit garçon juif «aura onze ans demain.»
Pour le sauver du guetto et de la déportation, sa mère le confie à une ancienne camarade de classe, Mariana.
Mariana est une prostituée au coeur «gros comme ça». Au péril de sa vie, elle va cacher Hugo dans un cagibis attenant à sa chambre. Dehors les allemands chassent les juifs. Dedans, les allemands cherchent du plaisir. L'enfant va vivre plus d'un an derrière les cloisons du bordel. Une initiation aux choses de l'amour à travers les silences, les cris, la violence, les rires, les odeurs...
Plus tard, les russes chassent les allemands.
Qui survivra au cauchemar ? Hugo ? Sa mère ? Son père ? Mariana ?
La traduction de Valérie Zenatti est impeccable.
Une histoire très très émouvante de séparations définitives.
J'ai eu beaucoup de mal à me séparer d'Hugo et de Mariana.
L'écriture d'Appelfeld est magnifique de tendresse et
d'humanité. L'imagination peut-elle sauver la vie ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
michfred
  29 décembre 2014
Un récit tout en retenue et intense pourtant.
Hugo , jeune garçon de 11 ans, issu une famille juive cultivée, aisée et intégrée, devant les exactions de plus en plus menaçantes des nazis et des Ukrainiens qui les servent, est caché par sa mère dans la chambre de Mariana ,une prostituée.
Elle lui promet de revenir le chercher. L'enfant accepte, l'enfant attend. L'enfant grandit: il devient un jeune garçon.
Et Mariana, la prostituée le prend sous son aile protectrice, puis en fait son amant.
En même temps que se défait sous l'emprise des nazis et de leurs acolytes Ukrainiens le "monde d'hier", et que se dilue inexorablement l'espoir de voir revenir un jour cette mère tendre, aimante, qui a su lui trouver le seul abri qui vaille,- dehors la violence fait rage et se rapproche dangereusement d'eux- le couple improbable de l'enfant et de la prostituée découvre la tendresse, faite d'un mélange trouble de sensualité, de peur et de protection mutuelle. L'alcôve est leur havre, leur cocon, leur nid...
Reste pour Hugo à affronter le réel désolant qui l'attend dehors...car il faudra sortir, perdre cette deuxième mère un peu incestueuse, oser revivre, seul...
Inoubliable et poignant.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Citations et extraits (9) Voir plus Ajouter une citation
SachenkaSachenka   20 juillet 2016
Otto est pessimiste, comme sa mère, qui ne cesse de dire : "Il y a des gens que la guerre rend plus forts. Moi, je lève les mains en l'air et je me rends. Je n'ai pas le courage de me battre pour un morceau de pain. Si c'est ça la vie, je suis prête à renoncer."
Commenter  J’apprécie          220
GrouchoGroucho   06 novembre 2014
Alors seulement il comprit que Mariana avait bel et bien deviné ce qui s'était produit, mais dans la quiétude de leur dernier refuge, ses propos lui avaient semblé être le fruit de ses divagations et de ses peurs. Un soir, elle lui avait dit clairement : "Si on me tue, ne m'oublie pas. Tu es la seule personne au monde en qui j'ai confiance. J'ai enfoui une part de mon âme en toi. Je ne veux pas quitter ce monde sans te laisser quelque chose. Je n'ai ni argent, ni or. Prends mon amour, cache-le dans ton cœur et, de temps en temps, dis-toi : "Il était une fois Mariana. C'était une femme meurtrie, qui n'avait pas perdu la foi en Dieu."
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
grisettegrisette   01 octobre 2010
« La langue de Mariana était simple et sans fioritures, mais chacun de ses mots se transformait aussitôt en une image qui ne quittait pas Hugo de la journée, et jusqu'au lendemain parfois »
Commenter  J’apprécie          110
levanahbatiahlevanahbatiah   28 août 2015
Si on me tue, ne m'oublie pas. Tu es la seule personne au monde en qui j'ai confiance. J'ai enfoui une part de mon âme en toi. Je ne veux pas quitter ce monde sans te laisser quelque chose.Je n'ai ni argent ni or. Prends mon amour, cache-le dans ton cœur et, de temps en temps, dis-toi : "Il était une fois Mariana. C'était une femme meurtrie, qui n'avait pas perdu la foi de Dieu."
Commenter  J’apprécie          40
levanahbatiahlevanahbatiah   28 août 2015
- Le désordre me rend folle et, ici, tout le monde se moque de l'ordre et de la propreté.
- Pourquoi ? demanda Hugo, quelque peu imprudent.
- Parce que chacun ne s'occupe que de soi.
Commenter  J’apprécie          40
Videos de Aharon Appelfeld (9) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Aharon Appelfeld
Lecture en musique composée à partir du livre d?Aharon Appelfeld [L?Olivier, 2011 ; rééd. Points, 2019]. Extraits lus en français et en hébreu. avec : Laurent Natrella (de la Comédie Française), Valérie Zenatti (voix en hébreu), Eric Slabiak (violon), Franck Anastasio (guitare).
autres livres classés : littérature israélienneVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
1771 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre