AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.79 /5 (sur 252 notes)

Nationalité : France
Né(e) : 1965
Biographie :

Carole Zalberg est une écrivaine française.

Elle est traductrice, parolière, auteur jeunesse (prix du roman Jeunesse de la SGDL). "Les jour où Lania est partie" (2008) est son premier roman jeunesse.

Elle a publié plusieurs romans pour adultes dont "La mère horizontale" (Albin Michel, 2008) a été sélectionné pour différents prix (Lilas, SGDL, Leclerc). "Feu pour feu" a obtenu le Prix Littérature-monde français 2014.

Elle a également participé aux recueils collectifs. Elle écrit par ailleurs des chroniques littéraires pour Vents contraires et la Revue des Ressources.

Carole Zalberg anime des rencontres littéraires à la librairie La Terrasse de Gutenberg à Paris et a créé un site où l'on peut lire ses propres textes mais aussi découvrir les œuvres en mots ou en images de ses nombreux invités.

Carole Zalberg travaille également à des projets en lien avec le cinéma ou le théâtre.
Elle est administratrice de la SGDL (Société des Gens de Lettres) depuis 2012.

Mère de trois enfants, elle vit à Paris.

son site : http://carolezalberg.com/
+ Voir plus
Source : ACTES SUD
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (4) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de
Carole Zalberg - Où vivre
Podcasts (1)

Citations et extraits (115) Voir plus Ajouter une citation
Piatka   11 mars 2014
Feu pour feu de Carole Zalberg
Mais j'aurais du le savoir, ce qu'on ne regarde pas ne cesse pas pour autant d'exister. Il y a du drame à revendre dans tous les coins de toutes les vies même les plus tranquilles, même les plus ternes. Je ne me pardonne pas d'avoir cru que toi et moi, parce que nous en avions eu notre content, de drame, nous en avions fini. Des petits malheurs, oui, des revers et des déceptions, oui, je m'attendais à ce que nous en rencontrions encore. Mais du drame, imbécile que je suis, je nous croyais définitivement protégés.

Nous l'avions gagnée, m'imaginais-je, notre immunité.
Commenter  J’apprécie          250
bilodoh   31 août 2015
Et qu'on m'emporte de Carole Zalberg
Qu’est-ce que ça change à l’heure de crever? On laisse des traces différentes, on s’en va plus ou moins en paix. Tu l’étais, toi?



(p.77)

Commenter  J’apprécie          250
Piatka   10 mars 2014
Feu pour feu de Carole Zalberg
J'en fais le serment alors : une fois là où nous pourrons être en vie sans avoir à justifier, détailler, exhiber la moindre seconde nous ayant conduits avec d'autres à l'exil, plus jamais je n'emprunterai le chemin des mots qui me ramènent au drame. Nous serons neufs et tu auras le droit de croire aux promesses du monde
Commenter  J’apprécie          230
manU17   26 mai 2014
Feu pour feu de Carole Zalberg
Dans un autre de ces lieux sans nom que la nécessité aide à rejoindre, une nuit où tu t'es pour une fois endormie sans te nicher, je laisse une étrangère se couler le long de moi. Elle est vaste et douce et puissante et je cède à la fugitive évidence de ses bras. Je ne sais plus si je suis un homme ou un enfant contre ce corps, cette nuit-là, contre cette femme qui n'est pas mon Ezokia, mais je sais qu'elle me choisit et m'accueille et m'apaise et m'aime assez pour qu'au matin rien ne soit trahi.
Commenter  J’apprécie          220
Piatka   15 mars 2014
Feu pour feu de Carole Zalberg
Tel est le mystère des hommes qui parfois s'aident et se comprennent et parfois se déchirent.
Commenter  J’apprécie          210
Ptitgateau   08 mars 2019
Le jour où Lania est partie de Carole Zalberg
- Tu m'appelleras Madame, lui dit alors la femme fine en lui faisant signe de la suivre.

Au bout du corridor, elle ouvre une autre porte qui donne sur un réduit sans fenêtres. Au sol, un matelas. Contre un des murs, des balais, une planche à repasser et tout un bric-à-brac que Lania ne peut identifier.

- C'est là que tu dormiras. Tu seras bien; C'est calme et tu ne seras pas gênée par la lumière du jour ou les réverbères.
Commenter  J’apprécie          190
trust_me   23 janvier 2014
Feu pour feu de Carole Zalberg
Je ne pourrai remonter le cours de notre vie jusqu'au lit de ton crime car il est le dernier domino à tomber et j'ignore ce qui, de mon silence, de nos épreuves, de ton désœuvrement ou de tout autre chose encore a été le premier vacillement. Et quelle différence cela aurait-il fait si je t'avais raconté d'où nous venions ?
Commenter  J’apprécie          190
bilodoh   30 août 2015
Et qu'on m'emporte de Carole Zalberg
Comment ce corps sur lequel j’ai tant compté, cette machine à vivre, mon fidèle outil à plaisirs même quand le sexe avait cessé son emprise, peut-il en être réduit à une simple masse, inerte ou presque, qu’il faut nourrir et panser, ce champ morne ou guetter les symptômes, ou recenser les défaites successives?



(p.54)

Commenter  J’apprécie          170
LiliGalipette   22 mars 2013
À défaut d'Amérique de Carole Zalberg
« Ils n’ont jamais rêvé d’Amérique, y sont venus sans désir, talonnés par les menaces, s’y sentant diminués. » (p. 143)
Commenter  J’apprécie          160
Ziliz   13 avril 2020
Le jour où Lania est partie de Carole Zalberg
Après des heures de route à travers le pays que les pluies diluviennes ont transformé en une gigantesque mer de boue, Lania, somnolente, aperçoit enfin la ville. Au début, elle trouve cela très différent de ce que décrivent les marchands de passage au village. Partout où son regard se porte, Lania ne voit que des baraques en tôle, de la boue encore et toujours, et des gosses sales qui jouent nu-pieds et suivent la voiture sur quelques mètres en courant et en criant. Pas de grands immeubles chatouillant le ciel, pas de rues lisses, pas de boutiques où, paraît-il, avec de l'argent, on peut acheter des choses que Lania parvient à peine à se représenter.

Et puis, petit à petit, les baraques font place à de vraies maisons, de plus en plus coquettes, avec des jardins très verts, des arbres fleuris, des portails impressionnants.

(p. 25-26)
Commenter  J’apprécie          120
Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

LNHI-45381

Faux-jumeaux, ils sont les fils de Léda et du roi Tyndare. Comment sont nés Castor et Pollux?

l'un dans un chou, l'autre dans une rose
chacun dans un oeuf
par césarienne

10 questions
10 lecteurs ont répondu
Thèmes : jumeaux , mythologie , magie , prisonniers , canards , inceste , caïn et abelCréer un quiz sur cet auteur