AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 4.08 /5 (sur 12 notes)

Biographie :

Né en 1989, Felix Macherez est auteur et photographe. Il a fondé et dirige les Éditions Souzicqs.
Au pays des rêves noirs est son premier roman.

Ajouter des informations

Quelques questions à propos de Au pays des rêves noirs


26/09/2019

Dépité par le monde contemporain et sa vie parisienne, Felix Macherez décide en 2017 de partir sur les traces d`un de ses auteurs fétiches : Antonin Artaud. Un voyage qui le conduira au fin fond du Mexique, jusque chez les Tarahumaras, peuple qu`Artaud a côtoyé dans les années 1930. Entre récit de voyage et journal intime, Au pays des rêves noirs raconte une quête d`un monde perdu, un chemin spirituel et terrestre vers un absolu forcément inatteignable.

Quand et comment avez-vous découvert Antonin Artaud et son œuvre ?

À la lecture du Théâtre et son double, sur un parking, à l’ombre, en face de la rue Abel Gance, à Montpellier. C’était en 2009. Je m’en souviens encore parfaitement car c’était un truc marquant. Ce n’est que plus tard que j’ai su qu’Antonin Artaud avait joué dans un film de Gance, Napoléon. J’ai alors chopé le DVD.



Entre le journal intime et le récit de voyage, Au pays des rêves noirs raconte votre quête et enquête sur les traces de cet auteur pour rencontrer les Tarahumaras. Mais en fin de compte, vous semblez plus fuir une culture qui vous répugne que chercher quelque chose ou quelqu’un. Qu’est-ce qui vous a vraiment poussé à partir durant un peu plus de deux mois au Mexique, à l’été 2017 ?

La vie à Paris était pesante, et les hommes avaient tendance à en rajouter.
Les chevaliers du Moyen Age, dans les moments de doute, ouvraient leur Bible au hasard pour savoir ce que le destin leur réservait. J’ai fait pareil avec Les Tarahumaras d’Antonin Artaud. Son essai a été un déclencheur.


Je voulais savoir ce qui était arrivé à l’auteur, car, en revenant du Mexique, il a passé 9 ans en institutions psychiatriques. Je me disais qu’une chose bizarre avait eu lieu lors de son passage là-bas. Je voulais sentir l’ambiance dans laquelle il avait baigné, et finalement éclaircir son Apocalypse interne, le début de sa folie – ou plutôt le début de son long suicide par la société, pour parler en ses termes. Et puis, la Sierra Tarahumara me fascinait. C’était mon Mont Analogue, en quelque sorte.



Pouvez-vous nous rappeler ce que ce peuple des Tarahumaras a d’unique à vos yeux, au-delà du lien avec l’auteur de L’Ombilic des limbes ?

Au pays des rêves noirs est un titre de conte de fées. Ça a toute son importance. Il implique l’enfantillage et la magie, c’est à dire la vie – comme l’explique Gilbert Keith Chesterton dans Orthodoxie. C’est de cette vie-là dont il est question chez les Tarahumaras. La sierra est le royaume des fées. Les Indiens ont une vie fondée sur le mythe, les esprits, la métaphysique. Et tout ça sans folklore. Les Tarahumaras savent qu’ils vivent dans un univers dangereux. Ils parlent, chantent et dansent contre les forces mauvaises qui les entourent, et appellent à eux les esprits bons, comme pour se libérer d’un enchantement. Tout ce qui émane d’eux prend la forme d’un talisman, ou, si vous voulez, d’un fétiche. Leurs rites se déploient sur la région de l’invisible, et ont pour fonction de poser l’insaisissable. Je trouvais que cette conception du monde était très particulière et très belle.



Finalement, la rencontre avec cette tribu n’a pas vraiment lieu, et vos contacts avec eux comme votre expérience de prise du cactus sacré, le peyotl, semblent au final assez limités et décevants. Est-ce encore possible selon vous pour quelqu’un d’étranger à cette culture d’entrer en intimité avec celle-ci ?

Les rêves se sont obscurcis à l’idée même que j’ai pris la place de leur rêveur originel ! Voilà le twist !


Raymonde Carasco et Régis Hébraud ont réalisé des vidéos magnifiques sur le peuple tarahumara. Ils s’y sont rendus une vingtaine de fois, de 1977 à 2001. On ne peut rentrer dans l’intimité réelle d’une culture que de cette façon-là. Est-ce possible aujourd’hui ? J’ai bien peur que non. Tout simplement parce que cette culture est en train de disparaître. On assiste à un massacre feutré de l’âme d’une civilisation ancestrale.



Vous racontez avoir souvent été confronté au danger durant ce voyage, dans une zone où les cartels sont désormais implantés. Comment avez-vous géré cet équilibre entre désir d’aventure et peur, sur place ?

Avec les alcools locaux. C’est le meilleur moyen d’annihiler la peur et la paranoïa. Et puis les prêtres sont tombés joliment à pic. Ils m’ont hébergé et renseigné sur la zone. Ils ont toujours un certain prestige dans les villages reculés de la sierra – les Tarahumaras, les trafiquants et les métis prient la Vierge –, alors je me suis dit que je ne me ferai pas trop emmerder en créchant dans les presbytères. J’ai pu ainsi continuer à suivre les traces du poète et contempler plus longuement ces paysages illogiques dignes de Brueghel.



Au début du livre, vous écrivez : « Lire, c’est essentiellement vivre, par extraction. » Et « A partir d’ici, l’essai d’Artaud est mon Guide du routard. Je vis un livre. » Est-ce que pour écrire, il vous a fallu vivre ?

Pour écrire, il faut un corps. J’ai déplacé le mien de village en village, au cœur des canyons ou sur les hauts plateaux, pour voir, sentir, ressentir les choses, et donc décrire le plus déraisonnablement possible ce que j’ai vécu. Les mots m’ont permis d’ordonner le désordre des images extérieures.



Votre quête se conclut par un dénouement d’ordre spirituel assez inattendu, et qui pourrait bien étonner (voire déplaire à) certains amateurs d’Antonin Artaud. Comment analysez-vous aujourd’hui, avec le recul, l’écart entre votre expérience et celle de l’auteur ? Et cette rencontre avec le divin ?

C’est parce que c’était inattendu qu’il fallait s’y attendre !
Artaud n’est pas un dogme, mais plutôt, et en ce qui me concerne, un idéal. Un sujet de comparaison. J’ai essayé d’être à la hauteur des amateurs de son œuvre. Mais ce livre n’est pas uniquement sur lui. C’est un tableau étrange dans lequel j’établis une perspective, un doute, un changement d’esthétique, et enfin une vérité personnelle. La vérité a besoin d’un intermédiaire pour être trouvée. Cet intermédiaire a été Antonin Artaud.


Maintenant, concernant la rencontre avec le divin, la foi des prêtres et la recherche du sacré chez les Tarahumaras ont été une sollicitation au sublime. Une rupture contre le désespoir standardisé, l’anéantissement des valeurs de l’existence, et en faveur de l’invisible habité.
J’ai écrit clairement ce que je pensais à ce sujet. Je ne plairai peut-être ni aux uns, ni aux autres, et c’est tant mieux comme ça.




Quelques questions à propos de vos lectures


Quel est le livre qui vous a donné envie d`écrire ?

Septentrion de Louis Calaferte.



Quel est le livre que vous auriez rêvé d’écrire ?

Le plus vendu des Michel Houellebecq.



Quelle est votre première grande découverte littéraire ?

Fiodor Dostoïevski.



Quel est le livre que vous avez relu le plus souvent ?

Poésies du Comte de Lautreamont.



Quel est le livre que vous avez honte de ne pas avoir lu ?

On m’a offert Récits de la Kolyma de Varlam Chalamov. Je ne l’ai pas encore ouvert.



Quelle est la perle méconnue que vous souhaiteriez faire découvrir à nos lecteurs ?

Poèmes et antipoèmes de Nicanor Parra.



Quel est le classique de la littérature dont vous trouvez la réputation surfaite ?

Tout Jack Kerouac, moins les haïkus. Jean-Paul Sartre ne veut plus rien dire aujourd’hui. André Breton n’offre plus pour nous grand intérêt.



Avez-vous une citation fétiche issue de la littérature ?

Dernière phrase de La Crucifixion en rose, tome 1 : Sexus d’Henry Miller : « Ouaf ouaf ! Ouaf ouaf !... Ouaf ! Ouaf ! Ouaf ouaf ouaf ! »



Et en ce moment que lisez-vous ?

Journal 1966-1974 de Jean-Patrick Manchette. Remarques d’André Suarès.



Découvrez Au pays des rêves noirs de Felix Macherez aux éditions des Equateurs





Entretien réalisé par Nicolas Hecht


étiquettes
Videos et interviews (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de
En quête de bons livres à lire ? Découvrez l?actualité de Babelio et les livres du moment en vidéo. En octobre, les éditeurs et libraires spécialisés organisaient comme chaque année le Mois de l?Imaginaire, opération visant à promouvoir la littérature de genre et plus particulièrement la science-fiction, la fantasy et le fantastique. Dans cette vidéo, on vous propose de visiter avec Vincent Ferré la gigantesque exposition JRR Tolkien à la BnF, soit plus de 1000 m2 consacrés à l?auteur du ?Seigneur des anneaux?, à travers des centaines de documents rares. Retrouvez aussi tous les contenus publiés en octobre et novembre 2019 sur Babelio liés aux littératures de l?imaginaire, ainsi que la dernière partie de nos interviews d?auteurs de la rentrée littéraire d?automne. 0:14 Reportage sur l?exposition Tolkien à la Bibliothèque nationale de France, Voyage en Terre du Milieu L?événement : https://www.bnf.fr/fr/agenda/tolkien-voyage-en-terre-du-milieu Notre reportage complet : https://www.youtube.com/watch?v=FyIt92Pcg2o JRR Tolkien sur Babelio : https://www.babelio.com/auteur/JRR-Tolkien/3993 5:56 Mois de l?Imaginaire : nos articles et vidéos 5 romans de l?imaginaire conseillés par un libraire : https://babelio.wordpress.com/2019/10/01/5-romans-dimaginaire-pour-retourner-vers-le-futur/ 5 BD de l?imaginaire conseillées par un libraire : https://babelio.wordpress.com/2019/10/22/5-bd-a-decouvrir-pour-le-mois-de-limaginaire/ 5 livres jeunesse d?imaginaire conseillés par une libraire : https://babelio.wordpress.com/2019/10/30/5-livres-jeunesse-a-decouvrir-pour-le-mois-de-limaginaire/ Notre interview d?Eric Marcelin des éditions Critic : https://babelio.wordpress.com/2019/10/11/quand-babelio-rencontre-les-editions-critic/ Notre interview de Rodolphe Casso pour ?Nécropolitains? : https://www.babelio.com/auteur/Rodolphe-Casso/410175#itw 5 livres qui vont vous faire aimer la SFFF : https://www.youtube.com/watch?v=DJcuitpqQMI 8:23 Dernière partie de nos interviews d?auteurs de la rentrée littéraire d?automne 2019 Sofia Aouine : https://www.babelio.com/auteur/Sofia-Aouine/513957#itw Kevin Lambert : https://www.babelio.com/auteur/Kevin-Lambert/444294#itw Olivier Adam : https://www.babelio.com/auteur/Olivier-Adam/5708#itw Nadine Ribault : https://www.babelio.com/auteur/Nadine-Ribault/186037#itw Felix Macherez : https://www.babelio.com/auteur/Felix-Macherez/514159#itw Adam Bielecki : https://www.babelio.com/auteur/Adam-Bielecki/518334#itw Abonnez-vous à la chaîne Babelio : http://bit.ly/2S2aZcm Toutes les vidéos sur http://bit.ly/2CVP0zs Suivez-nous pour trouver les meilleurs livres à lire : ?Babelio, le site : https://www.babelio.com/ ?Babelio sur Twitter : https://twitter.com/babelio ?Babelio sur Facebook : https://www.facebook.com/babelio/ ?Babelio sur Instagram : https://www.instagram.com/babelio_/
+ Lire la suite

Citations et extraits (18) Voir plus Ajouter une citation
MarcoPolo85   31 octobre 2019
Au pays des rêves noirs de Felix Macherez
Je me retrouve avec eux sur un pied d'infériorité.

Je donnerais toute la frénésie de mon cœur pour obtenir les atomes de leur incapacité sociale, leur incompréhension du monde contemporain, leur inadaptation à une ville de plus de 900 habitants, leur insouciance, leur ignorance, leur étonnement! J'échangerai tout pour quelques dizaines de ces atomes. p147
Commenter  J’apprécie          50
Fuyating   09 octobre 2019
Au pays des rêves noirs de Felix Macherez
Tout va bien, à l'exception près que je suis mort.

Ce n'est pas que je n'ai plus rien à voir avec le monde sensible, c'est que dans ce monde, je n'ai plus rien à voir avec moi-même.
Commenter  J’apprécie          50
Fuyating   24 octobre 2019
Au pays des rêves noirs de Felix Macherez
Tout ça me touche au cœur, et par le chemin le plus cruel.

Le rêve craque, s'effrite et part en lambeaux. Quelques morceaux de ce songe éthéré, et une certaine tristesse me dégringolent dessus. Je rumine mon dégoût et ma mélancolie.
Commenter  J’apprécie          40
Fuyating   15 octobre 2019
Au pays des rêves noirs de Felix Macherez
Mais voilà. Ce type invivable, qu'on voulait mort - ou réduit au silence, c'est pareil-, a fixé son être dans chaque mot imprimé sur la page, et s'est imposé au monde. C'est la plus belle réponse de l'invaincu.
Commenter  J’apprécie          40
Fuyating   15 octobre 2019
Au pays des rêves noirs de Felix Macherez
Ils n'échangent que peu de phrases éparses, très simples, très sincères, et ça suffit comme ça. Ils se comprennent. Il y a une certaine complicité entre les gens qui ne s'en sortent pas. Il n'existe pas de lien plus fort que l'infortune.
Commenter  J’apprécie          30
Fuyating   15 octobre 2019
Au pays des rêves noirs de Felix Macherez
La boisson est un remède comme un autre pour arrêter de penser aux regards durs, aux couteaux de poche, aux balles cylindro-conoïdales et aux enlèvements. L'alcool ronge le foie, on est d'accord, mais la peur dévore l'âme.
Commenter  J’apprécie          30
Fuyating   15 octobre 2019
Au pays des rêves noirs de Felix Macherez
Le corps est un univers qui se dégrade, jusqu'à la putréfaction.
Commenter  J’apprécie          40
Fuyating   24 octobre 2019
Au pays des rêves noirs de Felix Macherez
Dans son introduction distinguée, chaque mot compte. Le curé croit dans le verbe, contrairement aux Occidentaux qui ne savent plus vraiment ce que les mots veulent dire. Les mots, chez nous, sont devenus plutôt vulgaires. On en fait de la bouillie. Lui préfère mettre toute sa foi dedans. Du sang coule alors dans les veines de ses paroles. Le prêtre, dans son petit coin, répare Dieu. Il est un poète de l'infini.
Commenter  J’apprécie          20
Fuyating   15 octobre 2019
Au pays des rêves noirs de Felix Macherez
J'arrive d'un pays où les âmes se comptent en solitude additionnées. Où être ne console plus à exister. Où la vie est un ersatz.
Commenter  J’apprécie          30
Fuyating   24 octobre 2019
Au pays des rêves noirs de Felix Macherez
Un peuple qui chante est un peuple qui n'est pas mort, je songe à part moi, en les écoutant psalmodier. Leurs voix millénaires soulèvent la terre du cimetière, éclatent dans l'atmosphère, s'éloignent dans les profondeurs de la nuit, se répercutent sur les montagnes, et reviennent vers nous dans un écho de magie.
Commenter  J’apprécie          20

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Bibliographie de Felix Macherez(1)Voir plus


Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
1998 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur cet auteur

.. ..