AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.49 /5 (sur 99 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Montbrison, Loire , 1948
Biographie :

Né à Montbrison en 1948, Gérard Georges est un romancier, poète et nouvelliste français. Après des études de lettres à l’Université de Clermont-Ferrand, il devient journaliste dans les années 1970 puis professeur, avant d'occuper le poste de chef d'établissement. C'est en 2005 qu'il cesse son activité professionnelle pour se consacrer entièrement à la littérature et l'écriture.
En 1993, il crée le prix Lucien-Gachon, qui récompense tous les ans des écrivains de terroir.
Gérard Georges appartient à ce que l'on appelle "l’École romanesque d’Auvergne".

Source : Babelio
Ajouter des informations
étiquettes
Citations et extraits (83) Voir plus Ajouter une citation
DavidG75   13 octobre 2019
Hier, Demain, Jamais de Gérard Georges
-Impressions mouvantes-



[...]



C’était un éternel passé

qui tardait à venir.

La fenêtre ouverte laissait flouer toutes les pensées

les plus osées -les moins formelles.

Des embruns crépitaient sous les senteurs de résine.

Ton corps alangui sur la couche

-si nu, si beau, si doux-

tressautait au moindre souffle du vent.

Cette envie de te toucher

de faire l’amour

de renaître aux jours anciens

-tous ceux qui fleurissaient comme les roses de Noël-

et puis

ce demain qui déboulait tellement vite

que,

sitôt que je pus ouvrir mes yeux purulents,

je ne sus remonter

tout à l’envers

du temps
Commenter  J’apprécie          200
DavidG75   13 octobre 2019
Hier, Demain, Jamais de Gérard Georges
Never more



Je tourne ma fange dans sa boue

jusqu’à

sept fois dans la semaine

du 1er de l’an

jusqu’à

la Saint-Sylvestre.

Mais déjà

le temps qui passe jamais ne se recompte

et,

au défilé des refrains séculaires,

je rêverai souvent d’autres aubes diamantaires.



Jamais plus ne viendras

toi,

la compagne éprise.

J’ai beau tourner et retourner dans ma tête

cette musique qui m’obsède,

il est bien tard déjà

pour conjuguer le verbe aimer...
Commenter  J’apprécie          131
DavidG75   13 octobre 2019
Hier, Demain, Jamais de Gérard Georges
-Songes-



Déjà,

ce sont vêpres qui tonnent

la mer est ivoirine

un albatros couleur de vent

déploie « ses ailes de géant »

et moi,

immobile,

je m’empêche de marcher



Tant de fleurs du mal

se sont encanaillées dans ma vie

j’effeuille tout ce qui passe

je soliloque à l’avenir

et me moque du paon qui tasse

et étale

ses plumes de néant



Ô vieille nuit de mes vers

nuit d’hiver à la neige à la pluie

comment ai-je pu tant courir

autour de tous tes sortilèges ?



Mon tour viendra

-et tôt sera sans doute-

de ne plus entendre tonner les cloches

Ni vêpres

Ni mâtines



Il pleure des larmes de verre sur

le chemin qui n’en finit pas



Il plane encore un peu de nuit sur

l’herbe gelée

un oiseau suspendu attend

que

naisse enfin l’aurore

que

fonde cet abîme

que

les couleurs l’emportent



Je me souviens de ce jour qui n’a jamais été

et jamais ne sera

C’est ma mémoire enfuie

enfouie



que j’hésite à exhumer

C’est une mer de nuages

un hourvari de temps anciens

une galopade de tout ce qui aurait pu être



ici-bas

sous la houppelande de la voûte

là où s’accrochent en vain les étoiles

là où commence ce chemin

qui,

jamais,

ne

finira

demain
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          82
ladesiderienne   19 octobre 2013
Les grenadières de Saint-Just de Gérard Georges
La petite ouvrit un œil et observa un moment les deux cœurs blancs qui fluaient des volets. Dehors, un chien aboya, et elle entendit aussi des chocs de sabots sur les pierres de la route. Lentement, elle sortait de la torpeur du sommeil de la nuit tandis que le monde extérieur prenait pour elle une apparence de plus en plus tangible. Tout en gardant les yeux ouverts, elle s’enfonça pourtant plus encore sous les couvertures. Le drap de chanvre était rêche au contact de la peau, mais cela n’était pas une sensation désagréable et, comme tout un chacun à la maison, elle avait fini par s’y habituer.

Sa sœur aînée, à sa gauche dans le lit, soupira et se tourna de l’autre côté, face contre le mur. Julie était née en 1901, avait deux ans de plus qu’elle, Maria, qui, en ce matin d’octobre 1910, allait connaître, pour la première fois de sa vie, une rentrée des classes.

L’école ! Bien sûr, Julie lui en avait parlé, et jusque tard la veille au soir, alors qu’Auguste, leur petit frère qui couchait dans la même chambre qu’elles, dans le lit à côté, rouspétait que les « grandes » l’empêchaient de dormir. En vérité, c’était elle, Maria, qui n’avait pu trouver le sommeil, tellement cette seule idée d’aller à l’école la tourmentait.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
ladesiderienne   18 octobre 2013
Les nuits de folle lune de Gérard Georges
La nuit épandait son encre. D’un fontis s’éleva un bruit de galopade que suivit le couinement d’une bête en maraude débusquée par un prédateur. Plainte ; puis silence. Et souffle de la brise à jouer dans les feuillages fripés de ce début octobre. Murmures. Silence. Respirations d’automne.

A l’épaule d’une colline se hissa la lune pleine. Laiteuse patène, on la guettait depuis un gros quart d’heure grâce à l’orbe clair dessiné dans le ciel de sa naissance. Les reliefs se détachèrent plus distinctement. Plus nettement aussi les camaïeux de gris des chênes et des fayards, les vert sombre des sapins, les brumes montantes de la zone des étangs.

Et puis cet éclat soudain. Une explosion issue de la partie haute de Puissochet. Cela fusa ainsi qu’un éclair et s’embrasa comme du vif-argent. Des lueurs orangées, parsemées d’étincelles, poussèrent des langues obliques jusqu’à la zone d’ombres. Cris. Aboiements de chiens. Appels de maison à maison.

Et maintenant cet immense brasier que, de l’endroit où il était posté, Tan Hung ne se lassait pas de contempler. Des lueurs passèrent dans ses yeux. Yeux bridés. Yeux de jais.

Il balança dans son dos son havresac rempli aux trois-quarts de bolets et de chanterelles et poursuivit sa route dans la nuit.

La lune était haute déjà…

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
LisonsDesLivres   01 décembre 2017
Les amants du chanvre de Gérard Georges
Mais si la vie réserve parfois des surprises, et des évènements imprévus surviennent, qui suffisent à gripper la belle mécanique et à remettre en cause les plans les mieux échafaudés.

Commenter  J’apprécie          60
baladin   10 septembre 2015
Le bal des conscrits de Gérard Georges
Julien n'avait d'yeux que pour Marielle. Sa présence seule pouvait expliquer qu'il fût en ces lieux pour ce dernier dimanche de l'Avent. Il lisait sur ses lèvres les prières qu'elle récitait, tournait avec elle les pages de son missel, suivait en pensée les notes de sa partition quand montaient sous les voûtes les cantiques interprétés par la chorale.
Commenter  J’apprécie          50
baladin   10 septembre 2015
Le bal des conscrits de Gérard Georges
Le firmament s'illuminait de gerbes rouges, bleues, vertes, orangées. Les fusées jaillissaient en un souffle assourdi puis disparaissaient durant quelques secondes pour éclater soudain en altitude avant de se fondre dans le noir. Des applaudissements nourris accompagnaient chacun des tirs, et cela dura jusqu'aux pétarades rugissantes du bouquet final.
Commenter  J’apprécie          50
baladin   10 septembre 2015
Le bal des conscrits de Gérard Georges
Une lueur de sang rose troua la nuit du côté du levant. On pensait que la journée serait belle dans la montagne du Sancy, sur laquelle s’effaçaient, les unes après les autres, les constellations d'étoiles. La petite station de sports d'hiver s'éveillait lentement en ce vendredi matin, veille de Noël.
Commenter  J’apprécie          50
ladesiderienne   18 octobre 2013
La promesse d'un jour d'été de Gérard Georges
- Miladiou ! v’là le tocsin qui sonne !

Baptiste Charpotier s’arrêta de sarcler, gratta la râpe de sa barbe et cracha par terre. Là-bas, à Bellevue, les cloches menaient le branle. À Fonterre aussi, vers le couchant, c’était le même refrain qu’essaimait la tour basse de l’église. Tout près, dans une ferme, un chien hurla à la mort.

- Cette fois-ci, c’est la guerre, proféra Baptiste qui en fut quitte pour un second crachat.

Il ramassa la sarclette et marcha en direction du village. La veille était parvenue la nouvelle de l’assassinat de Jaurès. C’était dans une brasserie à Paris. Il se rappelait à présent que Claudius Vialard, son menuisier de voisin, avait prédit : « Ils ont eu sa peau. Plus personne ne pourra maintenant empêcher que les armes tonnent. »
Commenter  J’apprécie          40
Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Listes avec des livres de cet auteur


Quiz Voir plus

M. et Mme Titegoutte ont une fille...

M. et Mme Titegoutte ont trois filles. L'ainée se prénomme :

Aline
Amandine

3 questions
24 lecteurs ont répondu
Thèmes : humour , détente , jeux de langage , terroir , campagneCréer un quiz sur cet auteur