AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.74 /5 (sur 51 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Perpignan
Biographie :

Henri Pigaillem est né le 12 février 1958 à Perpignan mais passe son enfance à La Rochelle jusqu'à l'âge de 12 ans, avant de monter à Paris avec sa famille.

Membre de la Société des gens de lettres, romancier, biographe, essayiste, nouvelliste, il est passionné de littérature classique. Ses ouvrages reprennent souvent le thème de la mer ou de la femme. Le sens du rebondissement et du coup de théâtre fait la particularité de ses romans. Il a également écrit un recueil de poésies, intitulé Fantaisismes ("La jeune fleuriste est morte, dites-le avec des pleurs.") Les textes de Fantaisismes (fusion des mots "fantasme" et "fantaisie") lui ont souvent été inspirés par les tableaux exposés au Musée du Louvre, où il a travaillé avant de vivre complètement de sa plume.

Sa devise est une citation de Voltaire : "J'ai décidé d'être heureux parce que c'est bon pour la santé", qu'il a adoptée suite à une enfance et une adolescence difficiles. Il dit d'ailleurs : "Je suis né à l'âge de trente ans."


+ Voir plus
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Dans les draps de l'histoire de Henri Pigaillem aux éditions Télémaque Après L'Histoire à la casserole et Au chevet de l'Histoire qui exploraient les racines historiques de la gastronomie et de la médecine, des recettes et gourmets célèbres aux afflictions, remèdes et patients illustres... Henri Pigaillem entrouvre aujourd'hui les draps de l'Histoire ! Dans ce véritable dictionnaire historique de la passion amoureuse, l'auteur nous plonge dans l'intimité de personnages célèbres de l'Antiquité à nos jours. Au travers d'extraits de lettres d'amour inédites de Pierre de Ronsard, Jean-Jacques Rousseau, Voltaire, Isabelle de Bourbon-Parme, Mozart, Napoléon, Sarah Bernhardt, Jean Cocteau, Edith Piaf et bien d autres, Henri Pigaillem livre des portraits inattendus de ces personnalités via leurs correspondances romantiques ou brûlantes. le lecteur découvre ainsi sans faux-semblant le feu de leur sensibilité toujours passionnée ! http://www.lagriffenoire.com/63387-romans-dans-les-draps-de-l-histoire.html Une histoire érotique de la diplomatie : de Louis XIV aux gaullistes de Nicolas Mietton aux éditions Payot Du Grand Siècle à la Cinquième République, on a beaucoup couché pour maintenir la grandeur de l'Etat, et la diplomatie française fut faite de relations amoureuses ou sexuelles plus souvent qu'on ne croit. Il y eut des ambassadeurs-étalons, tel La Chétardie auprès de la tsarine Elisabeth Petrovna, et des maîtresses influentes, telle la Castiglione venue plaider la cause de l'Unité italienne dans le lit de Napoléon III. Il y eut des diplomates restés célèbres pour leur chaude nature, comme Bernis, tandis que d'autres passent à tort pour froids, comme Guizot. Après que les ébats des rois de France eurent secoué l'Europe, la République finança avec le plus grand sérieux une politique étrangère érotique : sous la Troisième, l'expression officielle "visite au président du Sénat" désignait en réalité les plaisirs officieux que se voyaient offrir princes et souverains séjournant à Paris. Une histoire à rebondissements où les valises diplomatiques sont aussi des vanity-cases. http://www.lagriffenoire.com/59328-concours-publics-une-histoire-erotique-de-la-diplomatie.html Vous pouvez commander Coffret trilogie le pays du nuage blanc sur le site de la librairie en ligne www.lagriffenoire.com

+ Lire la suite

Citations et extraits (13) Voir plus Ajouter une citation
TheWind   16 mai 2020
La splendeur des Borgia, tome 2 : Les soupers du Vatican de Henri Pigaillem
Les Borgia ont été de ce monde qui ne connaissait ni douceur, ni scrupules, ni remords.

Émile Gebhart.
Commenter  J’apprécie          90
TheWind   27 mars 2020
La splendeur des Borgia, tome 1 de Henri Pigaillem
En exécration, en audace, de par ses qualités criminelles, il (César Borgia) supplantait aussi son père, se prenant à la fois pour Néron, Caligula, Tibère. Il présentait ce phénomène unique d'un être né, conformé, organisé pour le mal. Comme un fauve il obéissait à des instincts de destruction, commettait ses crimes avec une verve et un naturel déconcertants. C4était le type même de la méchanceté jeune, grandiose, florissante, pleine de génie et d'avenir, qui frappait sans que son bras ne tremble.
Commenter  J’apprécie          70
PATissot   06 août 2015
Jeanne de France de Henri Pigaillem
Le dévouement de Jeanne.



Le comte d'Angoulême reste fidèle à son cousin germain Louis d'Orléans. Il apprend que le duc a encouru la disgrâce du roi et envoie deux de ses gentilshommes supplier Charles VIII de lui rendre la liberté. [ . . . ]

Comme le comte d'Angoulême est en grande faveur auprès du roi, Anne de Beaujeu, craignant qu'il ne parvienne à vaincre ses résistances, et peut-être aussi qu'il essaye de gagner le gouverneur du château où Louis est enfermé, ne veut pas le laisser plus longtemps dans la prison de Sablé. Elle le fait conduire à Lusignan et ordonne qu'il soit désormais privé se ses serviteurs. On lui permet seulement de garder son médecin, Salomon de Bombelles.

En apprenant le sort de son époux, Jeanne sollicite la permission d'aller lui rendre visite. Elle arrive à Lusignan, escortée de Louis de La Palud, " écuyer d'esprit assez délié ". En reconnaissant la voix de la princesse, Louis ne daigne pas se soulever de sa couche et lui lance . " Madame, laissez-moi mourir en paix, n'insultez pas un malheur dont vous êtes seule la cause. Il est vrai que vous avez trop sujet de me haïr ; et je ne me plains pas de tout ce que je souffre. Mais de grâce, ne venez pas ajouter à mes maux par un faux-semblant de commisération et de pitié. " Jeanne lui répond : " Dieu m'est témoin qu'au lieu d'avoir occasionné cette nouvelle disgrâce, j'ai tout fait pour la prévenir ; et s'il ne fallait que ma vie pour vous rendre la liberté, je la sacrifierai avec joie. Dans l'impuissance où je suis de vous procurer ce bienfait, souffrez au moins que je partage votre sort. Je serais trop heureuse de passer le reste de mes jours à vous servir dans ce cachot. " Dûment chapitré par des serviteurs fidèles qui lui représentent qu'il se perd en traitant ainsi la sœur de Charles VIII, le duc se montre un peu plus aimable avec sa femme et accepte de partager quelque temps avec elle sa chambre de prisonnier.

On se demande quelle peut être la nature des sentiments de Jeanne à l'égard de Louis, quand on voit la constance, la délicatesse, l'attachement qu'elle lui témoigne. Pour pouvoir le servir comme il se doit, et pour plaider sa cause auprès des Beaujeu et du roi, elle abandonne un moment ses résidences du Blésois pour la Touraine, et reste particulièrement longtemps à Plessis-lès-Tours. Elle insiste tant pour que l'on transfère Louis dans son Berry familier que Charles VIII finit par accepter. Au mois de juillet 1489, après un an de séjour à Lusignan, le duc fait donc route sous bonne garde, puis on l'enferme à Mehun-sur-Yèvre, où, près de trente ans plus tôt, Charles VII s'est laissé mourir de faim. Jeanne accourt et partage son cachot pendant plusieurs jours.

Elle fait preuve d'un dévouement hors du commun avec celui qui l'a délaissée. Elle dit à Salomon de Bombelles : " Ne croyez-vous pas que je fasse tout ce que je peux et tout ce que je dois ? " Il répond que le duc d'Orléans l'en aimera davantage. Pour améliorer le confort de sa cellule et y mettre quelques meubles de prix, Jeanne va jusqu'à vendre ce qu'elle a de plus précieux, plus particulièrement sa vaisselle d'argent et ses bijoux. Elle ne se contente pas de cela. Bien qu'elle connaisse tous les torts du captif et qu'elle n'ait pas sujet d'espérer qu'un nouvel acte de clémence le ramènera pour toujours au devoir, elle demande encore sa liberté et importune sans cesse non seulement le roi, mais sa sœur, qu'elle sait être la plus acharnée contre lui. Mais la régente tient trop à conserver le pouvoir pour céder à ses prières. Le roi a déjà tenté de s'affranchir de sa domination et a parfois laissé voir une inclination marquée pour le duc d'Orléans. C'est plus qu'il n'en faut pour faire ombrage à la régente et la rendre sourde aux pressantes sollicitations de sa sœur.

[ . . . ]

Anne de Beaujeu, toujours défiante, envisage à présent de faire transférer Louis dans un lieu qu'elle juge plus sûr. Peu de temps après son arrivée à Mehun, le duc est ainsi conduit à la Grosse Tour de Bourges. Cette tour reste célèbre dans l'histoire pour sa structure et la qualité des personnages qui y ont été détenus : Jacques de Bourbon, comte de La Marche, en 1411 ; le cardinal Jean La Balue, en 1469 ; le duc de Milan, Ludovic Sforza, surnommé le More, en 1500 ; le cardinal Ascagne-Marie Sforza, frère du précédent, au mois de juillet de la même année ; Guillaume Poyot, chancelier de France, en 1542.

Cette Grosse Tour, bâtie par Philippe Auguste et située à l'angle sud de la muraille gallo-romaine, vers le point le plus accessible, a longtemps été l'effroi de la ville, qu'elle domine de ses créneaux. À partir du rez-de-chaussée, elle a environ trente-trois mètres de hauteur, et la basse-fosse enfonce encore de près de sept mètres. On y descend par une échelle au moyen d'une ouverture pratiquée dans la voûte, et on monte à la plate-forme par un escalier de cent soixante-neuf marches. Les murailles, construites en grandes pierres d'appareil taillées en pointe de diamant, ont six mètres d'épaisseur à la base et quatre mètres au sommet. Une large courtine, flanquée de cinq tours, l'environne de tous côtés, et on y pénètre de la ville par une de ces petites tours, en face de la rue Moyenne.

Les habitants de Bourges reçoivent l'ordre de meubler deux chambres pour Louis d'Orléans. Cet ameublement est modeste, car, à cette date, il n'est question dans les comptes de la ville que de courtines de serge et de vaisselle d'étain.

Dans la Grosse Tour, comme au château de Lusignan, le prince ne peut retenir auprès de lui que Salomon de Bombelles, son médecin.

[ . . . ]

Si son époux ne lui garde pas une reconnaissance particulière de ce dévouement, il en restera cependant impressionné. Il avouera plus tard à Georges d'Amboise, alors son conseiller : " Ce qui me met au désespoir, c'est que je n'ai point de raison ; je me hais moi-même de haïr une personne qui m'a toujours constamment aimé et qui a fait pour moi des choses qui auraient touché tout autre cœur que le mien. " " Quelle bonté de femme ! écrit d'ailleurs Brantôme. Et là-dessus croyez si elle n'estoit pas bien au vray sa femme et tres-bien cognue, en importunant tous les jours le roy son frere, dont il en fut blasmé de mescognoissance lorsqu'il la répudia, et sa sœur qui répugnoit tant qu'elle pouvoit. "





+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
gabylis   18 novembre 2019
Anne de Bretagne : Reine de France de Henri Pigaillem
La tradition veut qu'Anne fasse de Claude la première titulaire de son ordre de la Cordelière. Le jour-même où celle-ci vient au monde, elle lui noue une corde autour de la taille, rappelant ainsi à tous qu'excepté la naissance d'un petit frère, sa fille est duchesse héritière de Bretagne, rang très supérieur à celui de simple fille de France. Car la Bretagne a toujours refusé d'adopter la loi salique. A défaut d'héritiers mâles, les femmes succèdent, ce qui est pur droit féodal. Quelque soit le mariage que fera Claude, elle restera donc duchesse.
Commenter  J’apprécie          50
Ysane   17 octobre 2013
Anne de Bretagne : Reine de France de Henri Pigaillem
Il n'y eu jamais de princesse qui, dans l'espace d'une vie aussi courte que l'a été la sienne, ait eu en même temps autant de traverses et autant d'honneurs. A peine commençait-elle à se connaître, qu'elle vit son pays divisé par des factions intestines, et attaqué par une puissance qui s'en promettait la conquête. Son cœur n'était pas moins combattu que son pays n'était divisé; trois ou quatre puissants concurrents s'en disputaient les possessions, les uns par les intrigues de la politique, les autres les armes à la main. Ses protecteurs étaient des tyrans; ses tuteurs n'aspiraient qu'à lui ravir sa liberté; ses amis étaient lents à la secourir; ses plus fidèles sujets n'attendaient souvent pour récompense de leur fidélité que l'honneur de mourir pour elle; ses trésors furent la proie de ses amis devenus ses ennemis, et ses meilleures villes furent ou conquises ou vendues. Cependant elle résista avec un courage héroïque à sa mauvaise fortune, et elle se soutint si bien sur le penchant de sa ruine, que le plus puissant de ses ennemis crut ne pouvoir devenir le maître de son pays qu'en possédant son affection et en obtenant sa main.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Jarzhur   03 janvier 2016
Anne de Bretagne de Henri Pigaillem
En ce petit vaisseau de fin or pur et munde,

Repose un plus grand cœur qu'oncques Dame eut au monde

ANNE fut le nom d'elle, en France deux fois reine,

Duchesse des Bretons, royale et souveraine:

Ce cœur fut si très haut, que de la terre aux cieux

Sa vertu libérale accroissoit mieux en mieux,

Mais le ciel en a pris la portion meilleure,

Et cette part terrestre, en grand deuil, nous demeure.
Commenter  J’apprécie          30
Mariloup   18 août 2013
La splendeur des Borgia, tome 1 de Henri Pigaillem
_ De l'acide arsénieux mais aussi de la ciguë, de la belladone, de la mandragore, du plantain, de l'ellébore, de la litharge, du stramoine, de l'aconit, du jusquiame, tout ce que l'on peut extraire de certaines plantes et que l'on peut utiliser en solutions d'une extrême puissance vénéneuse. Tous peuvent entrer dans la composition de la secrète cantarella des Borgia, recette d'empoisonnement aigu à base de cantharide, d'où son nom.
Commenter  J’apprécie          20
Mariloup   15 août 2013
La splendeur des Borgia, tome 1 de Henri Pigaillem
"Il est plus sûr d'être craint que d'être aimé."

#Machiavel, Le Prince#
Commenter  J’apprécie          30
gabylis   14 mars 2019
Anne de Bretagne : Reine de France de Henri Pigaillem
C'est donc Françoise de Dinan qui s'occupe entièrement de la formation intellectuelle d'Anne. A partir de 1480, l'héritière de Bretagne apprend le droit, les sciences, les mathématiques et les langues, à savoir le français, le latin, le grec, et même, prétend-on, l'hébreu. Sa nourrice tente, quant à elle, de lui faire parler et écrire le breton, qu'elle maîtrise mieux que le français. Anne n'en aura aucune utilité : si ce n'est les paysans et les pêcheurs de Basse-Bretagne, personne ne parle cette langue.

Françoise déploie tous ses talents pour faire de cette élève une future souveraine experte dans le plus grand nombre possible de disciplines, particulièrement en histoire et tout ce qui concerne l'organisation et les institutions du duché. Entre les cours les plus rébarbatifs, Anne s'essaye à la broderie, tout comme elle s'adonne à la peinture et à la poésie, sous la direction de divers précepteurs, tel son maître d'hôtel, le poète de cour Jean Meschinot, qui, lors des loisirs d'Anne, va chasser au faucon avec elle.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Mariloup   26 août 2013
La splendeur des Borgia, tome 1 de Henri Pigaillem
"Assemblage de cruauté, de rouerie, de rage, de fureur, d'emportement, de luxure, éponge effroyable assoiffée de sang et d'or, moi, Alexandre VI, je gis ici. Rendue à la liberté, réjouis-toi, Rome, car ma mort a été pour toi la vie!"
Commenter  J’apprécie          10

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

LNHI-49992

Où se déroula la journée des Barricades, le 12 mai 1588?

à Londres
à Paris

10 questions
11 lecteurs ont répondu
Thèmes : révolutionCréer un quiz sur cet auteur