AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Jeanne Peyras (Traducteur)
ISBN : 2020541750
Éditeur : Seuil (17/04/2002)

Note moyenne : 3.56/5 (sur 216 notes)
Résumé :
Un professionnel ne mélange jamais le travail et les sentiments.
Il exécute des contrats pour un chèque à six zéros, net d'impôts sans s'interroger sur les raisons de son commanditaire. Mais comment peut réagir un tueur qu'une belle Française laisse tomber?

Six journées d'une course mouvementée d'aéroport en aéroport, de la Turquie au Mexique, à la poursuite d'une cible étrange et fuyante, ou bien poursuivi par un amour tout aussi insaisissable... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses et Avis (35) Voir plus Ajouter une critique
kuroineko
  28 juillet 2017
Quel bon moment passé en compagnie de ce tueur à gages amoureux en diable de sa petite Française et qui se découvre cocu! Cela marque le début de la chute pour ce professionnel du crime dont la déontologie et les habitudes de travail prennent un sérieux coup de cette trahison. Même quand il y a à la clé un chèque à six zéros, net d'impôts.
Luis Sepulveda nous entraîne à la suite de ce personnage hors norme d'une Madrid caniculaire à Istanbul, de Francfort à Paris puis direction Mexico. On voit du pays pour remplir ce fichu dernier contrat où ses réflexes pros le lâchent et où tout part en eau de boudin. Déjà, contrairement à ses principes, il cherche à savoir pourquoi il doit assassiner ce type de 36 ans, un des rares personnages dont le nom nous est révélé d'ailleurs.
L'auteur se joue de nombreux clichés dans ce très court roman. Les chauffeurs de taxi de tous pays en prennent notamment pour leur grade. Raconté directement par le tueur, dont on ignore le nom (professionnalisme oblige), le récit est bourré d'humour au second degré et de remarques où le cynisme se partage la donne avec la mélancolie amoureuse de notre anti-héros. Les affres de l'amour n'épargne décidément personne!
Si la fin de l'intrigue est prévisible, cette histoire offre paradoxalement une bouffée plus légère après plusieurs lectures au ton nettement plus dramatique. J'avais déjà apprécié son vieil homme qui lisait des romans d'amour, ce tueur sentimental confirme mon envie de poursuivre la découverte de l'oeuvre de Luis Sepulveda. Et quels titres à chaque fois! L'enchantement commence par ça.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          443
carre
  27 janvier 2013
Le grand Sépulveda, Luis pour les intimes, s'accorde une sympathique récréation avec ce « journal d'un tueur … ». La trame est toute simplette un tueur en bout de course commence à ce triturer les méninges et comme dit le dicton (inventé par moi !!! ) tueur qui réfléchit est en partie fini. L'auteur chilien nous embarque, c'est le cas de le dire, dans les méandres du cerveau de notre tueur rigolo, amoureux, torturé. Et là-haut c'est un sacré merdier.
Au final, une histoire qui m'a amusé autant que Luis (on est intime maintenant) qu'on ferme en se disant que même avec peu de chose, le plaisir est au rendez-vous. Hasta la vista, Ombre.
Commenter  J’apprécie          440
Dionysos89
  04 janvier 2013
Avide de nouvelles expériences de lecture et sur les conseils de mon nouveau guide ès littérature contemporaine, je me suis aventuré, le temps d'une simple nouvelle, au creux des mots de Luis Sepulveda, auteur chilien dont le nom me disait vaguement quelque chose. Ce Journal d'un tueur sentimental nous emmène sur les traces d'un tueur à gages qui commence doucement, mais sûrement, à glisser sur la mauvaise pente. Il réfléchit au pourquoi de tuer ses victimes désignées ! Mais alors, quelle aberration, mes pauvres amis !
Luis Sepulveda, que je ne connais donc que par ce court roman, utilise là des rythmes hachés et des tournures de phrase simples pour augmenter la vitesse de l'action. L'expérience de lecture est d'ailleurs un petit peu détériorée par des oublis de ponctuation ou des tournures qu'on peut justement juger trop simples ; toutefois c'est écrit tambour battant et c'est le souffle court qu'on finit cette histoire charmante et, au fond, amusante. Des détails d'un goût douteux, un cynisme assumé et un sérieux penchant pour la schizophrénie ont terminé de me convaincre sur cette ambiance pimentée à souhait ! Dur bonheur meurtrier en très peu de pages, en somme.
Finalement, voilà une intrigue qui se dénoue facilement et donne peu d'indices sur le style de l'auteur, mais permet de passer un bon moment. C'est là l'essentiel !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          378
bilodoh
  16 mars 2015
Trois nouvelles, trois atmosphères très différentes, mais le même humour incisif qui allie tendresse et dénonciation sociale.

La première nouvelle est celle du titre, quelques jours dans la vie d'un tueur professionnel qui, faisant fi des règles de son métier, est tombé amoureux d'une jeune française. C'est aussi l'histoire d'un homme qui se regarde dans le miroir à un moment de sa vie…

La seconde nouvelle se passe au Chili, avec un inspecteur d'origine Mapuche qui est muté dans la capitale pour avoir porté atteinte au siège de celui qu'il ne fallait pas. Affecté à une brigade des moeurs, qu'arrivera de la franchise du policier face aux magouilles du pouvoir ?

C'est en Italie que se déroule la troisième, un assureur suisse délègue un enquêteur pour constater le décès d'un riche maroquinier italien. Contrebande et maléfices, des ramifications écologiques internationales.

C'est un petit recueil de moins de 150 pages, un intermède agréable que j'ai parcouru avec grand plaisir.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          270
Under_The_Moon
  15 février 2014
Un court roman plein d'humour, remarquez, avec un titre pareil (quasi un oxymore! ), difficile de s'attendre à autre chose.
Dans ce roman, Sepulveda nous raconte l'histoire d'un tueur à gage, qui est savant mélange entre James Bond et Charles Bukowski (en plus soft quand même). le problème de ce quadragénaire payé pour sa gâchette flamboyante, c'est qu'il est amoureux. Hérésie ! Mais voilà, un jour sa belle décide ne pas le rejoindre, lui préférant la compagnie d'un autre homme. Et c'est le début des ennuis.
Mais au fond, ni le tueur ni sa traîtresse de dulcinée ne sont vraiment le "coeur" du roman : c'est la victime, seul personnage qui est nommé dans l'histoire. le narrateur et le romancier sèment des petites phrases ici et là pour que le lecteur comprennent qu'il y a avec ce personnage bien plus qu'il n'y paraît. Mais la clé de ce mystère n'arrive qu'à la fin (fin un peu prévisible d'ailleurs…), et est, à mon humble avis un peu bâclée. C'est dommage car le propos était intéressant et aurait bien mérité d'être développé.
J'ai apprécié la façon dont l'auteur joue avec les clichés, que ce soit les clichés de l'amour, des clichés liés à certains pays ou d'autres. Mais malgré la brièveté du roman, il y a quand même des moments où je me suis ennuyée. Il ne fera donc pas partie des livres auxquels je me suis accrochée, que je refusais de lâcher tant que je ne l'avais pas fini. Non, celui-là a fait partie des romans dont on se dit qu'ils peuvent attendre le lendemain. Un petit moment de détente, pas mauvais, mais pas de quoi s'en relever la nuit non plus.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          210
Citations et extraits (30) Voir plus Ajouter une citation
Dionysos89Dionysos89   08 janvier 2013
Mais bon Dieu d’où sortent les taxis ? Celui qui m’a amené de l’hôtel au centre des congrès était un Turc avec des moustaches longues comme un guidon de bicyclette, et dès que j’ai posé mon cul sur le siège protégé par un plastique il m’a pris pour cible de son ardeur prosélyte. Il a maudit toutes les femmes en jupe courte qui se promenaient dans la rue, toutes les publicités de rhum Bacardi, de cigarettes et finalement, en me demandant de ne pas m’offenser, il s’en est pris aux étrangers qui amenaient des mœurs pernicieuses. Quand nous sommes arrivés au centre des congrès il chiait sur la mère de Kemal Atatürk. En le payant je me suis promis d’honorer les professionnelles de l’amour et de ne plus jamais traiter de fils de pute ceux qui ne le mériteraient pas. Fils d’Allah me semblait une insulte beaucoup plus forte.

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          330
Kaglistal25Kaglistal25   19 avril 2015
" Tu crois réellement que le sexe prête à confusion? demanda Anita en lui passant la râpe sur les cals.
- Des fois. Je me souviens d'une histoire que m'ont racontée des muletiers en Patagonie. Il y a deux ans, un front de mauvais temps a interrompu les manœuvres d'un régiment d'infanterie à la frontière avec l'Argentine. Il avait plu trente jours et trente nuits sans interruption et un lieutenant est venu demander à un groupe de muletiers comment ils faisaient, eux, pour soulager leurs problèmes de braguette. Ils ont répondu: de la façon la plus connue, et si ça le travaillait beaucoup ils pouvaient lui amener une mule près de la rivière. Le lieutenant refuse, et d'un air dégoûté les traite de vicieux. Un autre mois passe, la neige s'ajoute à la pluie, et le lieutenant revient voir les muletiers. Mort de bonté il leur demande de lui amener une mule près de la rivière. Sans comprendre les raisons de cette pudeur, les muletiers lui disent que le lendemain la mule l'attendrait près de la rivière qui continuait à monter. Le lieutenant est là, ponctuel, et après avoir ordonné aux muletiers de se tourner, il baisse ses pantalons et commence à forniquer avec la bête. Alors un des muletiers tourne la tête et lui dit: "Mon lieutenant, la mule c'est pour traverser la rivière. Le bordel est de l'autre côté." "
Hot line ~ Quatre. Le prix du plaisir
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
kuroinekokuroineko   27 juillet 2017
La journée avait mal commencé et tard, j'avais atterri à Madrid à 6h30, il faisait très chaud et sur le chemin de l'hôtel Palace le taxi s'était obstiné à me faire une conférence sur la Coupe d'Europe de football. J'avais eu envie de lui poser le canon d'un 45 sur la nuque pour qu'il ferme sa gueule, mais je n'avais pas ça sur moi et un professionnel ne fait pas d'histoires avec un crétin, même un taxi.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          160
Dionysos89Dionysos89   30 décembre 2012
Règle numéro un : être seul et se soulager avec une pute. J’ai demandé qu’on me monte un journal du jour et j’ai cherché la rubrique « relaxation » dans les petites annonces. Demi-heure après on a sonné, j’ai ouvert et fait entrer une métisse qui traînait derrière elle tous les vents chauds des Caraïbes.

Commenter  J’apprécie          180
nounours36nounours36   13 janvier 2015
La journée avait mal commencé et tard, j'avais atterri à Madrid à 6h30, il faisait très chaud et sur le chemin de l'hôtel Palace le taxi s'était obstiné à me faire une conférence sur la Coupe d'Europe de football. J'avais eu envie de lui poser le canon d'un .45 sur la nuque pour qu'il ferme sa gueule, mais je n'avais pas ça sur moi et un professionnel ne fait pas d'histoires avec un crétin, même un taxi.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
Videos de Luis Sepúlveda (25) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Luis Sepúlveda
Présentation Dernières nouvelles du Sud par Luis Sepulveda et Daniel Mordzinski .Une présentation en images du dernier livre de Luis Sepulveda et Daniel Mordzinski, Dernières nouvelles du Sud. En route pour la Patagonie...
>Littérature (Belles-lettres)>Littérature espagnole et portugaise>Romans, contes, nouvelles (822)
autres livres classés : littérature chilienneVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Le journal d'un tueur sentimental et autres histoires

Dans Le journal d'un tueur sentimental, quelle est la profession du personnage principal ?

Terroriste professionnel
Détective privé professionnel
Tueur à gage professionnel
Tueur en série professionnel

15 questions
2 lecteurs ont répondu
Thème : Journal d'un tueur sentimental et autres histoires de Luis SepúlvedaCréer un quiz sur ce livre